PortailForumRechercherS'enregistrerConnexionAccueil
Partagez | 
 

 Phantom Express de Boeing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Giwa
Donateur
Donateur



Masculin Nombre de messages : 10325
Age : 76
Localisation : Nice
Date d'inscription : 15/04/2006

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyLun 25 Juin 2018 - 8:07

Ce projet de Boeing suite à une commande de la DARPA prend forme :
Boeing -Phantom Express
Il s’agit d’un lanceur léger biétage dont le premier étage suborbital consiste en  un planeur spatial réutilisables rapidement de nombreuses fois, utilisant comme propergols LH2/LOx avec un moteur AR-22 (celui de la Shuttle, mais à durée de vie prolongée) . Le second étage à usage unique ne serait donc pas récupéré.
Revenir en haut Aller en bas
Anovel
Donateur
Donateur



Masculin Nombre de messages : 1171
Age : 62
Localisation : 62 Le Portel
Date d'inscription : 03/10/2017

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptySam 25 Jan 2020 - 9:05

D'après cette source Boeing mettrait fin unilatéralement aux recherches sur le sujet.
Boeing était le seul postulant à avoir reçu des fonds pour les phases deux et trois du projet.
Il est possible que la DARPA relance un appel d'offres concernant ce lanceur réutilisable dix fois en dix jours .
Revenir en haut Aller en bas
PierredeSedna
Donateur
Donateur

PierredeSedna

Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 61
Localisation : Région Ile-de-France
Date d'inscription : 24/08/2017

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptySam 25 Jan 2020 - 22:49

Anovel a écrit:
D'après cette source Boeing mettrait fin unilatéralement aux recherches sur le sujet.
Boeing était le seul postulant à avoir reçu des fonds pour les phases deux et trois du projet.
Il est possible que la DARPA relance un appel d'offres concernant ce lanceur réutilisable dix fois en dix jours .


Sur le même sujet : 

https://spaceflightnow.com/2020/01/22/boeing-withdraws-from-darpa-spaceplane-program/

Lancé il y a sept ans, et pour sa phase actuelle, il y a trois ans, le projet XS-1, rebaptisé pompeusement Phantom Express, de lancement de charges utiles militaires (avec extension possible au civil) de 1,5 tonnes au rythme de dix lancements consécutifs tous les dix jours (donc au rythme d'un vol par jour avec une pause au bout de dix jours), grâce à un avion fusée récupérable complété par un petit second étage non récupérable, est donc moribond, on a peine à le croire. Boeing a jeté l'éponge !

Attention, bien que cette nouvelle soit apparue de manière assez discrète sur Internet, il s'agit de mon point de vue d'un événement majeur, d'une importance technologique comparable à l'abandon, en 2001, du X-33, prototype de taille réduite du Venture Star développé par Lookheed Martin pour la Nasa.

Chacun, selon ses analyses et ses espérances, commentera à sa façon cette nouvelle défaite de l'Histoire de l'astronautique.

Pour ma part, j'y vois une confirmation du déclin du Old Space américain, qui décidément s'avère incapable d'opérer la révolution des lanceurs réutilisables. 

Les entreprises du Old Space, tournant peu à peu le dos à leur passé glorieux des années 1960, ont structuré toute leur activité autour du lobbying pour l'obtention de fonds publics, et n'ont plus dans certains cas qu'un simulacre d'activité industrielle qui sert dans cette perspective d'alibi. 

Les flux d'argent public, aussi massifs soient-ils, n'ont pas plus d'influence sur leur capacité à faire aboutir les projets que n'en aurait une perfusion pour ramener à la vie un cadavre.

Certaines de leurs usines sont en voie de devenir des "usines de Potemkine", comparables à ce qu'étaient au XVIIIème siècle les "villages de Potemkine" trompeusement érigés en Russie pour flatter le nationalisme du pouvoir.  Ces usines permettent de conserver de l'emploi dans différents Etats américains, on pourrait presque dire d'organiser le chômage déguisé des ingénieurs de pointe, à la manière d'un Pôle Emploi de luxe, répondant ainsi aux attentes des élus américains.   

Certains diront a contrario que les lanceurs renouvelables ne sont pas à la portée de l'humanité à notre époque actuelle, qu'il y a une barrière technologique encore pour longtemps infranchissable, et que les acteurs du New Space ne feront finalement pas mieux malgré la réussite prometteuse de la Falcon 9. Les événements des trois prochaines années, et en particulier les résultats du programme Starship de SpaceX,  permettront de trancher entre ces deux thèses opposées.

D'autres encore, se situant sur le plan de la géopolitique, diront que l'Amérique est essoufflée, qu'elle est en train de perdre son avance technologique et militaire sur la Chine. Celle-ci, qui a annoncé qu'elle va effectuer 40 lancements en 2020, notamment des lancements militaires, est-elle en train de prendre l'avantage ? Elle ne maîtrise pas pour le moment les technologies de réutilisation des lanceurs, et son programme Khuaizhou de lanceur militaire de réaction rapide n'est pas encore abouti, mais sa puissance industrielle, adossée à sa démographie, ne va-t-elle pas permettre de submerger l'Amérique par le nombre de lancements de charges militaires par des fusées consommables ?

L'échec de la N1 avait sonné le glas de l'avance soviétique sur les Américains dans l'espace il y a un demi-siècle. Bien que le XS-1 n'ait pas, contrairement à la N1, connu des explosions spectaculaire, et qu'il ne soit pas un géant de l'espace, son abandon pourrait-il modifier la hiérarchie des puissances spatiales militaires dans le monde ?

Sauf que… Il reste SpaceX et Blue Origin pour sauver l'Amérique spatiale. En outre, les entreprises du Old Space, confrontées à une menace existentielle, pourraient finir par revoir complètement leur modèle économique et par se régénérer. 

Avec l'agonie du XS-1, l'Amérique semble avoir perdu une bataille, mais elle n'a pas perdu la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
anthoemt




Masculin Nombre de messages : 332
Age : 48
Localisation : mars dans mes reves
Date d'inscription : 29/10/2014

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyDim 26 Jan 2020 - 7:14

Et du coup, BOEING rends les sous? comment ça se passe?
Revenir en haut Aller en bas
http://umps.fr
PierredeSedna
Donateur
Donateur

PierredeSedna

Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 61
Localisation : Région Ile-de-France
Date d'inscription : 24/08/2017

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyDim 26 Jan 2020 - 14:49

anthoemt a écrit:
Et du coup, BOEING rends les sous? comment ça se passe?

Selon les informations disponibles, c’est Boeing qui a pris l’initiative de se retirer. Pour engager la négociation avec la DARPA, Boeing devrait normalement faire une offre de remboursement de sommes reçues de la DARPA.

Mais Boeing, dont les ingénieurs doivent être déprimés (une petite pensée pour eux, parce que leur talent est probablement moins en cause que le management de leur employeur), a sûrement des avocats qui eux ne doivent probablement pas être déprimés. Quand on rompt un partenariat, il y a toujours moyen de prétendre que c’est l’autre qui n’a pas joué le jeu.

Toutefois il convient de souligner que Boeing n’est pas dans cette affaire dans son élément naturel des marchés classiques où plus le prestataire est lent et inefficace, et plus il s’enrichit : le Phantom express est développé dans le cadre d’un partenariat public privé ! Donc Boeing a aussi investi des fonds propres dans cette affaire. L'exécutif de Boeing a aussi des comptes à rendre à ses actionnaires.

On se souvient tous que le président de Boeing, pour beaucoup de raisons, est tombé.

Puisse la nouvelle direction de l’entreprise consacrer plus d’efforts à la recherche de l’efficacité de la programmation de ses projets qu’à celle de sa rhétorique pour extorquer de l’argent au contribuable américain !

Quoi qu’il en soit, cet événement est énorme. Imaginez que SpaceX ait dit qu’elle renonçait au Dragon Crew... Evidemment c’est impensable ! Sur des montants financiers moindres,  mais pour un programme crucial pour les technologies du spatial et pour la sécurité nationale américaine, c’est pourtant l’équivalent, côté Boeing, qui vient de se passer !
Revenir en haut Aller en bas
Astro-notes
Donateur
Donateur

Astro-notes

Masculin Nombre de messages : 12709
Age : 77
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 12/04/2006

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyLun 27 Jan 2020 - 8:07

Je crois (idéologiquement) que la gestion de Boeing est tombée entre les mains des affairistes ultralibéraux. Comment en est-on arrivé là, comment revenir à des gestions plus raisonnables ? je ne sais pas si c'est envisageable ! Bon, certes je suis de parti pris, mais ici comme ailleurs les faits ne me donnent pas tort.
Revenir en haut Aller en bas
http://astro-notes.org
Giwa
Donateur
Donateur



Masculin Nombre de messages : 10325
Age : 76
Localisation : Nice
Date d'inscription : 15/04/2006

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyLun 27 Jan 2020 - 9:02

C'est sûr que cet abandon ne se résume pas à ce projet  , mais amène à des réflexions plus générales sur l'organisation des entreprises et de leurs rapports avec l'état, la finance et le militaire.  @ Astro-notes : D'où vient ce manque de persévérance ?  Wink  ( à ne pas confondre tout de même avec un autre notion : l'obstination)
 Si il y avait une seule cause , ce serait plus simple à démêler ... mais c'est un ensemble de causes et d'effets - de plus en boucles - donc rétroactives ...de quoi avoir mal à la tête  scratch  !
Il y a sans doute beaucoup à voir du côté étatique et financier, mais il y a un peu à voir aussi du côté de l’organisation des entreprises . 
Un point en particulier que l'on peut remarquer , c'est que pour le spatial à haute valeur ajoutée technologique pour réussir, il ne suffit pas d'avoir des ingénieurs ultra-compétents , il faut qu'à leur tête , il y est aussi des chefs qui s'y connaissent dans ce domaine comme Sergueï Korolev , Wernher  Von braun ... ou Gwynne Shotwell sous la direction d'Elon Musk .
Revenir en haut Aller en bas
PierredeSedna
Donateur
Donateur

PierredeSedna

Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 61
Localisation : Région Ile-de-France
Date d'inscription : 24/08/2017

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyLun 27 Jan 2020 - 9:56

Giwa a écrit:
C'est sûr que cet abandon ne se résume pas à ce projet  , mais amène à des réflexions plus générales sur l'organisation des entreprises et de leurs rapports avec l'état, la finance et le militaire.  @ Astro-notes : D'où vient ce manque de persévérance ?  Wink  ( à ne pas confondre tout de même avec un autre notion : l'obstination)
 Si il y avait une seule cause , ce serait plus simple à démêler ... mais c'est un ensemble de causes et d'effets - de plus en boucles - donc rétroactives ...de quoi avoir mal à la tête  scratch  !
Il y a sans doute beaucoup à voir du côté étatique et financier, mais il y a un peu à voir aussi du côté de l’organisation des entreprises . 
Un point en particulier que l'on peut remarquer , c'est que pour le spatial à haute valeur ajoutée technologique pour réussir, il ne suffit pas d'avoir des ingénieurs ultra-compétents , il faut qu'à leur tête , il y est aussi des chefs qui s'y connaissent dans ce domaine comme Sergueï Korolev , Wernher  Von braun ... ou Gwynne Shotwell sous la direction d'Elon Musk .

Je partage tout à fait les observations de @Giwa. 

D’une part, le rôle des dirigeants est important. Mao Zedong, qui glorifiait le rôle du peuple et des masses laborieuses, n’en disait pas moins de manière pragmatique « le poisson pourrit par la tête ». Et d’ailleurs, il semblerait bien que cette phrase ne vienne pas de lui et qu’elle ait été empruntée à Erasme qui est sans nul doute une référence plus solide, du point de vue de l’humanisme, que celle du Grand Timonier.

Et d’autre part, la critique des dérives ultra-libérales doit être approfondie pour remonter aux racines anthropologiques de tous les processus de déformation qui font qu’une organisation sociale, conçue au départ pour être utile à tous, ou disons sélectionnée par la vie sociale du fait de son efficacité pour atteindre des résultats largement bénéfiques, finit par être instrumentalisée au service de fins particulières et par nourrir des inefficacités. 

C’est ainsi que des dispositifs conçus pour la défense des catégories non dominantes dans la société, dispositifs tout à fait nécessaires et utiles, finissent par fonctionner de manière mécanique, aveugle, au détriment d’autres catégories également fragiles et de l’intérêt de la société dans son ensemble.

Pour comprendre cela, je pense qu’il peut être utile, de manière mesurée, de rapprocher l’évolution des organisations sociales et celles des organismes vivants dans l’écosystème. 

Le problème de fond est que la vie, dans son auto-défense et sa volonté d’expansion, a deux caractéristiques : l’opportunisme et l’aveuglement. Et ces deux lois s’appliquent tant à l’évolution des virus qu’à celle du capitalisme financier, celles des organisations représentatives des intérêts des travailleurs, etc...

Heureusement l’être humain est pourvu d’un esprit qui permet, dans le cadre de la confrontation des idées et des intérêts, d’exercer des forces de rappel dans un sens vertueux. Cela suppose que chacun cultive en soi des valeurs d’altruisme, d’ouverture aux préoccupations des autres, de bienveillance, d’esprit critique et autocritique, de recherche du bien commun. 

L'étude des mécanismes qui ont conduit au naufrage du Old Space aux Etats-Unis peut permettre de dégager des enseignements bien au-delà de la conquête spatiale.

Pour ne pas sortir de l’objet de ce Forum, je m’arrête là.
Revenir en haut Aller en bas
katalpa


katalpa

Féminin Nombre de messages : 2398
Age : 52
Localisation : Mars
Date d'inscription : 12/05/2013

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyLun 27 Jan 2020 - 10:03

C'est vrai que Boeing s'est lancé dans le spatial tout azimut et doit maintenant abandonner des projets, mais je ne pense pas que Boeing rendent l'argent au gouvernement américain qui soutient déjà Boeing avec des subventions plus ou moins déguisées, ou alors les remboursements seront ridicules, car ils ont déjà généré l'activité économique dont le gouvernement a besoin.

Quant à savoir si Boeing va se régénérer, disons qu'il y a déjà plusieurs années que Boeing est gérées par des comptables ultra-libéraux et je ne pense pas que ça change d'ici pas mal de temps. Ils ont aussi des soucis d'employeurs comme dans toutes les grandes entreprises. Le secteur militaire apporte beaucoup de crédits aux entreprises qui bénéficient des dotations. Pour répondre à Giwa, les rapports entre les entreprises et le gouvernement sont secrets et il serait difficile de connaître les réelles motivations de tels arrangements.
Revenir en haut Aller en bas
https://jacques-abeasis.cabanova.com/
David L.
Modérateur
Modérateur

David L.

Masculin Nombre de messages : 17444
Age : 46
Localisation : Troisième planète
Date d'inscription : 16/08/2009

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyLun 27 Jan 2020 - 20:23

katalpa a écrit:
C'est vrai que Boeing s'est lancé dans le spatial tout azimut et doit maintenant abandonner des projets, mais je ne pense pas que Boeing rendent l'argent au gouvernement américain qui soutient déjà Boeing avec des subventions plus ou moins déguisées, ou alors les remboursements seront ridicules, car ils ont déjà généré l'activité économique dont le gouvernement a besoin.

Ce qui est ridicule, c'est ce genre d'affirmation totalement gratuite, sans rien pour l'étayer.  mur

Le budget d'un projet n'est pas versé en totalité au début d'un projet. Il y a des étapes et des versements en plusieurs fois. Comme la NASA, le DoD ne fait pas ce qu'il veut des budgets qui lui sont alloués et fléchés, et si des obligations ne sont pas remplies par le contractant, ils ne se gênent pas pour récupérer des sommes conséquentes.

De même pour des malversations, comme celles de Boeing au début du programme EELV.

De plus, le GAO ne se prive pas de pointer les errements éventuels de la NASA ou du DoD...

Enfin, de nouveau, un contrat public n'est pas une subvention.

_________________
Le désespoir est une forme supérieure de la critique. (Léo Ferré)
Revenir en haut Aller en bas
David L.
Modérateur
Modérateur

David L.

Masculin Nombre de messages : 17444
Age : 46
Localisation : Troisième planète
Date d'inscription : 16/08/2009

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyLun 27 Jan 2020 - 20:36

PierredeSedna a écrit:


L'étude des mécanismes qui ont conduit au naufrage du Old Space aux Etats-Unis [...]

Quel naufrage ?  scratch   Les programmes EELV de Boeing et Lockheed Martin n'ont perdu aucune charge utile depuis le début en 2002... Certes les lancements sont plus chers, mais les demandes du DoD ne sont pas les mêmes que celles d'un opérateur commercial et la valeur des charges utiles du NRO ou d'un AEHF dépassant largement le milliard de dollars, il n'est pas essentiel de gratter quelques dizaines de millions sur le coût de lancement.

On peut critiquer Boeing pour le calamiteux programme FIA (Future Imagery Architecture), mais tout ce qu'a fait Boeing dans le spatial n'est pas un naufrage et Boeing n'est pas le ridiculement nommé "old space" à lui seul.

_________________
Le désespoir est une forme supérieure de la critique. (Léo Ferré)


Dernière édition par David L. le Mar 28 Jan 2020 - 0:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
David L.
Modérateur
Modérateur

David L.

Masculin Nombre de messages : 17444
Age : 46
Localisation : Troisième planète
Date d'inscription : 16/08/2009

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyLun 27 Jan 2020 - 20:42

PierredeSedna a écrit:


Mao Zedong, qui glorifiait le rôle du peuple et des masses laborieuses, n’en disait pas moins de manière pragmatique « le poisson pourrit par la tête ».

Je ne pense pas que le qualificatif de pragmatique convienne à quelqu'un qui justifiait la révolution culturelle par "mieux vaut rouge qu'expert"... Il convenait certainement mieux à Deng Xiaoping (peu importe qu'un chat soit rouge ou gris, du moment qu'il attrape les souris).

_________________
Le désespoir est une forme supérieure de la critique. (Léo Ferré)
Revenir en haut Aller en bas
PierredeSedna
Donateur
Donateur

PierredeSedna

Masculin Nombre de messages : 1000
Age : 61
Localisation : Région Ile-de-France
Date d'inscription : 24/08/2017

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyMar 28 Jan 2020 - 0:52

David L. a écrit:
PierredeSedna a écrit:


L'étude des mécanismes qui ont conduit au naufrage du Old Space aux Etats-Unis [...]

Quel naufrage ?  scratch   Les programmes EELV de Boeing et Lockheed Martin n'ont perdu aucune charge utile depuis 2002... Certes les lancements sont plus chers, mais les demandes du DoD ne sont pas les mêmes que celles d'un opérateur commercial et la valeur des charges utiles du NRO ou d'un AEHF dépassant largement le milliard de dollars, il n'est pas essentiel de gratter quelques dizaines de millions sur le coût de lancement.


Ce type d'argument accable Boeing plus qu'il ne plaide en sa faveur. Le programme EELV a été lancé en 1995. C'était plus de dix ans avant que SpaceX ne lance sa première fusée ! Bref, la préhistoire. Les lancements continuent, mais où est le progrès ?

Que déduire du fait que Boeing et Lockheed n'ont perdu aucune charge utile depuis 2002 dans le cadre de ce programme ? Qu'ils ont un meilleur contrôle qualité que les Russes ? Je te l'accorde ! Ils ne sont pas les seuls, car dans ce domaine, Ariane ne fait pas mal non plus.

Mais le jugement sur un industriel du spatial ne se fait que partiellement sur son contrôle qualité. C'est une des valences, c'est clair, mais il y a en au moins deux autres : la capacité à faire baisser les coûts, et la capacité à innover.

Au croisement de ces deux ambitions sans lesquelles il n'y a pas de conquête spatiale, il y a le passage des lanceurs consommables aux lanceurs réutilisables.

C'est de cela qu'il est question dans ce fil consacré au XS-1. Et de ce point de vue, qu'est-ce qu'a fait Boeing, côté lanceurs, depuis 25 ans ? C'est le vide abyssal. La navette spatiale s'est avérée être une impasse, parce que trop coûteuse, et Boeing n'a pas été capable de proposer une alternative, elle n'a fait que s'impliquer dans ce projet de SLS qui est au passé d'Apollo ce que l'accommodage de restes alimentaires ayant dépassé la date limite de consommation est à la gastronomie. Est-ce digne du passé spatial de l'Amérique ?

Que l'on compare cela, en effet, avec ce que Boeing, ainsi que d'autres, ont fait dans les années 1960 et qui a conduit à envoyer six missions habitées sur la Lune, seulement 8 ans après le 1er vol dans l'espace ? 8 ans… A comparer avec les 25 années de lancements coûteux dans le cadre EELV que tu cites… Si tu n'aimes pas le mot "naufrage", je te propose celui de "fossilisation". Comment peut-on avoir été agile, innovant dans les années 1960 et se retrouver ainsi impuissant, impotent, cinquante ans plus tard ?

Non, après tout, j'en reviens à ce mot "naufrage", que l'on retrouve aussi dans la célèbre formule de de Gaulle : "la vieillesse est un naufrage". Mais normalement, ce sont les personnes physiques qui vieillissent, les entreprises n'ayant, quant à elles, pas d'artères qui s'obstruent...


David L. a écrit:
(…) tout ce qu'a fait Boeing dans le spatial n'est pas un naufrage et Boeing n'est pas le ridiculement nommé "old space" à lui seul.

Dans tous les secteurs professionnels, il y a des clivages entre différentes cultures d'entreprises. Les entreprises peuvent avoir des métiers proches, mais elles n'ont pas pour autant la même façon de l'exercer. On l'a vu dans l'informatique dès les années 1980, IBM et Apple, ce n'était pas du tout la même chose, ni dans le style, ni dans la manière de penser. Pourquoi le spatial échapperait-il à la règle ?

La division entre le Old Space et le New Space dans le spatial ne m'a jamais réjoui. Elle brise un mythe de mon enfance, elle a fait perdre sa magie à des noms d'entreprise qui symbolisaient l'optimisme, la confiance dans l'avenir, le foi dans les capacités illimitées de l'homme. D'autres sont arrivées, heureusement, pour reprendre le flambeau. Mais ces entreprises -celles du New Space - dérangent, parce que les esprits se sont habitués à un spatial stationnaire qui traverse, quasi-immuable, les décennies, et qu'ils ne comprennent plus que des acteurs puissent nous parler de progrès. Il est temps de se désintoxiquer de cette idéologie du renoncement.

Prétendre que le Old Space n'existe pas est une affirmation purement incantatoire. On ne va pas refaire ici le débat détaillé que l'on a déjà eu sur d'autres fils sur les multiples facteurs de clivage entre le New Space et le Old Space. Personne n'a le pouvoir de décréter que l'industrie spatiale américaine se serait réunifiée, qu'elle serait à nouveau composée d'acteurs homogènes ayant les mêmes manières de travailler. Il faut se fonder sur les faits, qui malheureusement sont têtus.

Et c'est pour le moins paradoxal de décréter que le Old Space n'existe pas au lendemain de l'annonce faite par Boeing de son renoncement à développer un lanceur réutilisable selon le cahier des charges défini (en termes d'objectifs) par la DARPA. Les faits, c'est qu'en voulant singer le New Space, en s'engageant dans un partenariat public privé pour développer un lanceur réutilisable, Boeing s'est cassée les dents. N'est pas SpaceX qui veut...

J'aurais compris à la limite que certains relativisent le clivage Old Space / New Space le jour où la NASA publierait une photo de l'ISS à laquelle seraient arrimés simultanément un Dragon Crew et un Starliner ! Il y aurait alors eu une esquisse d'ombre d'argument en faveur de la thèse d'un dépassement des clivages entre les générations successives d'acteurs du spatial. Mais là… ce n'est pas crédible, ce n'est vraiment pas le moment.


David L. a écrit:
PierredeSedna a écrit:


Mao Zedong, qui glorifiait le rôle du peuple et des masses laborieuses, n’en disait pas moins de manière pragmatique « le poisson pourrit par la tête ».

Je ne pense pas que le qualificatif de pragmatique convienne à quelqu'un qui justifiait la révolution culturelle par "mieux vaut rouge qu'expert"... Il convenait certainement mieux à Deng Xiaoping (peu importe qu'un chat soit rouge ou gris, du moment qu'il attrape les souris).

Là encore, ne mélangeons pas tout. Je n'ai pas écrit que Mao Zedong était un pragmatique au plan économique, car il ne l'était pas du tout. J'ai cité une formule qu'il a utilisée dans la lutte pour le pouvoir, lutte dans laquelle il savait être pragmatique.

Tu cites la célèbre formule de Deng Xiaoping sur le chat et les souris, tu as raison… Mais je crois devoir conclure par une autre formule de Deng Xiaoping, moins élégante mais qui s'applique parfaitement à la mainmise des acteurs du Old Space sur le spatial militaire américain, dont SpaceX et Blue Origin n'ont pu qu'entrebâiller la porte.

"Ceux qui sont constipés" a déclaré Deng Xiaoping, "doivent accepter à un certain moment de sortir des WC pour laisser la place à d'autres ". (Les Chinois comprenaient parfaitement ce langage il y a quarante ans, car à l'époque, à certains endroits, il n'y avait qu'une cabine de toilettes pour 3000 habitants…)

Quand on est devenu incapable d'innover et de faire baisser les coûts, il faut en effet choisir entre deux solutions requérant l'une et l'autre un grand courage : ou bien se retirer, ou bien se refonder.

Faute de quoi, c'est l'Amérique elle-même qui fera naufrage.
Revenir en haut Aller en bas
David L.
Modérateur
Modérateur

David L.

Masculin Nombre de messages : 17444
Age : 46
Localisation : Troisième planète
Date d'inscription : 16/08/2009

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyMar 28 Jan 2020 - 12:32

PierredeSedna a écrit:


[...] Le programme EELV a été lancé en 1995. C'était plus de dix ans avant que SpaceX ne lance sa première fusée ! Bref, la préhistoire. Les lancements continuent, mais où est le progrès ?

Que déduire du fait que Boeing et Lockheed n'ont perdu aucune charge utile depuis 2002 dans le cadre de ce programme ? [...]

Qu'ils ont rempli la mission qui leur avait été assignée. Il leur était demandé une évolution, pas une révolution, des lanceurs alors en service (Atlas 1/2/2A/2AS, Delta-2 et Titan 4), en remplaçant trois familles par deux.

_________________
Le désespoir est une forme supérieure de la critique. (Léo Ferré)
Revenir en haut Aller en bas
BBspace
Rédacteur FCS
Rédacteur FCS

BBspace

Masculin Nombre de messages : 2027
Age : 71
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 21/11/2009

Phantom Express de Boeing  Empty
MessageSujet: Re: Phantom Express de Boeing    Phantom Express de Boeing  EmptyMar 28 Jan 2020 - 16:42

katalpa a écrit:
C'est vrai que Boeing s'est lancé dans le spatial tout azimut et doit maintenant abandonner des projets, mais je ne pense pas que Boeing rendent l'argent au gouvernement américain qui soutient déjà Boeing avec des subventions plus ou moins déguisées, ou alors les remboursements seront ridicules, car ils ont déjà généré l'activité économique dont le gouvernement a besoin.

Quant à savoir si Boeing va se régénérer, disons qu'il y a déjà plusieurs années que Boeing est gérées par des comptables ultra-libéraux et je ne pense pas que ça change d'ici pas mal de temps. Ils ont aussi des soucis d'employeurs comme dans toutes les grandes entreprises. Le secteur militaire apporte beaucoup de crédits aux entreprises qui bénéficient des dotations. Pour répondre à Giwa, les rapports entre les entreprises et le gouvernement sont secrets et il serait difficile de connaître les réelles motivations de tels arrangements.

Si Boeing s'est lancé dans le spatial tous azimuts, c'est d'abord parce que ce groupe est issu de la consolidation, d'abord évidemment pour de pures questions financières, d'entreprises qui avaient chacune leurs points forts dans le secteur. Il est clair que l'innovation est actuellement plus ou moins bridée par la constitution de ce conglomérat, puisque les actionnaires, les dirigeants et les concepteurs ne sont pas regroupés sous une casquette unique comme celle d'Elon Musk. 
Mais le plus grave à mon sens est la dérive, évidente aujourd'hui dans le secteur des avions civils, qui a conduit pour des raisons de coûts, et donc de profit, à transformer un avion sain (le 737 des années 60-70) à un avion vicieux (le Max) qui ne fonctionne qu'à coups de logiciels qu'on n'explique même pas correctement à ceux qui doivent le piloter. 
Espérons au moins que dans le secteur spatial, où faire du neuf avec le maximum de vieux (le SLS) a été imposé par les politiques, la compétence n'a pas été perdue depuis Boeing "historique", Douglas, Mc Donnell et autres North American.Rockwell...
Revenir en haut Aller en bas
 
Phantom Express de Boeing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la conquête spatiale :: Actualité spatiale :: USA :: Autres sociétés privées US-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit