PortailForumCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueil
Partagez | 
 

 Intelligence artificielle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Anovel
Donateur
Donateur



Nombre de messages : 638
Date d'inscription : 03/10/2017

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Ven 27 Juil 2018 - 22:39

Je vous lis mais jusque là sans rien poster car c'est très loin de mon domaine d'expertise, mais mon vieux "bon sens paysan" me dit que tout ces démonstrations ne font que corroborer mon idée de départ:
vous opposez l'intelligence humaine (ou plutôt la connerie) qui est principalement celle du Verbe ou si vous préférez de la parole, à une "intelligence artificielle" que nous avons créé et qui est principalement celle du Chiffre (les machines ne connaissent que les 0 et 1).
Nos algorithmes sont comme nous imparfaits et incomplets, fautes de connaissances étendues de la façons dont notre cerveau fonctionne réellement !
J'ai lu dans votre prose que l'IA ne peut et probablement ne pourra pas démontrer des théorèmes mathématiques et donc que cella prouvait son inefficience. Désolé pour vous, mais moi comme une grande majorité de terriens, sommes dans l'incapacité de démontrer la plus part des théorèmes de math quant à les expliquer verbalement c'est surement encore pire !!!! mur

Un autre point, vous semblez dire que IA doit pour avoir droit à la vrai intelligence de sortir du domaine pour lequel elle a été créée c'est pour moi aberrant, un algorithme doit faire ce pour quoi il a été créé pas aller divaguer dans les champs de données diverses de la machine sur laquelle il "tourne".

Reste bien sur les logiciels "auto-apprenants" , mais là les limitations sont plus dans le domaines du tri de l'information et de la détermination de la pertinence au regard du but recherché.

Me vient à l'esprit une info que j'ai glanée dans mes lectures, un chercheur a fait classer des photos de personnes diverses en fonction de l'age apparent sur les photos.
Le résultat, c'est que la machine a été meilleure qu'un groupe d'étudiants qui a effectué la même tache!
Plus extraordinaire le logiciel a trouvé une autre façon de déterminer l'âge d'une personne : il comparait la taille des lobes d'oreilles qui grandissent tout au long de notre vie alors qu'un humain aurait plutôt comparé les rides !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astro-notes
Donateur
Donateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 11288
Age : 76
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 28 Juil 2018 - 11:25

Je reste à votre écoute parce que ce qui me touche, et pourtant que je ne comprends pas, m'encourage à lire, lire, lire à ces sujets. En parallèle, il y a les progrès sur la connaissance du fonctionnement de notre cerveau (grace à l'imagerie cérébrale) et qui nous amènent à découvrir des fonctionnements jusqu'ici impensables ; là encore lire, lire, lire. A suivre.  sage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astro-notes.org
Carcharodon




Masculin Nombre de messages : 171
Age : 50
Localisation : villiers sur marne
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 28 Juil 2018 - 12:23

Mettons quand même les choses au point sur le cerveau : sa complexité et ses interactions sont telles qu'on est très loin de comprendre véritablement le fonctionnement de la pensée humaine, de façon biologique (et non exclusivement chimique et electrique).
On en est très très loin, voir c'est même garanti d'être totalement a jamais hors de notre portée.
Le cerveau humain, c'est des échanges électriques et chimiques d'une très haute sophistication, dont la nature et l'objet des interactions nous échappent dans leur quasi intégralité.
La chose la plus fantastiquement élaborée qu'on connaisse dans notre univers observable (j'ai pas dit qui existe, j'ai dit "qu'on connaisse") c'est le cerveau humain.
Largement au dessus de tout le reste.

Or tenter de le reproduire conduit a l'échec, justement a cause des extraordinaires interaction et de la sophistication sommitale de l'outil.
Alors, actuellement, on compense, on spécialise les outils artificiels.
Et penser que ces misérables outils actuels, que ces premières "pathétiques" (en comparaison de l'original) tentatives d’ingénierie artificielle sont les prémisses a skynet (de terminator), ça signifie simplement qu'on ne comprend absolument rien a ce problème, qu'on est dans le domaine de la peur et du fantasme.
La conscience autonome est simplement hors de sujet a l'heure actuelle et dans tout ce qui est projeté dans l'avenir.
Donc evitons de parler de choses totalement improbable avant très longtemps, bien après qu'on soit tous décédés (et même s'il faut se préoccuper de ce genre de problèmes avant qu'il ne soit trop tard, cf le climat terrestre...)

Mais si on en revient a l'IA qui est en cours de développement, alors, que vous soyez informé ou pas, que vous soyez d'accord ou pas, que vous la trouviez conne ou bien que vous en ayez peur, elle va directement influencer vos vies, impacter vos comportements, d'ici une période assez courte, quelques poignées d'années.
Jusque dans votre quotidien.
Ça commence tout juste avec siri et l'enceinte google.

Et dans ce processus, que l'IA soit ou non capable de demontrer des conjectures mathématiques, c'est totalement secondaire (sauf evidemment si on a décidé de la spécialiser la dedans).
Ce qui est important, c'est que cette IA apporte réellement quelque chose, et c'est ce qu'elle fait déjà, de mieux en mieux.
exemple le moteur de recherche google qui s'adapte déjà à vous et commence a anticiper vos requêtes dès que vous commencez à les exprimer.
exemple aussi : le traitement des big data qui a de gros intérêt a utiliser des IA appropriées.
Traiter du big data c'est très long très cher et très compliqué, sauf si on a une IA qui sait le faire.
La dessus elles vont devenir rapidement irremplaçables
ET, surtout de meilleures en meilleures au fil du temps.

Prédire ce qui va se passer d'ici quelques décennies, c'est comme essayer de prédire au début de la vie sur terre que l'évolution naturelle va finir par accoucher d'une forme suffisamment intelligente pour voyager dans l'espace.
Donc évitons de faire des pronostics vains en la matière.

En résumé, la machine va rester a nos ordres et a notre service, sans la moindre initiative personnelle, sans la moindre conscience propre, encore un temps très long. Bien plus long que la durée de nos existences.
Il est donc inutile d'en avoir peur a ce stade.
On aura encore largement le temps de voir qu'il faut y prêter garde lorsqu'on arrivera au frontières de la naissance de cette conscience artificielle, ce qui relève encore aujourd'hui purement de la science fiction catastrophiste et non d'une quelconque réalité.

edit :
on peut très globalement résumer l'intérêt actuel de l'IA a une seule chose : nous faire gagner du temps.
C'est donc ça que les ingénieurs recherchent en ce moment : comment une IA peut-elle nous faire gagner du temps ?
On ne lui demande pas de résoudre a notre place des problèmes qui sont hors de notre portée, mais de réduire le temps de résolution de problèmes qui sont à notre portée (de compréhension).
Il ne faut donc pas se tromper sur ses objectifs actuels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 28 Juil 2018 - 15:03

Carcharodon a écrit:
Mettons quand même les choses au point sur le cerveau : sa complexité et ses interactions sont telles qu'on est très loin de comprendre véritablement le fonctionnement de la pensée humaine, de façon biologique (et non exclusivement chimique et electrique).
On en est très très loin, voir c'est même garanti d'être totalement a jamais hors de notre portée.
Le cerveau humain, c'est des échanges électriques et chimiques d'une très haute sophistication, dont la nature et l'objet des interactions nous échappent dans leur quasi intégralité.
La chose la plus fantastiquement élaborée qu'on connaisse dans notre univers observable (j'ai pas dit qui existe, j'ai dit "qu'on connaisse") c'est le cerveau humain.
Largement au dessus de tout le reste.

Or tenter de le reproduire conduit a l'échec, justement a cause des extraordinaires interaction et de la sophistication sommitale de l'outil.
Alors, actuellement, on compense, on spécialise les outils artificiels.
Et penser que ces misérables outils actuels, que ces premières "pathétiques" (en comparaison de l'original) tentatives d’ingénierie artificielle sont les prémisses a skynet (de terminator), ça signifie simplement qu'on ne comprend absolument rien a ce problème, qu'on est dans le domaine de la peur et du fantasme.
La conscience autonome est simplement hors de sujet a l'heure actuelle et dans tout ce qui est projeté dans l'avenir.
Donc evitons de parler de choses totalement improbable avant très longtemps, bien après qu'on soit tous décédés (et même s'il faut se préoccuper de ce genre de problèmes avant qu'il ne soit trop tard, cf le climat terrestre...)

Mais si on en revient a l'IA qui est en cours de développement, alors, que vous soyez informé ou pas, que vous soyez d'accord ou pas, que vous la trouviez conne ou bien que vous en ayez peur, elle va directement influencer vos vies, impacter vos comportements, d'ici une période assez courte, quelques poignées d'années.
Jusque dans votre quotidien.
Ça commence tout juste avec siri et l'enceinte google.

Et dans ce processus, que l'IA soit ou non capable de demontrer des conjectures mathématiques, c'est totalement secondaire (sauf evidemment si on a décidé de la spécialiser la dedans).
Ce qui est important, c'est que cette IA apporte réellement quelque chose, et c'est ce qu'elle fait déjà, de mieux en mieux.
exemple le moteur de recherche google qui s'adapte déjà à vous et commence a anticiper vos requêtes dès que vous commencez à les exprimer.
exemple aussi : le traitement des big data qui a de gros intérêt a utiliser des IA appropriées.
Traiter du big data c'est très long très cher et très compliqué, sauf si on a une IA qui sait le faire.
La dessus elles vont devenir rapidement irremplaçables
ET, surtout de meilleures en meilleures au fil du temps.

Prédire ce qui va se passer d'ici quelques décennies, c'est comme essayer de prédire au début de la vie sur terre que l'évolution naturelle va finir par accoucher d'une forme suffisamment intelligente pour voyager dans l'espace.
Donc évitons de faire des pronostics vains en la matière.

En résumé, la machine va rester a nos ordres et a notre service, sans la moindre initiative personnelle, sans la moindre conscience propre, encore un temps très long. Bien plus long que la durée de nos existences.
Il est donc inutile d'en avoir peur a ce stade.
On aura encore largement le temps de voir qu'il faut y prêter garde lorsqu'on arrivera au frontières de la naissance de cette conscience artificielle, ce qui relève encore aujourd'hui purement de la science fiction catastrophiste et non d'une quelconque réalité.

edit :
on peut très globalement résumer l'intérêt actuel de l'IA a une seule chose : nous faire gagner du temps.
C'est donc ça que les ingénieurs recherchent en ce moment : comment une IA peut-elle nous faire gagner du temps ?
On ne lui demande pas de résoudre a notre place des problèmes qui sont hors de notre portée, mais de réduire le temps de résolution de problèmes qui sont à notre portée (de compréhension).
Il ne faut donc pas se tromper sur ses objectifs actuels.

Bonjour Carcharodon,
Je suis d'accord avec vous sauf sur un point. J'y  reviendrai.
Tout d'abord, je remarque en général une confusion qui s'est établie entre IA faible et IA forte.
L'IA faible, qui se limite en fait au concept de systéme expert et de programme d'aide à la décision, relève purement et simplement de ce que l'on peut attendre de l'informatique d'aujourd'hui grâce à l'extrême rapidité des ordinateurs  (11 pétaflops !). On remarquera que les prouesses de ces superordinateurs auraient donné les mêmes résultats avec une machine de Turing si nous avions eu la patience d'attendre ces résultats de nombreux siècles. Il n'existe donc AUCUN progrès LOGIQUE par rapport à ces machines.
Précédemment, je faisais allusion à l'IA FORTE. C'est-à-dire celle de Marvin Minsky et de ses disciples.
Selon eux, l'intelligence des ordinateurs pourra égaler l'intelligence humaine. 
D'où le point sur lequel je diverge avec vous.
En effet, vous dîtes :
"que l'IA soit ou non capable de demontrer des conjectures mathématiques, c'est totalement secondaire (sauf evidemment si on a décidé de la spécialiser la dedans".
Tout d'abord, je n'ai pas fait allusion à des "conjectures" mais plus modestement à des théorèmes.
Si, ainsi que l'affirment les partisans de l'IA forte, les ordinateurs acquièrent un jour une intelligence pouvant rivaliser avec la nôtre, alors, PAR EXEMPLE, il faudra que ces machines puissent lire et comprendre un ouvrage de géométrie tout comme nous et être à même de démontrer, tout comme nous, des théorèmes.
J'ai choisi l'exemple de la géométrie car quiconque s'est frotté à cette discipline sait très bien qu'il  n'existe aucune recette, donc aucun algorithme, pour nous indiquer la voie à suivre dans une démonstration et que seule l'intelligence pure intervient.
J'aurais tout aussi bien proposer comme test demander à un ordinateur de lire "La critique de la raison pure" d'Emmanuel Kant et d'en établir un résumé critique.
Les exemples abondent où nul algorithme ne peut venir au secours d'un ordinateur. Or, les partisans de l'IA forte soutiennent que notre pensée est algorithmique ce qui les amène à conclure que l'algorithme le plus simple est doté de conscience !
Pour conclure, je dirai simplement que l'expression IA au sens faible amène la confusion. En fait, je le répète, l'IA faible n'a aucune intelligence et ses performances sont celles de systèmes experts très élaborés, leur grande efficacité étant essentiellement due à l'extraordinaire gain en capacité mémoire et en rapidité des ordinateurs. Mais tout ceci est un progrès TECHNOLOGIQUE et NON LOGIQUE.
Amicalement. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carcharodon




Masculin Nombre de messages : 171
Age : 50
Localisation : villiers sur marne
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 28 Juil 2018 - 15:39

"pour moi" (je met des guillemets, c'est MON point de vue), il n'y a pas d'IA forte ou d'IA faible, il y a juste un outil qui nous permet d'être plus efficace, comme un marteau nous fait gagner du temps pour planter un clou.
ni plus ni moins.
l'IA forte c'est un fantasme, une projection néo-futuriste sans aucun fondement à l'heure actuelle.
ou alors autant parler de moteur a explosion a l'époque de léonard de vinci...

Je ne sais plus si c'est Musk ou Branson qui avaient parlé d'un "bouton rouge" a mettre sur des dispositifs disposant d'IA pour pouvoir couper instantanément la machine a tout moment, ça prouve simplement que celui qui dit ça ne sait absolument pas de quoi il parle, fut-il Musk ou Branson, et qu'il aurait mieux fait de la fermer que de passer pour un idiot en disant ça.
Évidemment, ça, la presse elle relève pas.
C'est moins vendeur que d'annoncer qu'une FH va mettre une Telsa en orbite... mur 

Il ne faut pas tenter de comparer ce que l'humain peut faire mieux que la machine, il faut tenter de trouver ce que la machine peut aider l'homme a faire mieux et plus rapidement, sans que l'homme doive systématiquement lui expliquer chaque étape dans le plus précis des détails (ce que fait une programmation classique).
On peut résumer en disant que l'objectif premier de l'IA actuelle est d'économiser des lignes de code !
Ce qui a beaucoup d'autre avantages que de simplement simplifier le travail (en particulier le fait d’accélérer grandement le délai aux résultats)
Et aujourd'hui, ça ne va pas plus loin que ça, donc attention (je ne dis certainement pas ça pour vous aldebaran) a ne pas sortir de ce cadre de discussion en prêtant à l'IA des qualités autre dont elle ne dispose pas et n'est pas prête de disposer.

Il n'y a aucune philosophie a faire aujourd'hui en matière d'IA, pas plus qu'on ne fait de philosophie du marteau pour planter un clou.
Pour moi, les partisans de l'IA forte sont de doux rêveurs qui passent complètement à coté de l'utilité réelle de l'IA à notre époque, et donc qui discutent simplement sur le sexe des anges.
Mais toute personne pragmatique ne peut que reconnaitre que l'IA a un potentiel tout a fait exceptionnel si on la considère comme un outil capable de traiter des volumes gigantesques de données, ou d'optimiser un processus de réflexion basé sur des éléments simples mais très nombreux, donnant des résultats très complexe.
Ou bien dans le domaine de la prise de décision rapide en fonction d'un environnement évolutif complexe.
exemple  : modélisation des fluides, interprétation des collisions d'accelerateur de particules (voir invention de nouvelles particules a rechercher), météo, astrodynamique prévisionnelle, conduite autonome, serviteur automatique personnel etc etc etc.
ma cervelle est bien trop petite pour imaginer autre chose qu'une petite partie de ses futurs domaines d'application.

L'IA, c'est le contraire de Sarkosy : travailler moins pour gagner plus Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 28 Juil 2018 - 16:18

Carcharodon a écrit:
"pour moi" (je met des guillemets, c'est MON point de vue), il n'y a pas d'IA forte ou d'IA faible, il y a juste un outil qui nous permet d'être plus efficace, comme un marteau nous fait gagner du temps pour planter un clou.
ni plus ni moins.
l'IA forte c'est un fantasme, une projection néo-futuriste sans aucun fondement à l'heure actuelle.
ou alors autant parler de moteur a explosion a l'époque de léonard de vinci...

Je ne sais plus si c'est Musk ou Branson qui avaient parlé d'un "bouton rouge" a mettre sur des dispositifs disposant d'IA pour pouvoir couper instantanément la machine a tout moment, ça prouve simplement que celui qui dit ça ne sait absolument pas de quoi il parle, fut-il Musk ou Branson, et qu'il aurait mieux fait de la fermer que de passer pour un idiot en disant ça.
Évidemment, ça, la presse elle relève pas.
C'est moins vendeur que d'annoncer qu'une FH va mettre une Telsa en orbite... mur 

Il ne faut pas tenter de comparer ce que l'humain peut faire mieux que la machine, il faut tenter de trouver ce que la machine peut aider l'homme a faire mieux et plus rapidement, sans que l'homme doive systématiquement lui expliquer chaque étape dans le plus précis des détails (ce que fait une programmation classique).
On peut résumer en disant que l'objectif premier de l'IA actuelle est d'économiser des lignes de code !
Ce qui a beaucoup d'autre avantages que de simplement simplifier le travail (en particulier le fait d’accélérer grandement le délai aux résultats)
Et aujourd'hui, ça ne va pas plus loin que ça, donc attention (je ne dis certainement pas ça pour vous aldebaran) a ne pas sortir de ce cadre de discussion en prêtant à l'IA des qualités autre dont elle ne dispose pas et n'est pas prête de disposer.

Il n'y a aucune philosophie a faire aujourd'hui en matière d'IA, pas plus qu'on ne fait de philosophie du marteau pour planter un clou.
Pour moi, les partisans de l'IA forte sont de doux rêveurs qui passent complètement à coté de l'utilité réelle de l'IA à notre époque, et donc qui discutent simplement sur le sexe des anges.
Mais toute personne pragmatique ne peut que reconnaitre que l'IA a un potentiel tout a fait exceptionnel si on la considère comme un outil capable de traiter des volumes gigantesques de données, ou d'optimiser un processus de réflexion basé sur des éléments simples mais très nombreux, donnant des résultats très complexe.
Ou bien dans le domaine de la prise de décision rapide en fonction d'un environnement évolutif complexe.
exemple  : modélisation des fluides, interprétation des collisions d'accelerateur de particules (voir invention de nouvelles particules a rechercher), météo, astrodynamique prévisionnelle, conduite autonome, serviteur automatique personnel etc etc etc.
ma cervelle est bien trop petite pour imaginer autre chose qu'une petite partie de ses futurs domaines d'application.

L'IA, c'est le contraire de Sarkosy : travailler moins pour gagner plus Very Happy

Bonjour,
Une fois de plus, je suis bien d'accord avec vous car les faits le sont aussi.
Pour ma part, je n'ai rien fait d'autre qu'exposer des faits.
C'est un fait que l'on exagère le sens de l'expression Intelligence Artificielle, c'est un abus de langage  car il n'y a pas d'intelligence !
Il n'y a que des logiciels créés par des programmeurs et les ordinateurs ne font rien d'autre qu'exécuter les instructions présentes dans un logiciel. Même dans le cas d'un programme d'échec, son programmeur ferait exactement ce que fait la machine s'il n'était pas infiniment plus lent. Et la logique des ordinateurs étant ce qu'elle est, il en sera toujours ainsi.
Je dénonce l'IA forte non par conviction personnelle mais face à des faits réels dont je ne suis que le modeste intermédiaire. Et puis, il faut bien le constater, ce concept d'IA forte a bel et bien été lancé par des personnages de renom dont certains sont ou étaient professeurs au MIT Par exemple, les prises de position des Marvin Minsky et Douglas Hofstadter  ne sauraient laisser indifférent. 
Peut-être dans un avenir lointain se concrétiseront-elles  les "trois lois de la robotique".
Mais la logique de ces robots, s'ils existent un jour, n'aura, en toute certitude, aucun rapport avec la logique binaire des ordinateurs contemporains. 
A part ça, ce qui arrivera vraiment dans le futur je n'en sais fichtrement rien !!!
Je me souviens par exemple qu'un jour des débuts de 1950, nous avions tenté, avec un collègue (polytechnicien), d'imaginer l'ordinateur du futur. Nous nous sommes royalement plantés !  C'était à l'époque des ordinateurs à lampes et, quelque temps plus tard, (et vlan !) ce fut l'apparition des ordinateurs transistorisés, signe avant-coureur de la miniaturisation d'aujourd'hui. 
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carcharodon




Masculin Nombre de messages : 171
Age : 50
Localisation : villiers sur marne
Date d'inscription : 21/10/2009

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Dim 29 Juil 2018 - 0:56

Le cerveau humain c'est 100 milliards de neurones, ayant chacun entre plusieurs dizaines et plusieurs centaines de liaisons synaptiques.
Ça échange des message électriques et chimiques très variés et modulés.
Les processus sont parfois massivement parallèles tout en étant très sélectifs  (plusieurs grosses zones du cerveau précises -mais variables selon les individus- qui travaillent de concert).
A comparer aux ordinateurs actuels qui ne savent faire que du 0 et du 1 en série...

Certes, il le font vite, monstrueusement vite, et chaque jour plus vite.
Mais la quantité ne peut remplacer l'extraordinaire qualité du truc entre nos deux oreilles.
Improbable descendant d'une évolution naturelle ou il ne s'est quasiment rien passé pendant plusieurs (~2) milliards d'années avant le début du feu d'artifice de l'évolution (la vie terrestre n'a "que" 600 Ma).

Cependant, l'IA forte, ce sera soit de l'ordinateur quantique, soit de l'ordinateur biologique, pas du système binaire comme maintenant.
Les paradigmes seront forts différents de ceux d'aujourd'hui, donc les actuels seront obsolètes, et la qualité du calcul parallèle sans comparaison.
On y est pas du tout du tout et si on en parle on en dit forcément n'importe quoi, quelque soit son CV (je parle pour Marvin Minsky et Douglas Hofstadter que tu cites).
C'est tellement loin qu'on a vraiment le temps de voir venir.
C'est la recherche qui dévoilera progressivement ce qui va se passer, pas des mediums actuels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Dim 29 Juil 2018 - 6:43

Carcharodon a écrit:
Le cerveau humain c'est 100 milliards de neurones, ayant chacun entre plusieurs dizaines et plusieurs centaines de liaisons synaptiques.
Ça échange des message électriques et chimiques très variés et modulés.
Les processus sont parfois massivement parallèles tout en étant très sélectifs  (plusieurs grosses zones du cerveau précises -mais variables selon les individus- qui travaillent de concert).
A comparer aux ordinateurs actuels qui ne savent faire que du 0 et du 1 en série...

Certes, il le font vite, monstrueusement vite, et chaque jour plus vite.
Mais la quantité ne peut remplacer l'extraordinaire qualité du truc entre nos deux oreilles.
Improbable descendant d'une évolution naturelle ou il ne s'est quasiment rien passé pendant plusieurs (~2) milliards d'années avant le début du feu d'artifice de l'évolution (la vie terrestre n'a "que" 600 Ma).

Cependant, l'IA forte, ce sera soit de l'ordinateur quantique, soit de l'ordinateur biologique, pas du système binaire comme maintenant.
Les paradigmes seront forts différents de ceux d'aujourd'hui, donc les actuels seront obsolètes, et la qualité du calcul parallèle sans comparaison.
On y est pas du tout du tout et si on en parle on en dit forcément n'importe quoi, quelque soit son CV (je parle pour Marvin Minsky et Douglas Hofstadter que tu cites).
C'est tellement loin qu'on a vraiment le temps de voir venir.
C'est la recherche qui dévoilera progressivement ce qui va se passer, pas des mediums actuels.

Je crois utile de te rappeler que je mets en garde contre l'IA prétendue forte et n'y crois pas du tout. 
Je souhaite simplement que l'on abandonne cette confusion entre IA faible et IA forte et même que soit abandonnée l'expression IA dans son sens faible. J'ai toujours dit qu'elle ne possède aucune intelligence et est en fait ce que l'on appelle dans les milieux sérieux "système expert" ou encore "aide à la décision".
Je bondis au plafond quand je lis que telle voiture possède une "IA' qui lui permet d'effectuer un créneau sans aide humaine !
Quant à l'ordinateur quantique, s'il existe un jour, le phénomène de décohérence constituant un grave obstacle à son développement, il ne ferait pas mieux, côté "IA forte", qu'un ordinateur classique. 
Si j'ai cité Minsky et Hofstadter, c'est justement pour affirmer mon désaccord, ce désaccord que j'ai eu en son temps l'occasion d'exposer à Minsky lui-même lors d'un séjour au MIT ! 
Quant à Hofstadter, franchement, il m'amuse lorsqu'il prétend que la "conscience pourrait naître lors d'une transition de phase dans un système logique suffisamment complexe" !  Quelle transition de phase ?, qu'est-ce qu'un système logique SUFFISAMMENT  complexe ?
Enfin, je serais personnellement assez tenté par la théorie de Roger Penrose attribuant au cerveau des propriétés quantiques sans le considérer comme un ordinateur quantique ! Son idée d'approfondir la recherche sur les "micro-tubules' présents dans les axones est, je crois, à prendre au sérieux.
Mais ceci est une autre histoire, d'autant plus qu'il s'est trouvé quelques arguments contre qui obligeront Penrose à revoir une partie de sa copie (toujours cette fichue décohérence !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astro-notes
Donateur
Donateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 11288
Age : 76
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Dim 23 Sep 2018 - 8:24

Bref petit exemple pour illustrer notre sujet sur l'IA dans un autre fil sur le FCS :

Sujet: Re: Les futurs équipages vers l'ISS   Aujourd'hui à 5:36 [23-09-2018]

Il s'agit là de discuter d'un choix (non officiel) d'envoyer pour le premier vol un vaisseau habité faisant le tour de la Lune dans un mode sans pilote, où si on préfère, avec seulement des passagers !

On ne parle pas franchement d'IA comme dans ce fil ici, puis qu’à bien y penser, le vaisseau pourrait certes naviguer en vol entièrement automatique mais à tous moment en cas d'urgence passer en pilotage comme un drone aux ordres d'un pilote resté au sol et télécommandant le vol en mode urgence. Mais tous cela rappelle que la confiance que l'on accorde aux automates ne fait que grandir puisqu'on en est là.

Pour ma part, je rappelle qu'un vol circumlunaire, une fois donné au départ : le bon delta V et la bonne direction, donnés à la bonne date ne peut pas faire autre chose, que le contour de la Lune et revenir sur Terre si on reste en mode balistique (vaisseau pilotable ou pas). Ici pas besoin d'une IA (forte).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astro-notes.org
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Dim 23 Sep 2018 - 10:20

Astro-notes a écrit:
Bref petit exemple pour illustrer notre sujet sur l'IA dans un autre fil sur le FCS :

Sujet: Re: Les futurs équipages vers l'ISS   Aujourd'hui à 5:36 [23-09-2018]

Il s'agit là de discuter d'un choix (non officiel) d'envoyer pour le premier vol un vaisseau habité faisant le tour de la Lune dans un mode sans pilote, où si on préfère, avec seulement des passagers !

On ne parle pas franchement d'IA comme dans ce fil ici, puis qu’à bien y penser, le vaisseau pourrait certes naviguer en vol entièrement automatique mais à tous moment en cas d'urgence passer en pilotage comme un drone aux ordres d'un pilote resté au sol et télécommandant le vol en mode urgence. Mais tous cela rappelle que la confiance que l'on accorde aux automates ne fait que grandir puisqu'on en est là.

Pour ma part, je rappelle qu'un vol circumlunaire, une fois donné au départ : le bon delta V et la bonne direction, donnés à la bonne date ne peut pas faire autre chose, que le contour de la Lune et revenir sur Terre si on reste en mode balistique (vaisseau pilotable ou pas). Ici pas besoin d'une IA (forte).

Bonjour,
Effectivement, l'IA n'a rien à voir dans cet exemple. Il ne s'agit que de programmer une trajectoire balistique dont l'équation est fournie par la mécanique céleste.
Mais les conditions initiales du lancement, si précises soient-elles, ne peuvent prévoir les dérives du vaisseau dues à des influences gravitationnelles extérieures. Il est donc nécessaire que cette trajectoire soit vérifiée et éventuellement contrôlée depuis la Terre, où, si l'ordinateur de bord est suffisamment puissant, par un spécialiste humain embarqué.
Cela dit, j'ignore, ce n'est pas ma partie, s'il serait déjà  possible qu'un système expert embarqué intègre toutes les mesures nécessaires et modifie en conséquence automatiquement la trajectoire du vaisseau en cas de dérive. 
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astro-notes
Donateur
Donateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 11288
Age : 76
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Dim 23 Sep 2018 - 10:40

Bien sur aldebaran, c'est comme ça que l'on peut le voir ; en tous cas même le CM Apollo sur sa route lunaire fonctionnait exactement comme tu le dis, sauf que le rôle du Commandant de bord, informé de la correction à faire (automatiquement) devait la confirmer par une pression sur la touche "Return" du petit clavier de la boîte de commande de l'ordinateur de bord. Cf The Apollo Guidance Computer de Frank O'Obrien (2010).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astro-notes.org
Kostya


avatar

Masculin Nombre de messages : 3746
Localisation : Kalouga
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Ven 19 Oct 2018 - 18:50

Astro-notes a écrit:
Bien sur aldebaran, c'est comme ça que l'on peut le voir ; en tous cas même le CM Apollo sur sa route lunaire fonctionnait exactement comme tu le dis, sauf que le rôle du Commandant de bord, informé de la correction à faire (automatiquement) devait la confirmer par une pression sur la touche "Return" du petit clavier de la boîte de commande de l'ordinateur de bord. Cf The Apollo Guidance Computer de Frank O'Obrien (2010).
Je te laisse commenter cette nouvelle déjà ancienne (2 ans) mais qui a bien sa place ici:
https://fr.ubergizmo.com/2016/07/02/alpha-intelligence-artificielle-pilote.html

On n'est très loin là de la force brute des systèmes à base de deep learning et comme je connais un peu le sujet pour avoir travaillé dessus il y a plus de 30 ans chez Dassault (croyez moi, en dogfight, il vaut mieux avec un Neuron avec soi que contre soi), je dirai simplement que cela ne m'étonne pas que ça ait fini par arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-conquete-spatiale.fr/prsentation-des-membres-f5
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 7:06

Bonjour,
Je crois qu'il y a confusion concernant l'expression "Intelligence artificielle".
Pour l'instant, et pour longtemps encore, il ne s'agit en fait que de "systèmes experts" de plus en plus sophistiqués, c'est-à-dire de programmes prenant en compte de plus en plus de paramètres et ce, grâce d'une part à des mémoires se chiffrant en milliers de milliards d'octets et, d'autre part, à l'accroissement de la vitesse de calcul, celle-ci ayant atteint récemment le million de milliards d'opérations "flottantes" à la seconde (petaflops) !
Mais l'intelligence, fut-elle artificielle, ne se limite pas à la masse de mémoire ni à la vitesse de traitement des données.
L'intelligence consiste en particulier à l'aptitude de prendre des décisions de soi-même après prise de conscience du contexte.
Pour un ordinateur, prendre une décision consisterait à abandonner la suite d'instructions écrites par le programmeur afin de lui substituer de nouvelles instructions créées par l'ordinateur lui-même. Cela suppose que cet ordinateur est parfaitement conscient d'une situation qu'il a comprise et pris par conséquent les mesures adéquates.
Nous n'en sommes pas là, tant s'en faut.
Enfin, une petite remarque qui semble bien n'avoir jamais évoquée. Pour prendre une décision il la faut penser dans une langue ! Dans quelle langue l'ordinateur pourrait-il penser lui dont le seul verbe se réduit à l'impératif : "Fais ceci", "Fais. cela", les "ceci" et "cela" étant eux-mêmes définis par le programmeur !. 
Bref, l'expression "intelligence artificielle" n'est qu'un abus de langage de plus.
Mais je crois à des perfectionnements logiques incessants concernant les systèmes experts sans aller jusqu'à les doter d'intelligence.
Cordialement.

P.S. Je conseille fortement de lire et de méditer ce texte !
http://www.jeanstaune.fr/roger-penrose.html
Je rappelle que Roger Penrose, mathématicien/physicien britannique, est l'esprit scientifique considéré comme le plus éclairé de nos jours. Il fut le directeur de thèse de Stephen Hawking.
Certes, ce texte n'est pas facile, mais il vaut la peine d'être étudié par quiconque a un a priori en faveur de l'IA, l'amenant ainsi à un a posteriori après avoir acquis une connaissance indispensable à ce sujet.!


Dernière édition par aldebaran le Sam 20 Oct 2018 - 8:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astro-notes
Donateur
Donateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 11288
Age : 76
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 8:18

@aldebaran

J'ai un écart fondamental avec toi sur le terme IA. J'avais bien aimé les termes IA forte, IA faible pour différencier deux niveaux, mais finalement j'avais fini par me dire que ce n'était qu'une pirouette. Ce matin j'entendais à la radio un spécialiste de l'IA qui rappelait qu'un humain ne mettait que quelques dizaines de minutes pour apprendre une règle d'un jeu par exemple, alors qu'il fallait dix mille fois plus de temps à un ordinateur pour en faire autant. AMHA erreur ; on oublie de comptabiliser le temps qu'à mis le cerveau humain à résoudre ce problème depuis le fœtus jusqu'à l'adulte, cela en fait des milliers d'heures d'apprentissage. Je vois aussi, puisque comme toi j'ai programmé des machines électroniques ab initio, qu'au moment de la mise sous tension la machine en sait moins que le bébé naissant et vagissant. J'ai limité son champ d'application à mon besoin, il serait donc inutile de dire qu'il ne lui viendrait pas à l'idée de savoir chanter par exemple ou même de se connecter et demander à un autre ordinateur de le faire si c'était le cas. Pourtant cela aurait été possible pour ce simple cas dès les années 80. En fait je résumerai ce raisonnement par une réflexion toute droite venue des cursus "traitement du signal" : rien ne raisonne moins qu'une cloche sur laquelle on a pas donné un coup de marteau ! Je veux dire qu'inutile de demander à un ordinateur une initiative, si on ne l'a pas instruit du domaine où doit s'appliquer l'initiative et surtout si on ne lui a pas demandé de le faire. Dernière réflexion qui va pour le domaine aéronautique. Tout le monde a compris que les avions volent sous le contrôle de leur pilote automatique dès le décollage effectué jusqu'au poser des roues sur la piste (navigation comprise). Le reste des manœuvres avant et après étant de l'initiative des pilotes. Bien, mais oublions un moment l'avion et voyons un peu une voiture façon Tesla, elle sait où elle est, elle sait où elle va,  elle sait conduire sur une route aussi bien qu'un humain et en plus, elle sait se garer (parking). Je reviens aux avions ; pourquoi une fois les roues de l'avion posées au sol, le guidage de l'avion vers le parking ne se ferait pas automatiquement comme une "bête" Tesla ? Rien n'en l'empêcherait, sauf qu'idéologiquement ce n'est pas encore prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astro-notes.org
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 9:31

Astro-notes a écrit:
@aldebaran

J'ai un écart fondamental avec toi sur le terme IA. J'avais bien aimé les termes IA forte, IA faible pour différencier deux niveaux, mais finalement j'avais fini par me dire que ce n'était qu'une pirouette. Ce matin j'entendais à la radio un spécialiste de l'IA qui rappelait qu'un humain ne mettait que quelques dizaines de minutes pour apprendre une règle d'un jeu par exemple, alors qu'il fallait dix mille fois plus de temps à un ordinateur pour en faire autant. AMHA erreur ; on oublie de comptabiliser le temps qu'à mis le cerveau humain à résoudre ce problème depuis le fœtus jusqu'à l'adulte, cela en fait des milliers d'heures d'apprentissage. Je vois aussi, puisque comme toi j'ai programmé des machines électroniques ab initio, qu'au moment de la mise sous tension la machine en sait moins que le bébé naissant et vagissant. J'ai limité son champ d'application à mon besoin, il serait donc inutile de dire qu'il ne lui viendrait pas à l'idée de savoir chanter par exemple ou même de se connecter et demander à un autre ordinateur de le faire si c'était le cas. Pourtant cela aurait été possible pour ce simple cas dès les années 80. En fait je résumerai ce raisonnement par une réflexion toute droite venue des cursus "traitement du signal" : rien ne raisonne moins qu'une cloche sur laquelle on a pas donné un coup de marteau ! Je veux dire qu'inutile de demander à un ordinateur une initiative, si on ne l'a pas instruit du domaine où doit s'appliquer l'initiative et surtout si on ne lui a pas demandé de le faire. Dernière réflexion qui va pour le domaine aéronautique. Tout le monde a compris que les avions volent sous le contrôle de leur pilote automatique dès le décollage effectué jusqu'au poser des roues sur la piste (navigation comprise). Le reste des manœuvres avant et après étant de l'initiative des pilotes. Bien, mais oublions un moment l'avion et voyons un peu une voiture façon Tesla, elle sait où elle est, elle sait où elle va,  elle sait conduire sur une route aussi bien qu'un humain et en plus, elle sait se garer (parking). Je reviens aux avions ; pourquoi une fois les roues de l'avion posées au sol, le guidage de l'avion vers le parking ne se ferait pas automatiquement comme une "bête" Tesla ? Rien n'en l'empêcherait, sauf qu'idéologiquement ce n'est pas encore prévu.

Mon désaccord avec toi est amicalement total !
Je reprends ta phrase : "si on ne lui a pas demandé de le faire". Tu as bien écrit "DEMANDER" ce qui implique que l'ordinateur COMPRENDRAIS" la demande ! On ne demande rien à un ordinateur, on lui ORDONNE d'exécuter telle ou telle action, un point c'est tout !
Quant au comportement des voitures autonomes, plusieurs techniques interviennent, mais aucune n'attend de la voiture une prise de décision intelligente venant d'elle même. Tout ce que fait le processeur embarqué c'est OBEIR à son programme et rigoureusement rien d'autre. Je ne vois là aucun indice d'intelligence. L'intelligence est celle des concepteurs du programme.
Je répète que l'intelligence, pour se manifester, s'appuie sur une PENSEE préalable dont la nature dépend d'une prise conscience du contexte.
Mais je te conseille fortement d'argumenter contre Roger Penrose, hostile, avec des preuves, à cette prétendue intelligence artificielle.
Peut-être aussi serait-il bon d'approfondir ce que sont les systèmes experts ce qui permettrait de comprendre ce qui les fait trop souvent confondre avec l'IA.
Il y a bien longtemps, je m'étais intéressé moi aussi à l'IA et avait décidé de m'y lancer.
Ayant pour habitude, bonne ou mauvaise, de commencer par le commencement, je me suis attelé au problème fondamental du dialogue en langue naturelle entre l'homme et la machine.
J'ai obtenu de bons résultats partiels mais ayant atteint l'âge de la retraite, je n'ai pas donné suite à mes recherches, revenant bien vite à mon dada : la mécanique quantique.
Si le sujet intéresse, c'est avec plaisir que je suis prêt à exposer les éléments de ma théorie des "I-Grammaires", théorie qui a reçu un début d'application en Enseignement Assisté par Ordinateur (EAO) permettant à l'élève de répondre librement en langue naturelle dans les exercices définissant ainsi un certain contexte et de poser des questions. Cela permettait de simuler un préceptorat généralisé.
Je précise enfin que ma théorie n'a rien à voir avec les théories de grammaires formelles, telle celle de Noam Chomsky dont sa grammaire "contexte free" ne sert à rien du tout dans le problème cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kostya


avatar

Masculin Nombre de messages : 3746
Localisation : Kalouga
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 10:12

Bonjour,
aldebaran a écrit:
...
L'intelligence consiste en particulier à l'aptitude de prendre des décisions de soi-même après prise de conscience du contexte.
Ce que fait un système de combat aérien luttant contre un adversaire chevronné qui peut être imprévisible dans ses réactions (tout autant que le système lui-même).
aldebaran a écrit:

Pour un ordinateur, prendre une décision consisterait à abandonner la suite d'instructions écrites par le programmeur afin de lui substituer de nouvelles instructions créées par l'ordinateur lui-même. Cela suppose que cet ordinateur est parfaitement conscient d'une situation qu'il a comprise et pris par conséquent les mesures adéquates.
Nous n'en sommes pas là, tant s'en faut.
Non, je pense qu'on en est déjà plus loin car des programmes d'IA qui s'ajoutent des instructions en plus de celles que j'ai écrite, j'en ai créé il y a 30 ans (je crois que c'est ce qu'on appelle aujourd'hui l'"IA faible") donc entre temps la discipline a évolué et a certainement dépassé ce stade. On est bien plus loin que la simple logique des prédicats, le lambda calcul ou l'algèbre fonctionnelle qui étaient les seules bases de ces programmes au siècle précédent.
aldebaran a écrit:

Enfin, une petite remarque qui semble bien n'avoir jamais évoquée. Pour prendre une décision il la faut penser dans une langue ! Dans quelle langue l'ordinateur pourrait-il penser lui dont le seul verbe se réduit à l'impératif : "Fais ceci", "Fais. cela", les "ceci" et "cela" étant eux-mêmes définis par le programmeur !.
Il me semble que le "fais ceci"et "fais cela", ça n'est justement pas de l'IA... même pas faible. L'IA que j'ai connu il y a 30 ans pour simplifier, c'était déjà dire à l'ordinateur "fais ce que tu juges le mieux en fonction des données dont tu disposes" et bien sûr cela se fait dans une langue que comprenne les deux (principe d'une communication homme-machine). Plus tard, dans son fonctionnement interne, rien n'oblige l'ordinateur à maintenir ce niveau d'intelligibilité vis à vis de son concepteur (l'interface homme-machine même si elle est importante pour maintenir la compréhension entre ces deux acteurs n'est déjà plus vraiment de l'IA de nos jours) pourvu qu'il livre à nouveau des résultats qui soient eux compris. En somme, on comprend aujourd'hui les infos qui servent à dialoguer avec le système mais plus personne n'est capable d'interpréter dans le temps d'une vie humaine ce que le système manipule en interne. Ca peut être vu comme de la "force brute" mais quand je lis qu'un système de combat aérien battant un instructeur peut tourner sur un nano-ordinateur type Rasberry Pi, je me permet d'en douter.
aldebaran a écrit:

Bref, l'expression "intelligence artificielle" n'est qu'un abus de langage de plus.
Tout n'est qu'abus de langage dès lors que le marketing s'en mêle. Et puis, les notions elles-mêmes évoluent avec le temps, ce qui s'appelait IA dans le passé n'est même plus considéré comme de l'IA dès que tout le monde en dispose dans sa poche ou dans son appareil photo. En recherche, je me suis très vite lassé de ces querelles de langage qui tournent bien souvent en querelles de chapelles avec chacune leur grand prêtre/gourou censé détenir la vérité universelle: en gros, le seul type de l'équipe qui a un jour réellement trouvé quelque chose de novateur et fait toute sa carrière autour en trainant derrière lui une horde de disciples qui déclinent cette "découverte" à toutes les sauces.... Jusqu'à ce que l'un de ces disciples trouve aussi quelque chose et finisse par accéder à ce statut de gourou voire à dépasser le maître... et ainsi de suite. C'est ainsi que la recherche progresse depuis qu'elle est codifiée et encadrée par les comités de lecture, les revues, les ratings et autres académies. Il y a eu des abus de langage dans le passé et il continuera à y en avoir tant que cela permet à certains de passer sous les fourches caudines de ce système.
aldebaran a écrit:

Mais je crois à des perfectionnements logiques incessants concernant les systèmes experts sans aller jusqu'à les doter d'intelligence.
Même ça, ça n'est déjà plus de l'IA mais on constate à nouveau que le débat se cristallise autour du pour ou contre l'IA sans même savoir pour ou contre quoi (contre les conséquences de son émergence ? contre les théoriciens et chercheurs qui font progresser la discipline ? contre les entreprises commerciales qui vont faire des profits sur le dos des crédules...?). Au 21ème siècle, ma position n'est déjà plus à ce niveau là. Je pense surtout que bien malin est celui, même le génial Penrose, qui pourra dire vers où vont nous amener ses techniques. La prospective n'étant pas une science exacte, on ne peut que croire aux visions de tel ou tel gourou servant d'oracle moderne aux adeptes subjugués par son charisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-conquete-spatiale.fr/prsentation-des-membres-f5
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 10:49

Kostya a écrit:
Bonjour,
aldebaran a écrit:
...
L'intelligence consiste en particulier à l'aptitude de prendre des décisions de soi-même après prise de conscience du contexte.
Ce que fait un système de combat aérien luttant contre un adversaire chevronné qui peut être imprévisible dans ses réactions (tout autant que le système lui-même).
aldebaran a écrit:

Pour un ordinateur, prendre une décision consisterait à abandonner la suite d'instructions écrites par le programmeur afin de lui substituer de nouvelles instructions créées par l'ordinateur lui-même. Cela suppose que cet ordinateur est parfaitement conscient d'une situation qu'il a comprise et pris par conséquent les mesures adéquates.
Nous n'en sommes pas là, tant s'en faut.
Non, je pense qu'on en est déjà plus loin car des programmes d'IA qui s'ajoutent des instructions en plus de celles que j'ai écrite, j'en ai créé il y a 30 ans (je crois que c'est ce qu'on appelle aujourd'hui l'"IA faible") donc entre temps la discipline a évolué et a certainement dépassé ce stade. On est bien plus loin que la simple logique des prédicats, le lambda calcul ou l'algèbre fonctionnelle qui étaient les seules bases de ces programmes au siècle précédent.
aldebaran a écrit:

Enfin, une petite remarque qui semble bien n'avoir jamais évoquée. Pour prendre une décision il la faut penser dans une langue ! Dans quelle langue l'ordinateur pourrait-il penser lui dont le seul verbe se réduit à l'impératif : "Fais ceci", "Fais. cela", les "ceci" et "cela" étant eux-mêmes définis par le programmeur !.
Il me semble que le "fais ceci"et "fais cela", ça n'est justement pas de l'IA... même pas faible. L'IA que j'ai connu il y a 30 ans pour simplifier, c'était déjà dire à l'ordinateur "fais ce que tu juges le mieux en fonction des données dont tu disposes" et bien sûr cela se fait dans une langue que comprenne les deux (principe d'une communication homme-machine). Plus tard, dans son fonctionnement interne, rien n'oblige l'ordinateur à maintenir ce niveau d'intelligibilité vis à vis de son concepteur (l'interface homme-machine même si elle est importante pour maintenir la compréhension entre ces deux acteurs n'est déjà plus vraiment de l'IA de nos jours) pourvu qu'il livre à nouveau des résultats qui soient eux compris. En somme, on comprend aujourd'hui les infos qui servent à dialoguer avec le système mais plus personne n'est capable d'interpréter dans le temps d'une vie humaine ce que le système manipule en interne. Ca peut être vu comme de la "force brute" mais quand je lis qu'un système de combat aérien battant un instructeur peut tourner sur un nano-ordinateur type Rasberry Pi, je me permet d'en douter.
aldebaran a écrit:

Bref, l'expression "intelligence artificielle" n'est qu'un abus de langage de plus.
Tout n'est qu'abus de langage dès lors que le marketing s'en mêle. Et puis, les notions elles-mêmes évoluent avec le temps, ce qui s'appelait IA dans le passé n'est même plus considéré comme de l'IA dès que tout le monde en dispose dans sa poche ou dans son appareil photo. En recherche, je me suis très vite lassé de ces querelles de langage qui tournent bien souvent en querelles de chapelles avec chacune leur grand prêtre/gourou censé détenir la vérité universelle: en gros, le seul type de l'équipe qui a un jour réellement trouvé quelque chose de novateur et fait toute sa carrière autour en trainant derrière lui une horde de disciples qui déclinent cette "découverte" à toutes les sauces.... Jusqu'à ce que l'un de ces disciples trouve aussi quelque chose et finisse par accéder à ce statut de gourou voire à dépasser le maître... et ainsi de suite. C'est ainsi que la recherche progresse depuis qu'elle est codifiée et encadrée par les comités de lecture, les revues, les ratings et autres académies. Il y a eu des abus de langage dans le passé et il continuera à y en avoir tant que cela permet à certains de passer sous les fourches caudines de ce système.
aldebaran a écrit:

Mais je crois à des perfectionnements logiques incessants concernant les systèmes experts sans aller jusqu'à les doter d'intelligence.
Même ça, ça n'est déjà plus de l'IA mais on constate à nouveau que le débat se cristallise autour du pour ou contre l'IA sans même savoir pour ou contre quoi (contre les conséquences de son émergence ? contre les théoriciens et chercheurs qui font progresser la discipline ? contre les entreprises commerciales qui vont faire des profits sur le dos des crédules...?). Au 21ème siècle, ma position n'est déjà plus à ce niveau là. Je pense surtout que bien malin est celui, même le génial Penrose, qui pourra dire vers où vont nous amener ses techniques. La prospective n'étant pas une science exacte, on ne peut que croire aux visions de tel ou tel gourou servant d'oracle moderne aux adeptes subjugués par son charisme.

Bonjour,
Je m'en tiens fermement à ces deux principes fondamentaux  !
1- Être intelligent c'est, en particulier, COMPRENDRE à la l'aide de la PENSEE un contexte afin de prendre une ou des décisions tout  en étant CONSCIENT de ce que l'on fait.
2- Je rappelle que le langage des ordinateurs n'est pas LOGIQUEMENT plus puissant que celui de la Machine de Turing et qu'il a été démontré depuis longtemps qu'il est impossible de créer un langage logiquement plus puissant que celui de cette machine de Turing. Il y a là quand même matière à réflexion et ce n'est pas parce que les superordinateurs d'aujourd'hui travaillent à des milliards de fois plus vite qu'un cerveau  humain qu'ils sont pour autant dotés d'intelligence.
Vous citez le "Lambda-Calculus" d'Alonzo Church. Church, logicien, ne s'intéressait dans ce cas qu'à la notion de calculabilité, version informatique du concept de "fonction récursive" et je vois mal le rapport avec l'IA même si McCarty s'en est inspiré pour créer son langage LISP.
Même remarque pour l'"algèbre fonctionnelle" principalement utilisée en mécanique quantique et dans les espaces de Hilbert, espaces complexes dont l'éventuel rôle en IA me semble incongru.
Quant au calcul propositionnel, il est encore utilisé , que je sache, dans son interprétation en termes "d'algèbre de Boole", toujours à la a la base des processeurs les plus modernes ... 
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astro-notes
Donateur
Donateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 11288
Age : 76
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 11:18

Ah, IA, sujet décoiffant. Aldebaran, je te déteste cordialement ( Very Happy) mais je te lis avec beaucoup de plaisir comme notre collègue Kostya. Mais il me faut du temps pour digérer vos points de vue, j'y répondrais plus tard. up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astro-notes.org
Argyre


avatar

Masculin Nombre de messages : 3269
Age : 52
Localisation : sud-ouest
Date d'inscription : 31/01/2006

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 11:50

aldebaran a écrit:
Bonjour,
Je m'en tiens fermement à ces deux principes fondamentaux  !
1- Être intelligent c'est, en particulier, COMPRENDRE à la l'aide de la PENSEE un contexte afin de prendre une ou des décisions tout  en étant CONSCIENT de ce que l'on fait.
2- Je rappelle que le langage des ordinateurs n'est pas LOGIQUEMENT plus puissant que celui de la Machine de Turing et qu'il a été démontré depuis longtemps qu'il est impossible de créer un langage logiquement plus puissant que celui de cette machine de Turing. Il y a là quand même matière à réflexion et ce n'est pas parce que les superordinateurs d'aujourd'hui travaillent à des milliards de fois plus vite qu'un cerveau  humain qu'ils sont pour autant dotés d'intelligence.
Vous citez le "Lambda-Calculus" d'Alonzo Church. Church, logicien, ne s'intéressait dans ce cas qu'à la notion de calculabilité, version informatique du concept de "fonction récursive" et je vois mal le rapport avec l'IA même si McCarty s'en est inspiré pour créer son langage LISP.
Même remarque pour l'"algèbre fonctionnelle" principalement utilisée en mécanique quantique et dans les espaces de Hilbert, espaces complexes dont l'éventuel rôle en IA me semble incongru.
Quant au calcul propositionnel, il est encore utilisé , que je sache, dans son interprétation en termes "d'algèbre de Boole", toujours à la a la base des processeurs les plus modernes ... 
Cordialement.

Le terme "comprendre" est suffisamment complexe et abstrait, sans définition claire, tout comme le terme "pensée" pour qu'on puisse dire tout et son contraire en le manipulant. Et c'est encore pire pour "conscient". Il suffit par exemple de dire qu'un programme informatique permet à un ordinateur de "comprendre un peu", de "penser un peu" et aurait une conscience embryonnaire pas plus élevée que celle d'un enfant de 2 ans, et on pourrait en débattre des années sans faire avancer le schmilblick ...
En science, il faut se ramener autant que possible à des résultats expérimentaux et prendre en compte les bases théoriques partagées par tous. Nul ne conteste par exemple qu'un ordinateur peut très bien jouer aux échecs, qu'un robot peut se déplacer dans un environnement inconnu qu'il découvre progressivement de lui-même, qu'il existe des programmes qui sont efficaces pour apprendre un visage et le reconnaître ensuite dans un contexte très différent, etc. etc.. Ensuite, du point de vue théorique, on admet en général que l'apprentissage du cerveau repose pour l'essentiel sur des modifications de l'efficacité synaptique pour la transmission de l'influx nerveux entre neurones (bases des neurosciences computationnelles), ce qui parait "mécanique" et donc modélisable et reproductibles par des traitements informatiques.
Par déduction, on est donc amener à penser qu'il n'y a pas de rupture claire entre l'intelligence d'un humain et l'intelligence potentielle d'un ordinateur. D'ailleurs, personne en I.A. ne prétend être capable de proposer une expérience démontrant qu'une tâche intelligente spécifique serait hors de portée d'un ordinateur. Au contraire, chaque jour qui passe, on parvient à faire faire des choses de plus en plus complexes à l'ordinateur, y compris sur des thèmes difficiles comme la curiosité, les émotions, la motivation, l'attention, etc.
Il n'en reste pas moins que c'est difficile, très difficile même et que sur certains sujets, on est plus sur l'intelligence d'un bébé que d'un adulte. Par exemple, c'est vrai que concernant le langage, on est loin du compte. Mais est-on au niveau 0 ? Non, on a du mal à prendre en compte le contexte et à analyser/traiter des phrases élaborées, mais on est quand même plus performant qu'un bébé de 1 an. Si on prétend que ce dernier a une conscience, une pensée et une compréhension embryonnaires, pourquoi le refuser aux programmes qui sont dans les ordinateurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katalpa


avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Age : 51
Localisation : Mars
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 12:37

Notre langage a été fait pour des humains, pas pour des machines, les machines ont leur propre langage. C'est pour ça que le terme Intelligence Artificielle est un terme bâtard, une machine ne peut reproduire tous les comportements intuitif d'un humain, mais de plus, de quel humain ?

Des machines remplacent des ouvriers et diriez-vous que les ouvriers ne sont pas intelligents ? Si vous demandez à un ordinateur de jouer aux échecs ou au Go, certains programmes battent les plus grands champions. Nous avons déjà des robots qui peuvent remplacer une standardiste, ils ressemblent à des humains depuis la peau jusqu'aux yeux.

C'est aussi un reflet de nos peurs, les robots peuvent-ils éliminer les humains ? Nous n'en sommes pas encore là. Un humain, c'est aussi ses émotions et ses faiblesses et on ne programme pas les robots pour ça. Mais quand je vois les réseaux sociaux, je me pose des questions, car c'est un peu une intelligence collective qui se développe dans un réseau social, même si ce n'est pas vraiment non plus une véritable intelligence (Facebook ou les autres peuvent changer les programmes).

Enfin, j'aimerais savoir qu'est-ce qu'on définit par intelligence. Est-ce "la capacité à s'adapter à son milieu", "la capacité à réagir à un imprévu", dans ce cas nos ordinateurs sont en partie intelligent, mais c'est une intelligence de machine qui a besoin des humains pour fonctionner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jacquesabeasis.cabanova.com
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 12:42

katalpa a écrit:
Notre langage a été fait pour des humains, pas pour des machines, les machines ont leur propre langage. C'est pour ça que le terme Intelligence Artificielle est un terme bâtard, une machine ne peut reproduire tous les comportements intuitif d'un humain, mais de plus, de quel humain ?

Des machines remplacent des ouvriers et diriez-vous que les ouvriers ne sont pas intelligents ? Si vous demandez à un ordinateur de jouer aux échecs ou au Go, certains programmes battent les plus grands champions. Nous avons déjà des robots qui peuvent remplacer une standardiste, ils ressemblent à des humains depuis la peau jusqu'aux yeux.

C'est aussi un reflet de nos peurs, les robots peuvent-ils éliminer les humains ? Nous n'en sommes pas encore là. Un humain, c'est aussi ses émotions et ses faiblesses et on ne programme pas les robots pour ça. Mais quand je vois les réseaux sociaux, je me pose des questions, car c'est un peu une intelligence collective qui se développe dans un réseau social, même si ce n'est pas vraiment non plus une véritable intelligence (Facebook ou les autres peuvent changer les programmes).

Enfin, j'aimerais savoir qu'est-ce qu'on définit par intelligence. Est-ce "la capacité à s'adapter à son milieu", "la capacité à réagir à un imprévu", dans ce cas nos ordinateurs sont en partie intelligent, mais c'est une intelligence de machine qui a besoin des humains pour fonctionner.

"mais c'est une intelligence de machine qui a besoin des humains pour fonctionner."


Permettez-moi d'être plus précis :
"mais c'est une machine qui a besoin de l'intelligence des humains pour fonctionner."
N'est-ce pas plus juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
katalpa


avatar

Féminin Nombre de messages : 973
Age : 51
Localisation : Mars
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 12:46

C'est bien ma question : où place-t-on l'intelligence et comment la définit-on ?
Sinon on peut toujours refuser le terme d'intelligence à un comportement qui est intelligent. C'est pareil que de dire que les femmes n'ont pas d'âme ou que les personnes à la peau noire sont des animaux.

Maintenant si on accepte le terme d'intelligence pour des processus de machine, en effet, nous risquons d'aller dans le mur.

Avouez, j'appuie sur un bouton et la lumière s'allume, c'est bien de la magie, pour comparer ce qui est comparable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jacquesabeasis.cabanova.com
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 13:02

Argyre a écrit:
aldebaran a écrit:
Bonjour,
Je m'en tiens fermement à ces deux principes fondamentaux  !
1- Être intelligent c'est, en particulier, COMPRENDRE à la l'aide de la PENSEE un contexte afin de prendre une ou des décisions tout  en étant CONSCIENT de ce que l'on fait.
2- Je rappelle que le langage des ordinateurs n'est pas LOGIQUEMENT plus puissant que celui de la Machine de Turing et qu'il a été démontré depuis longtemps qu'il est impossible de créer un langage logiquement plus puissant que celui de cette machine de Turing. Il y a là quand même matière à réflexion et ce n'est pas parce que les superordinateurs d'aujourd'hui travaillent à des milliards de fois plus vite qu'un cerveau  humain qu'ils sont pour autant dotés d'intelligence.
Vous citez le "Lambda-Calculus" d'Alonzo Church. Church, logicien, ne s'intéressait dans ce cas qu'à la notion de calculabilité, version informatique du concept de "fonction récursive" et je vois mal le rapport avec l'IA même si McCarty s'en est inspiré pour créer son langage LISP.
Même remarque pour l'"algèbre fonctionnelle" principalement utilisée en mécanique quantique et dans les espaces de Hilbert, espaces complexes dont l'éventuel rôle en IA me semble incongru.
Quant au calcul propositionnel, il est encore utilisé , que je sache, dans son interprétation en termes "d'algèbre de Boole", toujours à la a la base des processeurs les plus modernes ... 
Cordialement.

Le terme "comprendre" est suffisamment complexe et abstrait, sans définition claire, tout comme le terme "pensée" pour qu'on puisse dire tout et son contraire en le manipulant. Et c'est encore pire pour "conscient". Il suffit par exemple de dire qu'un programme informatique permet à un ordinateur de "comprendre un peu", de "penser un peu" et aurait une conscience embryonnaire pas plus élevée que celle d'un enfant de 2 ans, et on pourrait en débattre des années sans faire avancer le schmilblick ...
En science, il faut se ramener autant que possible à des résultats expérimentaux et prendre en compte les bases théoriques partagées par tous. Nul ne conteste par exemple qu'un ordinateur peut très bien jouer aux échecs, qu'un robot peut se déplacer dans un environnement inconnu qu'il découvre progressivement de lui-même, qu'il existe des programmes qui sont efficaces pour apprendre un visage et le reconnaître ensuite dans un contexte très différent, etc. etc.. Ensuite, du point de vue théorique, on admet en général que l'apprentissage du cerveau repose pour l'essentiel sur des modifications de l'efficacité synaptique pour la transmission de l'influx nerveux entre neurones (bases des neurosciences computationnelles), ce qui parait "mécanique" et donc modélisable et reproductibles par des traitements informatiques.
Par déduction, on est donc amener à penser qu'il n'y a pas de rupture claire entre l'intelligence d'un humain et l'intelligence potentielle d'un ordinateur. D'ailleurs, personne en I.A. ne prétend être capable de proposer une expérience démontrant qu'une tâche intelligente spécifique serait hors de portée d'un ordinateur. Au contraire, chaque jour qui passe, on parvient à faire faire des choses de plus en plus complexes à l'ordinateur, y compris sur des thèmes difficiles comme la curiosité, les émotions, la motivation, l'attention, etc.
Il n'en reste pas moins que c'est difficile, très difficile même et que sur certains sujets, on est plus sur l'intelligence d'un bébé que d'un adulte. Par exemple, c'est vrai que concernant le langage, on est loin du compte. Mais est-on au niveau 0 ? Non, on a du mal à prendre en compte le contexte et à analyser/traiter des phrases élaborées, mais on est quand même plus performant qu'un bébé de 1 an. Si on prétend que ce dernier a une conscience, une pensée et une compréhension embryonnaires, pourquoi le refuser aux programmes qui sont dans les ordinateurs ?

A propos de la définition des mots, Alfred Korbsisky (1879-1959), père de la "sémantique générale" a déjà évoqué ce problème dans "Science  and Sanity".
Autant alors revenir à la querelle des "Universaux" qui a secoué le Moyen Âge avec les Abélard, Buridan; Albert Le grand, Guillaume d'Occam …
Je suis bien certain que chacun reconnaitrait un ordinateur faisant preuve d'intelligence exprimant sa pensée et constater qu'il est doté de conscience;.
Mais c'est bien parce qu'il est possible de faire dire n'importe quoi aux mots que l'on peut défendre l'intelligence des ordinateurs  !
Vous dîtes :
"En science, il faut se ramener autant que possible à des résultats expérimentaux et prendre en compte les bases théoriques "
Que diable, je le sais bien moi qui ai passé toute ma vie professionnelle dans la recherche scientifique !
Et c'est précisément pour cela, et en me basant sur le raisonnement rigoureux exigé dans toute recherche, que je nie l'IA.
Le principal argument de Penrose tient en une phrase : La pensée n'est pas algorithmique.
Il faut donc avant tout que les tenants de l'IA PROUVENT formellement que la pensée EST algorithmique, et après, on verra.
Tout est là .


Je propose un test : On enregistre dans la mémoire d'un ordinateur la "Critique de la raison pure" d'Emmanuel Kant et on lui demande ce qu'il en pense.
Même proposition pour le "Cimetière marin" de Paul Valéry.
Mais je serais plus satisfait si l'ordinateur démontrait la conjecture de Riemann concernant la fonction zêta(s).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Sam 20 Oct 2018 - 16:38

katalpa a écrit:
C'est bien ma question : où place-t-on l'intelligence et comment la définit-on ?
Sinon on peut toujours refuser le terme d'intelligence à un comportement qui est intelligent. C'est pareil que de dire que les femmes n'ont pas d'âme ou que les personnes à la peau noire sont des animaux.

Maintenant si on accepte le terme d'intelligence pour des processus de machine, en effet, nous risquons d'aller dans le mur.

Avouez, j'appuie sur un bouton et la lumière s'allume, c'est bien de la magie, pour comparer ce qui est comparable.

Dans votre précédente intervention, vous avez fait allusion à l'intuition.
Là aussi est le problème ! Là aussi il faudrait démontrer que l'intuition est algorithmique !
Or, l'intuition est la source de toute idée novatrice. Qu'une intuition se révèle valable ou non n'est pas le problème. Le problème est: Qu'on me démontre qu'un ordinateur pourra être doté d'intuition alors que nous mêmes ne savons pas vraiment comment elle naît dans notre cerveau.
Et, à propos de notre cerveau, nous n'en connaissons pas non plus la logique. Comment, dans ces conditions, pourrait-on en doter un ordinateur ? 
Je ne prétends pas qu'il est à jamais impossible de créer une intelligence artificielle. Mais j'affirme avec force que c'est impossible pour les ordinateurs dont la logique n'est pas plus riche que celle d'une machine de Turing ! Il y peut-être de l'espoir du côté des automates cellulaires mais ceci est une autre histoire (et une autre logique !)
Aussi, je recommande vivement à ceux qui ignorent ce qu'est une telle machine de Turing d'en étudier préalablement la logique.
Ils comprendront alors la thèse d'Alonzo Church : La théorie des machines de Turing, la théorie des fonctions récursives et la théorie des algorithmes sont logiquement équivalentes.
D'où mon insistance à poser la question : La pensée humaine est-elle algorithmique ?
Et si, en plus, on se pose la question : L'intuition est-elle algorithmique ? on voit bien se dérober l'idée d'un ordinateur intelligent.
Tout est là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kostya


avatar

Masculin Nombre de messages : 3746
Localisation : Kalouga
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Dim 21 Oct 2018 - 0:54

Bonsoir,
aldebaran a écrit:
...
Or, l'intuition est la source de toute idée novatrice. Qu'une intuition se révèle valable ou non n'est pas le problème. Le problème est: Qu'on me démontre qu'un ordinateur pourra être doté d'intuition alors que nous mêmes ne savons pas vraiment comment elle naît dans notre cerveau.
Et, à propos de notre cerveau, nous n'en connaissons pas non plus la logique. Comment, dans ces conditions, pourrait-on en doter un ordinateur ?
Comme je l'avais affirmé avec insistance plus haut dans ce fil, je suis persuadé qu'on touche là au cœur de la question discutée.
Comme dans l'article sur ALPHA, on prétend souvent qu'un système serait plus "intelligent" qu'un autre s'il arrive à le battre sur son propre terrain (comme si l'intelligence se mesurait au moyen d'une forme de jeu). Cela présuppose qu'il existerait une métrique de l'intelligence qui permettrait de dire que tel système est plus intelligent qu'un homme. C'est depuis longtemps considéré comme des billevesées puisqu'ils existent tellement de formes différentes d'intelligence qu'il faudrait une métrique multi-dimensionnelle de toute façon et établir des pondérations, ce qui reviendrait à définir une hiérarchie de valeurs entre les différentes formes d'intelligence.
L'intuition est effectivement un bon exemple que nous avions analysé dans le passé comme ne relevant pas de la métaconnaissance de soi. L'être humain qui utilise son intuition le fait à son insu et bien souvent sans pouvoir vraiment s'y fier ou ne pas s'y fier puisque rien ne lui assure qu'elle sera valable. Pour le moment, on ne modélise pas l'intuition. On peut recréer des formes d'intuition ou, du moins, ce qui y ressemble (ça n'est plus de l'algorithmique mais je ne souhaite pas rouvrir ce débat qui n'est pas au cœur de mon propos) dans ses manifestations mais involontairement donc comment pourrait-on prétendre qu'on a ainsi "créé de l'intelligence"?
Y compris le trop fameux test de Türing n'est basé que sur l'évaluation d'une poignée de formes d'intelligence mais il peut et il doit en exister beaucoup d'autres que nous n'avons pas encore découvertes.
On comprendra si oui ou non une machine peut devenir "intelligente" uniquement quand l'homme aura compris ce qu'est l'intelligence à commencer par les formes d'intelligence dont il est lui-même porteur. C'est encore loin d'être le cas et cela évolue même avec le temps: au 19ème siècle, les phénomènes de foire qui arrivaient à des performances impressionnantes en calcul mental étaient vus comme des êtres humains très intelligents car cela faisait partie des stéréotypes de l'époque qu'un humain très fort en calcul était forcément très intelligent.
Aujourd'hui cela fait sourire (c'est une forme d'ordinateur organique et rien d'autre Laughing ) comme feront sourire les considérations de ce début de siècle concernant telle ou telle machine dite "intelligente" quand on découvrira à la fin du siècle d'autres manifestations de l'intelligence allant au-delà de la simple capacité à manipuler rapidement de grandes quantités de données sans avoir recours à l'intuition (ce que fait tout homme inconsciemment puisque notre perception inconsciente génère un flux de données considérablement plus élevé que celui dont nous sommes directement conscients). Je ne mélange pas conscience et intelligence car ce sont deux notions qui peuvent être considérées séparément: la conscience de soi n'est qu'une forme d'intelligence alors qu'il existe bien des formes d'intelligence qui ne sont pas conscientes (certains refusaient par le passé de doter les animaux d'une conscience car ils n'auraient pas d'âme... on voit bien que ces rapprochements nous éloignent considérablement de la notion d'intelligence qui, par ailleurs, existe chez les animaux).

Rien ne sert de viser des "machines intelligentes" si cette notion-même non seulement reste insaisissable mais évolue elle-même dans le temps: en gros, le jour où on croira arriver au but, la définition de l'intelligence aura déjà changé. Pire, je pense même que ce sont précisément ces tentatives de mimer l'intelligence humaine qui en feront évoluer la définition au fur et à mesure qu'on aura l'impression de s'en approcher.
Finalement, le plus "artificiel" dans tout cela, c'est l'intelligence humaine dont on commence à peine à saisir quelques uns des ressorts (peut-être est-ce l'intérêt principal de la discipline dite "IA" qui a permis par effet de bord de faire progresser la connaissance de notre propre intelligence humaine?) mais qui par ailleurs n'empêche pas l'homme de faire de très grosses bêtises en se croyant intelligent. L'absence de métaconnaissance est plus une forme de bêtise qu'autre chose et sans métaconnaissance approfondie, je ne vois pas comment nous serions capables de reproduire artificiellement ce que nous sommes. Ce dont j'ai de plus en plus peur, c'est que ces limitations qui sont les nôtres nous empêchent un jour de reconnaitre une éventuelle menace résultant de ces technologies. On voit déjà où notre bêtise naturelle nous a mené en matière d'environnement et rien ne dit qu'il n'en sera pas un jour de même de ces progrès en matière de mimétisme de l'homme dans son ensemble.

P.S.: Les ordinateurs d'aujourd'hui écrivent leurs propres ouvrages. Je ne suis pas sûr qu'ils soient en cela aussi bons que Paul Valéry ou Emmanuel Kant mais c'est lisible et cela a l'air d'avoir été écrit par un écrivain professionnel. C'est à terme, la mort des nègres et des romanciers de gare mais là n'est pas le propos car c'est encore bien loin d'être des traités philosophiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-conquete-spatiale.fr/prsentation-des-membres-f5
aldebaran




Masculin Nombre de messages : 300
Age : 91
Localisation : Île de France
Date d'inscription : 06/03/2018

MessageSujet: Re: Intelligence artificielle   Dim 21 Oct 2018 - 6:53

;
Kostya a écrit:
Bonsoir,
aldebaran a écrit:
...
Or, l'intuition est la source de toute idée novatrice. Qu'une intuition se révèle valable ou non n'est pas le problème. Le problème est: Qu'on me démontre qu'un ordinateur pourra être doté d'intuition alors que nous mêmes ne savons pas vraiment comment elle naît dans notre cerveau.
Et, à propos de notre cerveau, nous n'en connaissons pas non plus la logique. Comment, dans ces conditions, pourrait-on en doter un ordinateur ?
Comme je l'avais affirmé avec insistance plus haut dans ce fil, je suis persuadé qu'on touche là au cœur de la question discutée.
Comme dans l'article sur ALPHA, on prétend souvent qu'un système serait plus "intelligent" qu'un autre s'il arrive à le battre sur son propre terrain (comme si l'intelligence se mesurait au moyen d'une forme de jeu). Cela présuppose qu'il existerait une métrique de l'intelligence qui permettrait de dire que tel système est plus intelligent qu'un homme. C'est depuis longtemps considéré comme des billevesées puisqu'ils existent tellement de formes différentes d'intelligence qu'il faudrait une métrique multi-dimensionnelle de toute façon et établir des pondérations, ce qui reviendrait à définir une hiérarchie de valeurs entre les différentes formes d'intelligence.
L'intuition est effectivement un bon exemple que nous avions analysé dans le passé comme ne relevant pas de la métaconnaissance de soi. L'être humain qui utilise son intuition le fait à son insu et bien souvent sans pouvoir vraiment s'y fier ou ne pas s'y fier puisque rien ne lui assure qu'elle sera valable. Pour le moment, on ne modélise pas l'intuition. On peut recréer des formes d'intuition ou, du moins, ce qui y ressemble (ça n'est plus de l'algorithmique mais je ne souhaite pas rouvrir ce débat qui n'est pas au cœur de mon propos) dans ses manifestations mais involontairement donc comment pourrait-on prétendre qu'on a ainsi "créé de l'intelligence"?
Y compris le trop fameux test de Türing n'est basé que sur l'évaluation d'une poignée de formes d'intelligence mais il peut et il doit en exister beaucoup d'autres que nous n'avons pas encore découvertes.
On comprendra si oui ou non une machine peut devenir "intelligente" uniquement quand l'homme aura compris ce qu'est l'intelligence à commencer par les formes d'intelligence dont il est lui-même porteur. C'est encore loin d'être le cas et cela évolue même avec le temps: au 19ème siècle, les phénomènes de foire qui arrivaient à des performances impressionnantes en calcul mental étaient vus comme des êtres humains très intelligents car cela faisait partie des stéréotypes de l'époque qu'un humain très fort en calcul était forcément très intelligent.
Aujourd'hui cela fait sourire (c'est une forme d'ordinateur organique et rien d'autre Laughing ) comme feront sourire les considérations de ce début de siècle concernant telle ou telle machine dite "intelligente" quand on découvrira à la fin du siècle d'autres manifestations de l'intelligence allant au-delà de la simple capacité à manipuler rapidement de grandes quantités de données sans avoir recours à l'intuition (ce que fait tout homme inconsciemment puisque notre perception inconsciente génère un flux de données considérablement plus élevé que celui dont nous sommes directement conscients). Je ne mélange pas conscience et intelligence car ce sont deux notions qui peuvent être considérées séparément: la conscience de soi n'est qu'une forme d'intelligence alors qu'il existe bien des formes d'intelligence qui ne sont pas conscientes (certains refusaient par le passé de doter les animaux d'une conscience car ils n'auraient pas d'âme... on voit bien que ces rapprochements nous éloignent considérablement de la notion d'intelligence qui, par ailleurs, existe chez les animaux).

Rien ne sert de viser des "machines intelligentes" si cette notion-même non seulement reste insaisissable mais évolue elle-même dans le temps: en gros, le jour où on croira arriver au but, la définition de l'intelligence aura déjà changé. Pire, je pense même que ce sont précisément ces tentatives de mimer l'intelligence humaine qui en feront évoluer la définition au fur et à mesure qu'on aura l'impression de s'en approcher.
Finalement, le plus "artificiel" dans tout cela, c'est l'intelligence humaine dont on commence à peine à saisir quelques uns des ressorts (peut-être est-ce l'intérêt principal de la discipline dite "IA" qui a permis par effet de bord de faire progresser la connaissance de notre propre intelligence humaine?) mais qui par ailleurs n'empêche pas l'homme de faire de très grosses bêtises en se croyant intelligent. L'absence de métaconnaissance est plus une forme de bêtise qu'autre chose et sans métaconnaissance approfondie, je ne vois pas comment nous serions capables de reproduire artificiellement ce que nous sommes. Ce dont j'ai de plus en plus peur, c'est que ces limitations qui sont les nôtres nous empêchent un jour de reconnaitre une éventuelle menace résultant de ces technologies. On voit déjà où notre bêtise naturelle nous a mené en matière d'environnement et rien ne dit qu'il n'en sera pas un jour de même de ces progrès en matière de mimétisme de l'homme dans son ensemble.

P.S.: Les ordinateurs d'aujourd'hui écrivent leurs propres ouvrages. Je ne suis pas sûr qu'ils soient en cela aussi bons que Paul Valéry ou Emmanuel Kant mais c'est lisible et cela a l'air d'avoir été écrit par un écrivain professionnel. C'est à terme, la mort des nègres et des romanciers de gare mais là n'est pas le propos car c'est encore bien loin d'être des traités philosophiques.

Je crois que nos points de vue se rapprochent et je suis d'accord avec vous la plupart du temps.
Mais je crois accorder plus d'importance que vous à l'intuition sans laquelle la Science n'existerait pas. On pourrait définir partiellement l'intelligence comme une aptitude à générer des intuitions. Il n'a jamais existé de découvertes non précédées d'intuition, sauf dans les rares cas où le hasard est intervenu dans la découverte ; mais même ce hasard est à l'origine d'une intuition. Par exemple, c'est par hasard que Galilée a observé le mouvement pendulaire du lustre de la cathédrale de Pise mais c'est son intuition née de cette observation qui lui a fait découvrir la loi de l'isochronisme des petites oscillations. Les exemples ne manquent pas.
Et puis existent aussi les soudaines associations d'idées génératrices d'intuitions. Par quel mécanisme inconnu Henri Poincaré a-t-il vu brusquement la solution d'un problème relatif aux fonctions fuschiennes en montant dans un autobus ?
C'est alors qu'on est en droit de se poser la plus importante question : L'apparition de l'intuition est-elle algorithmique ?
Une autre facette du problème se présente aussi ainsi : Lorsque David Hilbert a demandé à son étudiant doctorant Kurt Gödel de démontrer qu'il existe un algorithme permettant de démontrer des théorèmes de mathématiques, a sa grande surprise Gödel a démontré le contraire avec son célèbre théorème d'incomplétude de la théorie des nombres. Cela a conduit au résultat inattendu que cette théorie nécessite, pour être totalement axiomatisée, un nombre infini d'axiomes. Un ordinateur, étant donnée sa logique limitée peut-il concevoir le concept d'infini ?
Enfin, et c'est dans le droit fil de ce qui précède, lorsqu'un programmeur écrit un programme, donc un algorithme, suit-il un algorithme ?
Je ne crois pas à l'IA pour les ordinateurs de la classe logique de Turing.
Mais des recherches sur les automates cellulaires qui apprennent par eux-mêmes confrontés à l'expérience me semble bien plus prometteuses. Mais ce sujet relativement récent (neurones amorphes) m'est en grande partie inconnu aussi je me garderai bien de porter le moindre jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Intelligence artificielle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la conquête spatiale :: Technique :: Autres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit