SLS block 1B (Orion Artemis-5) - 2028

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


https://twitter.com/Thales_Alenia_S/status/1599736251967733760
jassifun
jassifun

Messages : 3187
Inscrit le : 07/06/2007
Age : 35 Féminin
Localisation : Baden Baden

Revenir en haut Aller en bas


Je me posais la question : il est prévu de faire une expertise complète d'Orion I (celui qui revient de la Lune .... et en espérant qu'il sera récupéré après un amerrissage sans problème).
Il a aussi été signalé que les conclusions après ces expertises permettraient - si cela s'avère nécessaire - d'introduire des modifications dans les ESM suivants. Je ne crois pas qu'il était précisé si cela pouvait concerner le matériel, les softs ou les deux.
Mais de telles modifications (certes hypothétiques) ne pourraient-elles poser des difficultés/problème à être réalisées sur des ESM dont la construction est déjà fort avancée ou même terminée ?
montmein69
montmein69

Messages : 19589
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 71 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


montmein69 a écrit:Je me posais la question : il est prévu de faire une expertise complète d'Orion I (celui qui revient de la Lune .... et en espérant qu'il sera récupéré après un amerrissage sans problème).
Il a aussi été signalé que les conclusions après ces expertises permettraient  - si cela s'avère nécessaire - d'introduire des modifications dans les ESM suivants. Je ne crois pas qu'il était précisé si cela pouvait concerner le matériel, les softs ou les deux.
Mais de telles modifications (certes hypothétiques) ne pourraient-elles poser des difficultés/problème à être réalisées sur des ESM dont  la construction est déjà fort avancée ou même terminée ?

Toute comparaison a ses limites, mais il peut être intéressant de faire un rapprochement entre le programme ESM et le programme ATV qui l'a précédé.

Il est à noter que le deuxième ATV a volé presque trois ans après le premier. De la sorte, si le Jules Verne lancé en 2008 n'avait pas donné satisfaction, il aurait probablement été possible, sans se ruiner, de faire évoluer en profondeur certains systèmes du Johannes Kepler, entre 2008 et 2011. Cela étant, je ne sais pas à quel stade précis de fabrication en était le Johannes Kepler quand son aîné a pris la route de l'espace.

Je ne sais si ce calendrier "étiré" entre les deux premiers vols de l'ATV a résulté d'une volonté délibérée, ou si c'est dû à un enchaînement involontaire de circonstances. En tout cas, l'espacement entre les vols suivants s'est réduit (un peu plus d'un an entre un vol et le vol suivant). Hélas, il n'y a eu que cinq vols, on ne dispose donc pas de longues séries statistiques.

L'ATV n'a pas été vraiment ralenti par les retards de l'ISS, car au fond, s'il avait été prêt juste après le lancement de Zvezda, je ne vois pas ce qui aurait pu empêcher son utilisation. En revanche, l'ESM est complètement dépendant de la cabine Orion, qui elle-même ne pouvait pas voler sans le SLS. Donc, les retards considérables du SLS me semblent avoir conduit à la constitution d'une sorte de "stock" d'ESM. Le terme est un peu exagéré, car les Européens ont pu ralentir la cadence de fabrication au vu du report des échéances de vol du SLS, mais il n'en reste pas moins que la fabrication de plusieurs ESM était déjà bien avancée au moment du lancement d'Artémis 1.

En outre, il me semble que du fait des incertitudes de la politique américaine, il y a toujours eu durant ce programme une certaine crispation européenne, une crainte inavouée d'être brutalement débarqués du programme Orion par une décision d'un président américain populiste qui substituerait un module de service made in USA au module européen ESM. C'est pourquoi l'Europe me semble avoir craint de perdre sa place dans ce programme si elle ralentissait trop  la fabrication des ESM. 

Ce qui fait que oui, il y a certainement eu une prise de risque. Si le présent vol Artémis 1 se passait mal pour l'ESM, il faudrait peut-être envoyer à la casse les ESM actuellement en préparation. Heureusement, au vu des premiers retours du vol Artémis 1, rien ne laisse penser que l'on soit dans cette situation.

En matière spatiale, même s'il y a eu quelques contre-exemples, l'Europe est lente, mais fiable. Ce n'est pas comme SpaceX qui est rapide, mais ne peut pas progresser sans devoir agrandir ses "rocket garden". Tant pis pour les touristes, je ne pense pas que les ESM en cours de fabrication ou de test seront abandonnés pour finir dans un "rocket garden" à Toulouse. Mais c'est un sujet de débat pertinent.
PierredeSedna
PierredeSedna
Donateur
Donateur

Messages : 2331
Inscrit le : 24/08/2017
Age : 64 Masculin
Localisation : Région Ile-de-France

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum