PortailForumCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueilTwitter-FCS
Partagez | 
 

 Les projets martiens de la Russie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zx




Masculin Nombre de messages : 2652
Age : 55
Localisation : Loir et Cher
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Les projets martiens de la Russie   Dim 27 Jan 2008 - 10:46

http://fr.rian.ru/science/20080126/97789239.html

Mars/ Pétrole/ Spectroscopie moléculaire/ Astéroïdes/ Forage en Antarctique

Les projets martiens de la Russie

La Russie n'enverra aucune expédition spatiale vers Mars avant 2035. Ce qui ne signifie pas qu'elle ne s'intéressera pas, d'ici là, à l'étude de la "planète rouge".

Les programmes spatiaux russes actuels ne prévoient aucun vol habité vers Mars. Aucune expédition de ce type ne pourra être organisée avant 2035, a déclaré le patron de Roskosmos (Agence fédérale spatiale russe), Anatoli Perminov. Ce dernier, qui n'ignore pas que les Etats-Unis entendent organiser une telle mission à une date plus rapprochée (2031), a souhaité bon vent à ses collègues américains, rapporte le site nkj.ru.

Le programme d'étude russe de Mars n'en demeure pas moins très vaste pour les prochaines années. Rappelons tout d'abord que le détecteur russe de neutrons HEND s'est acquitté avec succès de l'une des principales tâches prévues dans le cadre de la mission Mars-Odyssée, en procédant à l'étude du rayonnement neutronique de Mars. C'est lui qui a permis de découvrir l'existence d'énormes réserves d'eau juste sous la surface de cette planète. Les chercheurs de l'Institut d'études spatiales de l'Académie des sciences russe ont aussi réalisé plusieurs pièces et blocs pour les spectromètres OMEGA, PFS et SPICAM installés à bord de la sonde européenne Mars-Express.

Les scientifiques russes concentrent désormais leurs efforts sur la création du complexe spatial russe Phobos-Grunt (grunt signifie sol en russe - NdT.). Ce projet prévoit l'étude complexe de la planète rouge et de son satellite Phobos et un "arrimage" aux missions menées par d'autres pays. Il est prévu, ce faisant, d'étudier la nature de l'eau et l'évolution de l'hydrosphère de Mars, d'analyser en détail la géochimie de combinaisons organiques (si l'on en découvre) ainsi que la structure interne de la planète rouge.

La deuxième étape du programme russe d'étude de Mars prévoit l'étude par contact de zones choisies lors de la réalisation de la mission Phobos-Grunt. Pour ce faire, un véhicule martien - un "marsokhod" - sera débarqué sur cette planète. Lors de la troisième étape, des échantillons de sol martien devraient être rapportés sur Terre.

On discute actuellement de la possibilité "d'arrimer" la mission russe à la mission européenne ExoMars, qui prévoit le débarquement sur cette planète d'un "rover" - un véhicule martien lourd équipé notamment d'une installation de forage. ExoMars aura pour principal objectif de rechercher des traces de vie sur Mars. La station russe qui se trouvera sur le satellite martien Phobos pourrait servir de relais pour envoyer vers la Terre les informations recueillies par la mission européenne.

Le lancement de la première sonde spatiale vers Mars dans le cadre du programme Phobos-Grunt interviendra en octobre 2009. Le trajet Terre-Mars durera de 10 à 11 mois et demi. Le départ pour le trajet de retour vers la Terre est prévu pour juillet-août 2011, avec une arrivée sur notre planète en juin-juillet 2012.

Quand du pétrole réapparait dans d'anciens gisements

Dans le contexte actuel, il peut être économiquement plus rentable de s'intéresser aux anciens gisements que d'en chercher de nouveaux. Telle est la conclusion étonnante que viennent de livrer des chercheurs dans les "Rapports de l'Académie des sciences".

Du pétrole réapparaît de temps à autre dans d'anciens gisements et puits exploités depuis longtemps. Ce phénomène retient l'attention de nombreux chercheurs. Des spécialistes de l'Institut des problèmes du pétrole et du gaz placés sous la direction de l'académicien Anatoli Dmitrievski ont proposé une explication à ce phénomène. Le site informnauka.ru s'est fait l'écho de ces travaux.

L'écorce terrestre ressemble à la pâte feuilletée d'un gâteau. Elle est faite de couches dures et de couches poreuses et crevassées, remplies de fluides divers, au nombre desquels figure le pétrole. A certains endroits, l'écorce est traversée par un réseau de fissures et de fractures d'une densité particulière. Les fractures forment des cavités creuses, disposées presque horizontalement et réunies en un réseau. Sous l'action des forces tectoniques, tout ce système complexe est perpétuellement en mouvement. Les couches bougent, les fissures s'élargissent et agissent, ce faisant, un peu comme une poire en caoutchouc: dans les cavités qui se sont formées, des liquides commencent à affluer depuis les couches poreuses voisines. Lorsqu'il y a des tensions tectoniques considérables, ce fluide se déplace sur de longues distances.

Selon les scientifiques, ce mécanisme de déplacement des liquides dans l'écorce est le plus intense et le plus universel qui soit. Il est présent aussi bien dans les fractures que dans les fines couches fissurées qui s'étendent sur des distances considérables. Les oscillations dans l'écorce chassent les fluides dans toutes les directions. Ce déplacement s'opère le long de systèmes étendus de cavités et de fissures situés à une profondeur de 10 à 15 km.

Le déplacement des liquides provoqué par l'élargissement des cavités internes revêt un caractère variable. Tantôt le pétrole afflue, tantôt il reflue. Le régime et la période des oscillations dépendent de la taille de la région concernée. Dans les couches poreuses importantes, la période des oscillations est de l'ordre d'une dizaine de milliers d'années. Au niveau des fractures, la période dure moins longtemps, variant de quelques milliers à quelques centaines d'années. Voire même à quelques dizaines d'années, si les zones de fractures se trouvent à de faibles profondeurs.

Les chercheurs ont étudié dans plusieurs régions le processus de migration des hydrocarbures depuis la couche pétrolifère jusqu'aux couches supérieures. Le gisement de Romachkino, au Tatarstan, est exemplaire à cet égard. La quantité de pétrole qui en a été extraite dépasse d'ores et déjà considérablement les réserves prouvées précédemment. Selon la compagnie pétrolière Tatneft, plus de 65% du pétrole produit au Tatarstan est issu d'anciens gisements, exploités à 80%. Une prospection approfondie de certaines couches a permis au cours des 25 dernières années d'augmenter de moitié les réserves de pétrole.

Les scientifiques ont également découvert, dans le gisement de Romachkino, d'anciens puits exploités connaissant des afflux renouvelés de pétrole et de pétrole mêlé d'eau. La superficie des gisements pétroliers et de leurs réserves augmente avec l'accroissement de la densité du réseau des fractures. Il est intéressant de noter que dans la zone du gisement géant de Romachkino, l'épaisseur de la couverture sédimentaire ne dépasse pas 2 km en moyenne, et que cette couverture ne possède pas de potentiel pétrolier considérable. L'hypothèse la plus probable est que ce pétrole provient de la Dépression cisouralienne.

Les chercheurs estiment, en conséquence, qu'il est peut être aujourd'hui beaucoup plus profitable et efficace d'inspecter les anciens gisements pétroliers que de procéder à de coûteux travaux de prospection géologique sur de nouveaux terrains.

Inspirez, expirez: le diagnostic est prêt

Des chercheurs russes ont élaboré un système permettant de tout révéler - ou presque - sur notre organisme grâce à l'analyse de l'air que nous expirons, rapporte le site nkj.ru.

L'air que nous rejetons peut en dire long sur l'état de notre organisme et aider à poser un diagnostic. En effet, la composition de l'air expiré et la vitesse du rejet des molécules hors de notre organisme sont directement liées à des processus biochimiques et physiologiques. Ainsi, la détection simultanée de monoxyde et de dioxyde de carbone (CO et CO2) permet d'étudier la qualité du transport de l'oxygène par l'hémoglobine du sang. Quant à la détection simultanée de CO et de N2O (protoxyde d'azote), elle permet d'étudier la dépendance du transport des gaz de la membrane pulmonaire par rapport à l'intensité du flux sanguin.

Les molécules des substances recherchées peuvent être contenues en très petites quantités dans l'air expiré. C'est pourquoi les techniques capables de les détecter devaient être extrêmement sensibles. Les chercheurs de l'Institut de physique générale de l'Académie des sciences russe (ASR) ont proposé d'utiliser, pour ce faire, la spectroscopie laser, et élaboré un analyseur de gaz laser multicomposantes. La spectroscopie moléculaire d'absorption utilisant des lasers semi-conducteurs à fréquence modulable permet de découvrir de nombreuses combinaisons chimiques (notamment le monoxyde de carbone, l'oxyde d'azote, l'ammoniac, le méthane, etc.) dans l'air expiré avec une sensibilité d'un millionième. Et à l'aide de cette spectroscopie, on peut déterminer aussi bien la vitesse de la production dans l'organisme de certaines combinaisons que la teneur relative des différentes variétés de ces combinaisons, qui se forment lors des échanges.

Le système d'enregistrement et d'analyse des spectres obtenus est un élément majeur de cette installation spectroscopique. Ce système doit être tout à la fois sensible, rapide (afin que la forme des spectres n'ait pas le temps d'être altérée) et extrêmement précis. Le système d'enregistrement hautement sensible élaboré par l'ASR est capable d'analyser les spectres lasers du passage des molécules pour une durée d'impulsions lasers de 10.000 microsecondes et une vitesse élevée de retouche d'accord des lasers semi-conducteurs de 102-104 cm-1/s, garantissant la rapidité de fonctionnement de l'appareil. On enregistre, ce faisant, pas moins de 4.000 à 6.000 points (mesures) sur le spectre. Le système garantit aussi la grande sélectivité du procédé. Il permet de séparer nettement les spectres des différentes molécules biomarqueurs dans des milieux d'une composition complexe.

Selon les chercheurs, un diagnostic s'appuyant sur l'analyse des gaz de l'air expiré peut avoir une meilleure fiabilité, une plus grande universalité et permettre de procéder à des études complexes de l'organisme. Grâce à ce procédé, on pourra, par ailleurs, élargir l'éventail des problèmes médico-biologiques pouvant être résolus sans recourir à des méthodes invasives d'étude, autrement dit sans intrusion à l'intérieur de l'organisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Space Opera
Modérateur
Modérateur



Masculin Nombre de messages : 10767
Age : 43
Localisation : France
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Les projets martiens de la Russie   Dim 27 Jan 2008 - 14:31

zx a écrit:
Ce dernier, qui n'ignore pas que les Etats-Unis entendent organiser une telle mission à une date plus rapprochée (2031), a souhaité bon vent à ses collègues américains.
Je trouve ça très drôle Laughing

Tous les yeux seront braqués sur eux lors de la mission Phobos-Grunt, car si elle réussit les gens parleront dorénavant différement des russes en matière d'exploration planétaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-conquete-spatiale.fr
Argyre




Masculin Nombre de messages : 2992
Age : 50
Localisation : sud-ouest
Date d'inscription : 31/01/2006

MessageSujet: Re: Les projets martiens de la Russie   Dim 27 Jan 2008 - 16:24

zx a écrit:
http://fr.rian.ru/science/20080126/97789239.html

Mars/ Pétrole/ Spectroscopie moléculaire/ Astéroïdes/ Forage en Antarctique

Les projets martiens de la Russie

La Russie n'enverra aucune expédition spatiale vers Mars avant 2035. Ce qui ne signifie pas qu'elle ne s'intéressera pas, d'ici là, à l'étude de la "planète rouge".

J'imagine un haut responsable américain en 1960.
"Les Etats-Unis n'enverront aucune expédition habitée vers la Lune avant au moins 1980, il y a tellement de choses à maîtriser avant et cela coûte tellement cher."

Tout ça pour dire que la parole d'un scientifique ou d'un homme politique n'a aucune valeur pour tout ce qui concerne une décision économique et politique qui sera prise dans le futur par un autre que lui. Surtout à une échéance aussi lointaine. Dans 27 ans !!! En gros, il sera à la retraite depuis au moins 15 ans, non ?

A+,
Argyre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les projets martiens de la Russie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la conquête spatiale :: Actualité spatiale :: Russie-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit