PortailForumCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueil
Partagez | 
 

 La navette Bourane et le lanceur Energia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Re: La navette Bourane et le lanceur Energia   Sam 21 Mar 2009 - 11:02

Il serait intéressant de savoir ce que sont devenus les moteurs RD-0120, une idée Buran ?
Revenir en haut Aller en bas
Astro-notes
Donateur
Donateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 11276
Age : 76
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: La navette Bourane et le lanceur Energia   Sam 21 Mar 2009 - 11:12

Réponse à BlueQuark

Certes Mir était en orbite lorsque Bourane a pris son envol, mais plus Saliout-1 et les
dimensions de Saliout -1 sont peu différentes du module principal Mir. Kvant quant à lui
retrouve les dimensions des petits modules du programme Almaz du début des années quatre
vingt. A mon avis, laisser penser que les soviétiques ont copié la forme de la navette US
uniquement parce que les Américains l'avaient pondu, me semble court ; m'enfin pourquoi pas.

J'ai tout de même du mal à croire que les Américains avaient seuls mis de l'intelligence
dans la conception de leur navette et pas les Russes, sauf à imiter les ingénieurs US.

Cela me fait penser qu'en matière spatiale s'il y a des règles rigoureuses pour l'accès
aux orbites ; Russes et Américains, et même Européens sans compter les autres y ont mis
une touche personnelle sans toute fois violer les lois de la physique, bien obligés.

Je n'ai pas compté le nombre de fois ou les Américains ont échoué à placer en orbite leurs
sat de télécom avec la navette alors qu'ils avaient à côté d'eux des lanceurs éprouvés et
qui ont d'ailleurs repris le relai après les défaillances causées par les lancements navette.

Passons sur les vieux serpents de mer des plans US volés par les Russes pour la bombe atomique,
pour la thermonucléaire, des ingénieurs Allemands pour avoir Spoutnik-1, des procédures pour le
rendez-vous spatial copiées sur Apollo ou Gemini, de Bourane qui imite les STS, des sous marins
stratégiques nucléaires à 16 missiles comme ceux de l'US-Navy, et j'en passe.

A mon avis le seul fait que Bourane n'ait pas de moteur de mise en orbite n'est pas une simple
pirouette ou un petit caprice slave, c'est lourdement et fondamentalement de conception très
différente. Maintenant que Bourane ait deux ailes blanches bordées de noir comme son ainée US
ne me convainc pas beaucoup d'une quelconque imitation.

Les bouliers, là je sais que tu fais de l'humour, mais cela me rappelle aussi que la tradition
de la propagande voulait que seuls les Américains aient des ordinateurs, ce qui laissait
supposer qu'en Russie on travaillait avec des bouliers (cela a été dit). Ce qui à l'époque me
troublait c'était que pour obtenir des résultats aussi poussés en science physique, il fallait
tout de même un peu de magie ou des miracles en plus du boulier.
Des années plus tard, après la fin de la dictature soviétique, des documents se sont déclassifiés,
et nous avons découvert le parc des ordinateurs Russes à comparer à leurs homologues occidentaux.
Tu te doutes de la réponse : pas de magie, pas de miracle, pas de boulier et des processeurs tous
comme chez nous, la branche commerciale en moins.

Par contre je crois à une chose. Lorsque les Russes en 1945 se sont lancés dans la recherche
pour obtenir la bombe atomique, ils ont du, comme les Américains, se trouver en face de plusieurs
solutions pour aboutir au but. Dans un pays dont on ne peut pas dire que la santé industrielle
était flambante à cette époque (si elle ne l'a jamais été), espionner les publications scientifiques
(même classifiées) pouvait permettre de choisir en fonction de ses moyens une solution, la mieux
adaptée à son industrie parmi toutes celles testées par l'adversaire (l'Amérique n'ayant pas trop
souffert de la WWII, son industrie nationale était florissante à cette époque). Dans cet exemple
les Russes connaissent comme les Européens et les Américains tous les secrets de l'atome, restait
à choisir une filière qui ne coûte pas trop cher, ou qui soit la plus vite mise en œuvre, oui, ça
oui
, cela me parait cohérent. Mais là nous sommes loin des STS et de Bourane.

A vous suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astro-notes.org
zx


avatar

Masculin Nombre de messages : 2650
Age : 57
Localisation : Loir et Cher
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: Re: La navette Bourane et le lanceur Energia   Sam 21 Mar 2009 - 13:12

apparement les RD-0120 sont utilisés sur les angara, tout n'a pas été perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BlueQuark


avatar

Masculin Nombre de messages : 333
Age : 52
Localisation : Languedoc-Roussillon
Date d'inscription : 10/02/2009

MessageSujet: Re: La navette Bourane et le lanceur Energia   Sam 21 Mar 2009 - 17:31

Astro-notes a écrit:
Certes Mir était en orbite lorsque Bourane a pris son envol, mais plus Saliout-1 et les dimensions de Saliout -1
sont peu différentes du module principal Mir. Kvant quant à luiretrouve les dimensions des petits modules du programme Almaz
du début des années quatre vingt. A mon avis, laisser penser que les soviétiques ont copié la forme de la navette US
uniquement parce que les Américains l'avaient pondu, me semble court ; m'enfin pourquoi pas.

Est-ce que l’on adapte la charge utile au lanceur ou le lanceur à la charge utile ?
Même après l’échec cuisant de leur programme lunaire, entrepris après les américains, et soigneusement dissimulé, les soviétiques
ont voulu marquer les esprits en démontrant au monde qu’ils étaient capables de construire une navette comme les américains,
il est logique qu’ils aient voulu s’en inspirer pour faire un truc plus grand, plus gros, plus puissant !
De ce point de vue, la logique des dirigeants de l’URSS est plutôt constante ! Et puis, ils n'avaient pas encore avalé la pillule Apollo !

Une anecdote des années 80: lorsque en novembre 1983 , le 17 exactement, la NASA annonce que Kathryn Sullivan effectuera
une sortie spatiale lors de la mission STS-41G, en toute hâte l’URSS décide d’inclure Svetlana Savitskaya sur Soyouz T-12
afin que ce soit elle qui effectue la première EVA féminine de l'Histoire, le 25 juillet 1984, moins de trois mois avant Sullivan (11 octobre).
Heureusement pour les soviétiques, les américains étaient beaucoup moins « cachotiers », un avantage largement exploité !
Il est tellement plus aisé de contrer son adversaire lorsque l’on connaît ses plans !

A noter : le vol de Soyouz T-12 a un lien très étroit avec le programme Bourane (…)

Astro-notes a écrit:
J'ai tout de même du mal à croire que les Américains avaient seuls mis de l'intelligence dans la conception
de leur navette et pas les Russes, sauf à imiter les ingénieurs US.


Juste s’inspirer de sa taille et de ces caractéristiques, pour faire jeu égal !

Astro-notes a écrit:
Cela me fait penser qu'en matière spatiale s'il y a des règles rigoureuses pour l'accès
aux orbites ; Russes et Américains, et même Européens sans compter les autres y ont mis
une touche personnelle sans toute fois violer les lois de la physique, bien obligés.

Certes mais une navette spatiale ne doit pas forcément ressembler à celles que nous connaissons ! Various Shuttle Concepts

Astro-notes a écrit:
Je n'ai pas compté le nombre de fois ou les Américains ont échoué à placer en orbite leurs sat de télécom
avec la navette alors qu'ils avaient à côté d'eux des lanceurs éprouvés et qui ont d'ailleurs repris le relai après les défaillances causées
par les lancements navette.

Il fallait tenter pour le savoir !
« Une personne qui n'a jamais commis d'erreurs n'a jamais tenté d'innover » Albert Einstein

Astro-notes a écrit:
Passons sur les vieux serpents de mer des plans US volés par les Russes pour la bombe atomique,
pour la thermonucléaire, des ingénieurs Allemands pour avoir Spoutnik-1, des procédures pour le rendez-vous spatial copiées
sur Apollo ou Gemini, de Bourane qui imite les STS, des sous marins stratégiques nucléaires à 16 missiles comme ceux de l'US-Navy, et j'en passe.

Il est certain que l’URSS a très largement minimisé l’apport des scientifiques et du matériel high-tech allemands récupérés après la guerre…
Ce qui leur a fait gagner, comme aux américains, français… une bonne dizaine d’années, au minimum !
Puisqu’il sera question d’ordinateurs un peu plus loin, le premier ordinateur fonctionnant avec le système binaire était allemand (réalisé en 1941) et il était « Turing-complet » !
Il était utilisé dans l’industrie aéronautique allemande.


Astro-notes a écrit:
A mon avis le seul fait que Bourane n'ait pas de moteur de mise en orbite n'est pas une simple pirouette ou un petit caprice slave,
c'est lourdement et fondamentalement de conception très différente. Maintenant que Bourane ait deux ailes blanches bordées de noir
comme son ainée US ne me convainc pas beaucoup d'une quelconque imitation.

J’ai bien dit qu’ils avaient adapté, selon leur technologie…

Astro-notes a écrit:
Les bouliers, là je sais que tu fais de l'humour, mais cela me rappelle aussi que la tradition de la propagande voulait que seuls les Américains
aient des ordinateurs, ce qui laissait supposer qu'en Russie on travaillait avec des bouliers (cela a été dit). Ce qui à l'époque me troublait c'était que pour obtenir des résultats aussi poussés en science physique,
il fallait tout de même un peu de magie ou des miracles en plus du boulier. Des années plus tard, après la fin de la dictature soviétique, des documents se sont déclassifiés,
et nous avons découvert le parc des ordinateurs Russes à comparer à leurs homologues occidentaux. Tu te doutes de la réponse : pas de magie, pas de miracle,
pas de boulier et des processeurs tous comme chez nous, la branche commerciale en moins.

Je ne doute pas un seul instant que les soviétiques aient eu des ordinateurs, pour mettre sur pied un programme nucléaire et spatial, c’est une condition sine qua non.
Bien que, lorsque l’on sait bien se servir d’un boulier, on va plus vite qu’avec une calculette !
Le problème des ordinateurs en URSS est une fois de plus politique, les dirigeants soviétiques étaient tiraillés entre leur volonté de contrôler la diffusion de l’information
et celui de donner aux étudiants et chercheurs les outils nécessaires pour être compétitifs face à l’occident…
L’industrie informatique était quand même plus avancée en occident et aux Etats-Unis en particulier, que dans les pays de l’est !

Astro-notes a écrit:
Par contre je crois à une chose. Lorsque les Russes en 1945 se sont lancés dans la recherche pour obtenir la bombe atomique,
ils ont du, comme les Américains, se trouver en face de plusieurs solutions pour aboutir au but. Dans un pays dont on ne peut pas dire que la santé industrielle
était flambante à cette époque (si elle ne l'a jamais été), espionner les publications scientifiques (même classifiées) pouvait permettre de choisir en fonction de ses moyens
une solution, la mieux adaptée à son industrie parmi toutes celles testées par l'adversaire (l'Amérique n'ayant pas trop souffert de la WWII, son industrie nationale
était florissante à cette époque). Dans cet exemple les Russes connaissent comme les Européens et les Américains tous les secrets de l'atome, restait à choisir une filière
qui ne coûte pas trop cher, ou qui soit la plus vite mise en œuvre, oui, ça oui, cela me parait cohérent

Nul doute que l’espionnage fait partie des règles du jeu (de part et d’autre), nul doute également qu’il est plus facile d’espionner dans un pays démocratique que dans un pays totalitaire.
Voilà pourquoi le rusé Eisenhower avait bien compris qu’il fallait que ce soit l’URSS qui envoie le premier satellite, afin de constituer un précédent.
La libre circulation dans l’espace était un élément vital pour la sécurité des Etats-Unis qui avait mis sur pieds un programme de satellites espions dès le début des années 50.

Astro-notes a écrit:
Mais là nous sommes loin des STS et de Bourane.

Si on parle d’espionnage, pas tant que ça ! Wink


Dernière édition par BlueQuark le Sam 21 Mar 2009 - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anecdotes-spatiales.spaces.live.com
BlueQuark


avatar

Masculin Nombre de messages : 333
Age : 52
Localisation : Languedoc-Roussillon
Date d'inscription : 10/02/2009

MessageSujet: Re: La navette Bourane et le lanceur Energia   Sam 21 Mar 2009 - 17:46

buran a écrit:
Non je ne parle pas des autres vols, car là aussi le planning était très "glissant". Mais il faudrait que je le fasse. N'y a t-il pas la réponse dans le livre de Bart et Hendrix?

Oui en effet... Le deuxième vol devait être effectué par Buran 2K, qui devait s'amarrer à Mir en automatique, afin que les cosmonautes de la station puissent évaluer l'état de ses systèmes et testent le bras manipulateur. Buran devait ensuite quitter Mir et être rejoint par un équipage Soyouz, afin que ces derniers fassent des tests (sur 24 heures).
Le Soyouz aurait ensuite rejoint la station Mir et Buran serait revenue sur Terre en automatique après une mission de 7 jours.
Ce deuxième vol beaucoup plus ambitieux devait intervenir fin 1989.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anecdotes-spatiales.spaces.live.com
Invité
Invité




MessageSujet: Re: La navette Bourane et le lanceur Energia   Dim 22 Mar 2009 - 0:26

Citation :
Bluequark a écrit:
La navette spatiale américaine n'a jamais fait d'atterrissage en mode automatique mais est tout à fait capable d'en faire. Il n’y aurait aucune difficulté technique pour la NASA à réaliser des vols 100% automatiques.
C’est juste une question de « philosophie ».
Les conceptions américaine et russe sont diamétralement opposées, pour les premiers le pilote "comes first" et l’automatisation n’est là que pour le suppléer, pour les russes c’est exactement le contraire, l’homme ne prend le contrôle que si le mode automatique échoue.

A quoi bon recruter des pilotes de chasse dont la formation coûte environ 1,5 millions de dollars, somme à laquelle il faut ajouter le coût de la « formation NASA », si c’est pour faire revenir la navette en tout automatique ?
Il faut savoir que le commandant ne prend réellement les commandes qu’au dernier moment, entre 8 et 10 km d’altitude.

Pour le retour en contrôle automatique du shuttle, il faudrait poser la question à Jack Lousma, qui adore parler de cela depuis quelques temps. Lors de la Spacefest 2009 à San Diego, il a raconté à plusieurs personnes les ''petits'' soucis qu'il avait rencontré lors du retour de STS-3.

Lors de ce vol, la NASA a testé un système de retour automatique. Mais n'étant pas encore totalement terminé, le système devait guider la navette jusqu'à la piste à quelques metres du Touchdown. Là le pilote reprenait en main la navette pour un atterissage manuel.
Le système devait déclencher la sortie du train à environ 100 mètres de haut et à une vitesse de 270 noeuds.
Lors de cet essai, le train est sorti à moins de 50 mètres et à 275 noeuds. Jack Lousma avait décidé de le déclencher le plus tard possible afin de valider le système
Il faut savoir que la navette arrivait plus vite que prévu lors de son atterrissage
Bref, en regardant la vidéo, vous verrez le train sortir quelques secondes avant l'atterrisage, ce qui laissait très peu de temps au Commandant pour reprendre la main.