Développement du Space Launch System (1/2)

Page 37 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Oui, j'ai bien lu l'article que j'ai mis sur le fil. Vous, vous l'avez bien lu ? 

Entr'autre ces passage: 1)The SLS design is driven by two imperatives: to achieve particular lift goals (initially 70 MT, later 105 MT and finally 130 MT) and to re-use Space Shuttle and Constellation technology.
                                           2) Thus, the FH is not optimized for maximum terminal velocity or maximum payload to beyond Earth orbit (BEO) locations; instead, the goal is maximum payload to LEO for minimum cost, coupled with a significant geosynchronous Transfer orbit (GTO) payload for a minimum cost.


Mais au-delà de cet aspect de la polémique, il y a la question à savoir si le support financier de l'État sera toujours au rendez-vous du développement du SLS, et si Elon Musk ne devra pas déclarer faillite à un moment ou un autre. Tout comme se demander de quelle stratégie, tir direct ou assemblage orbital, est le plus économique et/ou pratique.


Perso,  je favorise SLS.

Normand Calvé

Messages : 108
Inscrit le : 20/10/2007

Revenir en haut Aller en bas


Votre article ne dit donc rien d'autre que ce qui est écrit dans le tableau qui s'y trouve, c'est à dire en ce qui concerne le BEO: 20t pour le SLS, 13t pour FH. Par ailleurs, SLS est annoncé à environ 1G$, et FH est actuellement vendue à ses clients pour 135M$ en version "tout jetable".
Peut-être que SpaceX fera faillite dans un futur plus ou moins lointain en effet, mais il n'empêche: en attendant il est là, et la FH est bien vendue à ce prix là en ce moment. Et il est possible qu'un lanceur 7x plus cher pour une masse 1.5x plus importante vers Mars ou ailleurs fasse quand même tâche un moment ou un autre dans le cerveau de certains décideurs. Je ne sais pas comment ça va se terminer, mais la question va quand même probablement se poser.
Space Opera
Space Opera
Modérateur
Modérateur

Messages : 12333
Inscrit le : 27/11/2005
Age : 47 Masculin
Localisation : France

https://www.forum-conquete-spatiale.fr

Revenir en haut Aller en bas


La Falcon Heavy est tout simplement trop petite pour remplacer le SLS. Même avec deux lancements ce lanceur est trop petit pour des missions lunaires habitées, son faible diamètre peut aussi être problématique pour certains types de missions.
Anubis
Anubis

Messages : 963
Inscrit le : 02/08/2007
Age : 33 Masculin
Localisation : canada

Revenir en haut Aller en bas


Le jour où on parlera de missions lunaires habitées la question se posera effectivement (mais où en sera le marché des fusées à ce moment-là ?), mais pour tout ce qui est lander/rover, télescopes spatiaux, orbiteurs d'exploration, etc..., la FH pourrait parfaitement faire l'affaire.
Par ailleurs, la coiffe du SLS est plus étroite (5m) que celle de FH (5.2m), quoi que plus longue (19m vs 13m), ce qui veut dire que la FH peut embarquer des modules plus larges, ce qui est de première importance pour des boucliers thermiques ou des télescopes spatiaux.
Pour des missions où il est absolument impossible d'être en dessous de 13t de CU, la SLS s'imposera naturellement. Pour tous les autres cas (la majorité des cas probablement), la FH devrait être un choix plus naturel. Et vu comment la NASA n'a pas les moyens de se payer des missions d'exploration actuellement (1 par an environ), il est peu probable qu'elle aura les sous pour envoyer régulièrement des missions de plus de 13t (!!) dans le système solaire en se payant en plus de la mission le lanceur le plus cher du monde.
Space Opera
Space Opera
Modérateur
Modérateur

Messages : 12333
Inscrit le : 27/11/2005
Age : 47 Masculin
Localisation : France

https://www.forum-conquete-spatiale.fr

Revenir en haut Aller en bas


@Space Opera a écrit: la coiffe du SLS est plus étroite (5m) que celle de FH (5.2m), quoi que plus longue (19m vs 13m), ce qui veut dire que la FH peut embarquer des modules plus larges, ce qui est de première importance pour des boucliers thermiques ou des télescopes spatiaux.
La coiffe du SLS block 1B cargo est de 8,4 m et celle du block 2 sera encore plus grosse.  
Je ne comprends pas pourquoi on se focalise sur le block 1 du SLS avec ses maigres capacités de 70 t alors qu'il sera utilisé qu'une seule fois.
Anubis
Anubis

Messages : 963
Inscrit le : 02/08/2007
Age : 33 Masculin
Localisation : canada

Revenir en haut Aller en bas


Et par ailleurs, on a bien compris qu'il y aura peut-être (probablement, et même à coup sûr pour certains) une concurrence de prix pour effectuer le lancement des missions.
Peut-être pas utile d'en remettre une couche à chaque fois, d'autant que les deux lanceurs n'ont pas encore volé, et que bien malin est celui qui sait ce qu'un nouveau Président et le Congrès décideront.
Normand Calvé est lui, un défenseur du SLS, et lui voit un avenir .... laissons le exprimer son point de vue, comme cela se fait habituellement sur le FCS.
@Normand Calvé a écrit:
Je reste persuadé que cet outil va trouver preneur comme lanceur pour une multitude de missions: des "packs" d'exploration automatique vers Mercure et Vénus, Mars, les astéroïdes, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, la ceinture de Kuyper, l'ailleurs, ou celle habitées vers la Lune, ou Mars ?
Je suis confiant que nous reprenons (enfin!) la bonne route.

Mais certes avant un tel "avenir radieux" et des missions vers toutes les planètes du système solaire comme il le rêve, on ne peut faire l'impasse sur les toutes premières missions encore mal définies, ni sur la problématique du financement en général de ce qui se rapporte à ce lanceur, notamment le "Exploration Upper Stage (EUS)" (bon, pour les dénominations des Block .... je m'y perd)

N'oublions pas, enfin que la NASA travaille surtout pour des voyages habités avec ce lanceur, et que c'est plus compliqué et plus cher, que de lancer un SLS avec un chargement d'exploration en version automatique. Voir le FIL pour développer un module d'habitation pour l'espace profond qui sera indispensable pour envisager de lancer un équipage vers Mars (et guère financé actuellement).
montmein69
montmein69

Messages : 17614
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 69 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@Anubis a écrit:
@Space Opera a écrit: la coiffe du SLS est plus étroite (5m) que celle de FH (5.2m), quoi que plus longue (19m vs 13m), ce qui veut dire que la FH peut embarquer des modules plus larges, ce qui est de première importance pour des boucliers thermiques ou des télescopes spatiaux.
La coiffe du SLS block 1B cargo est de 8,4 m et celle du block 2 sera encore plus grosse.  
Je ne comprends pas pourquoi on se focalise sur le block 1 du SLS avec ses maigres capacités de 70 t alors qu'il sera utilisé qu'une seule fois.

Absolument, on ne devrait parler de l'avenir du SLS que dans sa version à étage supérieur "maxi" et coiffe de diamètre 8,4 m au moins.
BBspace
BBspace
Rédacteur
Rédacteur

Messages : 2289
Inscrit le : 21/11/2009
Age : 72 Masculin
Localisation : Seine-et-Marne

Revenir en haut Aller en bas


@montmein69 a écrit:N'oublions pas, enfin que la NASA travaille surtout pour des voyages habités avec ce lanceur, et que c'est plus compliqué et plus cher, que de lancer un SLS avec un chargement d'exploration en version automatique. Voir le FIL pour développer un module d'habitation pour l'espace profond qui sera indispensable pour envisager de lancer un équipage vers Mars (et guère financé actuellement).
Tu soulèves une vraie question avec cette obligation pour SLS d'être un lanceur qualifié pour des vols habités et le surcoût que cela implique.

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi la NASA n'est pas restée sur l'idée d'un lanceur de charge utile super lourd (comme Ares V) n'ayant pas à respecter les lourdes contraintes du vol habité, et d'un plus petit lanceur (comme Ares I) cher mais répondant à toutes les contraintes en matière de non-zigouillage/non-traumatisage de passagers. :D

Autant dans les années 60 je peux comprendre qu'on faisait du tout-en-un en visant la Lune (et encore, sur les 3 astronautes y'en a un qui faisait office d'ordinateur de bord en orbite lunaire); mais depuis les rendez-vous spatiaux sont tout de même devenus beaucoup moins effrayants et, de toute manière, il faudra bien faire un assemblage en orbite terrestre et/ou martienne avec des modules dormants restants sur Mars ou en orbite en attendant sagement l'arrivée de leurs passagers.

Quelqu'un sait pourquoi la NASA tient tant que ça à disposer du SLS pour envoyer le module Orion dans l'espace ? (alors qu'Ares I ou une simple Delta IV le permettent également pour un coût sensiblement moins élévé)
Saturmir
Saturmir

Messages : 516
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


@Saturmir a écrit:
@montmein69 a écrit:N'oublions pas, enfin que la NASA travaille surtout pour des voyages habités avec ce lanceur, et que c'est plus compliqué et plus cher, que de lancer un SLS avec un chargement d'exploration en version automatique. Voir le FIL pour développer un module d'habitation pour l'espace profond qui sera indispensable pour envisager de lancer un équipage vers Mars (et guère financé actuellement).
Tu soulèves une vraie question avec cette obligation pour SLS d'être un lanceur qualifié pour des vols habités et le surcoût que cela implique.

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi la NASA n'est pas restée sur l'idée d'un lanceur de charge utile super lourd (comme Ares V) n'ayant pas à respecter les lourdes contraintes du vol habité, et d'un plus petit lanceur (comme Ares I) cher mais répondant à toutes les contraintes en matière de non-zigouillage/non-traumatisage de passagers. :D

Autant dans les années 60 je peux comprendre qu'on faisait du tout-en-un en visant la Lune (et encore, sur les 3 astronautes y'en a un qui faisait office d'ordinateur de bord en orbite lunaire); mais depuis les rendez-vous spatiaux sont tout de même devenus beaucoup moins effrayants et, de toute manière, il faudra bien faire un assemblage en orbite terrestre et/ou martienne avec des modules dormants restants sur Mars ou en orbite en attendant sagement l'arrivée de leurs passagers.

Quelqu'un sait pourquoi la NASA tient tant que ça à disposer du SLS pour envoyer le module Orion dans l'espace ? (alors qu'Ares I ou une simple Delta IV le permettent également pour un coût sensiblement moins élevé)

Orion n'a évidemment pas besoin du SLS pour atteindre l'orbite terrestre. Uniquement pour des missions autour de la Lune (EM2 puis "rodéo astéroïde").
BBspace
BBspace
Rédacteur
Rédacteur

Messages : 2289
Inscrit le : 21/11/2009
Age : 72 Masculin
Localisation : Seine-et-Marne

Revenir en haut Aller en bas


...et ultérieurement pour les missions martiennes.
BBspace
BBspace
Rédacteur
Rédacteur

Messages : 2289
Inscrit le : 21/11/2009
Age : 72 Masculin
Localisation : Seine-et-Marne

Revenir en haut Aller en bas


@Saturmir a écrit:

Quelqu'un sait pourquoi la NASA tient tant que ça à disposer du SLS pour envoyer le module Orion dans l'espace ? (alors qu'Ares I ou une simple Delta IV le permettent également pour un coût sensiblement moins élévé)

Certainement car Ares 1 ne tenait pas la route techniquement. Delta IV et Atlas V ne sont pas qualifiés pour du vol habité.
Développer un lanceur qualifié coûte affreusement cher, or le SLS a l'avantage de reprendre bon nombre de composants du Shuttle déja qualifiés. Au final la NASA devrait faire baisser l'addition par rapport au programme précédent Constellation (Ares I, Ares V) trop cher et non financé par le congrès à l'époque.
cosmiste
cosmiste

Messages : 812
Inscrit le : 21/09/2011
Age : 47 Masculin
Localisation : lyon

Revenir en haut Aller en bas


Tout de même cette notion de fusée qualifiée pour les vols humains reste floue dans mon idée. Saturn V ne l'était pas (?), le STS pas plus (?), quid des Redstone, Atlas et Titan, et de l'autre côté, le lance Vostok était-il qualifié (?), la Proton qui a failli servir à envoyer un soviétique faire un survol de la Lune était-elle qualifiée (?). Par exemple si dans le programme Vostok il y avait bien un système d'éjection du cosmonaute pour le sauver en cas de défaillance du lanceur, est-ce que cela qualifiait l'ensemble de : bon pour les vols habités ?

Je n'ai pas une vision claire et en plus tout mon sujet est à lire en mode interrogatif.  :scratch:
Astro-notes
Astro-notes
Donateur
Donateur

Messages : 13363
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 78 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas


@cosmiste a écrit:
@Saturmir a écrit:

Quelqu'un sait pourquoi la NASA tient tant que ça à disposer du SLS pour envoyer le module Orion dans l'espace ? (alors qu'Ares I ou une simple Delta IV le permettent également pour un coût sensiblement moins élévé)

Certainement car Ares 1 ne tenait pas la route techniquement.

Pour Ares 1 ... ce n'est plus utile de se poser la question de toute façon.
Après l'abandon du couple Ares 5/ Ares 1 qui avait sa cohérence en séparant le lanceur de la capsule, du lanceur lourd de fret .... la nouvelle donne , a plus ou moins interféré avec la décision de déléguer l'orbite basse au Privé.
Et malgré ce transfert décidé, persistait une certaine crainte de la NASA de se retrouver malgré tout sans lanceur avant longtemps (avec notamment celle de voir se prolonger la dépendance aux russes pour les vols d'équipage). Donc SLS/Orion était aussi envisagé comme solution de secours pour desservir l'ISS au cas où le Privé n'y arriverait pas dans les délais prévus.
Ceci parait un peu marcher sur la tête maintenant, à la fois parce que le Privé a montré sa capacité de gérer l'orbite basse pour le fret, et qu'il devrait y arriver pour les capsules habitées, mais aussi parce que la mise au point de SLS/Orion nécessitera des délais très longs (EM-2 premier vol habité est programmé à présent pour 2022/2023). De plus, le prix de ce système serait totalement prohibitif pour aller sur l'ISS s'il fallait y recourir.

Delta IV et Atlas V ne sont pas qualifiés pour du vol habité.
Sauf que Boeing va bien avoir besoin d'un lanceur pour son Starliner d'ici l'année prochaine, 2018 au plus tard.
Le Vulcan -lanceur prévu pour remplacer Atlas 5 - qui sera probablement développé dans une configuration man-rated, ne sera pas prêt avant 2019 - au mieux - donc ils utiliseront probablement l'Atlas 5 (avec un EDS et avec un étage supérieur Centaur bi-moteur)
https://fr.wikipedia.org/wiki/CST-100_Starliner[/mention] a écrit:Le vaisseau proposé par Boeing doit être placé en orbite par une version de l'Atlas V présentant une fiabilité compatible avec l'emport d'un équipage. À cette fin la fusée doit être équipée d'un système EDS (Emergency Detection System) qui doit détecter en temps réel durant le lancement les problèmes affectant les propulseurs ou le comportement du lanceur et déclencher l'éjection du véhicule spatial. Le deuxième étage Centaur utilisé est la version comportant deux moteurs pour pouvoir faire face à l'arrêt d'un des propulseurs.

Les "profils" des missions lointaines étant loin d'être arrêtées, on ne peut affirmer - à ce jour - qu'Orion fera toujours, tout le voyage aller-retour, puisque certains scénarios envisagent des transferts (en LEO ? en orbite lunaire ?) avec le véhicule dit "habitat pour l'espace profond" qui lui ferait le voyage A-R. Mais tout cela reste pure supputation pour le moment.
montmein69
montmein69

Messages : 17614
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 69 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@Astro-notes a écrit:Tout de même cette notion de fusée qualifiée pour les vols humains reste floue dans mon idée. Saturn V ne l'était pas (?), le STS pas plus (?), quid des Redstone, Atlas et Titan, et de l'autre côté, le lance Vostok était-il qualifié (?), la Proton qui a failli servir à envoyer un soviétique faire un survol de la Lune était-elle qualifiée (?). Par exemple si dans le programme Vostok il y avait bien un système d'éjection du cosmonaute pour le sauver en cas de défaillance du lanceur, est-ce que cela qualifiait l'ensemble de : bon pour les vols habités ?

Je n'ai pas une vision claire et en plus tout mon sujet est à lire en mode interrogatif.  :scratch:

C'est bien le problème, je ne crois pas qu'il y ait de cahier des charges précis pour définir la qualification habitée. Cela dépend des agences et des époques. 

Une chose est sure, le lanceur qualifié doit suivre 2 règles que le lanceur "cargo" ne suit pas.

La première est d'assurer un moyen d'éjection de l'équipage durant le maximum de phases de la montée. Cela demande donc un système d'éjection : cela peut être une tour tracteur (Mercury, apollo, soyouz, shenzhou), des sièges éjectables (Gemini, Shuttle, Bourane) , ou des moteurs pousseurs comme sur les modernes Dragon 2 ou StarLiner.
Mais cela demande aussi d'adapter la trajectoire de la fusée pour permettre cette éjection. Un lanceur cargo va avoir tendance à suivre une trajectoire verticale pour quitter au plus vite les basses couches de l'atmosphère et optimiser les pertes aérodynamiques. Un lanceur habité, lui, va suivre une trajectoire "oblique" pour assurer qu’en cas d'éjection, la capsule suive une trajectoire balistique allongée et ainsi minimiser les g lors de la rentrée dans l'atmosphère.
 
La deuxième règle est d’augmenter la fiabilité du lanceur. Là ou un cargo va se contenter de 99%, un lanceur habité doit être fiable à 99,99% (chiffres au pif, c’est là où cela dépend d’une agence, d'une époque à l'autre). Chaque composant de la fusée  doit donc être fiabiliser en conséquence pour atteindre l’objectif de fiabilité du lanceur. Cela inclu l’avionique doit aussi être optimisée avec par exemple une triple redondance qui est la règle depuis les années 80, si je me souviens bien (ariane V).
 
Cela c’était la théorie, car la pratique a montré les limites de ces règles :
Lors de l’ejection du Soyouz 18a lors de sa montée en 1975 la capsule a bien suivi sa trajectoire balistique mais la rentrée a amenée 21g bien au delà de ce qui était prévu (15g). Cela aurait bien pu tuer les cosmonautes.
Et la catastrophe de Challenger en 1986 a montré que la fiabilité d’un lanceur complexe dépend aussi du respect des procédures. Lancement avec des température plus basses que la plage de certification des boosters dans ce cas-là.  
cosmiste
cosmiste

Messages : 812
Inscrit le : 21/09/2011
Age : 47 Masculin
Localisation : lyon

Revenir en haut Aller en bas


@montmein69 a écrit:
Delta IV et Atlas V ne sont pas qualifiés pour du vol habité.
Sauf que Boeing va bien avoir besoin d'un lanceur pour son Starliner d'ici l'année prochaine, 2018 au plus tard.
Le Vulcan -lanceur prévu pour remplacer Atlas 5 - qui sera probablement développé dans une configuration man-rated, ne sera pas prêt avant 2019 - au mieux - donc ils utiliseront probablement l'Atlas 5 (avec un EDS et avec un étage supérieur Centaur bi-moteur)

Oui tu as raison Atlas V est en pleine certification pour StarLiner, cela pourrait d'ailleurs coûter 250 à 300 M$ à Boeing et Lockheed pour cela, la moitié pour les revalidations de trajectoires et l'autre moitié pour solifidier l'avionique.

Dans mon poste précédent Je pensais à la situation de 2008 lors de l'arrêt de Constellation et les premières réflexions sur SLS.
cosmiste
cosmiste

Messages : 812
Inscrit le : 21/09/2011
Age : 47 Masculin
Localisation : lyon

Revenir en haut Aller en bas


La NASA n'a pas le budget pour développer l'étage supérieur. Le SLS sera donc très probablement retardé : http://nasawatch.com/archives/2016/05/nasa-forgot-to.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+nasawatch%2FAekt+%28NASA+Watch%29
Space Opera
Space Opera
Modérateur
Modérateur

Messages : 12333
Inscrit le : 27/11/2005
Age : 47 Masculin
Localisation : France

https://www.forum-conquete-spatiale.fr

Revenir en haut Aller en bas


@Astro-notes a écrit:Tout de même cette notion de fusée qualifiée pour les vols humains reste floue dans mon idée. Saturn V ne l'était pas (?), le STS pas plus (?), quid des Redstone, Atlas et Titan, et de l'autre côté, le lance Vostok était-il qualifié (?), la Proton qui a failli servir à envoyer un soviétique faire un survol de la Lune était-elle qualifiée (?). Par exemple si dans le programme Vostok il y avait bien un système d'éjection du cosmonaute pour le sauver en cas de défaillance du lanceur, est-ce que cela qualifiait l'ensemble de : bon pour les vols habités ?

Je n'ai pas une vision claire et en plus tout mon sujet est à lire en mode interrogatif.  :scratch:

j'ai cru lire quelque part que pour être apte a passer la certification "man-rated" un équipement doit avoir la capacité de remplir sa mission a 140%.
de ce surplus de capacité viens les centième de % de plus sur le taux de fiabilité .

mais la gestion de ces marges supplémentaires impact le lanceur sur tous ses aspects.
on se retrouve en fait avec un lanceur qui en fonctionnement normal est utilisé a 60% de ses capacités max si il était utilisé en mode cargo

peronik

Messages : 641
Inscrit le : 01/04/2008
Age : 49 Masculin
Localisation : region parisienne

Revenir en haut Aller en bas


@peronik a écrit:

j'ai cru lire quelque part que pour être apte a passer la certification "man-rated" un équipement doit avoir la capacité de remplir sa mission a 140%.
de ce surplus de capacité viens les centième de % de plus sur le taux de fiabilité .

mais la gestion de ces marges supplémentaires impact le lanceur sur tous ses aspects.
on se retrouve en fait avec un lanceur qui en fonctionnement normal est utilisé a 60% de ses capacités max si il était utilisé en mode cargo

Oui la Nasa demande des coeff de sécurité x1,4 pour les lanceurs habités en place des x1,25 pour les fusées cargos. Cela concerne les éléments de structure et surtout tous les composants pressurisés (réservoirs) hors habitacle.

http://ntrs.nasa.gov/archive/nasa/casi.ntrs.nasa.gov/20110023499.pdf

Le Shuttle suivait ce critère, mais la plupart des lanceurs "modernes" aussi (Falcon, Atlas V, Ariane V),
SLS devrait le suivre aussi.

Curieusement Delta IV échoue sur ce critère pour certains de ces structures composites inter étages et inter réservoirs.
cosmiste
cosmiste

Messages : 812
Inscrit le : 21/09/2011
Age : 47 Masculin
Localisation : lyon

Revenir en haut Aller en bas


"Man rated" donne une sécurité * 1.4 ; ah, quand même !
Astro-notes
Astro-notes
Donateur
Donateur

Messages : 13363
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 78 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas


@Space Opera a écrit:La NASA n'a pas le budget pour développer l'étage supérieur. Le SLS sera donc très probablement retardé : http://nasawatch.com/archives/2016/05/nasa-forgot-to.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+nasawatch%2FAekt+%28NASA+Watch%29
Rien de bien alarmant, on parle du financement pour l’année de 2017.

Lien direct:http://spacenews.com/nasa-working-towards-september-2018-slsorion-launch/
Honeycutt a écrit:A funding bill for 2017 approved by the Senate Appropriations Committee April 21 sets aside at least $300 million of the $2.15 billion provided for SLS to continue work on EUS. That bill has not been taken up by the full Senate, and the House has yet to introduce a companion spending bill.

Honeycutt suggested he assumed the higher spending levels would continue to be available for EUS, which will complete a preliminary design review by the end of this year. Citing “favorable appropriations” for the program this year, he said, “our plan now is to fly EM-2 with the Exploration Upper Stage.”

NASA’s message overall to the audience at the event, which included Rep. Bill Posey (R-Fla.), a member of the House Science Committee whose district includes KSC, is that the main elements of NASA’s exploration program remain on track. “Congressman Posey,” Kirasich said, “I wanted to tell you that the Orion team is focused, funded, and we are on schedule.”
Anubis
Anubis

Messages : 963
Inscrit le : 02/08/2007
Age : 33 Masculin
Localisation : canada

Revenir en haut Aller en bas


http://nasawatch.com/archives/2016/05/nasa-forgot-to.html[/mention] a écrit:NASA, however, did not request enough funding in its fiscal year 2017 budget request to support development of the EUS in time for EM-2, even as it directed agency engineers to stop work on human rating the interim upper stage that will be flown on EM-1."

Donc si on résume :
- l'interim cryogenic upper stage (dérivé du DCSS Delta Cryogenic Second Stage) ne serait utilisé que pour le vol EM-1, qui n'étant pas un vol habité ne requière pas d'être adapté en "human-rated"
- pour le vol EM-2, on passerait directement au Exploration Upper Stage EUS, version définitive de l'étage supérieur qui serait développé en man-rated.
Mais .....
- pour le moment ce n'est pas encore prévu dans le budget de la NASA de développer cet étage supérieur
- il faudra de toute façon qualifier au moins lors d'un vol cet étage avant d'autoriser son utilisation pour un vol habité. Donc ce serait un vol de SLS pour une mission automatique (probablement le lancement de la mission Europa-Clipper vers les lunes de Jupiter).

Bref si on espère d'un côté économiser en ne qualifiant pas man-rated l'étage "pré-existant" .... il faudra quand même l'adapter pour la mission EM-1 du SLS, et il faudra aussi rajouter un vol EM-1 bis (non habité) pour tester le nouveau EUS.

Le développement de ce lanceur reste décidément complexe ... et son coût continue d'augmenter inexorablement.
Et AMHA la date de 2023 pour faire EM-2 reste assez optimiste.


Dernière édition par montmein69 le Mer 11 Mai 2016 - 20:45, édité 2 fois
montmein69
montmein69

Messages : 17614
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 69 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas



_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 22319
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 60 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


l'Exploration Upper Stage EUS sera utilisé dès EM-1. L'interim cryogenic upper stage a été abandonné

Cela ne me parait pas possible de développer ce nouvel étage EUS dans des délais si brefs (et sans un financement suffisant programmé à ce jour) ... d'ailleurs les articles que tu cites disent :
http://developpement-orion.over-blog.com/2016/05/la-nasa-travaille-d-arrache-pied-pour-un-lancement-d-em-1-des-septembre-2018.html[/mention] a écrit:
L’étage supérieur appelé Exploration Upper Stage (EUS) fait lui aussi des progrès, d’après John Honeycutt, car le Congrès a obligé la NASA à dépenser au moins 85 millions $ sur l’EUS en 2016. Par contre, la NASA n'a pas demandé suffisamment de fonds dans le budget 2017 pour soutenir le développement de l'EUS à temps pour EM-2
http://developpement-orion.over-blog.com/2016/03/planification-preliminaire-et-objectifs-pour-la-mission-em-2.html[/mention] a écrit:
La solution qui a été retenue est donc de lancer la mission « Jupiter Europa – Clipper » avec le SLS en 2022 *, avant la mission EM-2 et avec l’étage EUS, ce qui placerait le lancement d’EM-2 au plus tôt en 2023, 5 ans après EM-1.

Utiliser l'Interim Cryogenic Upper Stage a toujours été prévu pour EM-1, car même s'il faudra quelques adaptations du DCSS existant cela restera mineur et pas "très" cher.
Ce qui aurait couté bonbon, c'est de le rendre man-rated pour EM-2, seule mission pour laquelle il aurait été utilisé.

* donc après EM-1. Cette mission Europa-Clipper c'est le vol non habité requis pour qualifier l'EUS
montmein69
montmein69

Messages : 17614
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 69 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@montmein69 a écrit:
* donc après EM-1. Cette mission Europa-Clipper c'est le vol non habité requis pour qualifier l'EUS

Oui, tu as raison, j'ai confondu avec EM-2 Super
J'étais persuadé que les études sur l' ISPC avaient été stoppées.

_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 22319
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 60 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


J'aimerai rebondir ici sur une annonce faites là: https://www.forum-conquete-spatiale.fr/t16557p50-mission-nasa-jpl-europa-clipper#363412

Il y a aussi eu plusieurs articles de presse la semaine dernière dans lesquels les managers de la NASA disent pouvoir être en avance sur le planning de lancement de EM-1, vers septembre 2018 plutôt que novembre! Pour faire de telles sorties publiquement, ou ils bluffent avant les présidentielles ou ils sont certains de leurs annonces.

L'avenir se dégage donc pour le SLS... Il semble être soutenu par le Congrès (Démocrate) et le Sénat (Républicain) et en bonne voix techniquement. De plus on se rapproche d'une cadence de un lancement par an, minimum plus ou moins nécessaire pour une fiabilité, rentabilité et crédibilité minimum (à mon humble avis!). On aurait donc:
- EM-1 2018
- Europa Orbiter 2022
- EM-2 2023
- Europa Lander 2024
- EM-3 / Astéroid Redirect 2026

De plus je "rajouterais" un retour d’échantillon martien tout début 2025 puis un lancement de laboratoire en orbite Lunaire ou au point de Lagrange en 2027, avant la fin de l'ISS.

:)xx :)xx Croisons les doigts et il se peut que .... ce lanceur ai un bel avenir et qu'il nous fera patienter jusqu'au MCT :blbl: .
Outan
Outan

Messages : 970
Inscrit le : 30/08/2007
Age : 37 Masculin
Localisation : Allemagne

Revenir en haut Aller en bas


@Outan a écrit:L'avenir se dégage donc pour le SLS... Il semble être soutenu par le Congrès (Démocrate) et le Sénat (Républicain) et en bonne voix techniquement. De plus on se rapproche d'une cadence de un lancement par an, minimum plus ou moins nécessaire pour une fiabilité, rentabilité et crédibilité minimum (à mon humble avis!). On aurait donc:
- EM-1 2018
- Europa Orbiter 2022
- EM-2 2023
- Europa Lander 2024
- EM-3 / Astéroid Redirect 2026

De plus je "rajouterais" un retour d’échantillon martien tout début 2025 puis un lancement de laboratoire en orbite Lunaire ou au point de Lagrange en 2027, avant la fin de l'ISS.

:)xx :)xx Croisons les doigts et il se peut que .... ce lanceur ai un bel avenir et qu'il nous fera patienter jusqu'au MCT :blbl: .
Oui, croisons les doigts, nous ne sommes pas à l'abri d'une autre crise financière (les prêts étudiants sont une bombe à retardements...) qui clouerait SLS au sol comme ce fut le cas pour les Ares. (au final d'ailleurs j'ai du mal à voir les grosses différences entre Ares IV/V et SLS... À part une grosse perte de temps...  :scratch: )
Saturmir
Saturmir

Messages : 516
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Page 37 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum