[Northrop Grumman, Dynetics] Station privée (Projet CLD)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


https://news.northropgrumman.com/news/releases/northrop-grumman-signs-agreement-with-nasa-to-design-space-station-for-low-earth-orbit

Northrop Grumman vient de remporter 125,6 millions de $ dans le cadre de projet CLD qui doit sélectionner une station privée pour remplacer l'ISS à terme. Northrop Grumman a Dynetics comme partenaire, il y en aura d'autres annoncés à l'avenir. 
Le projet s'appuiera sur le véhicule cargo Cygnus, sur le véhicule d'extension de mission (MEV) qui était produit à l'origine par Orbital ATK qui a été racheté par NG ainsi que l'avant-poste d'habitation et de logistique qui servira pour la gateway lunaire.
La station pourra dans un premier temps accueillir 4 astronautes puis 8. (Un plus grand nombre est envisagé à l'avenir)
La conception de Northrop Grumman, utilisant des éléments éprouvés en vol, fournit les modules de base pour les capacités commerciales, notamment la science, le tourisme et la fabrication. De multiples ports d'amarrage permettront une expansion future pour prendre en charge les habitats analogiques de l'équipage d'exploration, les laboratoires, les sas de l'équipage et les installations capables de gravité artificielle.
La station a une durée de vie de 15 ans d'occupation permanente environ.
J-B
J-B

Messages : 531
Inscrit le : 17/11/2020
Age : 30 Masculin
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas


C'est mieux que la Space Reef, on dirait ! 

Ce qu'il faut pour une future station, c'est prévoir qu'elle puisse changer de forme, de destination (tourisme ou/et fabrication en microgravité ou/et observation de la Terre ou/et de l'espace, station service pour ailleurs ,etc), qu'elle puisse s'agrandir, se diviser.....Y aura-t-il de la place pour par exemple assembler de grandes structures comme le télescope LUVOIR ou un radiotélescope , ou des panneaux solaires pour envoyer sur terre de l'énergie par micro-ondes ?  Certaines options seront préférables à d'autres, mais ce qui compte c'est permettre ces options!
Raoul
Raoul

Messages : 2455
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 65 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas


Les USA ont essayé par le passé '' d’arrêter de tourner en rond " et de se projeter dans l'espace lointain. C'était le programme de Vision for Space Exploration des années Bush. 

L'ISS, la station chinoise, et encore des stations privées US. Tout ceci continue de tourner en rond. 

Pour les USA, il ne faut surtout pas arrêter de tourner en rond, au cas ou il serait pas possible de "revenir" sur la Lune en 2025. ça permettra de chauffer la marmite et de continuer à arroser le tissu industriel aérospatial US, c'était bien l'utilité n°1 de la station ISS pendant des décennies.

Quelques arguments dans ce sens à lire ici : 

https://www.thenewatlantis.com/publications/a-space-program-for-the-rest-of-us

[Northrop Grumman, Dynetics] Station privée (Projet CLD) Gggggg19

Traduction :


" Le président Ronald Reagan a annoncé les plans d'une station spatiale en 1984. Elle était censée être construite à temps pour le cinquantième anniversaire de Columbus en 1992, mais le premier élément matériel n'a même été lancé qu'en 1998. Mais personne n'a été licencié. Personne n'a perdu une élection parce que la station spatiale ne volait pas en 1992. Parce que ce n'était pas vraiment important d'avoir une station spatiale. Tout ce qui était important était d'avoir un programme de station spatiale, avec tout ce que cela impliquait pour des emplois dans tous les bons États et districts du Congrès. Pendant des années, le programme de la station spatiale a donné l'apparence d'une nation avançant dans l'espace même si nous ne faisions aucun progrès perceptible vers la construction d'une station spatiale.

En fait, le programme de la station spatiale a failli mourir en 1993, survivant à peine à un effort du Congrès pour y mettre fin, après quoi l'administration Clinton a transformé la station prévue en un outil de diplomatie. Comme l'a dit le vice-président Al Gore, le principal partisan de cette idée, la nouvelle Station spatiale internationale favoriserait la « coopération internationale ».

Sur un autre passage on peut lire ceci : 
" sans la catastrophe de Columbia en 2003, la NASA aurait continué à lancer des navettes spatiales sans interruption et à construire la station spatiale . . . . .une fois la station terminée, les décideurs politiques se seraient peut-être demandés ce que la NASA devrait faire ensuite...

Mais la navette Columbia a brûlé avec son équipage dans le ciel matinal du Texas, et même les plus ardents défenseurs de la navette spatiale ont dû jeter l'éponge et admettre que le moment était venu d'un changement majeur dans le programme spatial.

L'administration Bush a déterminé que la NASA avait besoin d'une nouvelle destination. Nous avions littéralement tourné en rond autour de la Terre pendant plus de trente ans ; il était temps de se diriger vers le cosmos. Il n'y a jamais eu de débat public bien informé sur ce que la NASA était censée faire une fois sur place – ce qui semblait important était simplement qu'elle ait un endroit où aller."
Bladerunner2020
Bladerunner2020

Messages : 612
Inscrit le : 16/05/2020
Age : 43 Masculin
Localisation : Vangelis State

Revenir en haut Aller en bas


Oui, bon, nous tournons en rond autour du Soleil, même pour aller vers Mars ou sur la Lune (avec la NRHO).....Donc c'est inévitable ! 
Bill Nelson aurait appelé ces stations des "destinations", je crois (important  comme nuance).

Ce qu'il faut en effet, c'est une station service dans l'espace (pas financée ni construite par la NASA) ! Sans carburant et comburant, pas de destinations en-dehors de l'orbite terrestre ! Il devrait y avoir une forte demande comme aussi pour nettoyer l'espace des débris qui y trainent. 
Demande suppose compétition, privatisation, réduction des coûts. 
Que les membres du congrès ne s'intéressent pas à l'espace et ne prennent aucune initiative à ce sujet, cela devrait leur revenir dessus ! Si une société privée, fût-elle installée dans un Etat autre que le leur, montrait de bons résultats, que cela coûte moins au contribuable, et que le chef de la NASA le leur montre, ils vont peut-être bien s'y intéresser, et accepter de délier les cordons de la bourse, surtout s'il y va du prestige  de leur pays! 
Le 21/11, j'ai rencontré Xavier Pasco aux Rencontres du Ciel et de l'Espace à Paris. Lui aussi a autrefois rencontré Lori Garver.
Raoul
Raoul

Messages : 2455
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 65 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas


Voici un rendu de la future station privée :

[Northrop Grumman, Dynetics] Station privée (Projet CLD) Northr10
Fabien
Fabien

Messages : 6369
Inscrit le : 23/09/2005
Age : 44 Masculin
Localisation : Paris (75)

Revenir en haut Aller en bas


Je ne vois pas pourquoi "tourner en rond" serait exclusif d'autres activités spatiales.
Tout est une question de coûts et de débouchés (qu'ils soient d'ordre financiers, scientifiques ou stratégiques).
Bladerunner a raison lorsqu'il dit que les US ne laisseront pas tomber leur secteur aérospatial, c'est une question stratégique de premier plan.

Il est cependant possible je pense d'y parvenir pour moins cher que ce qui a été fait sous Reagan et Clinton.
C'est d'ailleurs je pense la philosophe sous-jacente de la NASA avec ses partenariats public-privés. Payer une prestation à coût fixe et ne plus remplir un tonneau des danaïdes qui coûte "un pognon de dingue" sans être particulièrement efficient.
Par exemple, je pense qu'il est hors de question pour eux de revenir à une situation où ULA avait le monopole en facturant des lancements à 300 millions de $ pièce ou de déverser sans fin des tombereaux de dollars dans un programme type SLS.

La NASA n'a pas versé un kopeck de plus à Boeing pour le dérapage budgétaire et calendaire du Starliner. C'est la compagnie qui doit compenser sur ses propres deniers.
Pour ces stations, je pense qu'il en sera de même: la NASA paiera une somme à coût fixe pour une prestation. Si l'opérateur dérape, tant pis pour lui, c'est lui qui devra casquer pour compenser.
Avec évidemment le risque pour la NASA que le prestataire fasse défaut.
Et d'où l'intérêt de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et de financer plusieurs prestataires (au moins trois projets de stations spatiales privées si j'ai bien compté, plus Axiom Space qui doit s'amarrer à l'ISS).
C'est ce qu'elle a fait pour le programme CCDev en choisissant Boeing et SpaceX.

Et heureusement qu'elle l'a fait! Imaginez qu'elle n'ait sélectionné que Boeing et elle serait obliger d'employer un trampoline (#Rogozine).
Ce qui donne d'ailleurs en partie raison à Bezos dans le cas du HLS en soutenant qu'un seul prestataire comporte un risque en cas de défaillance. Mais là, ce n'est pas la faute de la NASA (qui voulait deux prestataires) mais du Sénat qui n'a pas voulu allonger la monnaie (No bucks, no Buck Rogers…).
Choros
Choros

Messages : 379
Inscrit le : 31/08/2021
Age : 41 Masculin
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum