La nouvelle station, les collisions et les traités internationaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Il es temps de revoir le traité de l'espace de 1967, hier !! 

Les chinois voudraient que le sécurité de leurs taïkonautes prime sur tout le reste. Le problème, c'est que les deux Starlinks évités de justesse ont été lancés AVANT la station chinoise et que les chinois devaient être parfaitement au courant des orbites de ces deux satellites !

Il y a certainement une grande partie des articles du traité existant qui valent toujours mais certains doivent être ajoutés ou d'autres amandés.

La Chine et son message à l'ONU
Raoul
Raoul

Messages : 2454
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 65 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas


L'ISS a été lancée avant les Starlink ..... la question posée est bien de savoir si le vol habité doit bénéficier de précautions particulières.

Mais ... cela mérite-t-il de se poser une telle question ?

Sauf peut-être si de riches touristes ont besoin d'un espace sécurisé (station ou capsule) pour faire des galipettes et des jeux de rôle .... Là la sécurité sera peut-être un problème. FB_reflechi
montmein69
montmein69

Messages : 19049
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Appliquer un genre de code maritime pour l'espace serait une solution simple, acceptable et applicable par tous. Pour rappel, c'est le plus manoeuvrant qui s'écarte, c'est à dire celui qui est le plus mobile, ce qui ferait que les stations seraient les plus prioritaires. Bien sûr en restant dans des limites raisonnables par exemple deux kilomètres autour des engins habités, et seulement 500 m autour des satellites normaux.
avatar
Anovel
Donateur
Donateur

Messages : 2317
Inscrit le : 03/10/2017
Age : 64 Masculin
Localisation : 62 Le Portel

Revenir en haut Aller en bas


Tu risques de générer des satellites volontairement peu manoeuvrant pour avoir la priorité sur ceux faisant des efforts.
ndiver
ndiver

Messages : 676
Inscrit le : 18/06/2013
Age : 37 Masculin
Localisation : Allemagne

Revenir en haut Aller en bas


Il y a un type de satellite pas cher qui est sans moyen de se mouvoir: les Cubesats. Il faudrait contraindre ceux qui les construisent de les doter de moteurs. Si c'est contreproductif, alors les placer sur des orbites vraiment très basses (pas plus de 6 mois de vie opérationnelle, par exemple).
Raoul
Raoul

Messages : 2454
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 65 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas


Raoul a écrit:
Les chinois voudraient que le sécurité de leurs taïkonautes prime sur tout le reste. Le problème, c'est que les deux Starlinks évités de justesse ont été lancés AVANT la station chinoise et que les chinois devaient être parfaitement au courant des orbites de ces deux satellites !

Sauf erreur de ma part, ces deux satellites Starlink n'étaient pas sur leur orbite opérationnelle, mais en phase de descente (vers une rentrée atmosphérique) ou de montée (vers l'orbite opérationnelle, après le lancement).
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 24166
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 48 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


montmein69 a écrit:L'ISS a été lancée avant les Starlink ..... la question posée est bien de savoir si le vol habité doit bénéficier de précautions particulières.

Mais ... cela mérite-t-il de se poser une telle question ?

Sauf peut-être si de riches touristes ont besoin d'un espace sécurisé (station ou capsule) pour faire des galipettes et des jeux de rôle .... Là la sécurité sera peut-être un problème.  FB_reflechi
La juriste qui écrit l'article est pour que les règles soient adaptées pour assurer la sécurité des personnes dans l'espace.  Mais pour le moment, si un satellite est identifié en toute transparence (ce qui est le cas de tous les Starlink) et sa trajectoire est connue, ce n'est pas très malin d'installer un engin habité qui va croiser le satellite. Je me demande si les modules chinois qui sont sur la proue de la station, sont blindés comme Columbus et Kibo.
Raoul
Raoul

Messages : 2454
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 65 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas


Raoul a écrit:
La juriste qui écrit l'article est pour que les règles soient adaptées pour assurer la sécurité des personnes dans l'espace.  Mais pour le moment, si un satellite est identifié en toute transparence (ce qui est le cas de tous les Starlink) et sa trajectoire est connue, ce n'est pas très malin d'installer un engin habité qui va croiser le satellite.

Dans ce cas, si vous accordez la priorité à ceux qui "étaient là les premiers", de quel droit Elon Musk s'est-il attribué ce domaine de l'orbite basse entre l'orbite initiale et l'orbite opérationnelle ? Juste parce qu'il en avait la capacité ?

La Chine aurait-elle dû demander à Elon Musk la permission d'exploiter une station spatiale sur un domaine de l'orbite basse dans lequel transitent les satellites Starlink ?
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 24166
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 48 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


Dans vos réflexions, n'oubliez pas que la Chine a aussi des projets de méga-constellations.

Il y a aussi le fait qu'une constellation comme Starlink défie le contrôle d'internet de la part des autorités chinoises. L'interconnexion laser entre les satellites et des terminaux importés illégalement, et les utilisateurs s'affranchiront du contrôle et de la censure chinoise.

Je vois plus là dedans une tentative de mettre des bâtons dans les roues de Starlink.
avatar
MrFrame

Messages : 649
Inscrit le : 11/10/2011
Age : 48 Masculin
Localisation : Mulhouse

Revenir en haut Aller en bas


David L. a écrit:
Raoul a écrit:
La juriste qui écrit l'article est pour que les règles soient adaptées pour assurer la sécurité des personnes dans l'espace.  Mais pour le moment, si un satellite est identifié en toute transparence (ce qui est le cas de tous les Starlink) et sa trajectoire est connue, ce n'est pas très malin d'installer un engin habité qui va croiser le satellite.

Dans ce cas, si vous accordez la priorité à ceux qui "étaient là les premiers", de quel droit Elon Musk s'est-il attribué ce domaine de l'orbite basse entre l'orbite initiale et l'orbite opérationnelle ? Juste parce qu'il en avait la capacité ?

La Chine aurait-elle dû demander à Elon Musk la permission d'exploiter une station spatiale sur un domaine de l'orbite basse dans lequel transitent les satellites Starlink ?
Il ne s'agit pas de "demander la permission", évidemment! Il s'agit du fait que la Chine connaissait la présence et les trajectoires de ces satellites Starlink.
Raoul
Raoul

Messages : 2454
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 65 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas


David L. a écrit:
Raoul a écrit:
Les chinois voudraient que le sécurité de leurs taïkonautes prime sur tout le reste. Le problème, c'est que les deux Starlinks évités de justesse ont été lancés AVANT la station chinoise et que les chinois devaient être parfaitement au courant des orbites de ces deux satellites !

Sauf erreur de ma part, ces deux satellites Starlink n'étaient pas sur leur orbite opérationnelle, mais en phase de descente (vers une rentrée atmosphérique) ou de montée (vers l'orbite opérationnelle, après le lancement).
C’est quand même cette remarque de David L. qui est àmha à prendre en considération !
C’est à celui qui installe son réseau ou retire de la circulation des satellites de son réseau de se débrouiller pour ne pas gêner les autres !
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11805
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 78 Masculin
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum