Vols habités vers Mars, article sceptique, ça nous change de la comm de SpaceX

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


@Pline a écrit:
Sur une mission longue (1000 jours) on a calculé que les astronautes recevraient à peu près 2 fois la dose maximale autorisée dans l'industrie nucléaire sur toute une vie de travail à condition que cet équipage soit composé de personnes de sexe masculin et de plus de 55 ans. Les  personnes  plus jeunes des deux sexes  ainsi que les femmes de plus de 55 ans sont plus exposés . Cela se traduira par une augmentation de la probabilité de cancer qui est fixée pour l'industrie nucléaire à 3% au bout de 20 ans sur la base de la dose maximale.

La surexposition de l'équipage calculée part de l'hypothèse que celui-ci dispose de protections permettant d'éviter les émissions liées aux éruptions solaires (on peut s'en protéger avec un blindage adapté). Ce sont les rayons cosmiques (origine galactique), beaucoup plus énergétiques et qui ne peuvent être bloqués, qui sont à l'origine de ce surcroit d'exposition.

En partant de cette hypothèse, est ce que ce risque est politiquement acceptable ?
Je ne pense pas qu'il le soit actuellement.
D'où le gateway pour affiner et étudier ce problème.

vp

Messages : 2843
Inscrit le : 21/09/2005

Revenir en haut Aller en bas


@vp a écrit:
@Pline a écrit:
Sur une mission longue (1000 jours) on a calculé que les astronautes recevraient à peu près 2 fois la dose maximale autorisée dans l'industrie nucléaire sur toute une vie de travail à condition que cet équipage soit composé de personnes de sexe masculin et de plus de 55 ans. Les  personnes  plus jeunes des deux sexes  ainsi que les femmes de plus de 55 ans sont plus exposés . Cela se traduira par une augmentation de la probabilité de cancer qui est fixée pour l'industrie nucléaire à 3% au bout de 20 ans sur la base de la dose maximale.

La surexposition de l'équipage calculée part de l'hypothèse que celui-ci dispose de protections permettant d'éviter les émissions liées aux éruptions solaires (on peut s'en protéger avec un blindage adapté). Ce sont les rayons cosmiques (origine galactique), beaucoup plus énergétiques et qui ne peuvent être bloqués, qui sont à l'origine de ce surcroit d'exposition.

En partant de cette hypothèse, est ce que ce risque est politiquement acceptable ?
Je ne pense pas qu'il le soit actuellement.
D'où le gateway pour affiner et étudier ce problème.

"to expose human subjects to irradiation – a form of medical research for which a number of Nazi doctors were hanged at Nuremberg." R. Zubrin
https://www.nationalreview.com/2017/05/nasa-lunar-orbit-space-station-terrible-idea/
On connait déjà le problème, je vois pas ce qu'il y'a à étudier franchement, pas besoin de cobaye pour mesurer des doses de radiation.
avatar
Nostromo

Messages : 97
Inscrit le : 09/09/2018
Age : 25 Masculin
Localisation : Europe

Revenir en haut Aller en bas


@vp a écrit:
@Pline a écrit:
Sur une mission longue (1000 jours) on a calculé que les astronautes recevraient à peu près 2 fois la dose maximale autorisée dans l'industrie nucléaire sur toute une vie de travail à condition que cet équipage soit composé de personnes de sexe masculin et de plus de 55 ans. Les  personnes  plus jeunes des deux sexes  ainsi que les femmes de plus de 55 ans sont plus exposés . Cela se traduira par une augmentation de la probabilité de cancer qui est fixée pour l'industrie nucléaire à 3% au bout de 20 ans sur la base de la dose maximale.

La surexposition de l'équipage calculée part de l'hypothèse que celui-ci dispose de protections permettant d'éviter les émissions liées aux éruptions solaires (on peut s'en protéger avec un blindage adapté). Ce sont les rayons cosmiques (origine galactique), beaucoup plus énergétiques et qui ne peuvent être bloqués, qui sont à l'origine de ce surcroit d'exposition.

En partant de cette hypothèse, est ce que ce risque est politiquement acceptable ?
Je ne pense pas qu'il le soit actuellement.
Politiquement acceptable en Occident, aujourd'hui peut être pas et encore, tout dépend comment on prépare l'opinion (une bonne propagande à coup de missions sauvetage pour détourner un astéroïde et tout le monde suivra). Les Russes ont fait grimper Gagarine dans un missile balistique avec un taux d'accident monstrueux, ce n'était pas non plus "politiquement acceptable", pourtant cela s'est fait.

L'opinion change, on verra le jour où un drapeau chinois flottera sur la Lune ou sur Mars si le politiquement acceptable aura revu ses critères Super
Saturmir
Saturmir

Messages : 519
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


@vp a écrit:
@Pline a écrit:
Sur une mission longue (1000 jours) on a calculé que les astronautes recevraient à peu près 2 fois la dose maximale autorisée dans l'industrie nucléaire sur toute une vie de travail à condition que cet équipage soit composé de personnes de sexe masculin et de plus de 55 ans. Les  personnes  plus jeunes des deux sexes  ainsi que les femmes de plus de 55 ans sont plus exposés . Cela se traduira par une augmentation de la probabilité de cancer qui est fixée pour l'industrie nucléaire à 3% au bout de 20 ans sur la base de la dose maximale.

La surexposition de l'équipage calculée part de l'hypothèse que celui-ci dispose de protections permettant d'éviter les émissions liées aux éruptions solaires (on peut s'en protéger avec un blindage adapté). Ce sont les rayons cosmiques (origine galactique), beaucoup plus énergétiques et qui ne peuvent être bloqués, qui sont à l'origine de ce surcroit d'exposition.

En partant de cette hypothèse, est ce que ce risque est politiquement acceptable ?
Je ne pense pas qu'il le soit actuellement.
D'où le gateway pour affiner et étudier ce problème.

C'est quoi le protocole? on envoi des gens faire le tour de la lune pendant trois an puis une attente deux decenie pour voir s'il sont mort? vue que lune ou mars le resultat est le meme autant aller sur mars. C'est un peu comme tchernobyl, en gros ils ont voulu voir comment le réacteur réagissais a une défaillance, or (ils l'ont compris qu'aprés) l'essai etait aussi dangereux que la defaillence. donc de se point de vu, c'est un succès (je n'hausserais pas dire un succès éclatant) vu que sa leur a permis d’apprendre que ça marché pas 

Il faut se rappeler que les astronautes sont les humains les plus suivie sur le plan medical. Si apres une telle mission, même si la probabilité de cancers est augmenté de 10% et qu'il sont astreint a un bilan cancérologique complet tout les 6 mois a un ans, leur espérance de vie sera bien supérieur a la population général. 

En tout cas si quelqu'un cherche un volontaire pour une telle mission, je serais le premier a signé (apres avoir consulté quelque cancerologe quand même)

Mode HS ON: 
bon je sais que c'est pas le sujet mais je peux m’empêcher de preciser que pour une mission vers venus , en dehors des 5mois de transit aller et 5mois retour, il n'y a pas de probleme de radiation grace a la présence d'une atmosphère épaisse.
Mode HS off
phenix
phenix

Messages : 2114
Inscrit le : 22/02/2015
Age : 26 Masculin
Localisation : Hier:Ardèche Aujourd’hui:Marignane Demain:Vénus

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas


@phenix a écrit:C'est quoi le protocole?
Il n'y a rien à tester, c'est une donnée incontournable et les astronautes devront accepter ce risque supplémentaire. D'après F Rocard, la NASA a créé un comité d'éthique qui doit déterminer comment gérer cet état de fait au mieux.
avatar
Pline

Messages : 961
Inscrit le : 06/05/2009
Age : 65 Masculin
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas


@phenix a écrit:bon je sais que c'est pas le sujet mais je peux m’empêcher de preciser que pour une mission vers venus , en dehors des 5mois de transit aller et 5mois retour, il n'y a pas de probleme de radiation grace a la présence d'une atmosphère épaisse.
Mode HS off
En s'immergeant dans une solution acide ou en se faisant écraser par la pression ? Parce que si tu te maintiens dans les couches supérieures de l'atmosphère la protection est réduite ....
avatar
Pline

Messages : 961
Inscrit le : 06/05/2009
Age : 65 Masculin
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas


Le risque est une composante de l'humanité, sans risque la vie est insipide !
Bien sûr on peut, on doit minimiser les risques, pas la peine d'envoyer au combat les soldats en strigs rouge !
Pour les vaisseaux que ce soit vers Mars ou vers Venus, il y a des solutions entre autres des polymères qui stoppent certains rayonnements. Cela ne vaut certes pas un mètre de béton et dix centimètres de plomb des salles de radios sur Terre mais ça peut diminuer l'exposition des cosmonautes aux radiations stellaires.
En plus d'une coque doublée d'un bouclier pour la rentrée atmosphérique, ça peut le faire et si en plus on se fait un "bunker" pour se protéger des  éruptions solaires les risques deviendront plus acceptable !
avatar
Anovel

Messages : 1590
Inscrit le : 03/10/2017
Age : 62 Masculin
Localisation : 62 Le Portel

Revenir en haut Aller en bas


@Pline a écrit:
@phenix a écrit:bon je sais que c'est pas le sujet mais je peux m’empêcher de preciser que pour une mission vers venus , en dehors des 5mois de transit aller et 5mois retour, il n'y a pas de probleme de radiation grace a la présence d'une atmosphère épaisse.
Mode HS off
En s'immergeant dans une solution acide ou en se faisant écraser par la pression ? Parce que si tu te maintiens dans les couches supérieures de l'atmosphère la protection est réduite ....
Réduite mais suffisent. Pour se protéger des rayonnements il faut de la masse, or a 50km (la ou la pression est similaire à la pression à la surface de la terre) on a au dessus de la tête environ 12t d air par mètre carré (comme sur terre car la pression dépend de la masse de la colone d air). C est plus que 1m d épaisseur de plomb ou 12m d eau.

Mais attention,  il ne faut pas deduire de se calcule que vivre sur la terre ou venus revient à vivre dans dans un vaisseau entouré d 1m de plomb,  en fait c est encore mieux.  Les rayons cosmiques viennent des toute les directions donc dans notre vaisseau blindée on est protégé par un mètre de plomb dans toute les directions.  Or sur une planète a 1bar de pression les 1m de plomb c est la protection minimale,  celle qui freiner les rayon venu d au dessus de nous.  Les rayons provenant de dessous sont arrêtées par la planète,  ce provenant pas de la verticale (ceux qui travers notre mètre de plomb fictif ) doivent parcourir des kilomètres (et donc des tonnes ) d air supplémentaire.  


Pour donner un ordre d idée sur mars la protection atmosphère est environ 100fois inférieur,  donc on est protégé des rayonnements venu d en dessous (arrêter par la planète ) mais je crois que même les rayonnements arrivant à l horizon reste dangereux (mais moins que ceux a la verticale,  donc privilégier les casquettes sur les fenêtres). C est pour ca que la plupart des projets de base à longtemps sont recouverts d un ou deux mètre de glace ou de régolithe pour avoir de 1 à 4tonnes par m2


Dernière édition par phenix le Jeu 11 Juin 2020 - 0:00, édité 1 fois
phenix
phenix

Messages : 2114
Inscrit le : 22/02/2015
Age : 26 Masculin
Localisation : Hier:Ardèche Aujourd’hui:Marignane Demain:Vénus

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas


Sur plusieurs fils du même genre j'ai l'impression que les partisans de la colonisation de Mars sont animés d'une foi quasi-religieuse en la "destinée manifeste" de l'humanité. Les arguments relèvent plus du dogme que de la raison. Et c'est bien là une religion typiquement américaine.

On parle de "l'humanité" mais comme pour la Lune, ce n'est pas l'humanité qui est concernée par les plans de projets martiens mais la seule nation qui en a l'ambition et les moyens. ( me parlez pas des chinois et de leurs 6 vols habités en 20 ans )

Pour vous ramener à la réalite :  ceux qui décideront d'une telle entreprise ça ne sera pas vous ou "l'humanité" mais le Congrès des Etats unis d'Amérique et donc par extension le citoyen et le contribuable américain.

Les USA avaient pu justifier l'entreprise lunaire par le contexte de la guerre froide. Et durant cette période, ils menaient une sale guerre et ils méprisaient les revendications d'une partie de leurs propres citoyens qui eux n'avaient aucune raison de partager ce rêve patriotique ...


On est bien tenté de tirer un parallèle avec la brûlante actualité, à mon avis ces beaux projets mégalo-patriotiques vont finir au placard.
avatar
Nostromo

Messages : 97
Inscrit le : 09/09/2018
Age : 25 Masculin
Localisation : Europe

Revenir en haut Aller en bas


" Sur plusieurs fils du même genre j'ai l'impression que les partisans de la colonisation de Mars sont animés d'une foi quasi-religieuse en la "destinée manifeste" de l'humanité. " Nostromo


Du même avis que Nostromo, on galére pour rejoindre l'orbite basse (SpaceX) et on nous parle de Mars. Beaucoup d'internautes trés à l'aise dans leur fauteuil et les cliques de souris dans leur bel apartement, ici, sur Terre ont perdu le sens des réalités.
Bladerunner2020
Bladerunner2020

Messages : 145
Inscrit le : 16/05/2020
Age : 41 Masculin
Localisation : Vangelis State

Revenir en haut Aller en bas


"Space is hard" comme dirait l'autre ;-)

En ce qui concerne l'effet des radiations lors d'un séjour sur Mars (voyages aller-retour inclus), dont on a des données précises, je pense que le mieux serait de demander aux astronautes leur avis. Après tout, c'est de LEUR santé qu'il s'agit. C'est à eux de décider si le risque est acceptable pour eux ou non.

Pour ma part, je trouve que 3% de risque de développer un cancer dans les 20 prochaines années, c'est vraiment pas grand chose. J'ai pas les chiffres mais je crois que le risque est bien supérieur sur terre avec une consommation régulière de tabac ou d'alcool.
avatar
MrFrame

Messages : 480
Inscrit le : 11/10/2011
Age : 46 Masculin
Localisation : Mulhouse

Revenir en haut Aller en bas


@Nostromo a écrit:me parlez pas des chinois et de leurs 6 vols habités en 20 ans

Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu de propos méprisants envers les Chinois sur ce forum, apparemment se poser sur la Lune, avoir un lanceur aussi puissant qu'Ariane 5 et être la 3ème Nation après l'URSS et les USA a avoir réussi l'exploit d'envoyer un homme dans l'Espace (ce qu'aucun pays européen n'a encore réussi à faire pour rappel) c'est à la portée du premier venu.

On en reparle dans 10 ans lorsque la Chine sera devenue la première puissance mondiale, qu'ils auront leur propre station spatiale et que les petits écoliers de toute la planète apprendront les rudiments du Mandarin. Super

@Nostromo a écrit:Les USA avaient pu justifier l'entreprise lunaire par le contexte de la guerre froide. Et durant cette période, ils menaient une sale guerre et ils méprisaient les revendications d'une partie de leurs propres citoyens qui eux n'avaient aucune raison de partager ce rêve patriotique ...
On est bien tenté de tirer un parallèle avec la brûlante actualité, à mon avis ces beaux projets mégalo-patriotiques vont finir au placard.

Qui est ce "on" qui serait bien tenté de faire un parallèle avec l'actualité ? Parce que si tu parles de toi à la 3ème personne, n'hésite pas à écrire un récit, je serais curieux de connaître ton point de vue. 🍺
Saturmir
Saturmir

Messages : 519
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


@Saturmir a écrit:
@Nostromo a écrit:me parlez pas des chinois et de leurs 6 vols habités en 20 ans

Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu de propos méprisants envers les Chinois sur ce forum, apparemment se poser sur la Lune, avoir un lanceur aussi puissant qu'Ariane 5 et être la 3ème Nation après l'URSS et les USA a avoir réussi l'exploit d'envoyer un homme dans l'Espace (ce qu'aucun pays européen n'a encore réussi à faire pour rappel) c'est à la portée du premier venu.


Le programme spatial européen a produit bien plus de science et nouveautés techniques que le programme chinois.

@Saturmir a écrit:On en reparle dans 10 ans lorsque la Chine sera devenue la première puissance mondiale, qu'ils auront leur propre station spatiale et que les petits écoliers de toute la planète apprendront les rudiments du Mandarin. Super 

On en parle dans 10 ans.

@Saturmir a écrit:Qui est ce "on" qui serait bien tenté de faire un parallèle avec l'actualité ? Parce que si tu parles de toi à la 3ème personne, n'hésite pas à écrire un récit, je serais curieux de connaître ton point de vue. 🍺 

Le parallèle avec l'actualité c'est que l'Amérique ne va pas bien et que son président fou à l'origine du programme Artemis va dégager.
avatar
Nostromo

Messages : 97
Inscrit le : 09/09/2018
Age : 25 Masculin
Localisation : Europe

Revenir en haut Aller en bas


@Nostromo a écrit:Sur plusieurs fils du même genre j'ai l'impression que les partisans de la colonisation de Mars sont animés d'une foi quasi-religieuse en la "destinée manifeste" de l'humanité. Les arguments relèvent plus du dogme que de la raison. Et c'est bien là une religion typiquement américaine.

On parle de "l'humanité" mais comme pour la Lune, ce n'est pas l'humanité qui est concernée par les plans de projets martiens mais la seule nation qui en a l'ambition et les moyens. ( me parlez pas des chinois et de leurs 6 vols habités en 20 ans )

Pour vous ramener à la réalite :  ceux qui décideront d'une telle entreprise ça ne sera pas vous ou "l'humanité" mais le Congrès des Etats unis d'Amérique et donc par extension le citoyen et le contribuable américain.

Et pourtant, dans la réalité, Armstrong a déclaré : "C’est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l’Humanité". Dans la réalité, il n'a pas dit "C’est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour les Américains" ou encore "C’est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour les Blancs". C'est donc bien un message humaniste qui a été prononcé, universaliste, et dans l'esprit des Lumières. Et c'est bien cette phrase historique qui survivra à de très nombreux siècles avec sa légende, témoignage du premier pas d'un représentant de l'Humanité sur la Lune, et ce même dans un futur lointain où l'histoire des États-Unis d'Amérique sera enseignée au même titre que celle de la Cité-Etat d'Athènes ou du Royaume d'Espagne.

Et n'en déplaise à ceux qui font feu de tout bois pour diviser l'Humanité en étiquettes, exacerber les haines et souffler sur les braises, particulièrement là où il n'y a pas lieu.
Eloi
Eloi

Messages : 250
Inscrit le : 26/08/2012
Age : 36 Masculin
Localisation : Région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@Eloi a écrit: Et pourtant, dans la réalité, Armstrong a déclaré : "C’est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l’Humanité". ... Et c'est bien cette phrase historique qui survivra à de très nombreux siècles avec sa légende, témoignage du premier pas d'un représentant de l'Humanité sur la Lune, et ce même dans un futur lointain où l'histoire des États-Unis d'Amérique sera enseignée au même titre que celle de la Cité-Etat d'Athènes ou du Royaume d'Espagne.

Ce n'est pas parce que les vrais déclencheurs du programme Apollo auront été oublié dans le futur - la guerre froide, le contexte d'affrontement de deux systèmes, le climat de panique avec l'apparition des premiers missiles intercontinentaux côté soviétique - qu'un programme martien pourra se faire sans un déclencheur exogène. Bien au contraire. Force est de constater que les dirigeants américains n'ont tenté jusqu'à présent de relancer des projets ambitieux que dans un but électoral (pour renouer avec le mythe de la frontière repoussée ou associer leur mandat à un passé glorieux) en se gardant bien de donner à chaque fois les moyens financiers nécessaires qui pourraient leur aliéner ce même électorat.
avatar
Pline

Messages : 961
Inscrit le : 06/05/2009
Age : 65 Masculin
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas


Tout évolue tellement rapidement en ce moment que je trouve que vous vous faites bien inutilement des nœuds au cerveau en essayant de déduire ce qu'il sera possible de faire ou non.
Dans 10 ans nous pourrions avoir SLS, Starship et New Glenn dont les deux derniers cassant les prix du kg en orbite ou juste le SLS cassant la tirelire du contribuable.
Nous pourrions avoir préparé le terrain avec la LOPG ou simplement réédité les missions Apollo.
L'économie mondiale peut ne pas s'être remise totalement de la crise sanitaire et commencer à être victime des effets de nos diverses pollutions et exploitation abusives des ressources ou au contraire avoir rebondi sur des bases plus saines et être florissante.
A mon sens à moins de la jouer madame Irma il est donc vraiment difficile d'avoir une posture affirmative tant l'avenir est actuellement incertain.
avatar
Maurice

Messages : 1112
Inscrit le : 25/10/2011
Age : 35 Masculin
Localisation : Val d'oise

Revenir en haut Aller en bas


Une chose est sûre, les batailles d'égos nationaux sont encore bien en place, il n'y a qu'à voir les efforts américains pour écarter les Russes et maintenir à distance les Chinois dans toute coopération lunaire.

_________________
Documents en édition libre pour le FCS (Google Drive) :
Thierz
Thierz
Admin
Admin

Messages : 6556
Inscrit le : 12/03/2008
Age : 44 Autre / Ne pas divulguer
Localisation : Grenoble-Chambéry

Revenir en haut Aller en bas


@Bladerunner2020 a écrit:" Sur plusieurs fils du même genre j'ai l'impression que les partisans de la colonisation de Mars sont animés d'une foi quasi-religieuse en la "destinée manifeste" de l'humanité. " Nostromo


Du même avis que Nostromo, on galére pour rejoindre l'orbite basse (SpaceX) et on nous parle de Mars. Beaucoup d'internautes trés à l'aise dans leur fauteuil et les cliques de souris dans leur bel apartement, ici, sur Terre ont perdu le sens des réalités.

Ca, c'est typiquement le genre de phrases irrespectueuse et à la limite de l'insulte qu'on n'oserait pas dire en face.
Ce n'est pas ça qui va m'inciter au débat.
Argyre
Argyre

Messages : 3386
Inscrit le : 31/01/2006
Age : 54 Masculin
Localisation : sud-ouest

Revenir en haut Aller en bas


@Argyre a écrit:
@Nostromo a écrit:
Mars est justement une planète morte ( un monde froid, sans eau, sans oxygène, sans sans champ magnétique, sans activité tectonique, sans vie...), ton argument n'a aucune logique je trouve.
Homo sapiens est le fruit de 4 milliards d'années d'évolution sur Terre, la Terre sera toujours plus habitable que Mars, c'est pas 1.5°C de réchauffement qui va la rendre aussi infernale que Mars...

 Le destin de Mars comme de la Terre est lié à la mort du Soleil qui est une échéance tellement lointaine qu'elle devient absurde.

Même sans parler de commerce, ça fait quand même quelques milliers d'années qu'on a inventé les canalisations pour amener l'eau dans les villes, et qu'on a inventé l'agriculture et l'élevage (parfois sous serre et dans les étables quand il fait très froid) pour pouvoir manger à notre faim alors que les ressources locales étaient très insuffisantes, et que le climat était défavorable. Bref, l'argument du froid et du manque de je ne sais quelle ressource ne tient absolument pas, d'autant plus qu'il existe pléthore d'articles expliquant comment exploiter les ressources de Mars pour vivre sur Mars. Oxygène, eau, carbone, azote, fer, tout y est et tout est exploitable, ce n'est qu'une question de technologie. Donc Mars est une planète morte aujourd'hui, mais Mars peut être une planète vivante demain, c'est à nous de le décider.

+1,5°C, ce n'est pas ce que j'appelle une catastrophe planétaire, et je suis donc d'accord sur le fait que le réchauffement climatique n'est pas la justification pour aller vers Mars. Ce n'est pas à ce genre de catastrophe que je faisais allusion. Je parlais d'une catastrophe planétaire susceptible de balayer toute vie à sa surface, ou du moins toute l'humanité. Des exemples ? En voilà :
a) Il existe de gros astéroïdes qui passent près de Neptune, certains font une centaine de km de diamètre. Pour pas grand chose, certains d'entre eux pourraient voir leur trajectoire modifiée (par un choc avec un autre astéroïde par exemple) et foncer subitement vers la Terre. Ce genre d'astéroïde ne détruirait peut-être pas la Terre, mais Mars pourrait devenir bien plus accueillante si la Terre subissait un tel cataclysme. Pour rappel, l'astéroïde qui a tué les dinosaures ne faisait qu'une dizaine de km de diamètre ....
b) Il me semble que l'actualité nous éclaire suffisamment sur les risques d'une possible pandémie qui pourrait éradiquer toute l'humanité .... sans exception ! Il suffirait d'un virus qui ne tue pas, du moins pas tout de suite, et qui s'attaque au cerveau, lentement, mais sûrement, entrainant une dégradation des facultés cognitives et la mort au bout de 10 à 15 ans, et il faudrait que nous ne nous en apercevions qu'au bout de 2 ou 3 ans, alors que toute les populations de la planète sont contaminées.
Scénario catastrophe ... mais ce type de scénario est-il vraiment utopique ? Des variantes du même style, il y en a un paquet .... On peut aussi penser, par exemple, à un virus qui tue toutes les plantes ... dont nous sommes dépendants !
c) Concernant le climat, les scénarios les plus pessimistes ne prévoient qu'une hausse relative des températures, de quoi tuer beaucoup de monde, mais sans doute pas de mettre en danger l'humanité. Cependant, il existe de grandes incertitudes sur une échelle de temps un peu plus longue, disons quelques centaines d'années. Est-on absolument certain que l'atmosphère de la Terre restera "respirable", avec une concentration en oxygène appropriée, et des taux de molécules toxiques pas trop élevés (par exemple de dioxyde d'azote, ou de dioxyde de soufre ...). Je ne dis pas que c'est probable, c'est certainement très peu probable, mais il me semble cependant que ce type de scénario est également possible. En tout cas, il faut craindre ce que nous connaissons mal et ce que nous ne maitrisons pas.
d) Encore un autre scénario : est-il possible que le soleil ait une activité beaucoup plus importante et que cela entraine une augmentation de 50 degrés sur toute la Terre en une centaine d'années ? Quelle certitude avons-nous sur nos modèles physiques du soleil ? Certes, là encore, c'est peu probable qu'on se trompe à ce point, mais des scénarios comme celui-là, il y en a des dizaines et il n'est pas rare que les scientifiques se trompent sur leurs modèles.

Tout cela pour dire qu'il y a d'énormes incertitudes sur l'avenir de la Terre et il me semble parfaitement raisonnable d'envisager une planète de deuxième chance, au cas où ..., surtout si on en a les possibilités. Quelque part, le covid19 est une sorte de symbole de notre imprévoyance. Tous les médecins savaient qu'une pandémie était possible, mais les politiques n'y ont pas cru, et les médecins eux-mêmes ont fini par estimer que la probabilité était tout de même très faible. Bref, maintenant, arrêtons de croire que les catastrophes planétaires sont improbables. C'est peu probable, mais l'enjeu est trop important, "la conscience de l'humanité pourrait être balayée".

Pas de réponse à ce message ???
Argyre
Argyre

Messages : 3386
Inscrit le : 31/01/2006
Age : 54 Masculin
Localisation : sud-ouest

Revenir en haut Aller en bas


@Argyre a écrit:
@Nostromo a écrit:
Mars est justement une planète morte ( un monde froid, sans eau, sans oxygène, sans sans champ magnétique, sans activité tectonique, sans vie...), ton argument n'a aucune logique je trouve.
Homo sapiens est le fruit de 4 milliards d'années d'évolution sur Terre, la Terre sera toujours plus habitable que Mars, c'est pas 1.5°C de réchauffement qui va la rendre aussi infernale que Mars...

 Le destin de Mars comme de la Terre est lié à la mort du Soleil qui est une échéance tellement lointaine qu'elle devient absurde.

Même sans parler de commerce, ça fait quand même quelques milliers d'années qu'on a inventé les canalisations pour amener l'eau dans les villes, et qu'on a inventé l'agriculture et l'élevage (parfois sous serre et dans les étables quand il fait très froid) pour pouvoir manger à notre faim alors que les ressources locales étaient très insuffisantes, et que le climat était défavorable. Bref, l'argument du froid et du manque de je ne sais quelle ressource ne tient absolument pas, d'autant plus qu'il existe pléthore d'articles expliquant comment exploiter les ressources de Mars pour vivre sur Mars. Oxygène, eau, carbone, azote, fer, tout y est et tout est exploitable, ce n'est qu'une question de technologie. Donc Mars est une planète morte aujourd'hui, mais Mars peut être une planète vivante demain, c'est à nous de le décider.

+1,5°C, ce n'est pas ce que j'appelle une catastrophe planétaire, et je suis donc d'accord sur le fait que le réchauffement climatique n'est pas la justification pour aller vers Mars. Ce n'est pas à ce genre de catastrophe que je faisais allusion. Je parlais d'une catastrophe planétaire susceptible de balayer toute vie à sa surface, ou du moins toute l'humanité. Des exemples ? En voilà :
a) Il existe de gros astéroïdes qui passent près de Neptune, certains font une centaine de km de diamètre. Pour pas grand chose, certains d'entre eux pourraient voir leur trajectoire modifiée (par un choc avec un autre astéroïde par exemple) et foncer subitement vers la Terre. Ce genre d'astéroïde ne détruirait peut-être pas la Terre, mais Mars pourrait devenir bien plus accueillante si la Terre subissait un tel cataclysme. Pour rappel, l'astéroïde qui a tué les dinosaures ne faisait qu'une dizaine de km de diamètre ....
b) Il me semble que l'actualité nous éclaire suffisamment sur les risques d'une possible pandémie qui pourrait éradiquer toute l'humanité .... sans exception ! Il suffirait d'un virus qui ne tue pas, du moins pas tout de suite, et qui s'attaque au cerveau, lentement, mais sûrement, entrainant une dégradation des facultés cognitives et la mort au bout de 10 à 15 ans, et il faudrait que nous ne nous en apercevions qu'au bout de 2 ou 3 ans, alors que toute les populations de la planète sont contaminées.
Scénario catastrophe ... mais ce type de scénario est-il vraiment utopique ? Des variantes du même style, il y en a un paquet .... On peut aussi penser, par exemple, à un virus qui tue toutes les plantes ... dont nous sommes dépendants !
c) Concernant le climat, les scénarios les plus pessimistes ne prévoient qu'une hausse relative des températures, de quoi tuer beaucoup de monde, mais sans doute pas de mettre en danger l'humanité. Cependant, il existe de grandes incertitudes sur une échelle de temps un peu plus longue, disons quelques centaines d'années. Est-on absolument certain que l'atmosphère de la Terre restera "respirable", avec une concentration en oxygène appropriée, et des taux de molécules toxiques pas trop élevés (par exemple de dioxyde d'azote, ou de dioxyde de soufre ...). Je ne dis pas que c'est probable, c'est certainement très peu probable, mais il me semble cependant que ce type de scénario est également possible. En tout cas, il faut craindre ce que nous connaissons mal et ce que nous ne maitrisons pas.
d) Encore un autre scénario : est-il possible que le soleil ait une activité beaucoup plus importante et que cela entraine une augmentation de 50 degrés sur toute la Terre en une centaine d'années ? Quelle certitude avons-nous sur nos modèles physiques du soleil ? Certes, là encore, c'est peu probable qu'on se trompe à ce point, mais des scénarios comme celui-là, il y en a des dizaines et il n'est pas rare que les scientifiques se trompent sur leurs modèles.

Tout cela pour dire qu'il y a d'énormes incertitudes sur l'avenir de la Terre et il me semble parfaitement raisonnable d'envisager une planète de deuxième chance, au cas où ..., surtout si on en a les possibilités. Quelque part, le covid19 est une sorte de symbole de notre imprévoyance. Tous les médecins savaient qu'une pandémie était possible, mais les politiques n'y ont pas cru, et les médecins eux-mêmes ont fini par estimer que la probabilité était tout de même très faible. Bref, maintenant, arrêtons de croire que les catastrophes planétaires sont improbables. C'est peu probable, mais l'enjeu est trop important, "la conscience de l'humanité pourrait être balayée".

Analyse qui me paraît juste. C'est le manque de courage et la futilité qui font que beaucoup de gens tournent la tête et regardent ailleurs. Pourtant, affronter la réalité permettrait d'agir en conséquence et d'accroître les chances de longue vie de l'humanité. 

La conquête de Mars n'est pas un caprice ou un luxe, mais une impérieuse nécessité. Les défis qu'elle soulève sont sérieux, mais peuvent être relevés pour peu que l'on y mette suffisamment de moyens et que l'on décrète une mobilisation générale. 

Et ces défis ne sont rien par rapport à ceux, insurmontables auxquels seraient confrontés les derniers hommes qui lutteraient pour survivre sur une Terre à l'agonie.
PierredeSedna
PierredeSedna
Donateur
Donateur

Messages : 1683
Inscrit le : 24/08/2017
Age : 61 Masculin
Localisation : Région Ile-de-France

Revenir en haut Aller en bas


@Argyre a écrit:
@Argyre a écrit:

Même sans parler de commerce, ça fait quand même quelques milliers d'années qu'on a inventé les canalisations pour amener l'eau dans les villes, et qu'on a inventé l'agriculture et l'élevage (parfois sous serre et dans les étables quand il fait très froid) pour pouvoir manger à notre faim alors que les ressources locales étaient très insuffisantes, et que le climat était défavorable. Bref, l'argument du froid et du manque de je ne sais quelle ressource ne tient absolument pas, d'autant plus qu'il existe pléthore d'articles expliquant comment exploiter les ressources de Mars pour vivre sur Mars. Oxygène, eau, carbone, azote, fer, tout y est et tout est exploitable, ce n'est qu'une question de technologie. Donc Mars est une planète morte aujourd'hui, mais Mars peut être une planète vivante demain, c'est à nous de le décider.

+1,5°C, ce n'est pas ce que j'appelle une catastrophe planétaire, et je suis donc d'accord sur le fait que le réchauffement climatique n'est pas la justification pour aller vers Mars. Ce n'est pas à ce genre de catastrophe que je faisais allusion. Je parlais d'une catastrophe planétaire susceptible de balayer toute vie à sa surface, ou du moins toute l'humanité. Des exemples ? En voilà :
a) Il existe de gros astéroïdes qui passent près de Neptune, certains font une centaine de km de diamètre. Pour pas grand chose, certains d'entre eux pourraient voir leur trajectoire modifiée (par un choc avec un autre astéroïde par exemple) et foncer subitement vers la Terre. Ce genre d'astéroïde ne détruirait peut-être pas la Terre, mais Mars pourrait devenir bien plus accueillante si la Terre subissait un tel cataclysme. Pour rappel, l'astéroïde qui a tué les dinosaures ne faisait qu'une dizaine de km de diamètre ....
b) Il me semble que l'actualité nous éclaire suffisamment sur les risques d'une possible pandémie qui pourrait éradiquer toute l'humanité .... sans exception ! Il suffirait d'un virus qui ne tue pas, du moins pas tout de suite, et qui s'attaque au cerveau, lentement, mais sûrement, entrainant une dégradation des facultés cognitives et la mort au bout de 10 à 15 ans, et il faudrait que nous ne nous en apercevions qu'au bout de 2 ou 3 ans, alors que toute les populations de la planète sont contaminées.
Scénario catastrophe ... mais ce type de scénario est-il vraiment utopique ? Des variantes du même style, il y en a un paquet .... On peut aussi penser, par exemple, à un virus qui tue toutes les plantes ... dont nous sommes dépendants !
c) Concernant le climat, les scénarios les plus pessimistes ne prévoient qu'une hausse relative des températures, de quoi tuer beaucoup de monde, mais sans doute pas de mettre en danger l'humanité. Cependant, il existe de grandes incertitudes sur une échelle de temps un peu plus longue, disons quelques centaines d'années. Est-on absolument certain que l'atmosphère de la Terre restera "respirable", avec une concentration en oxygène appropriée, et des taux de molécules toxiques pas trop élevés (par exemple de dioxyde d'azote, ou de dioxyde de soufre ...). Je ne dis pas que c'est probable, c'est certainement très peu probable, mais il me semble cependant que ce type de scénario est également possible. En tout cas, il faut craindre ce que nous connaissons mal et ce que nous ne maitrisons pas.
d) Encore un autre scénario : est-il possible que le soleil ait une activité beaucoup plus importante et que cela entraine une augmentation de 50 degrés sur toute la Terre en une centaine d'années ? Quelle certitude avons-nous sur nos modèles physiques du soleil ? Certes, là encore, c'est peu probable qu'on se trompe à ce point, mais des scénarios comme celui-là, il y en a des dizaines et il n'est pas rare que les scientifiques se trompent sur leurs modèles.

Tout cela pour dire qu'il y a d'énormes incertitudes sur l'avenir de la Terre et il me semble parfaitement raisonnable d'envisager une planète de deuxième chance, au cas où ..., surtout si on en a les possibilités. Quelque part, le covid19 est une sorte de symbole de notre imprévoyance. Tous les médecins savaient qu'une pandémie était possible, mais les politiques n'y ont pas cru, et les médecins eux-mêmes ont fini par estimer que la probabilité était tout de même très faible. Bref, maintenant, arrêtons de croire que les catastrophes planétaires sont improbables. C'est peu probable, mais l'enjeu est trop important, "la conscience de l'humanité pourrait être balayée".

Pas de réponse à ce message ???

C'est de la science-fiction.
avatar
Nostromo

Messages : 97
Inscrit le : 09/09/2018
Age : 25 Masculin
Localisation : Europe

Revenir en haut Aller en bas


@Nostromo a écrit:
@Argyre a écrit:

Pas de réponse à ce message ???

C'est de la science-fiction.
On croule sous les arguments avec toi Nostromo 🤡
Saturmir
Saturmir

Messages : 519
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum