PortailForumCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueil
Partagez | 
 

 Politique spatiale selon l'administration Obama

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Sam 29 Nov 2008 - 18:24

lolnasa
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Sam 29 Nov 2008 - 18:25

Plus sérieusement, pour en revenir au sujet, pour ma part je vois mal une accélération du programme Ares I, sachant qu'il a pris 4 ans de retard en 3 ans de développement ...
Il serait temps de songer à une solution à base d'EELV (plutôt que d'en dupliquer la capacité pour un coût exorbitant), ou alors une solution du type Jupiter 120 si on tient absolument à faire plaisir à ATK ...
Revenir en haut Aller en bas
Skyboy


avatar

Masculin Nombre de messages : 2111
Age : 37
Localisation : 46°48'N-71°23'O
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Sam 29 Nov 2008 - 18:36

Steph a écrit:
Plus sérieusement, pour en revenir au sujet, pour ma part je vois mal une accélération du programme Ares I, sachant qu'il a pris 4 ans de retard en 3 ans de développement ...
Il serait temps de songer à une solution à base d'EELV (plutôt que d'en dupliquer la capacité pour un coût exorbitant), ou alors une solution du type Jupiter 120 si on tient absolument à faire plaisir à ATK ...
De la même manière, les solutions avec les fusées déjà existantes seront à mon avis plus chères... Les idées d'être aussi capable envoyer Orion sur Ariane et/ou H2, sont originales et peut-être pas si bêtes que ça pour la sécurisation de l'accès à l'espace, mais elles ne seront jamais envisagées sérieusement (sans compter qu'elles seront chères puisqu'elles représentent des coûts supplémentaires, qu'il faudra un accord des tiers parties et surtout que la fierté américaine, devra en prendre un petit coup.) On peut donc les écarter, mais ce sera toujours amusant d'avoir un chiffrage.

Non, AMHA les pistes sérieuses c'est en numéro un le programme COTS et en deux l'accélération d'ARES I... avec l'augmentation de budget qu'il faut!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-conquete-spatiale.fr/presentation-des-membres-f
jassifun


avatar

Féminin Nombre de messages : 685
Age : 31
Localisation : Baden Baden
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Dim 30 Nov 2008 - 11:53

Je rappelle pour mémoire qu'une étude "Orion sur Ariane 5" est en cours au CNES et que ses premiers résultats avaient été présentés au Congrès astronautique de Glasgow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spaceman




Nombre de messages : 1970
Age : 52
Localisation : Genève
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Dim 30 Nov 2008 - 16:45

Citation :
Il serait temps de songer à une solution à base
d'EELV (plutôt que d'en dupliquer la capacité pour un coût exorbitant),
ou alors une solution du type Jupiter 120 si on tient absolument à
faire plaisir à ATK ...

me suis aussi posé la question dès le début...
Mais il paraît que cela reviendrai tout aussi cher de modifier les Delta/Atlas et les infrastructures que de développer un nouveau lanceur. (je me demande aussi si le profil de l'accélération "g" est la même pour Ares et d'autres lanceurs et donc la conformité d'Orion à ce sujet).
Quant à ATK, ils seront contents avec Ares 5- si elle voit le jour. Ares I a été adopté pour continuer la production de ce genre de carburant (les militaires doivent être derrière) mais pourquoi ne pas avoir adapté un Jupiter 120, voire même ressortir des cartons un Shuttle-C.
Ares 1 a passé le "Critical Design Review" sans que soit incorporé le système anti-vibrations ( Suspect )....donc rendez-vous en juillet 09- ou alors le nouvel administrateur débranchera la prise de ce machin.

Citation :
Je rappelle pour mémoire qu'une étude "Orion sur
Ariane 5" est en cours au CNES et que ses premiers résultats avaient
été présentés au Congrès astronautique de Glasgow.

Oui? et cela a donné quoi? Je vois mal les américains envoyer leurs capsules et astronautes en Guyane... megalol megalol megalol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69


avatar

Masculin Nombre de messages : 15790
Age : 67
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Dim 30 Nov 2008 - 18:48

Spaceman a écrit:


Jassifun a écrit:
Je rappelle pour mémoire qu'une étude "Orion sur
Ariane 5" est en cours au CNES et que ses premiers résultats avaient
été présentés au Congrès astronautique de Glasgow.

Oui? et cela a donné quoi? Je vois mal les américains envoyer leurs capsules et astronautes en Guyane... megalol megalol megalol

+1 (même si l'achat de lanceurs s'accompagnait de la construction d'infrastructures de lancement sur le sol américain)

Acheter à l'ESA des lanceurs Ariane 5 ... qu'il aura fallu man-rated-iser (aux frais de qui ?) représenterait de toute façon une sortie d'argent importante du circuit économique américain alors que l'industrie américaine a besoin d'investissements étatiques en masse. (on ne se préoccupe même pas trop si ces milliards vont servir à des études ou des essais ... préludes à de nouvelles études et de nouveaux essais ... prélude etc ... l'essentiel c'est que cela contribue à faire tourner le zinzin américain)
Donc .... étude au CNES ... soit (on est les champions du monde dans le domaine) ... mais probabilité que cela se concrétise : voisine de 0,00000001 %.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69


avatar

Masculin Nombre de messages : 15790
Age : 67
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Dim 30 Nov 2008 - 18:57

Spaceman a écrit:

Ares 1 a passé le "Critical Design Review" sans que soit incorporé le système anti-vibrations ( Suspect )....donc rendez-vous en juillet 09- ou alors le nouvel administrateur débranchera la prise de ce machin.

C'est effectivement une hypothèse qui devient malheureusement crédible. Si le concept Ares 1 montre des limites technologiques infranchissables dans sa conception (ou qui se traduiraient par une usine à gaz, relayant aux oubliettes les promesses d'un engin simple, très sécurisé et pas trop cher) ... alors la grande remise en cause pourrait avoir lieu. affraid ou biere c'est selon votre philosophie personnelle sur le sujet.
Cela aurait des conséquences inévitables sur le gap si on repartait sur un autre concept (il me semble alors que le concept Jupiter 120 pourrait avoir son créneau... les promoteurs de ce concept promettant une mise au point assez rapide -à voir évidemment- ) ... et surtout il y aurait probablement du ménage façon karcher à la NASA. chaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Dim 30 Nov 2008 - 19:49

Spaceman a écrit:
Mais il paraît que cela reviendrai tout aussi cher de modifier les Delta/Atlas et les infrastructures que de développer un nouveau lanceur. (je me demande aussi si le profil de l'accélération "g" est la même pour Ares et d'autres lanceurs et donc la conformité d'Orion à ce sujet).
Il est sûr que ça coutera de l'argent, mais pas autant que de développer un lanceur tel que Ares 1.
Le profil d'accélération est à prendre en compte comme tu le dis, mais ce n'est pas un problème pour les EELV. Un point important à modifier sera notamment la trajectoire (plus aplatie pour faire court), pour éviter de trop grandes décélérations en cas d'éjection de l'équipage.
Voir notamment la liste des publications à ce sujet : http://www.ulalaunch.com/index_published.html

Spaceman a écrit:
Ares 1 a passé le "Critical Design Review" sans que soit incorporé le système anti-vibrations ( Suspect )....donc rendez-vous en juillet 09- ou alors le nouvel administrateur débranchera la prise de ce machin.
Pour rappel, Ares a passé la PDR et non la CDR, avec les dérogations que tu signales, ce qui en soit aurait dû invalider la revue ...
Revenir en haut Aller en bas
Lunarjojo
Donateur
Donateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 2350
Age : 65
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Dim 30 Nov 2008 - 20:08

Steph a écrit:
L'équipe de transition de Obama pour le spatial, dirigée par Lori Garver, a déjà formulé un certain nombre de question à l'attention de la NASA.
Elle demande un état des lieux du programme actuel, mais lui demande également de chiffrer (tant en terme de coûts que de délais, et toute autre implication) les hypothèses suivantes :

  • Accélération du programme Ares I pour viser un lancement en 2013.
  • Annulation du programme Ares I, mais poursuite du programme Ares V, Ares I étant remplacé par :

    • un lanceur domestique EELV : Atlas V, Delta IV.
    • un lanceur étranger : Ariane 5, H2A (et oui, la NASA doit y réfléchir, même si c'est extrêmement peu probable)

  • Financement de démonstrateurs COTS capable de transporter un équipage.
Le simple fait que la question se pose d'envisager l'abandon du lanceur Arès1 montre bien que la position de la NASA n'est pas partagée par tous. On peut aussi penser que les informations que possède l'équipe d'Obama laissent planer le doute sur les choix de la NASA. Imagine t-on une nouvelle équipe demander l'arrêt du programme Saturne en 63? Les prochains mois seront palpitants!!

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spaceman




Nombre de messages : 1970
Age : 52
Localisation : Genève
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Lun 1 Déc 2008 - 7:04

Citation :
Imagine t-on une nouvelle équipe demander l'arrêt du programme Saturne en 63?

Ma mémoire étant ce qu'elle est, il me semble bien avoir lu quelque part qu'en vue de l'explosion des coûts du programme Apollo, Kennedy pensait ralentir le programme Apollo. Confirmation de quelqu'un?

A moins que je confonde avec le bourbier Vietnamien....Sais plus...Alzheimer précoce, sans doute... Cool

P.S. Non, je n'ai pas dit que le fait de se faire assassiner devait arranger beaucoup de monde.. Suspect (allez, une petite dose de conspiration paranoiaque de temps en temps, cela occupe! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69


avatar

Masculin Nombre de messages : 15790
Age : 67
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Lun 1 Déc 2008 - 16:23

Steph a écrit:

Le profil d'accélération est à prendre en compte comme tu le dis, mais ce n'est pas un problème pour les EELV. Un point important à modifier sera notamment la trajectoire (plus aplatie pour faire court), pour éviter de trop grandes décélérations en cas d'éjection de l'équipage.

Ces modifications sont-elles simplement gérables par l'avionique ou faudrait-il modifier des éléments de la motorisation pour un fonctionnement optimal dans ces périodes cruciales du vol ?
Les g subis au décollage par l'équipage et les conditions d'éjection en cas de gros pépin sont des contraintes très lourdes.... et d'un autre côté on recherche la performance maximum pour que le payload puisse plutôt être confortable que soumis à des réductions drastiques à répétition. Les lanceurs fret ne sont pas conçus sur ces bases de compromis pour obtenir un équilibre très délicat. Certes les satellites sont secoués et gigotés ... mais avec des limites et des tolérances qui n'ont rien à voir avec la sécurité d'un équipage
Je m'interroge donc sur l'ampleur des "adaptations" qui seraient à mener à bien.

Le concept de la Jupiter 120 repose sur des boosters et les bases d'un premier étage cryotechnique qui ont été développés avec les contraintes man-rated. Gérer la mise à la verticale de la capsule me parait être essentiellement un problème de structure. Même s'il faut recréer un premier étage ... cela me parait assez accessible. Les moteurs J1 sont en phase de réactualisation aussi bien pour le 1er que pour le 2ème étage .... donc une partie du travail en route est tout à fait transférable.
Si on donnait le coup d'arrêt au stick, je parierai plutôt pour cette option.
Mais bien sûr il faudra se décider rapidement ... sinon les industriels vont avoir démantelé les anciennes infrastructures de construction pour la navette ... et ne sauront pas sur quel pied danser pour préparer la suite.

l'Ares 5 ne survivrait pas à l'arrêt du stick . Et sans jouer les Mme Irma consultant sa boule de cristal, je pense que dans le contexte soit on reporterait sine-die une version fret (avec peut-être les solutions COTS pour desservir l'ISS si cela devient mature) , soit on dériverait de la Jupiter 120, une Jupiter fret de capacité assez modeste (avec l'effet de gamme pour réduire les frais). On aurait alors la perspective de quelques missions Lune pas trop ambitieuses (les séjours d'une à deux semaines)

Un lanceur plus lourd serait ... reporté à des lendemains plus favorables, idem pour la base lunaire et ... le beyond .... sera reporté .... pffffffff .... loin dans l'avenir. blbl (façon provoc ?) ou pale (façon compatissante ?)

Hum ... j'en vois qui tordent le nez et s'apprêtent à me vitrifier avec un tir d'ICBM lolnasa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apolloman
Modérateur
Modérateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 11485
Age : 42
Localisation : Lédignan (30 Gard) France
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Lun 1 Déc 2008 - 18:16

montmein69 a écrit:
Hum ... j'en vois qui tordent le nez et s'apprêtent à me vitrifier avec un tir d'ICBM lolnasa


Target localized...
Order confirmed...

Target Locked... 5... 4... 3... 2... 1... Fire



tongue Wink

_________________
Paul Cultrera/Apolloman
Webmaster du site http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/
consacré au programme Apollo.
Modérateur du forum de la conquète spatiale http://www.forum-conquete-spatiale.fr/portal.htm
Journaliste collaborateur d'Espace et Exploration le magazine de l'aventure spatiale
http://www.espace-exploration.com/

Le savoir est un trésor à partager avec tout le monde...
Knowledge is a treasure to share with everyone .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/
Lunarjojo
Donateur
Donateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 2350
Age : 65
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 03/01/2008

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Lun 1 Déc 2008 - 22:52

montmein69 a écrit:
l'Ares 5 ne survivrait pas à l'arrêt du stick . Et sans jouer les Mme Irma consultant sa boule de cristal, je pense que dans le contexte soit on reporterait sine-die une version fret (avec peut-être les solutions COTS pour desservir l'ISS si cela devient mature) , soit on dériverait de la Jupiter 120, une Jupiter fret de capacité assez modeste (avec l'effet de gamme pour réduire les frais). On aurait alors la perspective de quelques missions Lune pas trop ambitieuses (les séjours d'une à deux semaines)

Un lanceur plus lourd serait ... reporté à des lendemains plus favorables, idem pour la base lunaire et ... le beyond .... sera reporté .... pffffffff .... loin dans l'avenir. blbl (façon provoc ?) ou pale (façon compatissante ?)

Il est bien sur toujours délicat de supputer l'avenir, mais je ne pense pas qu'Arès5 ne puisse être construite, ni être remplacée par une autre fusée moins puissante. Et ceci pour une raison simple: le programme de la NASA devrait être totalement réorienté. En effet, pour la NASA, le programme principal reste la Lune. L'ISS n'est plus la cible principale, et, comme je l'ai déjà écrit par ailleurs, je suis certain que ce programme aurait été abandonné dés 2005 s'il avait été uniquement américain. Or, un retour à la Lune exige un lanceur lourd, du moins si on envisage un programme lunaire ambitieux. Supprimer Arès5, que reste t-il? Un Orion pour l'ISS encore quelques années, ou des séjours lunaires de quelques jours. Je vois mal l'Amérique s'engager dans un programme si peu réaliste, sans but bien précis. Et évidemment, sans lanceur lourd, adieu Mars.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goro


avatar

Masculin Nombre de messages : 228
Age : 34
Localisation : Lausanne, Suisse
Date d'inscription : 16/07/2007

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Mar 2 Déc 2008 - 9:42

Mais si par le plus grand des hasards la NASA décidait d'abandonner Ares I au profit de Jupiter 120, alors la question du développement d'Ares V ne se poserait plus : il suffirait de développer Jupiter 232 qui n'est , en fin de compte, qu'une version plus puissante de Jupiter 120. Ou alors je me trompe complètement, non ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spaceman




Nombre de messages : 1970
Age : 52
Localisation : Genève
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Jeu 11 Déc 2008 - 8:48

Voilà une traduction d'un blog. Traduction via Google et j'ai essayé de rendre la chose un peu plus lisible & compréhensible, d'où les []. Pour les anglophones, voici le lien de la version originale: http://blogs.orlandosentinel.com/news_space_thewritestuff/2008/12/nasa-has-become.html


La NASA est devenue un problème de transition pour Obama

Posté par Robert Block le Dec 10, 2008 9:36:41 PM


Cap Canaveral - L'administrateur de la NASA Mike Griffin ne coopère pas avec le Président élu Barack Obama [et] son équipe de transition, entrave ses efforts pour obtenir de l'information et a dit que son chef, elle est "non qualifiée" pour juger de sa fusée programme [Ares-Constellation], le Orlando Sentinel a appris.

Dans une conversation animée de 40 minutes de la semaine dernière avec Lori Garver, une ancienne administrateur adjoint de la NASA qui dirige l'équipe de transition de l'espace, un Griffin rouge de colère a exigé de parler directement à Obama, selon des témoins.

En outre, Griffin dirige les employés de la NASA et les entrepreneurs civils sur ce qu'ils peuvent dire à l'équipe de transition et aux dirigeants de l'aérospatiale, ainsi qu' à mis en garde les dirigeants de ne pas critiquer le programme lunaire de l'agence , a déclaré sources.

La résistance de Griffin fait partie d'un effort pour préserver Constellation, programm retarde et au budget en depassement, programme qui est la signature de son projet.

Chris Shank, de la NASA, chef des communications stratégiques, a nié que Griffin ait d'essayer de conserver les informations de l'équipe, ou qu'il est à la recherche d'une rencontre avec Obama. Il a également insisté sur le fait que Griffin n'a jamais discuté avec Garver.

«Nous travaillons très bien avec l'équipe de transition", at-il dit.

Toutefois, Shank reconnu Griffin a été préoccupé par le fait que les six membres de l'équipe - tous avec des passés en rapport avec la politique spatiale - n'ont pas les compétences techniques pour évaluer correctement une partie de l'information qui leur a été confié.

Garver a refusé de commenter au sujet de la conversation avec le Griffin - et sa remarque qu'elle n'est «pas qualifié» - lors d'un fête pour la sortie d'un livre au siège de la NASA la semaine dernière. Obama [bureau de Chicago] - qui a envoyé des équipes de transition à chaque organisme fédéral - a également pas de commentaire.

Des personnes proches de Garver, toutefois, disent qu'elle a confirmé avoir eu des "désagréables" échanges avec Griffin et d'autres fonctionnaires de la NASA. "Ne vous inquiétez pas, ils ne m'ont pas encore battue», at-elle envoyé par courriel à un collègue.

Et cette semaine, Garver a déclaré lors d'une réunion des représentants de l'industrie aérospatiale à Washington que "il y aura du changement» de politique de la NASA et suggéré que Obama aurait un nouveau nom pour succéder à Griffin bientôt, selon les participants.

Ceux qui ont pris la parole pour cet article, y compris un membre du personnel et au Congrès, des employés de la NASA, des cadres et des consultants de l'aérospatiale, ont parlé qu'à la condition que leurs noms ne peuvent être utilisés.

L'équipe de Garver est l'une des dizaines de comités d'évaluation qui, au cours des dernières semaines ont descendu sur chaque agence gouvernementale. Armés de questions difficiles, ils font l'examen des programmes, examinent minutieusement les budgets et font de la chasse aux problèmes que pourraient faire face le nouveau président.

Bien que leur travail est de faciliter la transition entre les administrations, leur arrivée apporte également un certain niveau d'angoisse, notamment lorsque des programmes font face à des questions difficiles, comme à la NASA.

A déclaré John Logsdon, un professeur de l'Université George Washington qui a co-écrit le livre à l'honneur de la soirée de la NASA, «Il ya une tension naturelle construit dans cette situation ... Mike est mort sur-convaincu que l'approche actuelle est la bonne. Et le travail de Lori est de remettre ceci questions pour M. Obama. L'équipe Obama ne va pas prendre pour argent comptant ce que Mike a à dire. "

Depuis la Maison Blanche, Bush a promis la coopération, et de nombreux dirigeants de l'Agence ont dit au personnel de coopérer pleinement.

Griffin lui-même a envoyé une note demandant aux employés "de répondre aux questions rapidement, ouvertement et avec précision."

Dans le même temps, il a précisé qu'il attendait des salariés de la NASA de rester fidèle au message [Ares/Constellation sont ok; il ne faut rien changé; ma traduction].

Par exemple, les entretiens de l'équipe de transition ont été suivis par des fonctionnaires de la NASA "en prenant de nombreuses notes», selon des sources du Congrès et dans le monde de l'aérospatial [space community]. Les employés qui ont rencontré l'équipe ont été priés de dire à leurs dirigeants au sujet de l'entretien.

Les tensions sont dues au fait que les vols habités de la NASA sont à la plus grande croisée des chemins depuis la fin de l'ère Apollo dans les années 1970. La navette spatiale est prévu pour la retraite en 2010, et la prochaine génération de fusées Constellation ne volera pas avant 2015.

Il y a quatre ans, le président Bush engagea Griffin à fin de mettre en œuvre un plan de retour des astronautes sur la lune d'ici 2020 en prélude pour aller vers Mars. Griffin et son équipe ont sélectionné Constellation, avec ses fusée made in NASA Ares I et capsule Orion, comme moins cher et plus sûr que les fusées existantes. Constellation - en particulier Ares 1 - est le cœur de ce que Griffin considère comme son héritage pour le retour l'homme aux frontières de l'espace.

Ce n'est pas un secret, Griffin a dit qu'il aimerait rester, mais seulement, comme il l'a récemment déclaré aux travailleurs du Kennedy Space Center "dans des circonstances appropriées", notamment en étant en mesure de terminer Constellation.

Mais des difficultés budgétaires et des questions techniques ont créé de plus en plus des doutes sur le projet. Griffin a rejeté ces doutes en affirmant que c'était normal lors de développement d'un nouveau programme, mais ces doutes ont clairement retenu l'attention de l'équipe de transition.

Lorsque les membres de l'équipe sont arrivés il y a trois semaines, ils ont demandé à l'Agence, entre autres choses, de quantifier combien pourraient être sauvés par l'annulation d'Ares I. Même si elles également demandé ce qui serait nécessaire pour accélérer le programme, le fait que l'équipe pourrait même envisager l'annulation du programme, a été suffisant pour susciter un réaction de Griffin et ses partisans.

Selon les représentants de l'industrie, Griffin commencé à appelér les chefs d'entreprises travaillant pour la NASA, en demandant que de dire qu'ils soutiennent Constellation à l'équipe d'Obama ou de s'abstenir de parler de solutions de rechange.

Les entreprises craignent que Griffin puisse rester et qu'il les punisse en quelque sorte si elles ignorent ses désirs, et n'ont respecté ses idées dans l'ensemble.

Un consultant a dit que, lorsque Garver a invité "plusieurs" cadres aérospatiales de mi-niveau à prendre la parole, leurs patrons leur a dit de ne pas aller et a averti que tout ce qui est dit doit être autorisé, d'abord avec la NASA car Griffin l' avait exigé.

Documents et e-mails obtenus par le Sentinel confirment les efforts de la NASA visant à coordonner ce qui est dit.

Dans un e-mail du 3 décembre, à des entrepreneurs du programme Constellation, Sandy Coleman, un dirigeant d'Alliant Tech Systems, le maître d'oeuvre d'Ares I, a dit que Griffin voulait que la NASA examine préalablement tout matériel donné à l'équipe.

"Phil [McAlister, de la NASA pour contacter l'équipe de transition] a relayé une demande Mike Griffin que si nous prévoyons de fournir à l'équipe de transition des rapports ou études qui ont été effectuées en vertu de contrats de la NASA que nous leur fournirions une copie en premier ...», écrit Coleman .

L'e-mail faisait suite à deux téléconférences mis en place par Shank et un autre fonctionnaire de la NASA , Allen Gale. Selon les documents produits à partir de la téléconférence, la question est de "mettre au point une stratégie visant à promouvoir la poursuite de Constellation au cours de la prochaine administration".

Parmi les idées convenues: de dire à l'équipe qu'une Maison Blanche Barack Obama "pourrait prendre possession de l'[Constellation] program et « re-marque » comme leur propre avec de légères modifications."

Une autre série de points de discussion, présentés lors d'une téléconférence le 21 novembre, a été appelé "maintenir le cap sur Constellation."

Parmi les points: Ares 1 a été étudié de manière approfondie "et est techniquement en ordre" - et toute modification de la NASA résulterait en une mauvaise image de la NASA. «Si la NASA semble être hésitante à ne pas maintenir le cap ... cela causera une perte de confiance du public et des intervenants dans la NASA,".

Shank a dit que les contractants - pas la NASA - avaient demandé la téléconférence. "Nous ne cherchons pas du tout à intimider", at-il dit.

Les tensions ont été étalées en public la semaine dernière à la bibliothèque de la NASA, entendues par des invités lors d'une soirée pour la sortie d'un livre.

Selon les personnes qui étaient présentes, Logsdon, un historien de l'espace, a déclaré à un groupe d'environ 50 personnes, qu'il venait d'apprendre que l 'équipe de transition du président John F. Kennedy a complètement ignoré la NASA.

Griffin a répondu, dans une voix forte: «J'aimerais que l'équipe d'Obama vienne vers moi et me parle."

Alan Ladwig, un membre de l'équipe de transition qui était à la fête avec Garver, a crié: "Eh bien, nous sommes ici maintenant, Mike."

Peu de temps après, et Garver Griffin engagés dans ce que les témoins ont dit comme étant une conversation animée. Certains ont entendu une partie de celle-ci.

"Mike, je ne comprends pas quel est le problème. Nous essayons juste de regarder sous le capot », a dit Garver.

"Si vous cherchez sous le capot, alors vous me considérer comme un menteur», a répondu Griffin . «Parce que cela signifie que vous ne croyez pas ce que je dis de ce qui est sous le capot."



Super, non? megalol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Giwa
Donateur
Donateur



Masculin Nombre de messages : 9035
Age : 75
Localisation : Nice
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Jeu 11 Déc 2008 - 9:49

Espérons que tout cela ne tournera pas aux querelles florentines Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69


avatar

Masculin Nombre de messages : 15790
Age : 67
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Jeu 11 Déc 2008 - 18:25

Je ne sais pas l'indice de confiance que l'on peut donner à ce texte et au descriptif des "pressions diverses" pour que tout le monde (à la NASA mais même chez les fournisseurs) parle dans le même sens ... à savoir soutenir Griffin et à travers lui toutes les orientations actuelles du programme Constellation.

Cela aura le mérite d'être confirmé ou infirmé sans doute dans les prochaines semaines. La presse aux USA est libre et Internet permet aussi aux affaires pas très claires de faire surface.
Mais le mythe de la libre entreprise et du management "cool et dans un esprit de fraternité sans écueil" en prend un bon coup.
Finalement ... pas de très grosse différence avec le management russe, où il faut avancer le doigt sur la couture du pantalon et prendre le siège éjectable si on a des états d'âme par rapport à "la ligne"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Ven 12 Déc 2008 - 15:54

En tout cas cet article a déclenché un énorme buzz sur le net astronautique anglophone ... Griffin a nié tout problème avec Lori Garver et l'équipe de transition.

NASA-Watch a rencensé les articles discutant de cette histoire.

http://www.nasawatch.com/archives/2008/12/response_to_gri.html

http://www.nasawatch.com/archives/2008/12/griffin_respond_1.html
Revenir en haut Aller en bas
Spaceman




Nombre de messages : 1970
Age : 52
Localisation : Genève
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Ven 12 Déc 2008 - 16:38

J'aime beaucoup les messages suivants:

Citation :
Griffin: "A recent report in the Orlando Sentinel suggested that NASA is not cooperating with members of President-elect Obama's transition team currently working at Headquarters. This report, largely supported by anonymous sources and hearsay, is simply wrong."

Traduction: Un article récent du journal Orlando Sentinel suggérait que la NASA ne coopérait pas avec les membres de l'équipe de transition du Président-élu Obama, équipe travaillant au QG de la NASA (Washington). Cet article, largement alimenté pas des sources anonymes et des on-dit, est simplement faux.

Citation :
NASA Watch: Editor's note: Of course the witnesses who have provided information on your comments do so anonymously, Mike. That is due to the way that you deal with dissent at your agency.

Traduction: Note de l'éditeur: Evidemment que les témoins qui fournit ces informations sur vos remarques le font de manière anonyme, Mike. Ca, c'est la conséquence de la manière dont vous traitez la contestation dans votre agence.

Citation :

Griffin says he is cooperating but some don't agree, Orlando Sentinel

Traduction: Griffin dit qu'il coopère; d'autres ne sont pas d'accord, Orlando Sentinel.

Citation :
"Sources close to the transition team said Thursday that Garver and her five colleagues until now have been getting cooperation from "most" NASA staff on most programs except Constellation. According to one very informed official, "[Griffin's office] is definitely resisting, and telling others to resist." The team, however, does not appear to be intimidated."

Traduction: Des sources proches de l'équipe de transition ont dit Jeudi que Garver et ses cinq collègues ont jusqu'à présent réçu la coopération de la majorité du personnel de la NASA sur la majorité des programmes sauf Constellation. Selon un responsable bien informé, "[le bureau de Griffin] résiste sans aucun doute, et demande aux autres de résister." L'équipe, cependant, ne semple pas être intimidée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69


avatar

Masculin Nombre de messages : 15790
Age : 67
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Ven 12 Déc 2008 - 19:42

Je ne sais pas s'ils ont l'équivalent de nos "chansonniers" ou des "Guignols de l'info" ... mais cela ferait matière à quelques sketches drôlatiques clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Ven 19 Déc 2008 - 22:42

Aujourd'hui sur le site de Florida Today : http://www.floridatoday.com/jeffparker

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Sam 20 Déc 2008 - 10:34

Le sujet sur la proposition du MIT et la discussion associée ont été déplacées ici : http://www.forum-conquete-spatiale.fr/usa-f8/proposition-de-politique-spatiale-du-mit-t7086.htm
Revenir en haut Aller en bas
Ripley




Masculin Nombre de messages : 1382
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/09/2006

MessageSujet: Politique spatiale selon l'administration Obama   Sam 20 Déc 2008 - 16:19

La Nasa a été invitée à la parade présidentielle du 20 janvier prochain ( 56ème édition de cette manifestation ) à Washington. L'équipage de STS-126 sera de la partie, entre autres :

http://weatherspace.org/archives/1144
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zx


avatar

Masculin Nombre de messages : 2650
Age : 57
Localisation : Loir et Cher
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Lun 5 Jan 2009 - 20:53

J'ai hésité a mettre la, mais ca pourrait influencer les décisions futures de la politique de Barrack Obama, ca pourrait
aussi impacter les outils de surveillance de notre planete.

L'appel du climatologue en chef de la NASA à "Michelle et Barack"

Pour préserver le climat de la Terre d'une dérive dangereuse et incontrôlable, il faut bannir le charbon, taxer le carbone et accélérer les recherches sur le nucléaire.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/01/03/l-appel-du-climatologue-en-chef-de-la-nasa-a-michelle-et-barack_1137401_3244.html#ens_id=1099506

http://www.columbia.edu/~jeh1/mailings/20081229_DearMichelleAndBarack.pdf

"l'attention personnelle que vous aurez pour ses détails pourrait faire toute la différence sur ce qui est sûrement le sujet le plus important de notre temps"

M. Hansen propose d'abord au président élu l'adoption d'un moratoire sur toute nouvelle construction de centrales électriques à charbon ne capturant pas le dioxyde de carbone (CO2) émis. Puis la mise au rencart progressive de celles en activité. Engagé dans une croisade contre le charbon, M. Hansen avait, voilà quelques mois, formulé la même demande à Angela Merkel et à Gordon Brown.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spaceman




Nombre de messages : 1970
Age : 52
Localisation : Genève
Date d'inscription : 08/09/2008

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Mar 6 Jan 2009 - 6:52

Citation :
M. Hansen propose d'abord au président élu l'adoption d'un moratoire sur toute nouvelle construction de centrales électriques à charbon ne capturant pas le dioxyde de carbone (CO2) émis. Puis la mise au rencart progressive de celles en activité. Engagé dans une croisade contre le charbon, M. Hansen avait, voilà quelques mois, formulé la même demande à Angela Merkel et à Gordon Brown.

Sauf erreur, les plus grands utilisateurs de charbon, ne sont-ils pas les Chinois?
Il y a quelque chose d'assez ridicule dans tout ceci. Si tout le monde ne se bat pour sauver la planète de manière coordonée, à quoi cela sert-il? Un exemple tout bête: le feu bactérien, maladie qui attaque les arbres fruitiers (pommiers notemment). A Genève, campagne de lutte pour prévenir cette épidémie (y'a pas de solutions; juste l'abattage). Donc visite d'un expert dans la propriété de ma mère; on nous a indiqué quoi faire (quelques petits arbustes à enlever) et je pose la question qui tue: alors vous travaillez main dans la main avec vos collègues français (Haute-Savoie, à 1km de la maison)? Réponse: non, les Français s'en foutent... Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nextstep-to-Mars


avatar

Masculin Nombre de messages : 421
Age : 58
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 04/08/2008

MessageSujet: Re: Politique spatiale selon l'administration Obama   Mar 6 Jan 2009 - 7:18

zx a écrit:
J'ai hésité a mettre la, mais ca pourrait influencer les décisions futures de la politique de Barrack Obama, ca pourrait
aussi impacter les outils de surveillance de notre planete. L'appel du climatologue en chef de la NASA à "Michelle et Barack"
Pour préserver le climat de la Terre d'une dérive dangereuse et incontrôlable, il faut bannir le charbon, taxer le carbone et accélérer les recherches sur le nucléaire. M. Hansen propose d'abord au président élu l'adoption d'un moratoire sur toute nouvelle construction de centrales électriques à charbon ne capturant pas le dioxyde de carbone (CO2) émis. Puis la mise au rencart progressive de celles en activité. Engagé dans une croisade contre le charbon, M. Hansen avait, voilà quelques mois, formulé la même demande à Angela Merkel et à Gordon Brown.

Et ne pas oublier les pays du golfe qui consomme sans restriction, 60% de l'énergie consommée pour la clim!
44 tonnes de CO2/an par habitant à Dubai où Versace (Donatella Versace se fout de l'environnement...) contruit le premier hôtel avec plage réfrigérée !

"...Aided by cheap oil and gas, Middle Eastern nations have poured enormous resources into controlling temperature. About 60% of Dubai’s huge power bill is for air-conditioning; each person living there has a carbon footprint of more than 44 tons of CO2 a year."
http://www.timesonline.co.uk/tol/news/environment/article5338099.ece
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Politique spatiale selon l'administration Obama
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la conquête spatiale :: Actualité spatiale :: USA :: NASA et programmes gouvernementaux-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit