Une mission de retour d'échantillon du sol de Vénus ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Rogozin, le directeur général de Roscosmos a déclaré :

"Je pense qu'il serait intéressant non seulement de faire atterrir un vaisseau spatial sur Vénus, mais aussi de ramener le sol sur Terre. Ce serait vraiment une percée dans les sciences spatiales fondamentales. Nous savons comment faire cela. J'ai déjà été informé des décisions du plan de conception technique pour cela"


Traduction de l'article :

La mission la plus proche de Vénus est prévue pour 2027-2029. Il devrait s'agir d'un projet conjoint russo-américain Venera-D. Cependant, il n'a pas encore reçu de financement du côté russe. Les scientifiques demandent 17 milliards 370 millions de roubles (200 millions d'euros) pour la mise en œuvre de la partie russe du projet au cours des 10 prochaines années. La partie américaine du projet Venera-D est estimée à peu près au même montant.

Dans le même temps, Rogozin ne sait pas si le retour d'échantillon du sol de Vénus sera organisé dans le cadre de la mission Venera-D ou dans le cadre de l'une des missions suivantes. Il a également déclaré qu'il préférerait une mission nationale à Vénus plutôt qu'avec les Etats-Unis. «Je préfère tout seul», dit-il.

Le responsable de Roscosmos considère que l'étude de Vénus est plus importante que l'étude de Mars, car elle peut aider à prévenir le développement de l'effet de serre sur Terre.
Il a rappelé que seuls les véhicules soviétiques avaient fait des atterrissages sur cette planète. Au total, l'URSS a réussi 10 atterrissages sur Vénus.

https://ria.ru/20200807/1575474087.html
Fabien0300
Fabien0300
Rédacteur-Donateur
Rédacteur-Donateur

Messages : 2210
Inscrit le : 23/10/2016
Age : 34 Masculin
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas


Aucun ergol ne supporterait les conditions thermiques qui règnent à la surface de Vénus, et un tir orbital direct depuis la surface impliquerait un rapport de masse gigantesque du fait de l'énorme trainée induite par la soupe atmosphérique vénusienne.
Même l'utilisation de ballons déployables successifs pour différentes pressions, pour s'extraire des couches denses de l'atmosphère afin de ne commencer la propulsion qu'à très haute altitude nous ramènerait approximativement aux conditions d'un tir orbital depuis la Terre, mais me semble être mission impossible... :scratch:
Et là j'imagine un simple RV orbital avec le vaisseau chargé de rapporter les échantillons...

Autre solution, placer un lanceur à capacités orbitales accroché à un gros ballon dans la haute atmosphère de vénus et remonter les échantillons via des ballons successifs adaptés aux différents paliers de pression. Ce premier rendez-vous ne serait déjà pas de la tarte, un tel lanceur accroché à son ballon serait très massif et je ne préfère ne pas aborder la question du prépositionnement de ce lanceur accroché à son ballon... Le deuxième RV (orbital celui-là) serait la partie la plus facile d'un tel scénario.

Pour résumer, une mission de retour d'échantillons depuis Mars serait une partie de plaisirs à coté de son homologue vénusienne.

_________________
Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages. (Carlo Dossi)
Une mission de retour d'échantillon du sol de Vénus ? 1458782828-discovey2001-terre
Henri
Henri
Modérateur
Modérateur

Messages : 4805
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 64 Masculin
Localisation : Strasbourg, France

http://goo.gl/GrrJMb

Revenir en haut Aller en bas


Déjà correction,  on sonde américaine a déjà fonctionné en surface de venus. Les sondes de Pioneer venus multiprobe , on survecu quelque temps après l impact mais était instrumenter pour étudier l atmosphère et non la géologie.

Pour le retour d échantillon,  sa fait plaisir d entendre un peut parler de venus en cette période si focalisé sur mars. 

Sur le plan technique,  il y a un projet de la NASA (venus sample return) et une version revisité par une équipe français (venus sample return revisited) , je peut pas vous coller de lien de PDF avec mon portable mais la version revisité impliqué un lanceur sous ballon (a ~50km d altitudes ) et des drones descendant en surface.  

Quand j aurais le temps j essaierais d intégration du retour d échantillon au projet moses(https://venautics.space/projet-dexploration-venusien/projets-en-cours/moses/) et vesper (https://venautics.space/projet-dexploration-venusien/projets-en-cours/vesper/)
phenix
phenix

Messages : 2066
Inscrit le : 22/02/2015
Age : 26 Masculin
Localisation : Hier:Ardèche Aujourd’hui:Marignane Demain:Vénus

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas


@Fabien0300 a écrit:Rogozin, le directeur général de Roscosmos a déclaré :

"Je pense qu'il serait intéressant non seulement de faire atterrir un vaisseau spatial sur Vénus, mais aussi de ramener le sol sur Terre. Ce serait vraiment une percée dans les sciences spatiales fondamentales. Nous savons comment faire cela. J'ai déjà été informé des décisions du plan de conception technique pour cela"


Traduction de l'article :

La mission la plus proche de Vénus est prévue pour 2027-2029. Il devrait s'agir d'un projet conjoint russo-américain Venera-D. Cependant, il n'a pas encore reçu de financement du côté russe. Les scientifiques demandent 17 milliards 370 millions de roubles (200 millions d'euros) pour la mise en œuvre de la partie russe du projet au cours des 10 prochaines années. La partie américaine du projet Venera-D est estimée à peu près au même montant.

Dans le même temps, Rogozin ne sait pas si le retour d'échantillon du sol de Vénus sera organisé dans le cadre de la mission Venera-D ou dans le cadre de l'une des missions suivantes. Il a également déclaré qu'il préférerait une mission nationale à Vénus plutôt qu'avec les Etats-Unis. «Je préfère tout seul», dit-il.

Le responsable de Roscosmos considère que l'étude de Vénus est plus importante que l'étude de Mars, car elle peut aider à prévenir le développement de l'effet de serre sur Terre.
Il a rappelé que seuls les véhicules soviétiques avaient fait des atterrissages sur cette planète. Au total, l'URSS a réussi 10 atterrissages sur Vénus.

https://ria.ru/20200807/1575474087.html

J'aime bien les Russes pour leurs exploits astronautiques passés. Mais il faut revenir aux évidences: l'astronautique russe et complètement absente des missions planétaires et leurs dernières (rares) tentatives n'incite guère à l'optimisme. Pour ma part, j'attends qu'ils réussissent à faire alunir Luna 25....
Lunarjojo
Lunarjojo
Donateur
Donateur

Messages : 2834
Inscrit le : 03/01/2008
Age : 67 Masculin
Localisation : Epinal

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum