Le moteur-fusée BE-4 de Blue Origin

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Paire de moteurs BE-4, twittée par Tory Bruno :

Eopu_j-XcAMXyTp.jpg

David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 24138
Inscrit le : 16/08/2009

Revenir en haut Aller en bas


D'après @bottlaeric
"Ces exemplaires ne sont pas certifiés pour les vols, ils servent aux essais au sol (et seront peut-être montés sur l'étage de test à envoyer au Cape)."

_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 26757
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 61 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


Mini PDF glané sur le Net : 
https://www.ulalaunch.com/docs/default-source/news-items/be-4_fact_sheet_web_final_2.pdf

Sur cet extrait (Article de Spacenews, daté de juillet 2020) on peut déduire ceci : 

1) Faire voler des Vulcan Centaur en 2021 est un impératif pour ULA (pour lancer des dizaines de satellites de sécurité nationale entre 2022 et 2027). Selon des sources, la frustration monte à l'ULA car l'avenir de l'entreprise est lié au succès de Vulcan Centaur.

2) Blue Origin surmonte «les grands défis techniques de l'année dernière». Les moteurs ont eu des problèmes de pompes. BE-4 est une «machine puissante et compliquée». «C'est un très gros exploit technique.» . >> les moteurs sont ...compliqués.

3) Si les moteurs ne passent pas les tests sur les bancs d'ULA, la pression serait insoutenable en 2021.  

4) Fin 2014, Blue Origin a signé un accord avec United Launch Alliance pour co-développer le moteur BE-4 ... qui remplacerait le moteur RD-180. >> C'est la course pour remplacer les RD-180, si les moteurs fonctionnent ... à suivre (2)

Le BE-4 serait (au conditionnel) aussi utilisé dans un appareil expérimental de type navette le XS-1 (un projet DARPA). Intéressant. 
" Programme XS-1 (vertical takeoff, horizontal landing (VTHL) craft): Boeing a obtenu un contrat pour concevoir et construire l'avion spatial réutilisable DARPA XS-1 en 2014. Le XS-1 devait accélérer à une vitesse hypersonique au bord de l'atmosphère terrestre pour permettre à sa charge utile d'atteindre l'orbite. En 2015, on croyait qu'un dérivé modifié du moteur BE-4 devait propulser l'engin. En 2017, l'attribution du contrat a choisi le moteur Aerojet Rocketdyne AR-22 dérivé du RS-25 à la place. Le XS-1 a été annulé en 2020. "

(1) Source : https://spacenews.com/blue-origin-delivers-the-first-be-4-engine-to-united-launch-alliance/

Texte original traduit : 
'" ...ULA s'est fixé comme objectif 2021 de réaliser sa première mission Vulcan Centaur et a besoin de deux moteurs de qualité de production pour construire le lanceur pour cette mission. Voler Vulcan Centaur en 2021 est un impératif pour ULA qui tente de remporter l'un des deux contrats que l'US Space Force attribuera cet été pour lancer des dizaines de satellites de sécurité nationale entre 2022 et 2027. Selon des sources, la frustration monte à l'ULA car l'avenir de l'entreprise est lié au succès de Vulcan Centaur et il n'y a pas de place pour l'erreur en ce qui concerne le moteur principal. Le PDG de ULA, Tory Bruno, a déclaré à SpaceNews en février que la plupart des principaux composants de Vulcan, à l'exception du moteur principal, sont en production. Il a qualifié le moteur de «partie la plus difficile» et a déclaré que Blue Origin faisait de son mieux pour rester sur la bonne voie et surmonter «les grands défis techniques de l'année dernière». Bruno a déclaré que le BE-4 est une «machine puissante et compliquée» qui peut propulser un bateau de croisière. «C'est un très gros exploit technique.»


(2) Source : https://en.wikipedia.org/wiki/BE-4

Image : www_defenseworld_net
Le moteur-fusée BE-4 de Blue Origin  - Page 2 Nouvel12

Le moteur-fusée BE-4 de Blue Origin  - Page 2 Eb23zn10
Bladerunner2020
Bladerunner2020

Messages : 612
Inscrit le : 16/05/2020
Age : 43 Masculin
Localisation : Vangelis State

Revenir en haut Aller en bas


Ça change des moteurs Raptor de spaceX trimballé sur un plateau de semi-remorque sans protection attachés avec des sangles  FB_rire3
avatar
Nathanlmr1

Messages : 50
Inscrit le : 23/05/2020
Age : 22 Masculin
Localisation : 17

Revenir en haut Aller en bas


Texte original traduit :
'" ...ULA s'est fixé comme objectif 2021 de réaliser sa première mission Vulcan Centaur et a besoin de deux moteurs de qualité de production pour construire le lanceur pour cette mission. Voler Vulcan Centaur en 2021 est un impératif pour ULA qui tente de remporter l'un des deux contrats que l'US Space Force attribuera cet été pour lancer des dizaines de satellites de sécurité nationale entre 2022 et 2027. Selon des sources, la frustration monte à l'ULA car l'avenir de l'entreprise est lié au succès de Vulcan Centaur et il n'y a pas de place pour l'erreur en ce qui concerne le moteur principal. Le PDG de ULA, Tory Bruno, a déclaré à SpaceNews en février que la plupart des principaux composants de Vulcan, à l'exception du moteur principal, sont en production. Il a qualifié le moteur de «partie la plus difficile» et a déclaré que Blue Origin faisait de son mieux pour rester sur la bonne voie et surmonter «les grands défis techniques de l'année dernière». Bruno a déclaré que le BE-4 est une «machine puissante et compliquée» qui peut propulser un bateau de croisière. «C'est un très gros exploit technique.»

D'après @bottlaeric
"Ces exemplaires ne sont pas certifiés pour les vols, ils servent aux essais au sol (et seront peut-être montés sur l'étage de test à envoyer au Cape)."

La capacité de Blue Origin de mener à bien la qualification de son moteur et de fournir à ULA des moteurs de vol est donc posée.

Et il n'y a aucun plan B qui paraisse envisageable. Un retard qui se prolongerait serait fortement préjudiciable à la possibilité pour ULA de postuler aux contrats de lancements militaires (source de financement) , mais aussi de participer au programme Artemis (on peut penser au transport du HLS du National Team qui est mené par BO).

Affaire à suivre .... (il n'y a pas que le développement du Starship qui requière de l'attention FB_langue2 )
montmein69
montmein69

Messages : 19015
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Présentation de l'usine de fabrication à Huntsville

Vidéo du 14 janvier 2021
Fabien
Fabien

Messages : 6317
Inscrit le : 23/09/2005
Age : 44 Masculin
Localisation : Paris (75)

Revenir en haut Aller en bas


Combien de moteurs BE 4 (finalisés bien entendu pour le vol) sont déjà sortis de la nouvelle usine ?
ULA -t-il reçu ses deux modèles de vol pour assurer l'assemblage du Vulcan et donc réaliser le vol inaugural prévu avant la fin de l'année 2021 ?

Pour ce qui est du New Glenn ..... il y a un Fil spécifique .... mais guère plus d'infos ..... les deux "échecs", puisque la proposition de National team pour le HLS d'Artemis vient d'être repoussée, et ce, peu après la non-sélection par le DOD, cela doit nécessiter une remise en cause de leur façon de développer leur lanceur, dont le vol inaugural est à présent envisagé pour le Q4 2022.

Alors le "rebond" ? ..... ben on l'attend.
montmein69
montmein69

Messages : 19015
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Selon la communication officielle qui date déjà d'il y a quelques mois:
Les premiers moteurs BE4 qualifiés pour le vol sont attendu par ULA au courant de l'été.
Ce seront les premiers moteurs qualifiés pour le vol à sortir des chaines de montage de Blue Origin.

Donc a l'heure actuel, officiellement, encore aucun moteur BE4 qualifié pour le vol n'a été produit.

On peut également noter que Amazon a commandé 9 Atlas 5 d'ULA pour commencer à déployer sa constellation ... pas des Vulcan et encore moins des New Glenn !! Ca donne une bonne indication, à mon sens, de la confiance d'Amazon dans le fait que le BE4 soit pleinement opérationnel prochainement. Je pense donc qu'il sera fortement probable de voir ces calendriers glisser.
avatar
MrFrame

Messages : 646
Inscrit le : 11/10/2011
Age : 48 Masculin
Localisation : Mulhouse

Revenir en haut Aller en bas


Hum ! Tout ça n’est pas clair ! Il faudrait prendre rendez-vous avec Madame Irma ou mieux remonter les Couloirs du Temps pour consulter la Pythie FB_clinoeil
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11797
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 78 Masculin
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas


Le partenariat ULA et Blue Origin a du plomb dans les moteurs. il y a deja un post à ce sujet, mais c'était du genre " les moteurs sont un brin en retard, mais on y est presque ...''

Bon bin, selon cet article c'est pas aussi simple. Le couple ULA - BO ne va pas bien. En cause ? biensur les moteurs BE-4 de notre cher Bezos. Sans plus attendre voici l'info la plus juteuse du jour : comment ULA va rester sur sa faim, et commander pour 2021 et 2022 ...et même jusqu'à 2025 des moteurs russes (arrrgh !!! non pas les russes, pour transporter nos précieux satellites de la défense, les perles de la NRO,  avec les moteurs de l'ennemi !! ). Les moteurs BE-4 sont foireux. (je résume)

Trêve de plaisanteries, le deuxième point important c'est aussi l'avance de SpaceX sur les moteurs, et c'est intéressant de mettre ces informations en perspectives des avancées du concurrent. 

Article traduit en entier : 

" De plus en plus, le mariage ULA-Blue Origin est malheureux "
Le moteur-fusée BE-4 de Blue Origin  - Page 2 Ula_bo10

Photo : Jeff Bezos (à droite), fondateur de Blue Origin et d'Amazon.com, et Tory Bruno, PDG de United Launch Alliance, présentent le moteur-fusée BE-4 lors d'une conférence de presse en 2014..
Lien :
https://arstechnica.com/science/2021/07/increasingly-the-ula-blue-origin-marriage-is-an-unhappy-one
 
Article de Arstechnica.com daté du 07 – 07 – 2021
 
Amazon a eu beaucoup de succès, mais Blue Origin un peu moins....cela a particulièrement préoccupé United Launch Alliance, qui s'appuie sur des moteurs construits par Blue Origin pour sa nouvelle fusée Vulcan. L'US Space Force surveille également ce duo, car elle compte sur le booster Vulcan pour aider à lancer certains de ses satellites les plus précieux en orbite. Le puissant moteur-fusée BE-4 de Blue Origin, qui brûle du méthane et de l'oxygène liquide, a des années de retard.
 
En privé, selon plusieurs sources, la relation entre Blue Origin et United Launch Alliance n'est pas bonne. "Ce développement de moteur suscite une grande inquiétude", a déclaré une personne de l'industrie. "C'est bien plus que ce que Tory Bruno montre publiquement. Il y a une grande inquiétude que Blue n'accorde pas assez d'attention et de priorité au moteur."
 
Pendant des années, le directeur général de United Launch Alliance, Tory Bruno, avait déclaré que la nouvelle fusée Vulcan, propulsée par deux moteurs BE-4, serait lancée en 2021. Cependant, il a récemment déclaré à Aviation Week que le premier lancement glisserait en 2022. Bruno a déclaré que c'était dû principalement au client de la mission, Astrobotic, dont l'atterrisseur lunaire n'était pas prêt. Techniquement, a déclaré Bruno, Vulcan avait encore une chance d'être prêt pour un lancement en 2021.
 
Cela semble hautement improbable car nous sommes déjà en juillet et United Launch Alliance (ULA) n'a toujours pas de paire de moteurs de vol. Après avoir reçu les moteurs de vol de Blue Origin, ULA doit les attacher à la fusée Vulcan, la faire rouler jusqu'à la rampe de lancement et effectuer une longue série de tests avant un allumage à chaud. Après ce test de tir à chaud, la fusée sera ramenée au hangar et préparée pour une véritable tentative de lancement. Dès janvier, Bruno disait que cet essai de feu à chaud avec les moteurs de vol aurait lieu cet été. Cela n'arrivera pas.

En réponse à une question d'Ars, ULA a refusé de proposer un calendrier mis à jour pour la date à laquelle elle prévoit de prendre livraison des moteurs BE-4 prêts au vol de Blue Origin. La société a également refusé de commenter toute tension avec Blue Origin.
 
"Il protège Blue Origin", a déclaré une source à propos du manque de critique publique de Bruno concernant le retard du moteur BE-4. "Cela ne sert à rien de jeter Blue Origin sous le bus."
 
La société de Bezos n'a pas expliqué pourquoi le moteur BE-4 était si en retard. Le développement du moteur, qui a 550 000 livres de poussée et est plus puissant qu'un moteur principal de navette spatiale, se poursuit depuis 2011. Cependant, il y a eu beaucoup de roulement dans la direction du programme de propulsion de Blue Origin, avec Bill Kruse et Mike Krene a quitté l'entreprise en 2018 et le remplaçant de Kruse, Dannette Smith, n'a duré qu'un an environ avant de partir en août 2019. Tory Bruno a confirmé qu'il y avait eu des problèmes avec les turbomachines à l'intérieur du moteur, mais il a déclaré que ces problèmes avaient été résolus. .
 
Partenariat à long terme
Près de sept ans se sont écoulés depuis que Blue Origin et ULA ont annoncé pour la première fois leur intention de travailler ensemble sur les vols spatiaux en septembre 2014. Bezos avait beaucoup investi dans le développement du moteur BE-4, en ayant besoin pour propulser sa propre grande fusée, connue sous le nom de New Glenn. Avoir ULA en tant que client aiderait à compenser certains de ces coûts.

Cependant, Blue Origin n'a pas été le meilleur des partenaires. Quelques années après l'annonce de BE-4, Blue Origin a changé sa position publique sur les appels d'offres pour les contrats de lancement de sécurité nationale. Les responsables ont déclaré que la fusée New Glenn serait en fait en concurrence avec Vulcan pour des lancements militaires lucratifs. Pour de nombreux ingénieurs et cadres de l'ULA, cela ressemblait à une trahison, car sans les contrats de l'US Space Force, l'entreprise n'existerait probablement pas.

Alors pourquoi ULA a-t-elle décidé de faire appel à une entreprise non éprouvée comme Blue Origin pour ses moteurs ? De retour à l'annonce de 2014, Bruno a déclaré : « Blue Origin a démontré sa capacité à développer des moteurs de fusée hautes performances et nous sommes ravis de réunir les meilleurs esprits en matière d'ingénierie, de gestion de la chaîne d'approvisionnement et de pratiques commerciales pour créer un tout nouveau moteur de fusée américain abordable et fiable."

À l'époque, Bruno et d'autres dirigeants de l'ULA appréciaient le prix et les performances du moteur BE-4. Avec le premier étage alimenté au méthane et un deuxième étage "ACES" prévu ainsi que six boosters à sangle, les performances de la fusée Vulcan pourraient dépasser de 30 % celles du coûteux booster Delta IV Heavy. ACES a depuis été abandonné au profit de l'étage supérieur Centaur plus conventionnel, mais Vulcan reste une puissante fusée de transport lourd. Il est fondamentalement prêt à partir, à l'exception de ses moteurs.

Vulcan est essentiel pour l'avenir de l'ULA car il a du mal à rivaliser avec le concurrent de lancement américain SpaceX. Vulcan devrait être à la fois moins cher à gérer/produire (?) que les fusées existantes d'ULA et, surtout, être propulsé par des moteurs fabriqués aux États-Unis. La fusée actuelle de l'ULA, l'Atlas V, utilise des moteurs de fabrication russe. Alors que les relations ont commencé à se détériorer entre les États-Unis et la Russie au cours de la dernière décennie, cela est devenu intenable pour le Congrès. Les retards de Blue Origin ont donc frustré à la fois l'ULA ainsi que les responsables de la Force spatiale, qui sont impatients de commencer à voler sur Vulcan.  ( Ne rigolez pas ! c'est sérieux ! XD )
                                                                                                                                                                                          Cela a entraîné des tensions supplémentaires alors que les ingénieurs avancent dans la conception finale des moteurs BE-4, ont indiqué des sources. Blue Origin souhaite optimiser le BE-4 pour le réutiliser sur le premier étage de sa fusée New Glenn, qui est destiné à voler plusieurs fois. ULA peut éventuellement réutiliser ces moteurs, mais pour l'instant, il les fera voler en mode consommable. Par conséquent, les ingénieurs de l'ULA et de la Force spatiale, par opportunisme, font pression pour une conception finale moins susceptible d'être réutilisée.
 
AR1 de retour pour s'amuser ?
ULA a choisi le moteur BE-4 pour Vulcan plutôt qu'un moteur proposé par Aerojet Rocketdyne, le développeur de moteurs de fusée le plus célèbre des États-Unis. Aerojet a déclaré que son moteur AR1, qui brûle du kérosène et de l'oxygène liquide, serait un choix meilleur et plus fiable pour Vulcan. Cependant, ULA a finalement décidé d'opter pour le moteur BE-4 en raison de son coût inférieur et de son estimation que le moteur BE-4 avait environ 18 mois d'avance sur l'AR1 en développement.

Donc, à la lumière des retards du BE-4, ULA pourrait-elle reconsidérer le moteur AR1 ? Des sources ont déclaré que cela était peu probable, du moins pour le moment. Jessica Rye, porte-parole de United Launch Alliance, a déclaré à Ars : "Il n'y a aucun changement dans notre plan actuel."

Cependant, cela peut ne pas toujours être le cas. Un responsable de l'industrie a déclaré que des travaux, en arrière-plan, étaient en cours pour utiliser potentiellement le moteur AR1. Ni ULA ni Aerojet n'ont commenté les questions à ce sujet. Dans une déclaration écrite, Aerojet a déclaré qu'elle continuait "d'avoir des discussions avec plusieurs clients potentiels. Nous pensons que l'AR1 est idéalement adapté pour propulser l'étage central des lanceurs de moyenne portée, en particulier lorsqu'il est combiné à un étage supérieur propulsé par RL10".
L'étage supérieur Centaur de Vulcan est propulsé par des moteurs RL-10. Et il est également important de noter qu'Aerojet et ULA seront bientôt dans la même famille. Fondée en 2006, ULA est détenue conjointement par Lockheed Martin et Boeing. Plus tard cette année, Lockheed devrait finaliser son acquisition d'Aerojet. Ainsi, un copropriétaire d'ULA sera également propriétaire du constructeur du moteur AR1.
Pourtant, il ne serait pas facile pour ULA d'utiliser le moteur AR1 tout de suite. Bien qu'Aerojet ait terminé l'assemblage de son premier moteur de développement à grande échelle en décembre 2020, le moteur est à des années de voler. Aerojet n'a pas fourni à Ars de calendrier pour les tests AR1, affirmant seulement qu'il était "piloté par les capacités du banc d'essai". Pour compliquer les choses, une partie, ou peut-être la plupart, de l'équipe de développement AR1 est partie. L'une des responsables de programme senior de l'AR1, Linda Cova, a quitté Aerojet pour travailler pour Blue Origin en mars 2021.

De plus, dans sa conception actuelle, les systèmes de propulsion et (systèmes au sol) de Vulcan sont construits autour du moteur BE-4 alimenté au méthane, et non du moteur AR1 au kérosène. Changer le moteur de Vulcan maintenant nécessiterait des modifications importantes, longues et coûteuses. (Non vraiment, c'est pas drôle !...Allo, le Kremlin, allo, c'est ULA heu heu, hi hi, oui, encore, y a pas un ou deux moteurs pour nous dépanner en ce moment ? ... ) 

De plus, si ULA utilisait plutôt le moteur AR1 en remplacement des moteurs de fabrication russe de la fusée Atlas V, cette nouvelle fusée ne serait pas assez puissante. Vulcan est destiné à remplacer les fusées Atlas V et Delta IV Heavy, et une fusée Atlas V modifiée n'aurait pas la capacité de levage lourde dont l'ULA a besoin pour satisfaire ses clients gouvernementaux.

L'ULA n'est peut-être pas satisfaite de la façon dont le partenariat a fonctionné, a déclaré une source de l'industrie à Ars, avant d'ajouter, "mais pour l'instant, ils n'ont d'autre recours que de faire fonctionner le mariage avec Blue Origin".
Bladerunner2020
Bladerunner2020

Messages : 612
Inscrit le : 16/05/2020
Age : 43 Masculin
Localisation : Vangelis State

Revenir en haut Aller en bas


La volonté (la mode ?) d'utiliser de la propulsion méthalox pour les lanceurs repose certes sur l'avantage que présente ce couple d'ergols en terme de réutilisation (ISP convenable, moins de suie, maintenance réduite, etc ...) mais n'a pour le moment été maîtrisé et utilisé que par Space X.
Les chinois et les russes travaillent dessus, mais pour l'instant aucun de leur lanceur n'a fait sa "mutation". Côté chinois, Le CZ 5 (et probablement le CZ 9) n'utiliseront pas du méthalox, mais du kerolox .
Pour les russes l'Angara 5 qui va finir par entrer en service sera aussi avec une propulsion kerolox, et on ne sait pas si leur rêve de disposer d'un lanceur plus lourd* se réalisera.
* nombreuses annonces mais rapidement démenties.

ULA est dans la mouise. Développer un remplaçant upgradé (plus performant) de l'Atlas V n'est pas simple ..... surtout si les moteurs envisagés font défaut FB_peur
montmein69
montmein69

Messages : 19015
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Les moteurs sont la pièce principale d'un lanceur. Il faut donc s'y atteler dès le début avec les meilleurs ingénieurs possibles, et désireux de rester !
On se souvient à quel point les SSME's du Shuttle ont pris du retard avant la première mission de Columbia.
Raoul
Raoul

Messages : 2425
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 65 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas


ULA est client de Blue Origin, comme il l'était auparavant des russes (du moins pour la licence de construction) pour les moteurs qui équipent Atlas V.

Il faut croire que BO et Bezos ont plus été capables de faire leur pub que de gérer une équipe d'ingénieurs pour la conception, la construction, puis l'exploitation de moteurs puissants. La réussite de leur premier moteur BE 3 ..... n'a pas suffi à leurs donner les outils pour gérer le gap de la montée en puissance pour le BE 4.
Passer commande à un constructeur qui n'avait quasiment rien fait voler et pas atteint l'orbite ... était un pari très risqué.

Il est vrai qu'à ce moment, le New Space ..... se voyait, quasiment devenu "maître des lanceurs méthalox" - du moins US - .
De fait actuellement, seul Space X a pu trouver les solutions pour son Merlin d'abord, puis pour le Raptor.
On verra si les belles réussites des nouvelles sociétés arrivées depuis peu sur le marché, leur réserveront le même succès si elles décident de monter en gamme pour créer des lanceurs plus ambitieux.
montmein69
montmein69

Messages : 19015
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


La vidéo la plus complète à ce jour sur le moteur BE-4, c'est passé jusqu'aux moindres détails, l'historique, l'architecture interne du moteur, un travail admirable. et la comparaison avec le raptor. C'est en anglais...mais comment se passer de la langue de Shakespeare dans le secteur de l’aérospatial.  Cette vidéo devrait être traduite en français. 

à voir absolument. j'ai rien vu de tel sur le BE-4. 

Bladerunner2020
Bladerunner2020

Messages : 612
Inscrit le : 16/05/2020
Age : 43 Masculin
Localisation : Vangelis State

Revenir en haut Aller en bas


Tweet de Tory Bruno à propos du moteur BE4 : "Le BE4 est en retard, mais la performance technique est bonne. Il est actuellement en essais de pré-qualification. Les moteurs de vol sont entrés en fabrication."

https://twitter.com/torybruno/status/1426548039955718149
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 24138
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 48 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


Un nouvel article sur les moteurs BE-4, mais cette fois ça prend des allures de James Bond, l'auteur a réussi à dénicher des informations secrètes sur l'avancement des tests moteurs :

https://arstechnica.com/science/2021/08/blue-origins-powerful-be-4-engine-is-more-than-four-years-late-heres-why/

Article daté du 05/08/2021 - par Eric Berger
la traduction va suivre dans un moment. Mais voici un extrait : 

" Despite this widespread interest, however, Blue Origin has said almost nothing publicly about the engine development. Therefore, this story attempts to provide some context for why the BE-4 engines are late. It is based on anonymous sources at the company's headquarters as well as industry officials, some of whom would likely be fired if they were named." 
>>> 
" Malgré cet intérêt généralisé, cependant, Blue Origin n'a presque rien dit publiquement sur le développement du moteur. Par conséquent, cette histoire tente de fournir un certain contexte pour expliquer pourquoi les moteurs BE-4 sont en retard. Il est basé sur des sources anonymes au siège de la société ainsi que des responsables de l'industrie, dont certains seraient probablement licenciés s'ils étaient nommés. »

Promis mister Berger on dira rien ! 

Un fondateur distrait (J. Bezos), un management chaotique, un développement mal alimentés en équipements, des moteurs qui doivent répondre à des qualifications draconiennes (la Défense US), la pandémie, le télé-travaille qui a ruiné l'avancement des travaux sur site, stabiliser les turbopompes sinon ce gros moteur risque de suivre le malchanceux moteur F1...mais surtout l'aberration de voir les vieux routards du spatial US faire appel à un bleu complet pour construire ...les moteurs !  

Article traduit en sabrant quelques passages, sinon ça serait trop long : 

Le moteur-fusée BE-4 de Blue Origin  - Page 2 Lllll10

Le puissant moteur BE-4 de Blue Origin a plus de quatre ans de retard, voici pourquoi
« C'est une approche axée sur le succès, mais elle pourrait certainement se retourner en échec. »

Après plus de quatre ans de retards, Blue Origin fait enfin des progrès significatifs vers l'achèvement du développement de son puissant moteur-fusée BE-4. À l'heure actuelle, les ingénieurs et les techniciens de la société assemblent les deux premiers moteurs de vol dans l'usine principale de Blue Origin à Kent, dans l'État de Washington. La société aspire à livrer ces deux moteurs de vol à United Launch Alliance avant la fin de cette année. La livraison pourrait glisser à début 2022. Afin de respecter cette échéance, Blue Origin prévoit de prendre la décision quelque peu risquée d'expédier les moteurs à son client avant de terminer les tests de qualification complets.

ULA a accepté pour la première fois d'acheter les moteurs de Blue Origin en 2014. C'était un pari audacieux d'ULA, un opérateur "aristocratique" dans le lancement spatial, s'équipe chez un nouvel entrant sur le marché. Mais avec le moteur BE-4, le fondateur de Blue Origin, Jeff Bezos, promettait un moteur relativement peu coûteux et très performant avec une puissance comparable à celle d'un moteur principal de navette spatiale. En ce temps, Blue Origin a déclaré que le BE-4 serait "prêt à voler" d'ici 2017.

Le retard de développement du BE-4 fait de plus en plus l'objet d'un vif intérêt. C'est en partie parce que ULA travaille sur sa nouvelle fusée Vulcan depuis plusieurs années, et cette fusée est importante pour l'avenir de l'entreprise. L'armée est également impatiente de cette livraison, car ULA est le principal fournisseur de services de lancement au ministère de la Défense aux côtés de SpaceX. Ils espèrent que Vulcan fournira des services de lancement à moindre coût avec des moteurs fabriqués aux États-Unis. Enfin, de nombreux membres de la communauté spatiale sont vraiment curieux de connaître la cause du retard.

Malgré cet intérêt généralisé, Blue Origin n'a presque rien dit publiquement sur le développement du moteur. Par conséquent, cette histoire tente de fournir un contexte pour expliquer pourquoi les moteurs BE-4 sont en retard. Il est basé sur des sources anonymes au siège de la société ainsi que sur des responsables de l'industrie, dont certains seraient probablement licenciés s'ils étaient nommés. En réponse aux questions pour cet article, une porte-parole de Blue Origin, Linda Mills, n'a proposé qu'une seule phrase. "Nous sommes sur la bonne voie pour livrer les moteurs cette année", a-t-elle déclaré.

Moteurs bons pour les vols : 
Selon ces sources, les moteurs de vol à livrer à ULA, no.1 et no.2, ne sont pas encore entièrement assemblés. Mais la plupart des composants sont construits. La bonne nouvelle est que Blue Origin pense avoir éliminé tous les risques techniques importants. Les ingénieurs ont déjà testé le moteur BE-4 dans une configuration proche de celle des moteurs de vol, et il s'est bien comporté lors de tirs à chaud qui se rapprochent du cycle de service d'un premier étage de lancement Vulcan. Le plan actuel de Blue Origin consiste à tester deux autres moteurs de développement dans son usine près de Van Horn, au Texas, cet automne. Ceux-ci sont proches de la version finale du moteur BE-4, mais ils ne seront pas terminés à temps.

Après ces tests, un moteur de vol entièrement assemblé no. 1 sera expédié au Texas pour subir une série de tests assez brefs, appelés tests d'acceptation. Si ce moteur réussit, comme prévu, il sera expédié à ULA. Ensuite, un moteur BE-4 pratiquement identique sera envoyé du Kent au Texas. Ce moteur "qual" subira une série de tests beaucoup plus rigoureux, appelés tests de qualification. L'idée est de pousser le moteur à l'épreuve pour trouver les défauts. Ensuite, un processus similaire suivra avec le moteurs  de vol no. 2, suivi d'un second moteur "qual".

Le risque est que l'ULA reçoive les moteurs de vol avant la fin des tests de qualification complets. Ce travail de qualification sur les bancs d'essai de Blue Origin aura lieu alors même que ULA intègre les moteurs avec sa première fusée Vulcan pour les tests et finalement un lancement au cours de la seconde moitié de 2022. Donc si Blue Origin trouve un problème de dernière minute avec le BE-4 moteur, ULA devra peut-être terminer ses travaux sur le développement final de Vulcan.

Les causes de retards :
Pourquoi les moteurs sont-ils en retard en premier lieu ? Il semble y avoir eu une myriade de facteurs, dont certains peuvent être attribués à un fondateur parfois distrait Jeff Bezos, certains au manager embauché pour diriger Blue Origin en 2017, Bob Smith, et certains à la pandémie.

L'un des problèmes les plus persistants, selon des sources, est que le programme de test et de développement du moteur BE-4 a été relativement « pauvre en matériel: mal alimenté en matériel » ces dernières années. En effet, cela signifie que l'usine de Washington n'a pas eu assez de composants pour construire des moteurs de développement, ce qui a conduit à des périodes prolongées pendant lesquelles aucun test n'a eu lieu sur les stands au Texas. C'était surprenant d'entendre cela car au printemps 2017, Blue Origin a déclaré publiquement que son programme de développement était riche en matériel. Après être arrivé en tant que PDG à la fin de 2017, cependant, Smith semble s'être davantage concentré sur une réorganisation substantielle du leadership de Blue Origin plutôt que sur le développement de matériel. D'autres programmes ont également été priorisés, de sorte que l'équipe BE-4 n'a pas obtenu toutes les ressources et la liberté dont elle avait besoin pour procéder à plein régime.

Un programme bien alimenté en matériel coûte plus cher, mais cela permet généralement à un programme d'avancer plus rapidement. Un programme riche en matériel, par exemple, peut acheter 10 composants auprès d'un fournisseur alors qu'il n'en a besoin nominalement que de deux. L'idée est d'avoir des pièces de rechange quand les choses tournent mal, comme c'est toujours le cas dans les programmes de développement technique comme ceux des fusées et des moteurs. L'exemple public le plus récent est le programme de développement Starship de SpaceX. ... ... SpaceX a construit environ autant de prototypes de vaisseau spatial de 50 mètres au cours des deux dernières années que Blue Origin a construit des moteurs de développement BE-4 en cinq ans. Le développement de Starship a été coûteux, mais il a également été rapide. " SpaceX, c'est un programme riche en matériel correctement exécuté", a déclaré une source à Ars.

L'arrivée de l'ingénieur en propulsion John Vilja il y a environ deux ans semble avoir amélioré la situation chez Blue Origin. Vilja occupe le poste de vice-président principal des moteurs. Des sources ont déclaré qu'il comprenait l'importance de développer un moteur dans un environnement riche en matériel. Les changements qu'il a mis en place au cours des 12 à 18 derniers mois commencent maintenant à porter leurs fruits. En conséquence, Blue Origin semble maintenant être sur le point d'augmenter considérablement sa production à l'avenir, en construisant probablement 10 moteurs de vol BE-4 ou plus en 2022 et en augmentant encore la production par la suite. Vilja a également constitué une équipe pour se concentrer sur des solutions de réduction des coûts. Mais il a séparé ce travail de l'équipe de développement afin qu'ils puissent se concentrer sur la finition des premiers moteurs pour ULA.

En plus des problèmes matériels, il y a également eu d'autres difficultés de développement. Blue Origin a passé une grande partie de 2019 à reconcevoir les turbomachines dans le moteur BE-4, puis à tester ces correctifs à la fin de l'année et en 2020. Ce problème semble maintenant être en grande partie réglé. le COVID a également eu un impact sur le développement et les tests, les ingénieurs travaillant en grande partie à distance en 2020. Cela a rendu plus difficile la manipulation des moteurs aux côtés des techniciens de l'usine.
(( Télé travaille XD ))

[ Meilleur passage de l'article : ]
Blue Origin a également dû faire face aux exigences strictes de United Launch Alliance pour des aspects tels que l'instabilité de la combustion. Ce problème potentiel affecte les moteurs de fusée américains depuis le moteur F1 massif construit pour la fusée Saturn V dans les années 1960. L'instabilité de combustion implique des changements de pression rapides et inattendus à l'intérieur de la chambre de poussée pendant l'allumage du combustible et du comburant. Si cette instabilité se propage, elle peut détruire un moteur.

Le défi pour Blue Origin est qu'en travaillant pour ULA, il traite essentiellement avec l'armée américaine, qui a des normes rigoureuses pour les performances des moteurs de fusée lançant ses charges utiles les plus précieuses. Et puisque le BE-4 sera appelé à lancer des satellites de grande valeur pour le ministère de la Défense presque dès le début, il doit répondre à ces normes dès le départ plutôt qu'après un certain nombre de vols d'essai. La paperasse et les tests requis pour une telle certification sont longs. "Il est incroyablement difficile de satisfaire aux exigences et aux tests de l'US Space Force", a déclaré à Ars un cadre de l'aérospatiale familier avec ce processus de certification. "La masse de la paperasse dépassera la masse du moteur."

À travers tout cela, le directeur général de l'ULA, Tory Bruno, a publiquement soutenu Blue Origin. En fin de compte, il obtiendra ses moteurs. Et malgré les retards, ces moteurs auront presque certainement été livrés plus rapidement que l'autre fournisseur potentiel d'ULA – Aerojet Rocketdyne et son moteur AR1 – et à moindre coût. Mais cela ne signifie pas que le processus a été facile ou amusant. Bruno a essuyé de nombreuses critiques pour sa décision de parier sur Blue Origin et le BE-4. Mais en fin de compte, cela reste probablement la décision la plus intelligente.

Pourquoi Blue Origin n'est pas plus transparent sur tout cela reste flou. La communauté spatiale reconnaît qu'il y a des revers et des difficultés dans les tests de moteurs de fusée, et il y a des explications raisonnables à ce qui s'est passé avec le programme BE-4. Être si opaque ne fait qu'inviter plus de questions et de complots. (Et des mèmes ! Tant de mèmes). De plus, dans le cadre de l'accord sur les services de lancement, l'armée américaine a contribué 255,5 millions de dollars au développement du BE-4, argent provenant des contribuables. Le public a donc le droit de savoir. Espérons que Bezos, Smith et la société seront plus ouverts à l'avenir. L'ouverture engendre la confiance.

[mod]Fusion des sujets. Inutile de créer un second sujet sur le moteur BE-4...
David L.[/mod]


Dernière édition par Bladerunner2020 le Mar 17 Aoû 2021 - 9:10, édité 1 fois
Bladerunner2020
Bladerunner2020

Messages : 612
Inscrit le : 16/05/2020
Age : 43 Masculin
Localisation : Vangelis State

Revenir en haut Aller en bas


"Blue Origin semble maintenant être sur le point d'augmenter considérablement sa production à l'avenir, en construisant probablement 10 moteurs de vol BE-4 ou plus en 2022"

ULA ayant 3 vols de Vulcan à son manifeste, j'ai l'impression qu'il ne faudra pas compter sur une New Glenn en 2022 !!
avatar
MrFrame

Messages : 646
Inscrit le : 11/10/2011
Age : 48 Masculin
Localisation : Mulhouse

Revenir en haut Aller en bas


Si le test-challenge final ne peut se faire que lors d'un vol du lanceur dans sa configuration finale, peut-on imaginer que les militaires puissent demander à ULA et BO de financer le tout premier vol du Vulcan ?
Une charge fictive serait placée sous l'ogive, ou un chargement de cubesats et/ou mini-satellites de start-up (privés, universités etc ...) prenant le risque de confier leurs "bébés" pour bénéficier d'une mise en orbite risquée mais gratuite ?

AMHA la fabrication à haute cadence ne sera pas lancée avant qu'un tel vol d'essai QUALIFICATIF soit réussi.
montmein69
montmein69

Messages : 19015
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Le premier vol devrait embarquer l'atterrisseur lunaire Peregrine. Ce vol servira de vol de démonstration.
Les deux vols suivants devraient être des vols de Dreamchaser Cargo à destination de l'ISS.
Ces 3 vols sont pour le moment prévus pour 2022.

La première charge utile pour la défense américaine n'est prévu qu'en 2023. Il y aura donc plusieurs lancements au préalable pour certifier le lanceur.

Mais il est vrai qu'avec 6 vols au manifeste en 2023, BO va devoir rapidement augmenter la cadence de production de son BE4!
avatar
MrFrame

Messages : 646
Inscrit le : 11/10/2011
Age : 48 Masculin
Localisation : Mulhouse

Revenir en haut Aller en bas


Un truc important concernant ce sujet il me semble est la crise que traverse BO, que je n'ai pas vu abordé dans d'autres sujets, je parle bien sûr de la défiance des ingénieurs envers le management, qui a conduit pas mal d'entre eux à démissionner depuis quelques semaines (et pour certains à aller chez SpaceX). En cause la décision du top management de poursuivre la NASA dans l'affaire du HLS, qui n'est pas bien acceptée par les employés de BO. Certains ont posté leur désarroi sur les réseaux sociaux.
Ca va forcément impacter tous les projets de BO.
bed31fr
bed31fr

Messages : 1017
Inscrit le : 28/05/2008
Age : 45 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Le moteur-fusée BE-4 de Blue Origin  - Page 2 Empty BE-4

Message Dim 29 Aoû 2021 - 11:42


montmein69 a écrit:ULA est client de Blue Origin, comme il l'était auparavant des russes (du moins pour la licence de construction) pour les moteurs qui équipent Atlas V.

Il faut croire que BO et Bezos ont plus été capables de faire leur pub que de gérer une équipe d'ingénieurs pour la conception, la construction, puis l'exploitation de moteurs puissants. La réussite de leur premier moteur BE 3 ..... n'a pas suffi à leurs donner les outils pour gérer le gap de la montée en puissance pour le BE 4.
Passer commande à un constructeur qui n'avait quasiment rien fait voler et pas atteint l'orbite ... était un pari très risqué.

Il est vrai qu'à ce moment, le New Space ..... se voyait, quasiment devenu "maître des lanceurs méthalox" - du moins US - .
De fait actuellement, seul Space X a pu trouver les solutions pour son Merlin d'abord, puis pour le Raptor.
On verra si les belles réussites des nouvelles sociétés arrivées depuis peu sur le marché, leur réserveront le même succès si elles décident de monter en gamme pour créer des lanceurs plus ambitieux.

l'absence de nouvelles et de publications (videos etc..) concernant le BE4 sont effectivement inquiétantes!
il doit y avoir un problème assez vicieux apparu lors des tests. Sur un moteur nouveau cela est normal , surtout un moteur de forte puissance, mais cela risque d'impacter gravement le calendrier car le moindre redesign d'un moteur met immédiatement en question sa qualification et certification

on risque de voir ATLAS V voler 1 ou 2 ans de plus que prévu
avatar
bds973

Messages : 1251
Inscrit le : 16/01/2011
Age : 46 Masculin
Localisation : kourou

Revenir en haut Aller en bas


bed31fr a écrit:Un truc important concernant ce sujet il me semble est la crise que traverse BO, que je n'ai pas vu abordé dans d'autres sujets, je parle bien sûr de la défiance des ingénieurs envers le management, qui a conduit pas mal d'entre eux à démissionner depuis quelques semaines (et pour certains à aller chez SpaceX). En cause la décision du top management de poursuivre la NASA dans l'affaire du HLS, qui n'est pas bien acceptée par les employés de BO. Certains ont posté leur désarroi sur les réseaux sociaux.
Ca va forcément impacter tous les projets de BO.

On en parle dans ce sujet : https://www.forum-conquete-spatiale.fr/t22883-blue-origin-fuite-des-talents

_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 26757
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 61 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


Du retard sur la livraison des moteurs, ULA pas content du tout et le fait savoir. 

Le moteur-fusée BE-4 de Blue Origin  - Page 2 Eeerrr10
Bladerunner2020
Bladerunner2020

Messages : 612
Inscrit le : 16/05/2020
Age : 43 Masculin
Localisation : Vangelis State

Revenir en haut Aller en bas


Bon, l'attente continue .....

ULA n'ayant aucune solution alternative pour motoriser son lanceur Vulcan ..... ne peut que ronchonner.
montmein69
montmein69

Messages : 19015
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


https://spacenews.com/new-launch-vehicles-face-schedule-pressure/

Selon cet article ULA vise toujours mi-2022 mais bon ça va être de plus en plus difficile... Au moins les performances ont l'air bonnes!
J-B
J-B

Messages : 454
Inscrit le : 17/11/2020
Age : 30 Masculin
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas


Le début de l'article est plutôt consacré au New Glenn.
Jarrett Jones, senior vice president for the New Glenn launch vehicle program at Blue Origin, backed away from an earlier schedule that called for that launch in the fourth quarter of 2022.

A voir donc si en 2023 ...... le premier servi sera BO et son propre New Glenn .... ou le client ULA .... qui "attend" (telle soeur Anne .... FB_langue2 )

Concernant ULA et le Vulcan .... ils veulent y croire :

Peller* appeared to deny a report, published by Ars Technica Dec. 13, that stated that the delivery of the engines had slipped to at least April 2022 and threatened to delay that first launch to 2023.

“Absolutely not 2023,” he said when asked if early 2023 was a likely date for the first launch. “We have a plan that will support a flight in mid-2022.”

* Mark Peller, vice president of major development at ULA.
montmein69
montmein69

Messages : 19015
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum