Envie d'aller sur Mars ? C'est maintenant !

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Ils pourront aussi réviser toutes les connaissances déjà acquises sur Mars ainsi que leur mission martienne pour être fin prêt lors du débarquement: çà devrait déjà bien les occuper.
Au retour , ils pourront commencer certaines expériences sur les échantillons qu'ils ramèneront de Mars guider bien sûr par des scientifiques de la Terre. Tout çà et s'occuper de la maintenance de leur vaisseau, etc. Et si il leurs reste un peu de temps libre qu'ils commencent à écrire leurs mémoires. Non, ils n'auront vraiment pas de quoi s'ennuyer; je me demande même si il leurs restera suffisamment de temps libre. Et puis quant-même ,il y a tous les moyens numériques pour se distraire et puis quelques partis d’échecs ou de jeu de Go…
Rien à voir avec les conquérants des régions polaires de la fin du XIX et du début du XX enfermés dans des tentes de fortune ou des carcasses de navire en attendant la fin de la nuit polaire . Il faut penser à ce que ces hommes ont endurer et vraiment en quoi une expédition vers Mars serait insurmontable car de tels hommes ils en existent encore.
Rappelons- nous le courage admirable d’Amundsen et surtout de son concurrent malheureux Scott :

http://www.linternaute.com/histoire/annee/evenement/1912/1/a/47969/robert_scott_atteint_le_pole_sud.shtml

Le britannique Robert Scott et ses quatre compagnons rejoignent le pôle sud, 33 jours après leur départ. A leur arrivée, la déception est totale : ils y découvrent la tente de l'équipe de Roald Amundsen sur laquelle flotte le drapeau norvégien.

Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11188
Inscrit le : 15/04/2006

Revenir en haut Aller en bas


Le mensuel Science et Vie du mois de mai, discute dans un assez long article intitulé "Objectif Mars : trois ans d'angoisse dans l'espace" des questions qui se posent sur la capacité d'un équipage à résister psychologiquement à "rester trente-six mois coupés de tout".
Un avis mesuré mais qui ne privilégie pas l'optimisme à tout crin est exprimé.
Eviter l'ennui et une probable (selon l'auteur) difficulté de trouver des activités passionnantes pendant le voyage figurent dans les obstacles à résoudre pour éviter la gamberge et les "pétages de plomb"

L'article s'intéresse aussi à ce que pourrait être l'équipage idéal en terme de nombre, de mixité aussi bien homme-femme que culturelle/ nationalité.

On trouve aussi en page 154 un interview d'un chercheur Djamel Mekamia qui a séjourné dans la base Antarctique Concordia et fait part de son expérience et en quoi c'est un bon test pour un voyage martien. Il précise que les conditions dans cette base donne des indications précieuses sur l'impact psychologique , et cela bien que cela soit fort éloigné -en mieux (chambres individuelles, liaisons avec l'extérieur assez faciles .. etc ...) de ce que serait un voyage vers Mars.
montmein69
montmein69

Messages : 18027
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


C'est certain qu'un voyage vers Mars sera difficile d'ailleurs plus au niveau psychologique que physique.
Mais sur les six milliards d'hommes qui peuplent notre planète et peut-être neuf milliards quand l'heure d'aller sur Mars aura sonné, on trouvera bien les personnes adéquates; surtout que si on remonte dans le passé ,on trouve des explorateurs qui n'ont pas craqué dans des conditions bien pires.
Pour des gens à l'esprit rationnel comme j'espère , on les choisira , la distance à la Terre qui pourra atteindre plus de cent millions de km ou le temps nécessaire pour revenir qui pourra dépasser l'année ne les impressionnera moins que si ils étaient enfermés dans la carcasse d'un sous-marin à 500m de la surface : en effet ils savent très bien qu'une EVA pour réparer leur astronef par eux-mêmes est quant-même plus facile qu'une sortie à - 500m sous une pression de plus de 5 méga pascals. Bien sûr ils sauront qu'ils ne pourront compter que sur eux-mêmes , mais quant- même avec les conseils de toute l'équipe au sol et même si les délais de transmission se comptent en minutes, ils ne se sentiront pas si seuls que çà. Bien sûr si l'urgence est de l'ordre de quelques secondes tout sera irrémédiable...mais alors là c'est pareil sur notre Terre.

Par contre ce qui me semble aberrant , c'est d'imaginer qu'ils vont " mourir d'ennui "
Ils auront déjà pas mal affaire avec la surveillance et l'entretien...et il y a toujours possibilité d’avoir des activités artistiques et intellectuelles: l'équipage ne sera pas composé de gens frustes !
Ces expériences que l'on programme où on fait tout pour priver les personnes de distraction ne peuvent pas correspondre à la réalité d'un tel voyage.


Dernière édition par giwa le Mar 6 Mai 2008 - 14:44, édité 1 fois
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11188
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Revenir en haut Aller en bas


@doublemexpress a écrit:Je leur souhaite aussi des "quartiers" individuels .... histoire qu'ils se sentent 'chez eux' et puissent à l'occasion s'isoler ....

Ca, c'est un souhait qui a 100% de chance d'être exaucé, pour peu qu'un tel voyage soit organisé un jour ....

A+,
Argyre
Argyre
Argyre

Messages : 3386
Inscrit le : 31/01/2006
Age : 55 Masculin
Localisation : sud-ouest

Revenir en haut Aller en bas


Tout à fait d'accord ! je voulais simplement insister que ces simulations pour être réalistes doivent permettre aux "cobayes" d'avoir des possibilités de se distraire mais avec d'autres types d'activités que celles des lofts car l'équipage choisi pour aller vers Mars ne sera pas constitué du bas de gamme ou alors çà serait à désespérer de l'Humanité et dans ce cas la conquête de l'Espace n'aurait même plus de sens.
Effectivement il serait bien que des talents artistiques se trouvent dans l'équipage et que tous ses membres soient d'une vie intérieure riche et aussi respectueux des autres.
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11188
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Un article récent de Cosmos magazine :

http://www.cosmosmagazine.com/features/print/2021/next-stop-mars?page=0%2C2

Il faut juste reveir manuellement à la première page. Le lien colle directement à la page 3. C'est les vacances : on a donc le temps de lire . LOL
avatar
Ripley

Messages : 1999
Inscrit le : 07/09/2006
Age : 65 Masculin
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas


Pour éviter d'ouvrir un nouveau post , je pose ma question ici : a t-on une estimation du nombre d'années minimum avant de pouvoir envisagé un voyage ( aller-retour ) sur Mars ?

J'ai entendu parler de 2030 ... ?
Marcus
Marcus

Messages : 140
Inscrit le : 06/04/2008
Age : 29 Localisation : Voie lactée

Revenir en haut Aller en bas


Tu as déjà des évaluations et pronostics sous forme d'un sondage mêlant rêve, affect et argumentation ici :

https://www.forum-conquete-spatiale.fr/mars-et-ses-lunes-f34/sondage-le-premier-pas-sur-mars-t3145.htm
montmein69
montmein69

Messages : 18027
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@Marcus a écrit:Pour éviter d'ouvrir un nouveau post , je pose ma question ici : a t-on une estimation du nombre d'années minimum avant de pouvoir envisagé un voyage ( aller-retour ) sur Mars ?

J'ai entendu parler de 2030 ... ?

Tu demandes bien le minimum ?
En fait, le nombre d'années minimum dépend d'un certain nombre d'hypothèses.
Par exemple, si on autorise l'hypothèse qu'il y ait soudain une course entre Américains et Européens ou et Chinous ou et Russes (ce qui n'est pas complètement absurde, il suffit seulement d'une décision politique), et si on estime possible que l'investissement soit du même ordre que lors de la course à la Lune (ça, c'est moins plausible vu la conjoncture économique actuelle), alors, ce minimum doit pouvoir être du même ordre qu'à l'époque Apollo. Ca fait donc une dizaine d'années à partir de ... demain matin, en espérant que cet après-midi il y ait un discours fracassant de la part d'un homme politique permettant d'enclencher le processus !
Evidemment, aller sur Mars requiert plus de maîtrises technologiques que pour aller sur la Lune. Néanmoins, sur certains points, nous sommes bien plus avancés aujourd'hui que lors de la course à la Lune (par exemple, il n'y a pas de doute qu'on saurait construire la fusée qui ferait le voyage). Donc, l'un dans l'autre, l'effort global est sans doute comparable, du moins c'est mon avis.
A noter que c'est également l'avis de Zubrin, président de la Mars Society, qui n'a eu de cesse d'expliquer dans ses discours et dans son livre (Cap sur Mars) qu'un tel voyage pouvait être réalisé d'ici 10 ans.

A+,
Argyre
Argyre
Argyre

Messages : 3386
Inscrit le : 31/01/2006
Age : 55 Masculin
Localisation : sud-ouest

Revenir en haut Aller en bas


@Marcus a écrit:Pour éviter d'ouvrir un nouveau post , je pose ma question ici : a t-on une estimation du nombre d'années minimum avant de pouvoir envisagé un voyage ( aller-retour ) sur Mars ?

J'ai entendu parler de 2030 ... ?

Tu as bien entendu ! :D

http://www.lpi.usra.edu/meetings/leag2007/presentations/20071001.drake.pdf
avatar
Ripley

Messages : 1999
Inscrit le : 07/09/2006
Age : 65 Masculin
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum