Falcon Heavy (Tesla roadster) - Tir de démonstration - 6.2.2018

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


J'ai vraiment du mal à concevoir que la Falcon Heavy seule suffirait pour envoyer des hommes sur Mars, même avec plusieurs lancements. D'ailleurs, Musk lui même doit y croire mollement car les investissements consentis dans l'ITS lui coupent l'herbe sous le pied, et même si cet ITS n'est pas prêt de voler car économiquement il y a encore d'autres enjeux plus urgents, à terme il est censé être destiné à cet usage.

La Falcon Heavy pourrait servir éventuellement pour la Lune, c'était l'annonce (pas l'une des meilleure de Musk...) qui annonçait deux touristes autour de la Lune pour 2018. Si cela se réalise un jour, il faudrait qu'elle soit man-rated. Et pour transporter un module lunaire, il faudrait de toute façon un deuxième étage amélioré, voir un troisième.

Vadrouille

Messages : 1711
Inscrit le : 04/10/2007

Revenir en haut Aller en bas


@Space Opera a écrit:
@montmein69 a écrit:Quelle masse de C.U. la FH peut-elle emporter vers Mars, ce n'est pas indiqué, et cela manque pour crédibiliser le raisonnement de l'auteur dans tout le raisonnement sur les charges à transporter/faire atterrir
Il te suffisait de te rendre sur le site officiel pour avoir la réponse et crédibiliser les questions du forumeur :blbl: : http://www.spacex.com/falcon-heavy
La FH peut envoyer 16,8 tonnes vers Mars.

Merci ! Super
M. Zubrin aurait donc pu aisément le trouver et l'indiquer dans son article :blbl:
montmein69
montmein69

Messages : 17565
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 69 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@montmein69 a écrit:

  • la capacité d’emport de 60 tonnes du Falcon Heavy ../cut/.... c’est suffisant. Une fusée capable d’emporter 60 tonnes en orbite peut transporter 12 tonnes de charge utile à la surface de la Lune



Je ne suis pas un spécialiste de la mécanique spatiale, mais j'ai du mal à comprendre qu'avec 60 tonnes en orbite basse, on puisse faire atterrir 12 tonnes de charge utile sur la Lune (c'est à dire sans l'atterrisseur). De mémoire, 12 tonnes, c'était la CU que Saturne 5 pouvait amener sur la Lune (LM truck). Mais elle satellisait 120 tonnes.
Lunarjojo
Lunarjojo
Donateur
Donateur

Messages : 2830
Inscrit le : 03/01/2008
Age : 67 Masculin
Localisation : Epinal

Revenir en haut Aller en bas


De nos jours, la masse sèche des fusées a beaucoup diminué. On dispose de nouveau matériaux plus légers à résistance égale. L'ISP des moteurs s'est aussi améliorée.
Du coup, une Saturne 5 construite aujourd'hui pourrait probablement mettre plus de 150 tonnes en LEO. Et probablement 200 tonnes si c'est SpaceX qui en avait la maitrise d’œuvre ;)
Tout ça pour dire qu'avec 60 T en LEO aujourd'hui on peut probablement faire autant qu'avec 100 T dans les années 70.
GNU Hope
GNU Hope

Messages : 459
Inscrit le : 25/07/2016
Age : 54 Masculin
Localisation : Jargeau Loiret

Revenir en haut Aller en bas


@Lunarjojo a écrit:
@montmein69 a écrit:





Je ne suis pas un spécialiste de la mécanique spatiale, mais j'ai du mal à comprendre qu'avec 60 tonnes en orbite basse, on puisse faire atterrir 12 tonnes de charge utile sur la Lune (c'est à dire sans l'atterrisseur). De mémoire, 12 tonnes, c'était la CU que Saturne 5 pouvait amener sur la Lune (LM truck). Mais elle satellisait 120 tonnes.
La Saturn 5 ne se contentait pas d'amener une douzaine de tonnes sur la Lune, elle mettait aussi le CSM en orbite lunaire lors de la même mission...
BBspace
BBspace
Rédacteur
Rédacteur

Messages : 2257
Inscrit le : 21/11/2009
Age : 72 Masculin
Localisation : Seine-et-Marne

Revenir en haut Aller en bas


Oui, elle envoyait tout le nécessaire pour le voyage retour.
Space Opera
Space Opera
Modérateur
Modérateur

Messages : 12329
Inscrit le : 27/11/2005
Age : 47 Masculin
Localisation : France

https://www.forum-conquete-spatiale.fr

Revenir en haut Aller en bas


@BBspace a écrit:
@Lunarjojo a écrit:Je ne suis pas un spécialiste de la mécanique spatiale, mais j'ai du mal à comprendre qu'avec 60 tonnes en orbite basse, on puisse faire atterrir 12 tonnes de charge utile sur la Lune (c'est à dire sans l'atterrisseur). De mémoire, 12 tonnes, c'était la CU que Saturne 5 pouvait amener sur la Lune (LM truck). Mais elle satellisait 120 tonnes.
La Saturn 5 ne se contentait pas d'amener une douzaine de tonnes sur la Lune, elle mettait aussi le CSM en orbite lunaire lors de la même mission...

Je parlais d'une évolution (avortée) ou un LM "camion" (LM Truck) aurait été directement amené sur la Lune (sans retour) avec une Saturne 5 en automatique. Un LM avec passagers se serait posé à côté. Étudié dans le cadre du programme post-apollo pour augmenter la durée des séjours.

Pour rappel, la charge utile du LM lunaire était d'environ une tonne, pour une masse au départ de l'orbite lunaire d'une quinzaine de tonnes (dont plus d'une dizaine d'ergols). Mais il devait redécoller de la Lune.

Falcon Heavy (Tesla roadster) - Tir de démonstration - 6.2.2018 - Page 13 <a href=Falcon Heavy (Tesla roadster) - Tir de démonstration - 6.2.2018 - Page 13 Lm_car10" />
Lunarjojo
Lunarjojo
Donateur
Donateur

Messages : 2830
Inscrit le : 03/01/2008
Age : 67 Masculin
Localisation : Epinal

Revenir en haut Aller en bas


Ne pourrait-on pas parler de tout ça dans un autre sujet, puisque ça n'a pas grand chose à voir avec le lancement dans l'espace d'une Tesla Roadster :scratch:
ndiver
ndiver

Messages : 416
Inscrit le : 18/06/2013
Age : 35 Masculin
Localisation : Allemagne

Revenir en haut Aller en bas


@Astro-notes a écrit:J'ai lu la traduction du message de Zubrin par Pierre Brisson, c'est bien évidement intéressant. Beaucoup d'entre nous envisagions Le vol humain vers Mars à l'aide de plusieurs lancements (ici 3 dans l'article) et même si je suis mollement convaincu, on ne peut pas dire que cela soit de la science-fiction. Avec des moyens financiers ce serait même envisageable rapidement. Mais il faudrait oser, qui osera ?


L’article de Zubrin a le mérite de mettre en évidence, en des termes saisissants, le progrès représenté par la Falcon Heavy dans l’Histoire de l’astronautique. Il est impressionnant de penser, comme le fait Zubrin, que ce nouveau lanceur, utilisé avec beaucoup d’ingéniosité, pourrait éventuellement permettre des vols habités sur la Lune et même sur Mars.

Cela mériterait un complément d’expertise, mais cette thèse n’a a priori rien d’absurde. SpaceX serait probablement capable de mobiliser sa matière grise, son énergie et son enthousiasme autour d’un tel projet, et si les financements privés et publics atteignaient à un niveau suffisant, de tels scénarios pourraient aboutir.

Toutefois, contrairement à Astro-notes, je ne suis pas sûr qu’il faudrait oser mettre en œuvre de tels scénarios. Retourner sur la Lune et surtout débarquer sur Mars représentent de grands rêves, mais le véritable objectif, c’est celui de la mise en place de ce que j’appellerai une « astronautique durable ». Il ne faut surtout plus recommencer, dans un autre contexte, les erreurs d’Apollo.

Oui, avec une vingtaine de Falcon Heavy, on pourrait « bricoler » cinq ou six missions d’exploration interplanétaire, en théorie davantage, puisque les boosters sont réutilisables. Mais tôt ou tard, il y aura des accidents. Avec des conséquences plus dramatiques qu’Apollo XIII car les trajets entre Mars et la Terre sont beaucoup trop longs pour que des naufragés de l’espace puissent survivre dans un habitacle de taille réduite fonctionnant en mode dégradé. Et après de tels accidents, la lassitude viendra et les vols seront arrêtés.

Depuis cinquante ans la Lune a été désertée par l’humanité. Si Mars est conquise en 2030, abandonnée en 2034, est-il vraiment certain que cinquante ans plus tard, en 2084 donc, il y aura encore une capacité technologique sur Terre pour remonter une expédition martienne ?

Le même raisonnement ne joue pas forcément si on attend un peu que le BFR de SpaceX ou le New Armstrong de Blue Origin fonctionne. Bien sûr, comme l’a dit Musk, la conquête de Mars fera dans tous les cas des morts. Mais avec un vaisseau suffisamment dimensionné, dont les coûts au kg expédié auront encore diminué, et dont la réutilisabilité sera cette fois totale, la résilience de l’astronautique interplanétaire habitée sera plus grande. Le deuil sera fait des héros, et une nouvelle expédition repartira.

A ceux qui doutent de mon raisonnement, je conseille de revoir le film de fiction reconstituant la catastrophe d’Apollo XIII. Quand les portes de la capsule exigüe se referment sur les trois astronautes, on comprend qu’aller sur la Lune avec une technologie aussi limitée, c’est un peu « tricher » avec l’idée d’exploration. Avec les moyens d’Apollo, a-t-on vraiment pu faire de l’exploration au sens où on l’entend traditionnellement ? En tout cas, on n’a pas pu installer de tête de pont durable sur notre satellite naturel.

La Falcon Heavy, c’est une étape intermédiaire entre la technologie du demi-siècle de stagnation qui a suivi Apollo et l’astronautique soutenable, durable, qu’annoncent Musk et Bezos. Ne restons pas au milieu du gué !

La véritable conquête de Mars passera par la grande porte du BFR et de ses homologues, pas par la porte ingénieuse mais étriquée de la Falcon Heavy.

On me dira « ne lâchons pas la proie de la Falcon Heavy pour l’ombre du BFR ». J’entends bien l’argument, mais à cela je réponds que si la mise au point du BFR échoue, un Musk aux tempes blanchies pourra encore peut-être se rabattre sur la Falcon Heavy pour des projets martiens tardifs symboliques. Tandis que la volonté de faire tout de suite avec la Falcon Heavy du Red Dragon man-rated, si elle l’emportait, risquerait de retarder le BFR et finalement de lui couper l’herbe sous le pied.

Je suis conscient du fait que certains trouveront ici mon raisonnement paradoxal et très exagérément optimiste quant aux chances du BFR. J’ai d’ailleurs lu des posts qui se lamentent de l’abandon par SpaceX des projets lunaires et martiens de Falcon et Dragon et je leur ai répondu. J’ajoute ce soir que dans quinze ans, regretter l’abandon de Red Dragon paraîtra peut-être aussi drôle qu’avoir une nostalgie aujourd’hui pour les projets abandonnés de Falcon 5 ou de Falcon 1e.

Le cœur de la philosophie du New Space, c’est l’abandon d’une stratégie inefficace et coûteuse de reprise à peine améliorée des technologies existantes, c’est le choix résolu de l’innovation disruptive. La bicyclette doit foncer, sinon, elle tombe.

Il faut forcer les portes de l'avenir. Ce qui veut dire : être à la fois ambitieux et patient, et renoncer à lancer des hommes vers d'autres mondes tant que le premier véritable vaisseau interplanétaire n'aura pas été construit.

Musk nous a réappris l'ambition. Et Bezos, la patience dans l'acharnement à réaliser le véritable progrès technologique. Gradatim ferociter !

La génération dont l’enfance a été illuminée par la magie d’Apollo a tellement dû ensuite réviser ses ambitions et ses rêves à la baisse, puis encore plus à la baisse, et toujours plus à la baisse qu’elle a beaucoup de mal à comprendre que mettre la barre haut dans le contexte actuel est ce qu’il y a de plus efficace et de plus réaliste.

Sur le plan financier, un projet assez coûteux mais dont le retour sur investissement est fortement plausible  attirera beaucoup plus les banquiers qu’un projet moins onéreux mais se situant dans le prolongement d’investissements antérieurs qui n’ont pas beaucoup rapporté.

Je rappelle pour conclure que la phrase « c’est trop beau pour être vrai », que les passionnés d’astronautique sont tentés d’appliquer au BFR, décrit un état d’âme issu d’expériences malheureuses, mais n’est en aucun cas un principe intangible et scientifiquement vérifié ; tandis qu’il est parfaitement avéré que courir plusieurs lièvres à la fois augmente le risque de n’en attraper aucun.
PierredeSedna
PierredeSedna
Donateur
Donateur

Messages : 1551
Inscrit le : 24/08/2017
Age : 61 Masculin
Localisation : Région Ile-de-France

Revenir en haut Aller en bas


Tout à fait d'accord PierredeSedna
aRes
aRes

Messages : 873
Inscrit le : 24/10/2005
Age : 41 Masculin
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas


@PierreDeSedna a écrit:Oui, avec une vingtaine de Falcon Heavy, on pourrait « bricoler » cinq ou six missions d’exploration interplanétaire, en théorie davantage, puisque les boosters sont réutilisables. Mais tôt ou tard, il y aura des accidents. Avec des conséquences plus dramatiques qu’Apollo XIII car les trajets entre Mars et la Terre sont beaucoup trop longs pour que des naufragés de l’espace puissent survivre dans un habitacle de taille réduite fonctionnant en mode dégradé. Et après de tels accidents, la lassitude viendra et les vols seront arrêtés.
Avec la navette qui était sensé être un "moyen d'avenir", il y a eu deux accidents majeurs et 14 morts aux total. Il a fallut ça pour qu'on se rende compte de la dangerosité du concept.
Avoir des accidents lors d'une phase d'exploration humaine est inévitable mais c'est le prix à payer. Pour une mission qui en vaut la peine et avec de raisonnables chances de succès, les volontaires vont se bousculer.
Tous les jours, des gens tentent des exploits, prennent des risques et parfois y laissent leur vie. Ça fait hurler une partie de la population et en enthousiasme une autre.

Bref, le risque d'accident n'est pas recevable pour arrêter l'exploration humaine de l'espace. C'est a ceux qui conçoivent les missions de diminuer le risque au maximum et aux astronautes explorateurs de décider de prendre le risque ou non.
GNU Hope
GNU Hope

Messages : 459
Inscrit le : 25/07/2016
Age : 54 Masculin
Localisation : Jargeau Loiret

Revenir en haut Aller en bas


@David L. a écrit:Mise à jour du tableau récapitulatif :



Le record de vitesse pour un retour en Floride passe de 6066 km/h à 6867 km/h.

Tu peux maintenant mettre ton tableau à jour avec LZ-1 pour le core B1023 et LZ-2 pour le B1025
Source

_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 22000
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 60 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


@PierredeSedna a écrit:

[size=124]La véritable conquête de Mars passera par la grande porte du BFR et de ses homologues, pas par la porte ingénieuse mais étriquée de la Falcon Heavy.[/size]

[size=124]On me dira « ne lâchons pas la proie de la Falcon Heavy pour l’ombre du BFR ». J’entends bien [/size]
Bonjour, la Falcon9 et Falcon heavy doivent gagner de l'argent  pour l'investir dans la BFR .
Et avant d'envoyer un homme vers Mars , il faut d'abord réussir plusieurs missions automatiques retour d'echantillons  depuis Mars ,
 et la Falcon heavy peut faire ces missions automatiques .
noureddine2
noureddine2

Messages : 231
Inscrit le : 09/03/2011
Age : 50 Masculin
Localisation : maroc

Revenir en haut Aller en bas


@PierredeSedna a écrit:
L’article de Zubrin a le mérite de mettre en évidence, en des termes saisissants, le progrès représenté par la Falcon Heavy dans l’Histoire de l’astronautique. Il est impressionnant de penser, comme le fait Zubrin, que ce nouveau lanceur, utilisé avec beaucoup d’ingéniosité, pourrait éventuellement permettre des vols habités sur la Lune et même sur Mars.



Zubrin fait du Zubrin. N'ayant que pour seul objectif de se rendre sur Mars, il lui est normal de glorifier tout ce qui permet d'avancer vers ce but.

Je suis désolé, mais passé la communication effrénée sur le lancement de la Falcon Heavy, je ne vois pas en quoi cette fusée modifie en profondeur une éventuelle exploration spatiale de la Lune où de Mars. Certes, on n'avait pas vu depuis longtemps un lanceur lourd (et non super-lourd), mais il en a existé auparavant. Et même si le prix annoncé de satellisation est relativement bas, il ne révolutionne pas pour autant l'astronautique. Ce n'est pas non plus une division par 100 du prix du kilo en orbite.

