StarShip / SuperHeavy - Suivi du développement

Page 17 sur 18 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


@Bladerunner2020 a écrit:Pas de rampe, pas d'atterrissage.
ça colle pas avec les objectifs initiaux du Starship.

C'est pour le premier étage, celui-ci il n'est prévu que pour des atterrissages sur Terre.

Thierz
Admin
Admin

Messages : 6766
Inscrit le : 12/03/2008

Revenir en haut Aller en bas


StarShip / SuperHeavy - Suivi du développement - Page 17 Eq0lo74W8AAiLaX?format=jpg&name=4096x4096
Fabien0300
Fabien0300
Modérateur
Modérateur

Messages : 2606
Inscrit le : 23/10/2016
Age : 35 Masculin
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas


Pour en revenir au SuperHeavy, les animations et autres dessins, le présente parfois avec des gouvernes dans sa partie basse, parfois sans (un cylindre sans excroissance). Chaque dessinateur fait selon son inspiration FB_rire2

C'est plus facile de rentrer dans un anneau sans rien qui dépasse du cylindre. L'ouverture peut avoir un rayon plus petit (donc l'envergure des gridfins déployés moins gigantesque)

Je crois avoir vu un système un système "en fer à cheval" assez resserré, avec une approche en latéral (et alors les ailerons vont passer sous le fer à cheval)

Mais dans le projet Elon, il y a des gouvernes ou pas ?
montmein69
montmein69

Messages : 17798
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 69 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


En tout cas , cela va encore exciter notre curiosité ! FB_reflechi
Il faut avouer qu’ Elon est quand même fort pour rester au devant de la scène !
Allez , je donne ma version , même si je suis à peu près sûr qu’Elon trouvera encore plus surprenant ! FB_clinoeil 


Juste avan le contact sur la plateforme, le SuperHeavy passe à travers des barres desserrées pour éviter les frottements .
Au centre de la plateforme se trouve un piston amortisseur en position haute qui descendra lors du contact pour limiter la décélération finale .Pendant cette phase finale les barres se resserrent autour du booster pour l’empêcher de basculer
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11025
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


[mod]Les messages concernant l'atterrissage de Themis ont été déplacés dans le sujet approprié :
https://www.forum-conquete-spatiale.fr/t19330p50-apres-le-demonstrateur-callisto-themis#496970
Fabien0300[/mod]
Fabien0300
Fabien0300
Modérateur
Modérateur

Messages : 2606
Inscrit le : 23/10/2016
Age : 35 Masculin
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas


Étrangement, cette méthode de récupération par câble est proche d'une idée que j'avais eu il y a plus d' 1 an pour la récupération d'un Starship pour "premier jour sur venus". voici l'extrait de brouillon que j'avais fait à l'époque. Pour rappel c'est le récit de l'arrivée d'un nouvel habitant sur une colonie vénusienne à l'horizon 2142. En le faisant relire avant publication, on m'avait dit que la méthode "n'était pas assez réaliste" et je l'ai remplacée dans la version définitive par une méthode de trapèze: https://venautics.space/projet-dexploration-venusien/premier-jour-sur-venus/starship-vaisseau-orbital-habite/  

Sur la caméra avant vous commencez à apercevoir les ballons de la colonie Vesta apparaitre par intermittence entre les nuages en dessous de vous. Alors que vous la survolé et que les deniers ballon sorte du champ de la caméra, le nez du starship remonte violemment, vous plaquant contre votre siège. Une fois la manœuvre finie et le nez pointé vers le ciel, le vaisseau entame un chute libre tuyère en bas. Sur la caméra arrière, la colonie Vesta ressemble vue d’au-dessus a un alignement d’une dizaine d’énorme ballon sombre d’environ 200m de diamètre séparé par une d’espace d’environ 200m. deux kilomètre derrière le dernier de ces ballon, vous apercevez de trois plus petit relier par des câbles primaires qui forme un triangle. En descendant en chute libre vous été secouée par les corrections de trajectoire qui vous font clairement viser le centre de ce triangle, c’est l’aire de posé. Dans votre chute, vous apercevais 3 chariots qui se déplace sur les câbles primaires et qui sont relie au ballon opposé par une câble secondaire. 
StarShip / SuperHeavy - Suivi du développement - Page 17 Triang10
Brutalement, les moteurs du starship s’allume pour ralentir la chute vous plaquant contre votre siège pendant que l’intersection des trois câble secondaire forme un triangle qui se rapetissi à mesure que vous vous en rapproché. Au bout de quelques secondes, vous été quasiment à l’arrêt lorsque les câbles secondaires se referme sur votre vaisseau et le saisis. La puissance des moteurs diminue progressivement en puissance afin de tester le support des câbles puis s’éteigne complètement vous laissant dans un calme complet. Alors que le vaisseau se balance encore, l’écran devant vous affiche le message « Succesful landing, Weclome to Venus ». Comme beaucoup de monde autour de vous, vous ouvrer la visière de votre casque et commencé à serez les mains des personnes assis près de vous dans un mouvement d’euphorie collective. Cette procédure de posé sur câbles a était imaginé pour palier a l’absence de surface solide dans les colonies vénusiennes. Elle se développe aussi sur Terre avec l’arrivé du transport intercontinental suborbital afin de fournir une aire de posé devant les villes côtières sans grand barge stabilisé.
StarShip / SuperHeavy - Suivi du développement - Page 17 Triang11
phenix
phenix

Messages : 2137
Inscrit le : 22/02/2015
Age : 27 Masculin
Localisation : Hier:Ardèche Aujourd’hui:Marignane Demain:Vénus

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas


Vous me direz ; et sur les "porte avion" on récupère bien les avions au vol par des câbles et cela n'a pas changé depuis 1940 et personne ne se demande désormais si on ne pourrait pas les récupérer d'une façon moins acrobatique (?) je vois que Phenix en était au même point il y a un an pour la récupération des Starship... J'avoue que je n'ai aucune idée, mais depuis qu'on a pensé à faire revenir en vol actif le premier étage des fusées Falcon on pourrait phosphorer sur différentes récupérations actives d'objets volants pilotables (hors parachute et ballon etc.).  FB_reflechi
Astro-notes
Astro-notes
Donateur
Donateur

Messages : 13614
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 78 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas


Oui enfin dans l'aéronavale les roues sont déjà en contact avec le porte-avions quand la crosse prends le câble d'arrêt. 
Le câble sert au freinage, pas a la récupération en soit.
avatar
cz67

Messages : 16
Inscrit le : 05/04/2020
Age : 31 Masculin
Localisation : Strasbourg

Revenir en haut Aller en bas


Ce n'est pas comme ça que je le vois. Non à mon avis l'avion est en vol et même moteur à fond de façon a pouvoir remonter en cas de loupé des trois brins d'arrêt. Le contact des roues avec le sol ou le pont ne sont pas une aide à l'atterrissage il n'est que la conséquence de l'inertie de l'avion sur son plan de  descente.  FB_reflechi
Astro-notes
Astro-notes
Donateur
Donateur

Messages : 13614
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 78 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas


https://twitter.com/Bottlaeric/status/1346358818154967041

Voici une traduction rapide de l'article d'Arstechnica :

Gwynne Shotwell parle de la vente de fusées éprouvées en vol et de Starship

SpaceX a connu son année la plus réussie en 2020. Au milieu de la pandémie, la société a établi un record pour le nombre total de lancements: 26. Tous ont atteint leurs objectifs. Le vaisseau spatial Crew Dragon a envoyé des humains - Doug Hurley et Bob Behnken - en orbite pour la première fois. Et puis il l'a fait à nouveau, avec la mission Crew-1 en novembre. SpaceX a également fait des progrès tangibles sur son système de lancement de vaisseau Starship de nouvelle génération.

Oh, et la société est également devenue le plus grand opérateur de satellites au monde avec son service Internet Starlink.

Pour la PDG de SpaceX, Gwynne Shotwell, 2020 a en effet été une année charnière. "Ce fut une année de moments forts", a-t-elle déclaré dans une interview. "Il y a probablement 10 choses sur lesquelles je repenserais cette année et que je dirais extraordinaires."

Shotwell a rejoint SpaceX quelques mois après qu'Elon Musk ait fondé la société en mai 2002. Au départ, son travail consistait à vendre des lancements sur la petite fusée Falcon 1 que l'entreprise développait. Mais au fil des ans, Shotwell a gagné la confiance de Musk - et il a gagné la sienne - et a vu ses responsabilités croître. Les missions de l'équipage de cette année résultent d'une relation de près de 15 ans que SpaceX entretenait avec la NASA pour lancer d'abord des cargaisons, puis des astronautes vers la Station spatiale internationale. Shotwell a négocié ce premier contrat, signé en 2006, et travaille depuis en étroite collaboration avec la NASA. Assister au lancement de Crew-1 a été un moment spécial pour elle. Cependant, lancer des astronautes en toute sécurité était probablement le plus important. «Amener Bob et Doug sur orbite et revenir en toute sécurité, surtout pendant cette période, c'était une période si terrible dans le monde, c'était génial», a-t-elle déclaré.

Vendre des fusées éprouvées en vol

Shotwell a également été occupée à travailler avec des clients de satellites commerciaux et à les rendre de plus en plus à l'aise avec le lancement de fusées précédemment utilisées. La grande majorité des fusées Falcon 9 de SpaceX utilisent maintenant des premiers étages déjà pilotés.

À moins qu'un client n'ait un argument fort dans un sens ou dans l'autre, la décision sur le booster à utiliser est laissée à SpaceX. «Vous achetez un service de lancement et nous vous fournirons le meilleur véhicule possible dans les délais dont vous avez besoin pour voler», a-t-elle déclaré. "Et nous avons essentiellement mis le contrôle entre nos mains."

En vérité, a déclaré Shotwell, il n'a pas été particulièrement difficile de convaincre les clients de voler sur des fusées éprouvées en vol. Il a été plus facile de vendre des clients sur la technologie que sur les premières fusées Falcon 1 et Falcon 9. En effet, avec les fusées, SpaceX a réalisé ce qu'il avait promis de faire: développer et voler des lanceurs fiables et bon marché.

«Il était plus facile de vendre des «vols éprouvés»aux clients que de vendre des Falcons», a-t-elle déclaré. "De toute évidence, les gens en viennent à faire confiance aux organisations et aux gens pour faire ce qu'ils disent qu'ils vont faire, quand vous démontrez ce genre d'histoire. Nous avons donc dit que nous allions nous mettre en orbite avec Falcon 1, et nous l'avons fait. Nous avons dit que nous arriverons en orbite avec Falcon 9, et nous l'avons fait. Nous avons dit que nous allions arriver à l'ISS, et nous l'avons fait. Le argumentaire de vente est donc devenu beaucoup moins difficile."

Starship

Shotwell a également commencé à vendre le système de lancement de Starship encore non prouvé pour les lancements commerciaux. En mars 2020, la société a publié un premier «guide de l'utilisateur de charge utile» pour cette grande fusée, et des discussions sont en cours. Cependant, Shotwell a répété que la société vend essentiellement à ses clients une capacité de lancement, pas un véhicule spécifique.

«Nous avons signé des accords où nous pouvons choisir s'il s'agira d'un Falcon ou d'un Starship», a-t-elle déclaré. «Nous voulons fournir des services de lancement, et nous voulons les fournir de la manière la plus rentable pour nous et nos clients, et de la manière la plus fiable pour nous et nos clients. Nous voulons donc vraiment que le choix soit entre nos mains. Et nous savons que nous avons du travail à faire avec les sociétés d'assurance, tout comme nous l'avons fait avec Falcon 9, tout comme nous l'avons fait avec la réutilisation du Falcon 9. Il reste donc encore du travail à faire, mais j'espère que les gens croient que nous allons faire ce que nous avons l'intention de faire."

S'il y a des problèmes techniques avec Starship et qu'il impératif de lancer, Shotwell a déclaré que la société serait en mesure de se rabattre sur les véhicules Falcon 9 et Falcon Heavy. Mais elle a déclaré que SpaceX avait déjà éliminé une grande partie du risque avec son programme de test Starship. Shotwell a noté que le vol du prototype Starship SN8 en décembre répondait à de nombreuses préoccupations concernant le profil de vol du véhicule lors d'un atterrissage.
"Nous avons certainement réduit le risque de ce programme de manière assez massive avec cela", a-t-elle déclaré à propos du vol. "Vous avez toujours des soucis et des problèmes de délais, mais la quantité de matériel de vol à Boca Chica avec cette équipe est vraiment impressionnante." Lorsqu'on lui a demandé si elle pensait que Starship atteindrait l'orbite en 2021, Shotwell a répondu: "Je vote oui."

Starship est le point culminant de beaucoup de ce à quoi SpaceX a travaillé au cours de ses 18 années d'existence. Shotwell a franchi le pas et a rejoint l'entreprise alors inconnue car, comme Musk, elle croyait qu'il y avait des moyens plus rapides et plus efficaces de faire de l'aérospatiale. Avec ses programmes Falcon 1 et Falcon 9, la société a enduré des difficultés de croissance, mais maintenant avec le programme Starship, elle peut tirer parti de ces leçons et progresser rapidement. SpaceX construit des véhicules Starship à un rythme supérieur à un par mois et cherchera à accélérer ce rythme en 2021. L'ampleur du projet et la vitesse à laquelle l'entreprise construit ces énormes fusées sont sans précédent dans l'industrie spatiale.

"Nous ne le faisons pas pour embarrasser les gens, mais nous sommes heureux de fournir des exemples sur la façon dont les industries et les entreprises peuvent faire mieux", a déclaré Shotwell. "Nous ne sommes pas ici pour être négatifs - nous sommes ici pour fournir des preuves objectives et des vérités que vous pouvez faire mieux dans cette industrie, et cette industrie mérite d'être meilleure."
Florent D
Florent D

Messages : 289
Inscrit le : 22/01/2018
Age : 28 Masculin
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas


La "vente" du Starship comme véhicule commercial, est un peu anticipée non ?

Shotwell a répété que la société vend essentiellement à ses clients une capacité de lancement, pas un véhicule spécifique.
«Nous avons signé des accords où nous pouvons choisir s'il s'agira d'un Falcon ou d'un Starship», a-t-elle déclaré

La subtilité de langage .... est la clef du propos commercial.

SpaceX construit des véhicules Starship à un rythme supérieur à un par mois et cherchera à accélérer ce rythme en 2021.

La présentation des engins qui sortent actuellement des ateliers mérite plutôt le terme de prototype. Ce qui n'enlève rien au travail effectué et aux étapes qui restent à franchir.
montmein69
montmein69

Messages : 17798
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 69 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@montmein69 a écrit:La "vente" du Starship comme véhicule commercial, est un peu anticipée non ?

Pas plus que:
- Ariane 6
- Vulcan
- New Glenn
- ... et tous les autres véhicules en préparation n'ayant pas encore montré le bout d'un fuselage

Le Starship aurait même l'avantage sur ces derniers d'avoir déjà volé!  FB_clinoeil
avatar
MrFrame

Messages : 495
Inscrit le : 11/10/2011
Age : 47 Masculin
Localisation : Mulhouse

Revenir en haut Aller en bas


@Astro-notes a écrit:Ce n'est pas comme ça que je le vois. Non à mon avis l'avion est en vol et même moteur à fond de façon a pouvoir remonter en cas de loupé des trois brins d'arrêt. Le contact des roues avec le sol ou le pont ne sont pas une aide à l'atterrissage il n'est que la conséquence de l'inertie de l'avion sur son plan de  descente.  FB_reflechi

Tout ce que je dis c'est que les câbles sont un dispositif d'aide au freinage uniquement, sans câble et avec plus plus de longueur de piste l'avion s'arrête quand même.
Le travail de freinage commence après le contact de l'avion et la pond.

Deux F18, a chaque fois les roues sont en contact avant le travail de la crosse et des brins d'arrêt.

StarShip / SuperHeavy - Suivi du développement - Page 17 G4r2
StarShip / SuperHeavy - Suivi du développement - Page 17 Fokc
avatar
cz67

Messages : 16
Inscrit le : 05/04/2020
Age : 31 Masculin
Localisation : Strasbourg

Revenir en haut Aller en bas


Après cet interview de Gwynne Shotwell sur l’utilisation commerciale du Starship en parallèle à celles des F9 et FH, l’écart des charges utiles pouvant être satellisée est très grand. Un question se pose : comment adapter le Starship pour des charges intermédiaires au dessus des possibilités de la FH , mais  en dessous des possibilités du Starship s’il n’est pas possible pour autant de faire des lancements groupés ? Remplir partiellement en ergols le Starship et son premier étage ou faire peut-être plus tard une version plus réduite de ce lanceur ?
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11025
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@MrFrame a écrit:
@montmein69 a écrit:La "vente" du Starship comme véhicule commercial, est un peu anticipée non ?

Pas plus que:
- Ariane 6
- Vulcan
- New Glenn
- ... et tous les autres véhicules en préparation n'ayant pas encore montré le bout d'un fuselage

Le Starship aurait même l'avantage sur ces derniers d'avoir déjà volé!  FB_clinoeil

Pas du tout d'accord : Ariane 6, Vulcan et même New Glenn sont des lanceurs parfaitement définis dans leurs moindres détails pour être rapidement opérationnels. Certes des imprévus sont toujours possibles lors des essais en vol. Mais le Starship qui a volé est encore très, très loin d'être figé dans son développement. Il ne s'agit pour l'instant (SN8, SN9 et SN10) que d'un prototype incomplet du seul deuxième étage du lanceur (un moteur sur deux, pas de protection thermique, pas d'aménagements pour une quelconque charge utile ni a fortiori pour un équipage).
J'ajouterai que le SLS est dans le même cas que les trois premiers lanceurs évoqués : parfaitement défini dans ses moindres boulons. Encore une fois, cela n'enlève rien aux accomplissements de SpaceX. Mais restons lucides !
BBspace
BBspace
Rédacteur
Rédacteur

Messages : 2409
Inscrit le : 21/11/2009
Age : 72 Masculin
Localisation : Seine-et-Marne

Revenir en haut Aller en bas


@BBspace a écrit:
@MrFrame a écrit:

Pas plus que:
- Ariane 6
- Vulcan
- New Glenn
- ... et tous les autres véhicules en préparation n'ayant pas encore montré le bout d'un fuselage

Le Starship aurait même l'avantage sur ces derniers d'avoir déjà volé!  FB_clinoeil

Pas du tout d'accord : Ariane 6, Vulcan et même New Glenn sont des lanceurs parfaitement définis dans leurs moindres détails pour être rapidement opérationnels. Certes des imprévus sont toujours possibles lors des essais en vol. Mais le Starship qui a volé est encore très, très loin d'être figé dans son développement. Il ne s'agit pour l'instant (SN8, SN9 et SN10) que d'un prototype incomplet du seul deuxième étage du lanceur (un moteur sur deux, pas de protection thermique, pas d'aménagements pour une quelconque charge utile ni a fortiori pour un équipage).
J'ajouterai que le SLS est dans le même cas que les trois premiers lanceurs évoqués : parfaitement défini dans ses moindres boulons. Encore une fois, cela n'enlève rien aux accomplissements de SpaceX. Mais restons lucides !

Le fait qu'un lanceur soit défini à l'avance dans ses moindres détails ne garantit en rien qu'il soit rapidement opérationnel, et que la gestion des imprévus soit plus réactive. 

Dans beaucoup de secteurs d'activité (cela ne se limite évidemment pas au spatial) les conceptions concernant la conduite des projets ont profondément évolué : presque tout le monde aujourd'hui pense, au vu de l'expérience, que la méthode qui consiste à tout définir à l'avance dans les moindres détails ralentit le développement des projets, d'une part, et devient paralysante dès qu'un aléa surgit. 

Je ne vais pas parler de l'industrie pharmaceutique, parce qu'il ne faut pas débattre ici de ce sujet, et parce qu'il y a d'innombrables exemples ailleurs, en  matière, notamment, de conduite des projets informatiques.

S'agissant des fusées, Ariane 6,  New Glenn, Vulcan et le SLS peuvent difficilement être mis dans le même panier face au Starship, parce que chacun de ces projets a sa spécificité.

Ariane 6, c'est en réalité une évolution d'Ariane 5, un lanceur qui n'avait pas évolué depuis longtemps. C'est pour cela que ce n'est pas un projet très risqué, fort heureusement. Pas risqué sur le plan technique. Le risque économique de ne pas correspondre aux attentes du marché, en matière de prix, je n'en parle pas ici.

Il y a évidemment beaucoup plus de différences entre la New Shepard, petit lanceur suborbital, et la New Glenn, lanceur orbital de forte capacité, qu'il y en a entre Ariane 5 et Ariane 6.  

Dire que la New Glenn a été définie à l'avance dans ses moindres détails me surprend beaucoup. Cela suppose d'avoir non seulement des informations sur l'état actuel du projet, mais en plus de connaître dans le détail les conceptions successives de Blue Origin depuis quatre ans quant à la New Glenn. 

A défaut de telles informations, comment peut-on assurer que la conception de la New Glenn n'a pas évolué au fil du temps ? 

Or, Blue Origin communique très peu sur le développement de la New Glenn. On a simplement vu des images des installations avec lesquelles cette fusée va fonctionner, et on sait aussi que le moteur BE-4 a rencontré des difficultés. On ne l'a d'ailleurs su que parce que le BE-4 n'est pas simplement un moteur de la New Glenn, mais aussi parce qu'il sera utilisé par Vulcan.

On peut tout dire sur la New Glenn parce qu'en fait on ne sait rien, ou presque. Mais tout ce que l'on dit à son sujet n'est que supputation fragile.

Vulcan, compte tenu de la culture ULA, correspond mieux à cette affirmation concernant les projets figés longtemps à l'avance dans les moindres détails. Encore que... Si l'on regarde le fil Vulcan sur le Forum, il apparaît que le projet a été lancé en 2015 et que la revue de conception critique n'a eu lieu qu'en mai 2019, ULA a donc dû travailler de manière itérative avant.  Ensuite, sans doute, il y a eu un déroulement linéaire. Tory Bruno a même communiqué des éléments sur les prix de la Vulcan à l'avance à David L. dont la capacité à faire parler les gens importants sur Twitter m'impressionne.

Le SLS a bien été développé selon la méthode à l'ancienne, ce qui a été très long et a pour conséquence qu'il n'a pas le droit à l'erreur, compte tenu, notamment, des dépenses déjà effectuée et du coût très important de chaque lancement. A mon sens, cela génère une incertitude sur son devenir. Un accident lors du premier vol est relativement improbable, mais on sait qu'un tel accident sonnerait le glas de ce lanceur.

En face de ce projet de type chêne, le projet Starship est un projet de type roseau. Les prototypes n'étant pas très coûteux, leur destruction accidentelle n'a guère d'importance. La méthode de la production en série de prototypes évolutifs permet de faire progresser beaucoup d'aspects de la conception vite et en même temps, et de rester prêt à des adaptations majeures si un gros obstacle surgit.

Le fait que seul le 2ème étage du nouveau lanceur de SpaceX ait été en partie développé doit être relevé, mais il faut aussi rappeler, en même temps, que la stratégie annoncée dès le début par SpaceX est de commencer par le plus difficile et le plus innovant. Le développement du Super Heavy soulève moins de problèmes fondamentaux que celui du Starship. Avec la Falcon 9, SpaceX a appris à récupérer un premier étage de fusée, et avec la Falcon Heavy, elle a appris à faire fonctionner 27 moteurs ensemble.  

Le principal point critique de ce projet, c'est le comportement d'une structure telle que le Starship pendant son retour dans l'atmosphère après un vol orbital. La paroi de ce vaisseau est fine, et les tuiles étaient historiquement l'un des talons d'Achille de feu la navette spatiale. Fait-on mieux aujourd'hui ? Oui, apparemment, si l'on regarde la bonne tenue des tuiles du X37-B. Mais rien ne dit que cette technologie maîtrisée par Boeing l'est aussi par SpaceX, et par ailleurs le Starship doit exposer les tuiles à des contraintes différentes de celles du X37-B.

Compte tenu des retards de ses concurrents Blue Origin et ULA, SpaceX paraît peut-être un peu moins pressée aujourd'hui de faire aboutir le premier vol orbital du nouveau lanceur Super Heavy / Starship. Cette hypothèse peut éventuellement être rapprochée de la décision subite de supprimer les pieds du Super Heavy. 

Le point le plus important à noter, c'est qu'Elon Musk, comme il l'explique dans un tweet récent, est revenu sur un élément fondamental du cahier des charges initial de SpaceX pour ce nouveau lanceur, qui était de pouvoir faire un vol par jour, limite à la réutilisation qu'il n'avait acceptée que de mauvaise grâce après de longs débats avec ses ingénieurs. Il avait dit à l'origine, je m'en souviens très bien, ses états d'âme à ce sujet sur Twitter. Ce qui évidemment semble fou, car déjà, un vol par jour, ce serait fantastique. 

Et finalement, Elon Musk a fini par rétablir la perspective de plusieurs vols du même Super Heavy dans la même journée, grâce à la suppression des pieds. Ceci ne fait que confirmer qu'en réalité, SpaceX n'a pas de véritable cahier des charges pour ses projets de lanceur. Ce qui ne l'empêche en rien d'avancer  ! 

De la même façon, la Falcon 9 a beaucoup évolué avant la block 5 ! La block 5 a été la réponse à des problèmes qui se sont posés en cours de route et qui ont été utilisés comme des opportunités pour rendre le lanceur plus fiable, plus puissant et de plus en plus réutilisable. Ses spécifications n'étaient pas dans les dossiers d'origine de SpaceX. Ce n'était pas une fragilité, mais une force comme on le voit avec les résultats obtenus. 

Elon Musk a répondu à "Viv", une de ses complices habituelles sur Twitter, que le premier lancement du Super Heavy n'aurait lieu que "dans plusieurs mois". Vous connaissez notre ami Elon, s'il dit "plusieurs mois", expression très rare dans son vocabulaire, cela veut dire plus probablement dans un an environ. Gwynne Shotwell dit dans son interview qu'elle "vote" pour un premier vol orbital dès cette année, elle ne le garantit pas, et pour cause. Enfin, Elon lui-même envisage maintenant Mars pour 2026 plutôt que 2024 dans son Evangile Muskien traditionnel. Mais avec la suppression des pieds du Super Heavy, il met la barre plus haut pour les ambitions de ce nouveau système de transport spatial. 

Je crois que c'est là que se situe le principal risque de ce projet : le vertige du succès, l'hubris. Le Musk quinquagénaire, devenu le 2ème homme le plus riche du monde selon certains classements, ne risque-t-il pas de s'aveugler, de n'avoir pas la même habileté stratégique que le Musk quadragénaire, qui a tout réussi ? C'est ce que l'avenir dira.
PierredeSedna
PierredeSedna
Donateur
Donateur

Messages : 1740
Inscrit le : 24/08/2017
Age : 62 Masculin
Localisation : Région Ile-de-France

Revenir en haut Aller en bas


@BBspace a écrit:Pas du tout d'accord : Ariane 6, Vulcan et même New Glenn sont des lanceurs parfaitement définis dans leurs moindres détails pour être rapidement opérationnels. Certes des imprévus sont toujours possibles lors des essais en vol. Mais le Starship qui a volé est encore très, très loin d'être figé dans son développement. Il ne s'agit pour l'instant (SN8, SN9 et SN10) que d'un prototype incomplet du seul deuxième étage du lanceur (un moteur sur deux, pas de protection thermique, pas d'aménagements pour une quelconque charge utile ni a fortiori pour un équipage).
J'ajouterai que le SLS est dans le même cas que les trois premiers lanceurs évoqués : parfaitement défini dans ses moindres boulons. Encore une fois, cela n'enlève rien aux accomplissements de SpaceX. Mais restons lucides !

Attention, je faisais juste une petite remarque clin d'oeil par rapport aux propos de Montmein69 qui concernait le coté commercial, le fait de vendre des missions avant même que le lanceur ne prouve sa valeur. C'est aussi pour cette raison que j'ai exclu le SLS de ma liste, ce n'est pas un lanceur commercial.

Les méthodes de travail et les approches de conception sont radicalement différentes entre SpaceX et le reste de l'industrie spatiale. Il me parait bien imprudent de pouvoir affirmer qu'un projet et plus ou moins avancer qu'un autre.
avatar
MrFrame

Messages : 495
Inscrit le : 11/10/2011
Age : 47 Masculin
Localisation : Mulhouse

Revenir en haut Aller en bas


Une vidéo sur l'année  :

avatar
Anovel
Donateur
Donateur

Messages : 1674
Inscrit le : 03/10/2017
Age : 62 Masculin
Localisation : 62 Le Portel

Revenir en haut Aller en bas


Les délires à propos du Starship ?

avatar
Anovel
Donateur
Donateur

Messages : 1674
Inscrit le : 03/10/2017
Age : 62 Masculin
Localisation : 62 Le Portel

Revenir en haut Aller en bas


J'adore :D
Je pense qu'il aurait été intéressant de faire une station avec la version 12m du BFR (celui de 2016), là ça aurait vraiment de la gueule :) On pourrait même imaginer une station suffisamment grande (15m de diamètre?) pour faire une rotation pour apporter un peu de gravité (genre 1/5 ou 1/4 de g).
bed31fr
bed31fr

Messages : 777
Inscrit le : 28/05/2008
Age : 43 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas


Il y a toujours en projet d'agrandir le diametre , il me semble
avatar
anthoemt

Messages : 375
Inscrit le : 29/10/2014
Age : 48 Masculin
Localisation : mars dans mes reves

http://umps.fr

Revenir en haut Aller en bas


Oui pour la version 100 colons. C'est pas pour tout de suite ;)
Faudrait déjà que celui-ci arrive sur la Lune et Mars avant...
bed31fr
bed31fr

Messages : 777
Inscrit le : 28/05/2008
Age : 43 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas


Dans la deuxième moitié de la vidéo une façon originale d'attraper le Super Heavy lors de son retour :

avatar
Anovel
Donateur
Donateur

Messages : 1674
Inscrit le : 03/10/2017
Age : 62 Masculin
Localisation : 62 Le Portel

Revenir en haut Aller en bas


Bonjour à tous,

Je viens de voir que SpaceX a acheté deux plateformes pétrolières pour le lancement et l’atterrissage de ses futurs Starship. Quels sont les avantages concrets de ces lieux de lancement délocalisés ? J'imagine qu'ils ne peuvent pas procéder à des lancements dans les eaux internationales.

Merci pour vos éclairages !
avatar
Gobabeille

Messages : 3
Inscrit le : 01/11/2020
Age : 34 Masculin
Localisation : Caen

Revenir en haut Aller en bas


@Gobabeille a écrit:Bonjour à tous,

Je viens de voir que SpaceX a acheté deux plateformes pétrolières pour le lancement et l’atterrissage de ses futurs Starship. Quels sont les avantages concrets de ces lieux de lancement délocalisés ? J'imagine qu'ils ne peuvent pas procéder à des lancements dans les eaux internationales.

Merci pour vos éclairages !
En cas de crash pas de civil autour, et le Super Heavy c'est 28 moteurs donc un niveau sonore énorme, qui serait très dommageable pour des éventuels riverains .
Il est plus "facile" d'utiliser une plateforme de réforme que de faire fabriquer un "spaceport" de toutes pièces au moins pour les débuts.
Les ports spatiaux seront dans les eaux nationales mais suffisamment éloignés des zones habitées pour être peu audible et sans danger en cas d'accident.
avatar
Anovel
Donateur
Donateur

Messages : 1674
Inscrit le : 03/10/2017
Age : 62 Masculin
Localisation : 62 Le Portel

Revenir en haut Aller en bas


Serait-il envisageable de faire avec ces plateformes un lancement plus proche de l'Équateur que le sud du Texas ou que la Floride ? (Ce qui était d'ailleurs l'un des intérêts du SeaLaunch)
ndiver
ndiver

Messages : 464
Inscrit le : 18/06/2013
Age : 36 Masculin
Localisation : Allemagne

Revenir en haut Aller en bas

Page 17 sur 18 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum