Réseaux de satellites / Protocoles de communication / Taille des paquets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Bonjour,

J'ai une question simple mais assez technique.

Ceci est en rapport avec les protocoles de communication dans les réseaux de satellites. Généralement les protocoles sont classés en couches comme pour les réseaux terrestres (TCP/IP ou autre...). Ma question concerne la couche "liaison de données" ou "accès au canal".

Qu'est-ce qui détermine la taille des trames en sortie de l'émetteur (satellite ou station terrestre) ???

Exemple : Pour la norme 802.11, la taille maximale des trames est de 1500 octets. Sauf qu'en cherchant, pour certaines applications (missions de satellites), je trouve que la taille des paquets est beaucoup plus inférieure que cela, exemple : 255 octets ... Du coup je voulais savoir s'il y a des critères déterministes (distance, taille des buffers ...) pour déterminer la taille des paquets ?

Merci à vous ! et si ma question n'est ps très claire, n'hésitez pas à me demander plus de précisions.
avatar
nanomani

Messages : 3
Inscrit le : 03/10/2012
Age : 35 Féminin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Bonjour,

Je ne peux malheureusement pas vous répondre avec précision sur les critères exacts qui déterminent la taille des paquets, mais je peux toujours vous apporter un élément de réponse qui vous aidera peut-être.

Comme vous l'avez dit les communications pour des liaisons terre-espace ou espace-espace dépendent de beaucoup de facteurs, comme la distance, le débit disponible, la puissance, la quantité de donnée, la taille des buffers, et plus encore. Il y a un grand nombre de configurations imaginables. Ces configurations sont regroupées par "familles", et divers protocoles de communication ont été développés spécialement pour chaque familles afin de permettre une certaines interopérabilité.

Par exemple les paquets pour un envoi de télécommandes (TC) du sol vers un satellite (uplink) sont très courts, du fait que les données TC sont elles-même de l'ordre de quelques octets. De même lors d'un envoi de positions (télémétrie TM) d'un satellite vers le sol (downlink). Par contre lors du downlink d'images d'un satellite d'observation, une fois que la ligne est établie, les paquets peuvent devenir assez gros, jusqu'à 2048 octets de mémoire.

On distingue par exemple:

- Advanced orbiting systems (AOS): volume de données moyen, synchrone, interactivité entre les stations (style Envisat, ISS)

- Proximity links (CCSDS Proximity-1): inter-satellites, constelations, orbiter/rover

- CCDSD file delivery protocol: gros volume de données, adapté au style de données générées par la charge utile

- Deep space network: faible volumes, liaisons très longue distance



Je vous recommande chaudement d'aller surfer sur le site du CCDSD:

http://public.ccsds.org/default.aspx

Et notamment la section des "blue rapports" qui détaillent divers protocoles de communications:

http://public.ccsds.org/publications/BlueBooks.aspx

Je suis certains que vous trouverez beaucoup de réponses là-bas!
hypollite
hypollite

Messages : 27
Inscrit le : 29/08/2010
Age : 50 Masculin
Localisation : rennes

Revenir en haut Aller en bas


Bonjour,

Je vous remercie pour le temps que vous avez consacré à me répondre et pour les éléments d'information déjà (à priori) utile vu que je démarre de presque rien !

L'application que j'étudie est une constellation de satellites à basse altitude et la quantité de données est moyennement considérable avec des débits continues moyens de 40 ko/s. Dans ce que vous citez, j'hésite encore entre les protocoles AOS et le CCDSD mais je vais me renseigner encore plus ...

Merci encore .
avatar
nanomani

Messages : 3
Inscrit le : 03/10/2012
Age : 35 Féminin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum