PortailForumCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueilTwitter-FCS
Partagez | 
 

 Impact environnemental de Baïkonour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nyos




Masculin Nombre de messages : 644
Age : 51
Localisation : Breuillet(91)
Date d'inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Impact environnemental de Baïkonour   Dim 4 Oct 2009 - 11:02

Suita à la remarque de Bouran sur la photo gagnante du mois de Septembre...

buran a écrit:
[

http://www.forum-conquete-spatiale.fr/post.forum?mode=newtopic&f=9

Mais je ne me souvenais pas qu'il y avait autant d'herbe fluorescente

On connait les
sites contaminés du Kazakhstan après les essais aériens Russes, mais
connait-on bien les effets des lancements sur la population locale...
Je me souviens avoir lu un article dans un journal sérieux sur les
effets plutôt sévères des propergols solides...ou autres...???? je ne
m'en souvient plus très bien ...

Sujet abordé pour la venue des lanceurs Soyouz en Guyane:

http://www.cnes-csg.fr/web/CNES-CSG-fr/3931-soyouz-en-guyane.php

Articles scientifiques sur le sujet :

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=18603717
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archeovideo.blogspot.com/
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13633
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Lun 5 Oct 2009 - 18:53

Aucun lancement n'est "propre" ... il y a forcément des effluents, avec des toxicités plus ou moins fortes. Ensuite il y a les conditions de dispersion, les vents dominants, la distance avec les zones habitées etc ...

Pour les lanceurs au CSG :
Ariane 5 : ce sont les boosters à poudre qui sont le plus polluant
Soyouz : kérosène + LOX .... il y a pire

En cas de pépin au décollage ... sauf si çà pète sur le pas de tir (il y a pour la version avec EPS, des ergols plus toxiques dans l'étage réallumable comme l'UDMH unsymmetrical dimethylhydrazine ) affraid ... la destruction du lanceur a lieu au-dessus de l'océan. Je ne sais pas précisément quelles sont les "normes européennes" pour veiller au grain et qui fait des analyses sur le site et aux alentours ?

Du côté russe, il y a des lanceurs (notamment la Proton) dont les ergols du premier étage sont fortement toxiques. Et on survole longtemps des terres ... et il y a des habitants. Donc des risques plus importants.
La russie a annoncé que les nouvelles générations de lanceurs, seraient plus "propres" ... au sens où les ergols les plus toxiques ne seraient plus utilisés.
Je doute qu'il y ait eu d'étude médicale poussée sur les populations autour de Baikonour .. mais le Kazakhstan demande régulièrement des indemnités de dépollution (il y a même eu suspension pendant plusieurs mois des lancements de Proton suite à un échec au lancement en septembre 2007).

voir :
http://www.forum-conquete-spatiale.fr/russie-f9/le-kazakhstan-demande-des-indemnites-a-la-russie-t4216.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RD107




Masculin Nombre de messages : 810
Age : 67
Localisation : France - Nord
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Lun 5 Oct 2009 - 19:27

Il y a eu une étude non publiée , la revue Nature y a consacré un article dans un numéro de 2005

tiré de Armenian medical network:

http://www.health.am/ab/more/russian_rocket_site_linked_to_child_sickness/

Unburned fuel from rockets launched at the Baikonur Cosmodrome in Kazakhstan is causing serious illnesses in children who live near the site, a leading science journal said on Wednesday.

Researchers from Vector, the State Research Centre of Virology and Biotechnology in Novosibirsk, showed in an unpublished study that children in areas of Siberia where the fuel is sprayed during take-off suffer serious health problems.

"The level of some diseases such as endocrine and blood disorders in polluted areas is more than twice the regional average, they say,” according to the journal Nature.

Baikonur, which is used by the Russian space agency, Rosaviakosmos, the European Space Agency (ESA) and NASA, is the launch pad for many missions to the International Space Station and a source of income for the Russian government.

An unnamed expert in the country’s space industry told the journal that profit from an individual commercial launch could be as much as $25 million.

Nature, a peer-review journal, said it published the report as a news story because it has important implications.

“The first detailed epidemiological study of people living under the flight path suggests that the rocket fuel is indeed causing health problems,” it said in an editorial.

Vector scientist Sergey Zykov estimates dozens of litres of unburned fuel from spent rocket stages containing toxic substances are sprayed over several kilometres during a launch.

“Most other major bases used by NASA and ESA, such as Cape Canaveral in Florida, send rockets out over the ocean,” the journal said.

When Nature approached Rosaviakosmos about the study, it rejected the findings. Other scientists who have raised the issue told the journal they had been arrested or harassed. Local environmental groups have also campaigned against the pollution.

“Despite using Baikonur for launches, neither NASA nor ESA accepts responsibility for the problems associated with the site,” the journal said.

NASA admitted it was aware of the pollution but said Rosaviakosmos has made “positive progress” in reducing the quantity of fuel released. ESA said it is not responsible for the rockets because it is only buying the service of the cosmodrome.

The Vector scientists discovered the increased rate of illness when they compared the health records of 1,000 children from the Altai Republic, a region in southern Siberia, in 1998-2000 with 330 records from an unpolluted region nearby.

“Grouping all cases of disease together, Zykov’s team concluded that children from the worst affected area were up to twice as likely to require medical attention during the three years studied and needed to be treated twice as long,” Nature added.



voir auss un article (de 2000) de "the guardian": http://www.guardian.co.uk/science/2000/dec/10/spaceexploration.theobserver


Scandal of children poisoned by Russian space junk

The debris from rocket launches is causing sickness and birth defects deep in Siberia. Amelia Gentleman reports from Moscow



Every time a Russian rocket lifts off from its launch pad at Baikonur, residents in the tiny Siberian village of Ploskoye, more than 1,000 miles away, are shaken nine minutes later by a terrible explosion.

If it is dark, firework flashes are visible in the sky above their homes, with streaking flames burning through the air as fuel falls to Earth. During the day a misty yellowish cloud sometimes hangs over the region. Villagers say the noise of the blast sets dogs howling for hours.

In the days after each launch, rocket fragments from the shuttles ferrying astronauts and equipment to Mir, or to the International Space Station, can be found in the hills and forests nearby.

From time to time, local farmers discover massive, shining metal cylinders - up to seven metres long and three metres wide - which have in the past been seized with delight and converted into chicken coops, hunting huts or grain storage tanks.

Recently, however, as more information emerges about the poisonous fuels lining the wreckage, locals have started to regard the debris with mounting alarm. Village doctors have charted a growth in illnesses among their patients - from cancer to bronchial spasms to defects in new-born children - and concluded they are connected to the scattering of cosmic litter on the region. Teachers report that in the days following each launch, children complain of stomach pains, dizziness and headaches and find it hard to concentrate.

After decades of concealing the problem, the Russian space agency, Rosaviakosmos, has conceded the regular jettisoning of sections of rocket engine on this region of Siberia and up to 20 other areas in Russia may have a harmful effect on the local population and has agreed to fund preliminary research. Villagers demand compensation for the harmful effects of living for the past 40 years in what they see as a huge dustbin for Russia's space programme.

The problem lies in the design of the Soyuz and Proton rockets, built to discard the engines that power their lift-off and passage through the atmosphere. The Soyuz's first four side-blocks - each of which contains four engines - drop from its hull around a minute after lift-off over Kazakhstan. The second stage of the rocket, which contains another four engines, drops eight minutes later, while a third is meant to burn up in the sky.

According to maps held at Rosaviakosmos's headquarters in Moscow, the second section should fall somewhere within an area in an uninhabited part of the mountains of Gorno-Altai, classified Dropping Region 306. In reality, say the villagers of Ploskoye and nearby Novoaleiskoye, several miles outside the allocated space, the rocket pieces rain down on them.

The danger of anyone being hurt by a falling fragment is extremely slim, and Rosaviakosmos officials point out that since Russia's space programme began in 1960, the only casualties have been cattle. But the real danger lies in the unburnt rocket fuel that falls with the metal.

While Soyuz rockets are powered by a relatively innocuous combination of kerosene and liquid oxygen, Proton rockets run on a highly noxious fuel called heptyl which can cause severe blood and liver problems. Viktor Pakhomov, 55, head of the Ploskoye administration, is seeking to discover why, in his village of 1,000, people are becoming more and more unwell. For 40 years, little official research has been done into the connections between illness and the space programme; so Pakhomov has tried to catalogue its effects himself.

As a result of his attempts to collect and identify toxic fuel remnants, he has burnt his retinas to the point of near-blindness, suffered from temporary paralysis in his hands and scorched his lungs by breathing in poisonous fluids. 'We have never been sent any protective equipment to help us handle the material, because the local authorities have never admitted there is a problem,' he said.

The space agency warns him of most launches, and he broadcasts a radio warning telling locals to stay inside and avoid drawing water from rivers in the days following.

He has recorded all cases of sickness after launches. Villagers have become ill from eating cucumbers from their gardens after rocket debris was found nearby, men have come out in blisters from swimming in the river, and farmers' arms have been covered in sores harvesting hay.

Ploskoye doctor Olga Varova is besieged by new patients every time a rocket is launched. 'We have people complaining of nausea, vomiting, headaches and finding it hard to breathe,' she said. 'But more worrying are what appear to be the cumulative effects of the pollution. In the last five years, not one child in the village has been born completely fit - each baby has been diagnosed with blood problems or nervous system complaints.'

Emma Ladoga, acting head doctor at the regional hospital, said: 'People here aren't ill because they're poor; we think their illnesses are connected to the environmental situation.' A study showed people from the affected villages were twice as likely to suffer from thyroid cancers as those in a control village.

Mikhail Shashin, head of the Siberian environmental group, Katun, said pollution from space activity was a serious international problem - only American citizens did not suffer in the same way, because rockets launched in the US drop their debris over the ocean. 'If the situation is to improve, we need to have a global agreement restricting the number of rocket launches,' he said.

Under a new agreement signed between Rosaviakosmos and the local authorities, the region surrounding Ploskoye will get 90,000 roubles (£2,250) every time a commercial launch takes place. The money does not represent compensation, but is allocated as rent on the land for the six hours during which lift-off occurs.

'We don't believe there is any case for compensation yet. Rocket launches, like industrial activity, aeroplane or car travel, naturally have some effect on the environment, but there is nothing to prove people are suffering,' Alexander Bolysov of Rosaviakosmos commented. 'These environmental issues have become very fashionable recently. Nobody ever suggests that we should stop air travel because people occasionally die on aeroplanes.'

But the allocation of new money to fund research into environmental and health problems in the region indicates the organisation has become uncomfortable about inhabitants' complaints.

So far the only money villagers in Ploskoye have seen was a nine rouble (22.5p) handout from the local administration to each inhabitant earlier this year.

Nikolai Shtifinov, head of the local environment committee, said: 'In any civilised country, the government would admit the problem and would pay us compensation. What do we get? Nine roubles - it's not even enough to buy a jar of coffee.'


Il y a aussi de nombreux articles concernant la pollution dûe au spatial aux USA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13633
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Lun 5 Oct 2009 - 19:44

Oui et c'est quasiment aussi dramatique que les habitants sollicitent une compensation financière ... plutôt que d'exiger que des solutions soient apportées au problème de ces retombées d'étages contenant encore des ergols toxiques.
Il est vrai que si à chaque tir, il devait y avoir des unités mobiles entrainées et équipées pour aller passiver ces "bidons", cela aurait un impact sur le prix des lancements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patchfree




Masculin Nombre de messages : 6130
Age : 61
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Lun 5 Oct 2009 - 22:27

C'est l'une des deux raisons fondamentales qui font que la Russie va construire un nouveau cosmodrome en extrême-orient avec un nouveau lanceur dont les ergols sont les moins toxiques (Lox/Ker et Lox/LH). Cela résoudra à terme (d'ici un dizaine d'années) le problème de pollution et un peu celui des retombées d'étage (pas totalement quand même même ce sera essentiellement un risque de chute non de pollution) Je pense que d'ici à 10 ans les fusées très toxiques à UDMH auront disparu du côté russe. Restera à Baïkonour que la fusée Angara (et peut-être la fusée Zénit) toutes deux LOX/Kerosène. Le problème qui demeurera ce sera celui des retombées de morceaux d'étage mais là rien à faire sinon tout arrêter depuis Baïkonour. Mais la pollution ne sera plus un problème si les mesures sont prises pour récupérer la ferraille.

Je pense que le problème de la pollution est beaucoup exagéré au niveau de Baïkonour désormais, et sera faible après la fin de Proton et des missiles reconvertis. Cela dit les russes avait pris cette région du territoire de l'URSS comme un polygone d'essais et vu le nombre de lancements réalisés à une époque le problème a été réel. D'autant que les russes abandonnent tout ce qui ne sert plus sur place (du moins le faisaient). Il serait d'ailleurs tout à fait envisageable de nettoyer le site de Baïkonour, et sans doute (mais plus difficilement) les "drop zones". C'est une question de moyens et d'investissement. Mais le Kazakhstan veut valoriser Baîkonour et balance de façon permanente entre tenter de récupérer des dédommagements de la part de la Russie et la volonté de coopérer avec les russes pour garder à Baïkonour une activité spatiale à long terme. Sans compter ce que rapporte la location du cosmodrome... (Et les russes eux ne sont certainement très chauds pour investir dans le nettoyage des "drop zones").

Enfin je pense que les dommages causés par l'activité spatiale à Baîkonour sont faibles comparés à une autre région du Kazakhstan, le site d'essai nucléaire de Sémipalatinsk (mais ce n'est pas une consolation bien sûr!).

Enfin, et ce de façon plus globale, gardons à l'esprit que les dommages à l'environnement causés par l'activité de lancement est quelque chose de minime par rapport à ceux dus aux véhicules roulant quotidiennement dans le monde... Ce qui ne signifie pas qu'il ne faille pas chercher à limiter cet impact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pline




Masculin Nombre de messages : 610
Age : 61
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/05/2009

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 0:37

patchfree a écrit:
C'est l'une des deux raisons fondamentales qui font que la Russie va construire un nouveau cosmodrome en extrême-orient avec un nouveau lanceur dont les ergols sont les moins toxiques (Lox/Ker et Lox/LH). Cela résoudra à terme (d'ici un dizaine d'années) le problème de pollution et un peu celui des retombées d'étage (pas totalement quand même même ce sera essentiellement un risque de chute non de pollution).

Les iakoutes (qui habitent l'immense république de Sakha en Sibérie orientale) n'appréciaient pas du tout les tirs effectués depuis le cosmodrome de Svobodny (orbite polaire). Pas sur qu'ils soient plus accueillants pour ceux effectués depuis le nouveau cosmodrome de Vostochny qui ne doit pas être très distant puisque situé comme lui dans l'oblast de l'Amour.


Dernière édition par Pline le Mar 6 Oct 2009 - 9:45, édité 1 fois (Raison : typo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri
Modérateur
Modérateur



Masculin Nombre de messages : 4213
Age : 60
Localisation : Strasbourg, France
Date d'inscription : 22/09/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 1:13

Scandal of children poisoned by Russian space junk
Même si je ne suis pas un fanatique de l'hydrazine et de ses dérivés, je me méfie un peu de ce genre de manchette à scandale digne du Sun... Baïkonour étant avant tout une immensité très peu peuplée, je sens le chantage aux dédommagements et la campagne anti-russe primaire calquée sur le fantasme environnemental des dizaines de milliers de morts (futurs et supposés) de Tchernobyl. Tiens, plus personne ne parle de Bhopal... C'est vrai qu'il est plus facile de se constituer un fond de commerce politique en prônant la fermeture de quelques bases spatiales ou même de quelques centrales nucléaires que de toute l'industrie chimique de la planète... What a Face

_________________
Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages. (Carlo Dossi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goo.gl/GrrJMb
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13633
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 9:43

L"article du Guardian, évoquait des populations de Sibérie, donc assez éloignées du périmètre de Baikonour. (et peut-être en dehors du Kazakhstan ?)

Il faut en effet évaluer la durée de combustion des boosters du premier étage, et à quelle distance cela retombe. Idem d'ailleurs pour les étages qui restent atmosphériques avec une retombée balistique.

Je ne crois pas que la probabilité d'impact soit importante, je crois que cela n'est quasiment jamais arrivé (sauf peut-être sur du bétail). On citait même souvent les paysans contents de récupérer les "morceaux" pour se faire un abri ou une citerne ...sans avoir conscience de la nocivité des produits restant à l'intérieur.

Après effectivement ... l'aspect propagande peut jouer dans des articles de journaux occidentaux (mais le Guardian ce n'est pas le Sun) ... tout comme le "silence des autorités concernées" d'ailleurs, ou les petits arrangements financiers avec des autorités locales et dont la population concernée ne voit pas la couleur.

Patchfree a écrit:

Il serait d'ailleurs tout à fait envisageable de nettoyer le site de Baïkonour, et sans doute (mais plus difficilement) les "drop zones". C'est une question de moyens et d'investissement. Mais le Kazakhstan veut valoriser Baîkonour et balance de façon permanente entre tenter de récupérer des dédommagements de la part de la Russie et la volonté de coopérer avec les russes pour garder à Baïkonour une activité spatiale à long terme. Sans compter ce que rapporte la location du cosmodrome... (Et les russes eux ne sont certainement très chauds pour investir dans le nettoyage des "drop zones").

Cela me parait la bonne attitude, que ce soit pris en charge et effectué par les russes eux-mêmes, ou bien par les autorités locales à qui on verserait les "indemnisations" à condition de s'équiper en matériel performant et à former des équipes d'intervention. Mais il est probable que même si les russes payent ... l'argent se perde dans les divers niveaux administratifs sans aller à la solution du nettoyage sur le terrain. bounce1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13633
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 10:00

Un point qui ne me parait pas très clair :
Citation :

Vector scientist Sergey Zykov estimates dozens of litres of unburned fuel from spent rocket stages containing toxic substances are sprayed over several kilometres during a launch.

Qu'il y ait des "résidus" produits lors de la combustion UDMH + oxydes d'azote (gaz, fumées) qui soient toxiques .. OK
Mais des douzaines de L d'ergols non-brûlés ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RD107




Masculin Nombre de messages : 810
Age : 67
Localisation : France - Nord
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 10:43

montmein69 a écrit:
Un point qui ne me parait pas très clair :
Citation :

Vector scientist Sergey Zykov estimates dozens of litres of unburned fuel from spent rocket stages containing toxic substances are sprayed over several kilometres during a launch.

Qu'il y ait des "résidus" produits lors de la combustion UDMH + oxydes d'azote (gaz, fumées) qui soient toxiques .. OK
Mais des douzaines de L d'ergols non-brûlés ?

Je pense qu(il est fait référence aux exhauts d'ergols lors des lancements (on peut le voir facilement notamment lors des lancements de Proton, voir ci-dessous)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pougatchev




Nombre de messages : 88
Age : 63
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 11:29

Voilà en tout cas qui plaide contre le tourisme spatial. Polluer l'environnement, passe encore si c'est pour la cause scientifique, et il faut voir ici aussi si le bénéfice l'emporte sur l'inconvénient, et si certaines recherches ne gagneraient pas à attendre un peu que les moteurs soient "propres" (après tout, rien ne presse). Mais polluer pour que les hyper riches aillent s'amuser dans l'espace et faire effet dans les salons, c'est vraiment n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astro-notes
Donateur
Donateur



Masculin Nombre de messages : 8531
Age : 74
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 17:33

Henri a écrit:
Scandal of children poisoned by Russian space junk
Même si je ne suis pas un fanatique de l'hydrazine et de ses dérivés, je me méfie un peu de ce genre de manchette à scandale digne du Sun... Baïkonour étant avant tout une immensité très peu peuplée, je sens le chantage aux dédommagements et la campagne anti-russe primaire calquée sur le fantasme environnemental des dizaines de milliers de morts (futurs et supposés) de Tchernobyl. Tiens, plus personne ne parle de Bhopal... C'est vrai qu'il est plus facile de se constituer un fond de commerce politique en prônant la fermeture de quelques bases spatiales ou même de quelques centrales nucléaires que de toute l'industrie chimique de la planète... What a Face

:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astro-notes.org
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13633
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 18:27

Henri a écrit:
C'est vrai qu'il est plus facile de se constituer un fond de commerce politique en prônant la fermeture de quelques bases spatiales ou même de quelques centrales nucléaires que de toute l'industrie chimique de la planète... What a Face

On serait assez mal si toute l'industrie chimique de la planète devait être fermée.

Il me semble qu'on parle plutôt des mesures à prendre pour qu'on puisse fabriquer (certes ce qui est utile, pour ne pas dire indispensable) sans pour autant que des pollutions diverses et variées ne saccagent l'environnement.
On sait faire ... le problème c'est qu'il faut accepter de payer le prix de ces mesures.
Actuellement ... les législations (plus ou moins appliquées d'ailleurs) limitent les dégats dans les pays dits développés. Et le problème est "résolu" en délocalisant dans d'autres pays.

Pour les lancements spatiaux, il est probable aussi que des développements techniques peuvent limiter les nuisances ... mais cela se paye soit en imposant l'abandon de certaines techniques, soit avec une limitation de puissance des moteurs, soit en mettant des moyens de décontaminatioon à l'oeuvre.
Mais il est probable qu'il y aura une "pression" de plus en plus soutenue pour faire évoluer les choses dans le bon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patchfree




Masculin Nombre de messages : 6130
Age : 61
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 18:31

pougatchev a écrit:
Voilà en tout cas qui plaide contre le tourisme spatial. Polluer l'environnement, passe encore si c'est pour la cause scientifique, et il faut voir ici aussi si le bénéfice l'emporte sur l'inconvénient, et si certaines recherches ne gagneraient pas à attendre un peu que les moteurs soient "propres" (après tout, rien ne presse). Mais polluer pour que les hyper riches aillent s'amuser dans l'espace et faire effet dans les salons, c'est vraiment n'importe quoi.

Soyons précis: la lance-soyouz a peu d'effets délétères puisque étant mue par LOX et Kérosène.

Ceci dit c'est un fait que les ultra-riches s'envoient en l'air (espace) pour 35 millions de dollars à chaque fois et même si cela revient finalement pour une part à Roscosmos donc à la recherche spatiale je trouve cela déplacé. Cependant le problème n'est pas tellement que les ultrariches s'envoient dans l'espace mais plutôt qu'il y ait des ultrariches...qui ne le sont que sur le dos des ultrapauvres! sage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Astro-notes
Donateur
Donateur



Masculin Nombre de messages : 8531
Age : 74
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mar 6 Oct 2009 - 20:28

patchfree a écrit:
pougatchev a écrit:
Voilà en tout cas qui plaide contre le tourisme spatial. Polluer l'environnement, passe encore si c'est pour la cause scientifique, et il faut voir ici aussi si le bénéfice l'emporte sur l'inconvénient, et si certaines recherches ne gagneraient pas à attendre un peu que les moteurs soient "propres" (après tout, rien ne presse). Mais polluer pour que les hyper riches aillent s'amuser dans l'espace et faire effet dans les salons, c'est vraiment n'importe quoi.

Soyons précis: la lance-soyouz a peu d'effets délétères puisque étant mue par LOX et Kérosène.

Ceci dit c'est un fait que les ultra-riches s'envoient en l'air (espace) pour 35 millions de dollars à chaque fois et même si cela revient finalement pour une part à Roscosmos donc à la recherche spatiale je trouve cela déplacé. Cependant le problème n'est pas tellement que les ultrariches s'envoient dans l'espace mais plutôt qu'il y ait des ultrariches...qui ne le sont que sur le dos des ultrapauvres! sage

Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astro-notes.org
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13633
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mer 7 Oct 2009 - 7:56

Coluche aurait dit "Salauds d'ultra-pauvres ... par leur faute on jette l'opprobre sur les ultra-riches" clown

Aïe ... on vire ultra-HS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13633
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mer 7 Oct 2009 - 20:22

Allez .... je reviens on topic.

Ces histoire de drop-zone (et donc d'impact sur les sols, les populations) sont intéressantes.

Evidemment les "couloirs de vol" dépendent de l'orbite recherchée ... il y a donc plusieurs drop-zone possibles

Dans NSF je lis à propos d'un lancement déjà ancien depuis Baikonour:
http://forum.nasaspaceflight.com/index.php?topic=11185.30

Citation :
This is the first launch from Dombarisky that will drop the first stage in Kazakhstan, and the part of the Kazakhstan where the stage will drop has never previously been used as a drop zone. Typically, SSO Dnepr launches from Baikonur drop the first stage in Turkmenistan.

Et dans un autre forum :

Citation :
The drop zones for Soyuz are very different than for Dnepr. It is likely that the Soyuz 1st stage would land in Uzbekistan,
and the 2nd stage would land close to Iran.

Cela serait intéressant que nos "experts" puissent nous faire visualiser sur des cartes, ces couloirs de vol, ces drop-zones et donc les régions, républiques etc .. concernées par les retombéessuivant les principales orbites visées (polaire, GEO, et pour les Molnya beaucoup utilisés pour les telecoms, etc ... ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patchfree




Masculin Nombre de messages : 6130
Age : 61
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Mer 7 Oct 2009 - 21:23

montmein69 a écrit:
Allez .... je reviens on topic.

Cela serait intéressant que nos "experts" puissent nous faire visualiser sur des cartes, ces couloirs de vol, ces drop-zones et donc les régions, républiques etc .. concernées par les retombéessuivant les principales orbites visées (polaire, GEO, et pour les Molnya beaucoup utilisés pour les telecoms, etc ... ).

Facile tu vas ici http://www.russianspaceweb.com/baikonur_downrange.html et tu as une superbe carte interactive des "routes" depuis Baïkonour. Passe ta souris sur les différentes inclinaisons et la route passe en vert... Tu peux aussi zoomer pour localiser les "drop zones"

Pour Dombarovsky c'est un peu différent.

Les russes ont explorés il y a une année une nouvelle voie vers le Nord. J'avais posté sur le sujet mais pas facile de retrouver le fil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
montmein69




Masculin Nombre de messages : 13633
Age : 65
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Jeu 8 Oct 2009 - 6:49

Merci Patchfree,

Mais je vois dans la légende un ovale orange censé indiquer "impact site" (là où les boosters ou étages largués impactent ???) et il n'y en a aucun sur les plans de vol. :?: :?: :?:
C'est cette information qui serait intéressante à visualiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RD107




Masculin Nombre de messages : 810
Age : 67
Localisation : France - Nord
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Impact environnemental de Baïkonour   Jeu 8 Oct 2009 - 12:20

Pour un lancement de Soyouz TMA j'ai retrouvé ces données:

1. LAS (launch abort system) engine
zone 16
47°18' 00"N, 67°14'00"E
Mass: 1935kg
Time: 113.38sec

2. stage 1 boosters (4 of them)
Zone 49
47°22'00"N, 67°28'00"E
Mass: 15136
time: 117.8 sec

3. fairing drop zone
Zone 69
48°01'00"N, 69°33'00"E
Mass: 2675kg
time: 157.48 sec

4. Central block (Stage 2)
zones 306, 307
Mass: 6540kg
Time 287.3 sec
Zone 306: 50°52'00"N, 83°00'00"E
Zone 307: 50°54'00"N, 83°16'00"E

6. Tail section
Mass: 426kg
Time: 297.05 sec
Zone 309: 50°56'00"N, 83°35'00"E

7. 3rd stage
Mass:2570kg
Time: 528.26sec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Impact environnemental de Baïkonour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la conquête spatiale :: Actualité spatiale :: Russie-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit