PortailForumCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueilTwitter-FCS
Partagez | 
 

 Galileo: après le grand marchandage, place à la pratique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mustard
Admin
Admin



Masculin Nombre de messages : 22839
Age : 47
Localisation : Rouen/Normandie
Date d'inscription : 16/09/2005

MessageSujet: Galileo: après le grand marchandage, place à la pratique   Lun 26 Déc 2005 - 18:11



http://www.wanadoo.fr/bin/frame2.cgi?u=http%3A//actu.wanadoo.fr/Inc/index_inf.html%3FiTab%3D%26iMn%3Dinf

Galileo: après le grand marchandage, place à la pratique

Après des années de marchandages, le projet Galileo passe aux choses pratiques, avec le lancement mercredi du premier des deux "démonstrateurs" qui permettront de tester en conditions réelles les technologies utilisées par le futur système de positionnement européen.

"C'est une étape essentielle du projet Galileo: le passage de la théorie à la pratique. Et l'expérience montre qu'il se passe toujours quelque chose dans l'espace...", résume pour l'AFP Dominique Detain, un des porte-parole de l'Agence spatiale européenne (Esa), en charge du dossier Galileo.

Le satellite Giove A, un gros cube de 602 kilogrammes fabriqué par la société britannique SSTL, sera lancé du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) à 11H19 locales (5H19 GMT) par une fusée russe Soyouz.

Son nom est l'acronyme de "Galileo In Orbit Validation Element" (Elément de validation en orbite de Galileo). C'est aussi un hommage à Galilée, l'astronome italien qui a donné son nom au projet européen et qui a découvert les quatre principales lunes de Jupiter ("Giove" en italien).

Giove A permettra de valider plusieurs technologies nouvelles, dont l'horloge atomique la plus exacte jamais envoyée dans l'espace: moins d'un milliardième de seconde de déviation par heure. Or la précision de Galileo dépendra directement de l'exactitude des horloges embarquées de ses satellites.

L'Esa se risquera aussi pour la première fois de son histoire à envoyer un satellite en orbite moyenne, à 23.000 kilomètres d'altitude. Ce positionnement permet une orbite très stable, autre préalable pour la précision d'un système de positionnement. "Mais nous ne connaissons pas aujourd'hui précisément l'environnement radio-électrique de ces orbites", souligne M. Detain.

Grâce à Galileo, l'Europe espère gagner son indépendance dans un domaine stratégique, le positionnement par satellites, devenu indispensable pour la gestion du trafic aérien, maritime et, de plus en plus, automobile.

Piloté conjointement par l'Union européenne et l'Esa dans sa phase initiale, Galileo sera le premier système de navigation par satellite sous gestion civile, alors que les systèmes existants, l'américain GPS et le russe Glonass, dont il sera complémentaire, restent contrôlés par les militaires.

Représentant un investissement total de 3,8 milliards d'euros, Galileo permettra de localiser un objet en temps réel et au mètre près, sur n'importe quel point du globe, une performance hors de portée des systèmes actuels.

L'ampleur des enjeux a fait que la génèse du projet a été laborieuse: les négociations ont traîné en longueur pour répartir l'effort financier et les retombées industrielles entre Etats participants, choisir l'opérateur, sélectionner un siège et finaliser le contrat de concession. Résultat: le projet a pris pratiquement deux ans de retard sur le calendrier initial.

Ces retards placent le projet sous pression: Galileo doit envoyer un satellite en orbite avant juin 2006 sous peine de perdre ses droits sur les fréquences octroyées par l'Union internationale des télécommunications.

Les délais très serrés expliquent la décision de procéder à la construction en parallèle d'un second démonstrateur, Giove B, pour pallier un éventuel échec du tir de mercredi. Il sera aussi placé en orbite par une fusée Soyouz.

Après ces deux lancements, Galileo prévoit vers 2008 le déploiement d'une mini-constellation opérationnelle de quatre satellites, qui permettra de vérifier le bon fonctionnement de l'ensemble du système.

Le réseau sera ensuite complété par de nouveaux satellites pour permettre une entrée en service commercial vers 2010, au lieu de 2008 comme espéré au départ. A terme, il comprendra 30 satellites (27 opérationnels et 3 de réserve).


Merci à Simfan pour l'info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-conquete-spatiale.fr
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13635
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Galileo: après le grand marchandage, place à la pratique   Mer 28 Déc 2005 - 18:31

Mustard a écrit:


Ces retards placent le projet sous pression: Galileo doit envoyer un satellite en orbite avant juin 2006 sous peine de perdre ses droits sur les fréquences octroyées par l'Union internationale des télécommunications.

Les délais très serrés expliquent la décision de procéder à la construction en parallèle d'un second démonstrateur, Giove B, pour pallier un éventuel échec du tir de mercredi. Il sera aussi placé en orbite par une fusée Soyouz.

Peut-on en conclure que le (ou les) "démonstrateur" remplira les conditions pour conserver les fréquences ?

Sait-on déjà quels lanceurs seront utilisés pour les envois des premiers "vrais" satellites de la constellation vers 2008 ?

:confused:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Galileo: après le grand marchandage, place à la pratique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la conquête spatiale :: Actualité spatiale :: Europe-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Sciences et Savoirs | Astronomie