Dans d'autres messages, il a été fait souvent mention que le lancement ne représentait qu'une partie mineure du coût d'une sonde. A fortiori, le prix d'un engin habité, avec ses redondances et son support vie (surtout pour une mission martienne), sera très largement supérieur au coût du(es) lancement(s). Fondamentalement, la situation d'aujourd'hui est la même que celle d'hier, à savoir que Mars représente une dépense que ne peuvent assumer les milliardaires de l'espace, et qu'aucun gouvernement n'est prêt aujourd'hui à mettre sur la table. A ce sujet, le énième virage de la politique spatiale américaine, le retour vers la Lune, marque la volonté des États-Unis de renoncer à Mars, même si l'image de la planète est toujours présente sur l'affiche.

C'est vrai que ma génération a revu ses rêves à la baisse. D'autres rêves les ont aujourd'hui remplacés, pour d'autres générations. Espérons simplement qu’ils ne se transformeront pas en illusions.
Lunarjojo
Lunarjojo
Donateur
Donateur

Messages : 2830
Inscrit le : 03/01/2008
Age : 67 Masculin
Localisation : Epinal

Revenir en haut Aller en bas


On n'ira sur Mars que si on s'est assuré que nos bactéries ne contamineraient pas les éventuelles bactéries martiennes. La communauté scientifique insistera à ce sujet.

Je crois que le FH est justement le lanceur qu'il faut pour ravitailler une base lunaire (donc un aller simple non habité pour la surface lunaire). Cette base lunaire peut ne pas être habitée dans un premier temps.

Le FH permet une progression: par exemple, les 3 étages récupérés permettent un lancement de 8 tonnes vers GTO, tout comme le Falcon 9 non récupérable. Il y aura des missions FH pour des commerciaux en orbite GEO, puis des FH partiellement récupérables pour une sonde martienne, puis pas du tout récupérables pour un Mars sample return, un Moon automated lander, etc..
Raoul
Raoul

Messages : 1835
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 63 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas


@Wakka a écrit:
@David L. a écrit:Mise à jour du tableau récapitulatif :



Le record de vitesse pour un retour en Floride passe de 6066 km/h à 6867 km/h.

Tu peux maintenant mettre ton tableau à jour avec LZ-1 pour le core B1023 et LZ-2 pour le B1025
Source
@davidl: ton tableau est excellent et trés riche d'information, merci encore!!!
Cependant je me permet une petite remarque.Tu y fait apparaître les retours de Boosters de FH au même titre que les retour de F9 en notant record, le record de vitesse (6867 km/h). Il me semble qu'il faudrait différencier c'est événements car le travail demandé aux étages n'est pas le même et les performances ne sont donc pas comparables. Cela perturbe un peu la lisibilité de la progression des performances de la F9. (Du moins ca risque de la perturber quand il y aura eu plusieurs vols de FH)

Craps
Donateur
Donateur

Messages : 789
Inscrit le : 08/06/2017
Age : 40 Masculin
Localisation : Issoire 63

Revenir en haut Aller en bas


a propos des experts de la "commission augustine" il y a une chose qu'il ne faut pas oublier ils ont du faire leur estimation de cout et temps de développement avec ce qui existais : le "old space" de papa :

 - un diplodocus de dizaines de sous-traitants de 1er niveaux et de milliers de sous traitant de 2-3 voir 4eme niveaux qui toutes ont leurs marges.
 - des élus qui, pour assurer leur ré-élections, promettent tous que les emplois seront préservés donc des boites qui on fournis la NASA devront forcement fournir encore ....
 - le mammouth bureaucratique de la NASA ..... ses milliers d'experts ..... ses milliers conseillers........ses secrétariats......
 - une énorme foule de "pseudo-experts auto-proclamés et autres spécialistes en fauteuils et autres lobbys" qui exigent des dirigeants politique au niveau fédéral des solutions stupides

c'est en partie à cause de cette état de fait que quand elon à voulus développer son petit projet de serre sur Mars,  il a été affolé par les tarifs hautement prohibitif que on lui proposais
en 2002 après cet aperçu de la haute inefficience du "OLD Space"; il s'est décidé à créer SpaceX, créant par la même occasion ce que certain appelle maintenant le "New Space"

a savoir une boite qui sous-traite quasiment pas, de ce fait il ny a pas de surcout du aux marges de tous les sous-traitants ni les coûts supplémentaires du aux vérifications a chaque livraison par un sous-traitant
autre caractéristique des boites du "New Space" un esprit "start-up" : [ je suis jeune, moins de 70 heures par semaines c'est bon pour ces croulants de la NASA, moi c'est 80 H/semaines minimum]

peronik

Messages : 641
Inscrit le : 01/04/2008
Age : 49 Masculin
Localisation : region parisienne

Revenir en haut Aller en bas


@Craps a écrit:
Cependant je me permet une petite remarque.Tu y fait apparaître les retours de Boosters de FH au même titre que les retour de F9 en notant record, le record de vitesse (6867 km/h). Il me semble qu'il faudrait différencier c'est événements car le travail demandé aux étages n'est pas le même et les performances ne sont donc pas comparables. Cela perturbe un peu la lisibilité de la progression des performances de la F9. (Du moins ca risque de la perturber quand il y aura eu plusieurs vols de FH)

Effectivement, il sera nécessaire de faire plusieurs tableaux : F9 seul, FH seul et F9 + FH.

C'est encore plus vrai pour les durées de fonctionnement du premier étage, beaucoup plus longues pour la FH.

Mais pour le record porté à 6867 km/h pour un retour au site LZ1, outre le lanceur différent, je pense qu'il y a aussi l'apport du freinage à 3 moteurs.
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 19343
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 46 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


Lourde charge de peronik sur le mode de travail de la NASA aujourd'hui face à qqs nouvelles "startup" comme il le dit en référence à SpaceX. Certes il n'a sans doute pas totalement tort, trop de renvois d’ascenseurs industriels/politiques finissent par tuer l'élan créatif et c'est le moment où des opportuns avisés, à réaction rapide (jeune), en profitent pour s'imposer au prix d'un effort qu'au repos (retraite) je qualifierai de démesuré : 80 h contre 70 h par semaine de travail, soit pour ces jeunes loups ~12 heures par jour avec 1.5 jour de repos par semaine. Je veux bien quand on vise Mars s'appliquer une telle rage de travail, mais en aucune façon je cautionne un tel rythme de travail comme devant devenir une norme mondiale, surtout si l'activité n'est qu'alimentaire. Donc les startup pour moi, en mode commun, sont loin de me satisfaire. Moins de conservatisme, j'approuve ; j'approuve avec un peu de modération ou mieux de régulation. Mais c'est vrai que je ne suis pas avare d'emploi du mot conservateur pour critiquer l'astronautique voire l'aérospatial Européen et qui n'est pas  celui de la NASA. Rien est parfait.  :scratch:
Astro-notes
Astro-notes
Donateur
Donateur

Messages : 13292
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas


@Astro-notes a écrit:[...] c'est le moment où des opportuns avisés, à réaction rapide (jeune), en profitent pour s'imposer au prix d'un effort qu'au repos (retraite) je qualifierai de démesuré : 80 h contre 70 h par semaine de travail, soit pour ces jeunes loups ~12 heures par jour avec 1.5 jour de repos par semaine. Je veux bien quand on vise Mars s'appliquer une telle rage de travail, mais en aucune façon je cautionne un tel rythme de travail comme devant devenir une norme mondiale, surtout si l'activité n'est qu'alimentaire. Donc les startup pour moi, en mode commun, sont loin de me satisfaire. Moins de conservatisme, j'approuve ; j'approuve avec un peu de modération ou mieux de régulation. [...]

Et quand ces personnes ne tiendront plus le rythme, on les jettera pour cause de "performance insuffisante" pour en prendre d'autres tout fraîches...

Mais tout ça, c'est pour construire un monde idéal sur Terre et sur Mars, bien sûr...
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 19343
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 46 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


@David L. a écrit:
@Astro-notes a écrit:[...] c'est le moment où des opportuns avisés, à réaction rapide (jeune), en profitent pour s'imposer au prix d'un effort qu'au repos (retraite) je qualifierai de démesuré : 80 h contre 70 h par semaine de travail, soit pour ces jeunes loups ~12 heures par jour avec 1.5 jour de repos par semaine. Je veux bien quand on vise Mars s'appliquer une telle rage de travail, mais en aucune façon je cautionne un tel rythme de travail comme devant devenir une norme mondiale, surtout si l'activité n'est qu'alimentaire. Donc les startup pour moi, en mode commun, sont loin de me satisfaire. Moins de conservatisme, j'approuve ; j'approuve avec un peu de modération ou mieux de régulation. [...]

Et quand ces personnes ne tiendront plus le rythme, on les jettera pour cause de "performance insuffisante" pour en prendre d'autres tout fraîches...

Mais tout ça, c'est pour construire un monde idéal sur Terre et sur Mars, bien sûr...

Euh les amis, tous les témoignages montrent que durant les années Apollo les personnes impliquées dans le programmes (astronautes, NASA, ingénieurs des entreprises, etc.) travaillaient tout autant.

Je ne pense pas que ce soit donc si différent aujourd'hui. On est dans une période de compétition et d'ambitions telle qu'on en avait pas vue depuis Apollo, précisément. 

Quant à SpaceX, par exemple, les salariés sont très loin de se plaindre et beaucoup restent quelques années seulement car c'est une "école" de qualité, disent-ils, et une ligne super sur leur CV pour la suite.

Il faut donc être un plus nuancé sur le sujet, je pense.

ReusableFan

Messages : 1379
Inscrit le : 15/07/2017
Age : 38 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


Bon, je ne m'étends pas plus sur ce registre, David L résume un peu ma pensée, mais tous les points de vue peuvent exister ; c'est ce qui fait la richesse du FCS.
Astro-notes
Astro-notes
Donateur
Donateur

Messages : 13292
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas


@Wakka a écrit:
Tu peux maintenant mettre ton tableau à jour avec LZ-1 pour le core B1023 et LZ-2 pour le B1025
Source

Merci Wakka, j'inclue ça dans la prochaine version, après le lancement de Paz.  Super
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 19343
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 46 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


@David L. a écrit:
@Wakka a écrit:
Tu peux maintenant mettre ton tableau à jour avec LZ-1 pour le core B1023 et LZ-2 pour le B1025
Source

Merci Wakka, j'inclue ça dans la prochaine version, après le lancement de Paz.  Super
Impressionnant quand on consulte cette source : on prend la mesure du travail accompli et de l’expérience acquise par SpaceX depuis ses balbutiements ! Et dire que tout serait né après la proposition d’Elon Musk d’une petite serre martienne qui ne put aboutir: 
voir peronik 

@peronik a écrit:c'est en partie à cause de cette état de fait que quand elon à voulus développer son petit projet de serre sur Mars,  il a été affolé par les tarifs hautement prohibitif que on lui proposais
en 2002 après cet aperçu de la haute inefficience du "OLD Space"; il s'est décidé à créer SpaceX, créant par la même occasion ce que certain appelle maintenant le "New Space"
Finalement, je lui souhaite de l’installer par lui-même cette serre martienne , un de ces sols  :)xx
...car on n’est jamais mieux servi que par soi-même ! ;)

Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10743
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


La NASA et son environnement "old space" ont quand même été capables de mener à bien les missions Apollo avec des règles à calcul du papier et des crayons ...
Donc bon personnellement je n'irais pas chercher X justifications sur le temps de travail et l'esprit startup, SpaceX a simplement la volonté de réaliser ses projets, ils voulaient un lanceur lourd donc ils ont fait un lanceur lourd, la NASA elle n'a pu que suivre les directives d'un président prix Nobel de la paix qui préférait investir dans diverses guerres, si ce président avait décidé qu'il fallait un lanceur lourd pour apporter la démocratie et la liberté sur Mars, ils auraient un lanceur lourd.

Maurice

Messages : 1112
Inscrit le : 25/10/2011
Age : 35 Masculin
Localisation : Val d'oise

Revenir en haut Aller en bas


@Maurice a écrit:La NASA et son environnement "old space" ont quand même été capables de mener à bien les missions Apollo avec des règles à calcul du papier et des crayons ...
Donc bon personnellement je n'irais pas chercher X justifications sur le temps de travail et l'esprit startup, SpaceX a simplement la volonté de réaliser ses projets, ils voulaient un lanceur lourd donc ils ont fait un lanceur lourd, la NASA elle n'a pu que suivre les directives d'un président prix Nobel de la paix qui préférait investir dans diverses guerres, si ce président avait décidé qu'il fallait un lanceur lourd pour apporter la démocratie et la liberté sur Mars, ils auraient un lanceur lourd.
Parce qu'il y avait volonté politique et objectif clair (la Lune !). C'est ce qui fait la force de SpaceX : un leadership qui sait où il veut aller.
ndiver
ndiver

Messages : 416
Inscrit le : 18/06/2013
Age : 35 Masculin
Localisation : Allemagne

Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum