PortailForumCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueilTwitter-FCS
Partagez | 
 

 La quête d'une vie martienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zx




Masculin Nombre de messages : 2652
Age : 55
Localisation : Loir et Cher
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: La quête d'une vie martienne   Mar 16 Jan 2007 - 19:53

source :

http://www.flashespace.com/html/jan07/16_01.htm

Article :

Alors qu'une polémique vient d'éclater aux Etats-Unis laissant entendre que les 2 sondes Viking de 1976 auraient pu détruire des micro-organismes martien par ignorance, revenons brièvement sur les grandes dates de la recherche d'une forme de vie sur Mars.

Avant 1900

Lorsque les astronomes de la fin du XIX siècle pointent leur regard vers Mars, nombreux sont ceux à y voir des structures artificielles, des canaux faisant partie d'un vaste système d'irrigation mis en place par les Martiens à la surface de Mars, pour lutter contre une sécheresse grandissante ! C'est du moins ce que pense Percival Lowell. Bien que quelques scientifiques doutent de l'existence de ces structures, ce ne sont pas les premières photographies de la planète, acquises en 1905, qui permettent de trancher.

Après 1900

Tout change avec l'arrivée d'instruments d'observation plus 'moderne'. De 1909 au début des années 40, la perception que l'on a de Mars commence à évoluer et beaucoup doutent maintenant de l'existence de ces structures artificielles. Les images acquises pendant cette période les montrent bien moins rectilignes et nettement plus accidentées.

Mariner 4

En 1965, la messe est dite. La sonde de la NASA Mariner 4 survole Mars et prouve de manière définitive que les canaux n'existent pas. Cette époque de l'exploration de Mars apporte autant de réponse qu'elle pose de nouvelles questions.

Viking

C'est avec beaucoup d'enthousiasme qu'en 1976 la NASA réussi à débarquer sur la surface de Mars les 2 sondes Viking. Nombreux sont les scientifiques à penser que la planète est compatible avec la vie. Malheureusement, les premières données montrent que ce n'est pas le cas. Pire, elles apparaissaient comme décevantes.

Les missions Viking ont dévoilé un monde mort, très froid et peu propice à soutenir une forme de vie, du moins comme nous la concevons, se basant sur de l'eau, une forme d'énergie et un environnement stable. Mars apparaît au grand jour comme une planète où la température ne dépasse jamais 15° même au niveau de son équateur, en plein été; l'hiver, les températures tombent à -130° la nuit. Pire, l'atmosphère de Mars est composée à 95% de gaz carbonique et elle est beaucoup trop ténue, ne serait-ce que pour protéger la surface de la planète contre le rayonnement ultraviolet du Soleil. Autrement dit, il n'est pas possible à une forme de vie de survivre à la surface de cette planète.

Avec l'avènement de l'astronomie moderne, la recherche d'une vie extraterrestre va principalement être guidée par les conditions qui ont conduit à l'apparition de la vie terrestre, conditions qui vont servir de référence. Sur Terre, le passage de la matière à la vie se fit dans l'eau, il y a environ 4 milliards d'années, avec des systèmes moléculaires capables d'autoreproduction et d'évolution.

Si Aujourd'hui, on est convaincu que ces conditions existaient vraisemblablement sur Mars il y a 4 milliards d'années, ce n'était pas le cas en 1980. A cette époque de l'exploration robotique de la planète rouge, si les missions ont apporté de nombreuses réponses aux questions en suspens, de nouvelles voient le jour. On se demande si la vie a pu apparaître dans l'histoire de la planète et si Mars conserve dans son sous-sol des niches biologiques.

Fin des années 90

A la fin des années 90, notre vision de Mars a beaucoup changé avec de nouvelles missions qui cette fois-ci ont envoyé des informations bien plus optimistes. Des sondes l'ont entièrement cartographiée et ces photographies révèlent qu'autrefois l'eau coulait sur la surface aride de Mars. On a pu en déduire que le climat de la planète rouge était alors, sans aucun doute, beaucoup plus chaud. Même si cette planète ne porte aujourd'hui aucun signe de vie, il est possible qu'il en ait été autrement dans sa jeunesse.

La recherche de vie fossilisée prend son essor à ce moment.

XXI siècle

Alors que s'esquissent les premières missions habitées vers Mars, notre connaissance de la planète Mars n'a jamais été aussi aboutie. Aujourd'hui, on sait qu'il s'agit d'un monde globalement sec et froid depuis 3,5 milliards d'années. Les images ont montré que l'activité fluviale et l'eau des grands réservoirs qui pouvaient être des mers et autres lacs auraient disparu à ce moment-là. Au niveau des pôles, tout laisse à penser qu'il devait exister une activité volcanique jusqu'à tout récemment, et certains scientifiques pensent qu'elle perdure encore.

On a réussi à déterminer les grandes phases de l'évolution de la planète, déterminer en grande partie la composition minéralogique de la surface et la composition moléculaire de l'atmosphère martienne. Et surtout on en sait bien plus sur le cycle de l'eau de l'histoire de la planète.

Combinées aux découvertes faites sur Terre concernant les extrêmophiles, les scientifiques sont bien armés pour savoir où rechercher des traces de vie éteintes ou vivantes. Les prochaines missions martiennes s'annoncent passionnantes et sont capables d'avancées significatives dans la recherche d'une forme de vie sur Mars.

Cette optimiste se base notamment sur la découverte sur Terre de bactéries nommées extrêmophiles, en raison de leur capacité à évoluer dans des endroits des environnements extraordinairement hostiles. Loin sous la surface des océans, par exemple, près de ces cheminées volcaniques que l'on appelle les "fumeurs noirs", des microbes vivent et se multiplient à des températures supérieures à 110°, voire selon certains chercheurs, 170°. D'autres se développent dans des conditions acides qui décaperaient la peau de n'importe quel être humain; d'autres encore vivent confortablement dans des roches chaudes à des kilomètres de profondeur. En revanche, certains micro-organismes préfèrent le froid à la chaleur: des formes de vies observées dans l'Antarctique se débrouillent très bien dans ce qui ressemble à un congélateur.

S'il l'on extrapole ces découvertes à la planète Mars, il y a de fortes chances que la vie sur Mars soit enfouie sous sa surface et il y a certainement des bactéries sur Terre qui seraient très heureuses de vivre dans de telles conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lambda0
Modérateur
Modérateur



Masculin Nombre de messages : 4124
Age : 49
Localisation : Nord, France
Date d'inscription : 22/09/2005

MessageSujet: Re: La quête d'une vie martienne   Mer 17 Jan 2007 - 12:53

Euh... je vais paraître un peu rabat-joie, mais on a plutôt l'impression que l'idée qui se fait jour, en extrapolant, est que la vie martienne n'existe pas. Au 19ème siècle, on voyaient des civilisations martiennes, et maintenant, on en est à supposer l'existence d'hypothétiques microbes sous la surface...
Plus le temps passe, plus s'accumulent les indications que Mars est stérile.
Quant aux extrémophiles terrestres, sont-ils nés dans ces conditions ? Ne s'agit-il pas plutôt d'organismes nés dans des conditions plus clémentes, et qui se sont adaptés ?

Il me semble plus prudent de dire : il y a de fortes chances que la vie sur Mars, si elle existe, soit enfouie sous la surface.
Pas vraiment un scoop, quoi...

_________________
"The dinosaurs failed to survive due to the lack of a space program"
Arthur C. Clarke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argyre




Masculin Nombre de messages : 2992
Age : 50
Localisation : sud-ouest
Date d'inscription : 31/01/2006

MessageSujet: Re: La quête d'une vie martienne   Mer 17 Jan 2007 - 13:58

Bonjour,
zx a écrit:
source : ...
<<Alors que s'esquissent les premières missions habitées vers Mars, notre connaissance de la planète Mars n'a jamais été aussi aboutie. Aujourd'hui, on sait qu'il s'agit d'un monde globalement sec et froid depuis 3,5 milliards d'années. Les images ont montré que l'activité fluviale et l'eau des grands réservoirs qui pouvaient être des mers et autres lacs auraient disparu à ce moment-là. >>
Le "on sait" est AMHA très présomptueux. Mes lectures méritent peut-être une mise à jour, mais je ne crois pas qu'il y ait de certitude sur le passé de Mars, surtout en remontant aussi loin que 3,5 milliards d'années. En particulier, il me semble qu'on ne croit pas à des étendues d'eau stable (pas de contour océanique détectable), mais en revanche, il est possible qu'il y ait eu des épisodes humides plus ou moins stochastiques, avec donc des étendues d'eau en constante variation. Par ailleurs, on n'a pas retrouvé de grandes quantités de carbonates comme signe évident de dépôt sédimentaire par les fleuves, et sur ce point là au moins je suis sûr d'une chose, c'est que les scientifiques n'ont pas encore d'explication claire (j'ai assisté récemment à la conférence d'un spécialiste qui en a parlé).
L'interprétation des données est toujours délicate, il faut se méfier des raccourcis trop réducteurs.

Cordialement,
Argyre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La quête d'une vie martienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la conquête spatiale :: Actualité spatiale :: Exploration du système solaire, et au delà ... :: Mars et ses lunes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit