La science à bord de l'ISS

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Mer 26 Aoû 2009 - 18:13


Excellent document, je me permets de fusionner avec le sujet dédié à la science à bord de l'ISS.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Jeu 10 Sep 2009 - 21:20


@Commander Ham a écrit:Voici un PDF ENORME (250 pages - 5,7Mo) qui compile toutes les recherches effectuées sur l'ISS entre 2000 et 2008. C'est très intéressant et bourré de photos inédites. Par contre, attention, anglais !
J'avoue que j'ai lu en diagonale (verticale ?), mais qui a dit que l'ISS ne servait à rien pour la recherche :P
Les photos à elles seules justifient le parcours de ce document.

http://ston.jsc.nasa.gov/collections/TRS/_techrep/TP-2009-213146-Revision%20A.pdf
La NASA vient de publier une nouvelle, mais le PDF semble être le même que celui du JSC :
http://www.nasa.gov/home/hqnews/2009/sep/HQ_09-203_ISS_Science_Report.html

edit : bon je confirme, c'est le même doc
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Lun 19 Oct 2009 - 22:36


Nicole stott viens de récolter les premières fleures de l'espace a bord de l'ISS!

Il s'agit de la arabidopsis:

Latin "arabis": De Arabia, Arabie : plantes croissant souvent dans des terrains secs et sablonneux, comme les déserts d'Arabie." (Flore de Hippolyte Coste) Grec "opsis", aspect : port d'un arabis" (Flore de Paul Fournier)
Actuellement, le genre Arabidopsis présente neuf espèces et huit sous-espèces supplémentaires reconnues. Cette classification est assez récente et est basée sur les études phylogéniques morphologiques et moléculaires de O'Kane & Al-Shehbaz (1997, 2003).

Leurs analyses confirment que les espèces auparavant classées dans le genre Arabidopsis étaient polyphylétiques. La reclassification la plus récente repositionne deux espèces jadis placées dans les genres Cardaminopsis et Hylandra et trois espèces d’Arabis dans le genre Arabidopsis, mais exclut 50 espèces qui ont été reclassées dans les nouveaux genres : Beringia, Crucihimalaya, Ianhedgea, Olimarabidopsis, Pseudoarabidopsis,… (voir liste ci-dessous)

Toutes les espèces d’Arabidopsis sont indigènes à l'Europe, alors que deux des espèces ont de vastes aires de répartition s'éténdant également dans l’Amérique du Nord et l’Asie.

Depuis les années 1980, Arabidopsis thaliana s'est élevée au rang d'organisme modèle utilisé dans la communauté scientifique pour les études génétiques et de biologie moléculaire. Cette petite plante présente un petit génome (environ 120 Mb) dont la séquence d'ADN de ces cinq chromosomes est entièrement connue depuis 2000.

Les humains qui voyageront dans l'espace pour une longue période de temps auront besoin de cultiver des plantes comme sources de nourriture renouvelables. La diète des astronautes sera principalement composée de celles-ci. L'apesanteur dans l'espace rend difficile la croissance des plantes. C'est pourquoi leur choix devra être judicieux : elles devront être résistantes, compactes et savoureuses. Elles devront être faciles à polliniser, avoir un court cycle de vie et fournir facilement des graines pour la reproduction.

Les scientifiques choisiront des plantes dont toutes les parties pourront être mangées ou utilisées. Compte tenu de la durée du voyage, les plantes seront utiles pour absorber le dioxyde de carbone, produire de l'oxygène, permettre des expériences, servir de ressource alimentaire et être agréables pour les astronautes. Elles pourront aussi être utilisées pour filtrer l'eau et l'air, ainsi que pour le traitement des déchets.

Les racines des plantes ont besoin d'un minimum d'eau et d'éléments nutritifs pour croître adéquatement. Sur Terre, les plantes reçoivent l'eau et les éléments nécessaires par le sol. Malheureusement, le sol cause trop de poussière pour qu'on puisse penser en amener dans un vaisseau spatial. Les scientifiques recherchent d'autres moyens pour fournir l'eau et les éléments nutritifs nécessaires aux plantes. Les plantes prennent leur énergie de la lumière afin de produire des matières organiques tirées de l'air, de l'eau et des minéraux.

En attendant une éventuelle utilisation sur Mars, une unité de culture devrait être envoyé sur la Station Spatiale Internationale pour des tests d'une durée de 4 mois. Les herbes, salades et légumes cultivés pourront être consommés par l'équipage, même s'il cela ne suffira pas à leur repas.

Nicole a ausi mangée des pamplemous cultivés a bord d'ISS elle en est contente.

La science à bord de l'ISS - Page 2 Planche
avatar
Sidjay

Messages : 17121
Inscrit le : 05/04/2009
Age : 41 Masculin
Localisation : R.P

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Mar 20 Oct 2009 - 18:37


L'expérience WAICO sur l'arabidopsis (c'est je crois une sorte de cresson qui pousse dans l'eau) a été commencée en mars 2008.
La science à bord de l'ISS - Page 2 31461510

Donc on progresse doucement dans ce domaine.
On ne saura pas avant un certain temps maitriser ces techniques afin qu'elles soient susceptibles d'apporter un indispensable apport de produits frais à l'alimentation d'un équipage qui voyagerait plusieurs mois ou années..

Donc on est bien contraint de continuer à chercher ... et de faire preuve de patience.


Nicole a ausi mangée des pamplemous cultivés a bord d'ISS elle en est contente.

Cette histoire de pamplemousses me surprend un peu ??? Cela me parait autrement compliqué à faire pousser des arbres fruitiers ???
montmein69
montmein69

Messages : 18725
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Mar 20 Oct 2009 - 18:41


oui moi aussi je t'avoue pourtant c'est bien elle qui l'a dit!
avatar
Sidjay

Messages : 17121
Inscrit le : 05/04/2009
Age : 41 Masculin
Localisation : R.P

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Mar 20 Oct 2009 - 19:08


Elle a peut-être dégusté ceux qui ont été livrés par le Progress ???? Cela serait plus cohérent.
montmein69
montmein69

Messages : 18725
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Mer 21 Oct 2009 - 19:08


@montmein69 a écrit:Elle a peut-être dégusté ceux qui ont été livrés par le Progress ???? Cela serait plus cohérent.

Oui bien sûr! Des fruits frais sont acheminés à chaque vol de Progress. Au moins autant pour le fruit lui-même que pour le moral des troupes...
patchfree
patchfree
Donateur
Donateur

Messages : 6139
Inscrit le : 19/04/2007
Age : 66 Masculin
Localisation : Poitiers

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Ven 18 Déc 2009 - 22:53


La pomme de terre péruvienne sera cultivée dans l'espace.
De quoi donner la frite aux occupants :lol!:
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Sam 19 Déc 2009 - 13:44


Etude du bois de réaction
ou comment les arbres font du bois.
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Jeu 24 Déc 2009 - 19:08


Les papillons de l'espace


C'est à l'initiative de l'université du Colorado qu'est menée la mission "Butterflies in Space" ("Papillons dans l'espace"). Celle-ci vise à observer le développement de papillons de la chenille à l'adulte, en apesanteur à l'intérieur de la Station spatiale internationale (ISS).
Menée en collaboration avec le National space biomedical research institute (NSBRI, Institut national de recherche biomédicale spatiale) et le Baylor College of Medicine (BCM, Collège de médecine de Baylor), cette expérimentation est la première du genre menée dans l'espace. Des larves de papillons âgées de 6 jours ont été envoyées sur l'ISS pour s'y développer. Passant du stade de chenille à celui de chrysalide, elles ont donné naissance à de splendides spécimens adultes. Depuis le 10 novembre dernier, date de leur éclosion, les papillons ont appris à ne plus voler, et à se déplacer uniquement en marchant. Stefanie Coutryman, dirigeant l'expérience, explique : "Ils ont appris très rapidement à ne plus voler car quand ils essaient, comme il n'y a pas de gravité pour les stabiliser, ils chutent."

Fin de citation ( Curieuse cette phrase : comme il n'y a pas de gravité pour les stabiliser, ils chutent)

Malheureusement la durée de vie de ces papillons est courte:
http://news.discovery.com/space/space-butterflies-dead.html
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty l'ISS

Message Sam 26 Déc 2009 - 10:38


bonjour,

Tous ceci est très joli je voudrais cependant signaler que deux astronautes ont " grossis " dans l'espace ! Allan Shepard et Eddie Dewin !
Concernant les expériences elles sont surtout basées sur l'homme, comme l'exposent ici les divers membres, il faut souligner qu'en matière de médicament et autres expériences technologiques ont tourne en rond et le dernier rapport de Tiyourine l'explique !.

La question est quand même : l'homme est-il fait pour vivre dans l'espace ? à priori oui mais... !

je pense aux futurs astronautes qui seront amenés a partir sur Mars, deux ans (voir plus) dans quelles conditions seront ils à leur retour ?. je sais aussi que l'on envisage des séjour encore plus longs !.

Va t-on alors générer un nouveau type d'homme ?, peut on envisager d'aller coloniser une nouvelle planète connaissant le comportement du corps humain soumis aux radiations et à l'impesenteur ?

Voila me semble t-il des questions à se poser.

Fort est de constater que toutes les promesses faites, pour justifier les vols en orbite, sont loin d'être positives tout comme l'était celles faites pour le shuttle. :?:
Tchaika
Tchaika

Messages : 65
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 77 Masculin
Localisation : Indre

http://space.academy.europe.overblog.com

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Sam 26 Déc 2009 - 11:15


@Tchaika a écrit:bonjour,

Tous ceci est très joli je voudrais cependant signaler que deux astronautes ont " grossis " dans l'espace ! Allan Shepard et Eddie Dewin !

Si je ne m'abuse... il y avait aussi Mitchell, le second de Shepard pour Apollo XIV

Source : http://history.nasa.gov/SP-4029/Apollo_18-44_Crew_Weight_History.htm

Cordialement
Apolloman
Apolloman
Donateur
Donateur

Messages : 11605
Inscrit le : 20/04/2006
Age : 46 Masculin
Localisation : Lédignan (30 Gard) France

http://www.de-la-terre-a-la-lune.com/

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Dim 27 Déc 2009 - 16:45


@Antares101 a écrit:Une expérience sur les radiations dans l'espace a été réalisée ce mercredi 18 par le cosmonaute Yuri Lonchakov dans Zvezda avec le Matroschka R-Phantom (ESA) simulant les tissux et la densité d'un torse humain (comme en radiothérapie).

La science à bord de l'ISS - Page 2 320038main_iss018e040944
La science à bord de l'ISS - Page 2 320033main_iss018e040939
Travaillant dans le domaine des rayonements ionisants, si quelqu'un sait oû je pourrai trouver des données sur l'expérience, cela m'intéresse merci :)

Suraev s'occupe lui aussi de ce personnage:
lien vers le blog de Suraev

Plus d'infos sur le site de l'ESA
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas


Puisqu'on parle de radiations dans l'espace et de Souraev qui est chargé de Matroshka et des recherches sur les effets des rayonnements sur les organismes, je vais faire un commentaire sur une page de son "journal" qui a été reproduite dans le magazine FCS n° 1 et dont le ton et le contenu m'ont choqué.
C'est la page 101 où il déclare:

Apparemment le Soleil fait des siennes, la Terre redoute des tempêtés magnétiques. Donc les cosmonautes à bord de l'ISS devraient être les premiers à en ressentir les effets. En ce qui me concerne personnellement, je déclare haut et fort : je ne sens rien ! Ma tension est normale, les capacités physiques et intellectuelles aussi,

Il nie "haut et fort" que les rayonnements dus au tempêtes magnétiques (et les vents de particules solaires éjectées) soient dangereux. Dit sous cette forme (et sous réserve de traduction imprécise) cela me parait assez irresponsable.

- soit l'ISS est bien protégée, les boucliers arrêtent les rayons efficacement , la zone de confinement qu'ils utilisent en cas de burst solaire est un bunker très efficace .....mais alors il faut le dire.
- ou bien il reçoit les rayons mais n'en ressent pas les effets (on sait que cela ne se produit qu'après un certaine durée d'exposition, cela dépend du cumul, on ne ressent pas les effets tout de suite). Donc il fait le bravache, vis-à-vis des lecteurs auxquels il s'adresse, qui ne sont pas forcément compétents dans ce domaine (enfants notamment) et c'est tout aussi irresponsable.
Les dangers existent, la dose cumulée est soigneusement vérifiée avec des dosimètres (surtout en cas d'EVA) et les missions restent courtes (3 mois). On laisse beaucoup de temps aux astronautes pour se "régénerer" après une fin de mission et avant de les faire revoler. Il faut le dire et il ne l'a pas fait.

Il me semble qu'un petit encart dans le Mag aurait été le bienvenu pour relativiser les propos de Suarev et commenter les effets des rayons d'un point de vue scientifique.
montmein69
montmein69

Messages : 18725
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty à bord de l'ISS

Message Mer 20 Jan 2010 - 8:56


Je pense comme vous qu'il y a un peu d'intox ! on sait pertinamment que le rayonnement est dangereux !et cela m'a déja donné l'occasion de soulever ce problème lors du vol vers Mars ! deux ans hors protection de notre bonne vieille planète Terre! :shock:
Tchaika
Tchaika

Messages : 65
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 77 Masculin
Localisation : Indre

http://space.academy.europe.overblog.com

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Jeu 21 Jan 2010 - 13:52


Je choisi ce sujet "La science à bord de l'ISS" pour proposer -20100121-[ACTU-station_spatiale_:_un_possible_sursis_jusqu_en_2020]]ce lien concernant un article de Futura-sciences de ce matin ; ceci pour ceux d'entre vous que ça intéresse ;)
chrisengel
chrisengel

Messages : 181
Inscrit le : 08/10/2009
Age : 79 Masculin
Localisation : SAINT-BRICE SOUS FORÊT

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Sam 23 Jan 2010 - 10:51


Publication en ligne des résultats de MAXI

La JAXA annonce dans un communiqué de presse du 13 janvier que les données du moniteur MAXI (Monitor of All-sky X-ray Image) ont été rendues publiques et sont disponibles sur internet. MAXI est une expérience réalisée sur la Station Spatiale Internationale. Elle représente la première expérience entreposée sur la plateforme extérieure du module expérimental japonais Kibo, qu'elle a rejoint à bord du cargo HTV (H-IIB Transfer Vehicle) en juillet 2009. MAXI est un détecteur à rayons X disposant de deux caméras à haute sensibilité.


La science à bord de l'ISS - Page 2 62011_10

MAXI surveille toutes les 96 minutes (ce qui représente une rotation de la Station Spatiale Internationale autour de la Terre) la variabilité de plus de 1000 sources de rayonnement X dans l'Univers et sera capable de passer en revue tout le ciel en quelques mois. Ces données doivent permettre d'approfondir les connaissances sur les trous noirs ou encore sur les étoiles à neutrons. MAXI doit poursuivre ses opérations pendant les deux ans à venir. Les données sont diponibles en temps réel et un système d'alerte est capable d'informer les chercheurs de tout phénomène digne d'intérêt. MAXI est un projet financé par le RIKEN, un organisme public de recherche, qui avait proposé cet instrument à la JAXA.

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/62011.htm
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Sam 23 Jan 2010 - 11:02


Article de la JAXA sur l'expérience MAXI:

http://www.jaxa.jp/press/2009/11/20091126_maxi_e.html

La science à bord de l'ISS - Page 2 Wincli12
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Dim 24 Jan 2010 - 11:31


En vidéo : les liquides magiques de l'ISS:

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/physique-1/d/en-video-les-liquides-magiques-de-liss_22299/

En gravité zéro, les liquides adoptent des comportements parfois surprenants. Physiciens et chimistes s'y intéressent pour chercher de nouveaux alliages ou pour produire de nouvelles substances. Ces phénomènes sont aussi d’excellents exemples de physique amusante et peuvent même illustrer comment se forment les planètes.
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Ven 29 Jan 2010 - 18:12


Enquête sur les effets des vibrations dans les liquides

La science vole haut à bord de l’International Space Station. L’expérience 'SODI-IVIDIL', de la taille d’une boîte de chaussures, qui se trouve dans le laboratoire européen Columbus a déjà produit pour les chercheurs des milliers d’images fascinantes sur un phénomène de tous les jours : l’influence des vibrations sur le mélange de solutions liquides.

Suite de l'article

La science à bord de l'ISS - Page 2 Sodi_i10
Frank De Winne installant l'expérience SODI dans la Microgravity Science Glovebox du module européen Columbus
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Ven 29 Jan 2010 - 21:55


Je n'ai pas l'impression que ce document de la NASA ait été cité dans le fil :

Une description rapide des équipements scientifiques installés dans la station spatiale actualisée à 2009 : research in space Facilities on the International Space Station
avatar
Pline

Messages : 1077
Inscrit le : 06/05/2009
Age : 66 Masculin
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Sam 30 Jan 2010 - 11:04


intéressant ces documents Pline et Fan de Ducrocq
[modération]


Dernière édition par tatiana13 le Sam 9 Oct 2010 - 23:54, édité 1 fois
avatar
tatiana13

Messages : 6125
Inscrit le : 25/06/2009
Age : 72 Féminin
Localisation : galaxie

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Ven 5 Fév 2010 - 15:40


Longue vie et prospérité, Xanthoria elegans

La science à bord de l'ISS - Page 2 Xantho10
Elegans Xanthoria sur Exposé-E a été recueillie dans les montagnes de l'Espagne

Traduction automatique:

L'espace est un environnement hostile pour les êtres vivants, mais de petits organismes sur l'Exposé-E unité expérimentation en dehors du module ISS du laboratoire européen Columbus ont résisté le rayonnement solaire UV, les rayons cosmiques, de vide et des températures variant de 18 mois. A certain lichen seems to be particularly happy in open space! Un lichen certains semble être particulièrement heureux dans un espace ouvert!

Ici, sur Terre, les organismes vivants se trouvent presque partout, depuis les abîmes des océans aux sommets des montagnes les plus élevées. Même les déserts extrêmement sec et les glaciers froids de soutien quelconque de la vie.

Des données récentes provenant d'échantillons de météorites martiennes fournir des preuves plus solides que la vie pourrait avoir existé au sein de notre planète voisine aussi, ainsi peut-être il ya aussi une certaine forme de vie sur la surface rouge de Mars.

Pour savoir comment nos organismes terrestres survivent dans des conditions spatiales, l'ESA a appuyé la recherche astrobiological depuis plus de 20 ans. «Le but est d'accroître nos connaissances sur l'origine, évolution et adaptations de la vie et aussi fournir une base expérimentale pour des recommandations pour la protection de la planète", déclare René Demets, une biologiste travaillant dans le SEC.

Exposer

Le transporteur la plus récente expérience a été Expose-E, lancé vers la Station spatiale internationale (ISS) en Février 2008 à bord de la navette spatiale Atlantis et ramenés sur Terre par la navette spatiale Discovery Septembre dernier.Un total de 664 échantillons biologiques et biochimiques ont été exposés à l'espace de 18 mois.

Expose-E est une valise de taille boîte divisée en deux couches de trois plateaux d'expérimentation, contenant chacun quatre évidements carré. Tous, sauf deux de ces 12 boîtes de tenir une série d'échantillons biologiques ou biochimiques dans de petits compartiments.

Deux des trois plateaux ont été directement exposés au vide de l'espace et le troisième a gaz à l'intérieur, en simulant l'atmosphère martienne mince composée principalement de dioxyde de carbone. La fenêtre de protéger l ' «échantillons martiens" a également eu un filtre optique imiter le spectre solaire sur la surface martienne. Deux couches de plateaux expérience similaire ont été utilisées, d'en avoir une couche au-dessus exposés à la lumière solaire et un autre dessous dans l'ombre.
Un transporteur presque identique expérience, expose-R, reste à l'ISS, où il est installé sur la partie russe de la station.

Il vaut mieux être sec

Expose E-échantillons ont été fournis par huit groupes scientifiques internationaux et le projet est coordonné par le Centre des Utilisateurs de soutien en microgravité (MUSC) au Centre aérospatial allemand (DLR) en vertu du programme européen pour la vie et sciences physiques et les applications utilisant la Station spatiale internationale ( ELIPS) de l'ESA, de la Direction des Vols habités.Les groupes de recherche sont en train d'examiner les échantillons et les ont publié certains résultats préliminaires scientifique.

«Ces lichens Xanthoria elegans ont été effectuées sur Exposé-E et ils sont les survivants savent mieux que nous», explique Demets. Lichen est une sorte d'organisme composite macroscopique d'un champignon et un partenaire photosynthétique qui est typiquement algue ou cyanobactérie.

«Ces services peuvent être trouvés habituellement dans les endroits les plus extrêmes sur Terre.Quand ils sont mis dans un environnement qui ne leur plaît pas, ils se mettent en mode "arrêt" et attendre de meilleures conditions.Une fois que vous les remettre dans un environnement adéquat et de leur donner un peu d'eau, ils portent seulement sur la vie comme avant. "

La question clé est de l'eau: elle est presque immédiatement vaporisé dans le vide de l'espace. Seuls les organismes anhydrobiotic, qui sont secs et capable de supporter de longues périodes dans des conditions extrêmement sèches, ne peut survivre sous vide de l'espace. En dehors de lichens, seuls quelques animaux et les plantes peuvent résister au vide: l'eau des ours, des crevettes de mer et les larves de la cécidomyie africaine Vanderplank Polypedilum sont les seuls animaux connus pour survivre espace ouvert. Some dried plant seeds are also dry enough. Quelques graines de plantes séchées sont également assez sec.

Autres risques dans l'espace sont les modifications répétées de température extrêmes et les radiations. "Le rayonnement est un grand danger pour la vie dans l'espace", explique Demets."Les rayons cosmiques sont très énergiques et ionisants, mais le plus dommageable est la dure du rayonnement UV du Soleil.Ici, sur le terrain, les UV-C est utilisé principalement dans les applications où il faut tuer les bactéries. "Avec le temps les effets des particules à haute énergie, les rayons X et gamma sont plus importants, car ils détruisent l'ADN et causer des mutations génétiques.

Space-bugs en voyage?

MUSC procède à une simulation au sol en parallèle d'exposer des échantillons similaires, les mêmes paramètres environnementaux dans l'espace, à l'exception de la faible gravité et des radiations ionisantes. «Cette simulation va durer tout au long de toute la mission et après cela, nous recevrons les résultats définitifs», explique Demets. “«Je ne peux pas attendre ce moment, parce que nous savons déjà que nous aurons des résultats intéressants."

Le fait que les organismes vivants ne survivent dans un espace ouvert qui semble corroborer l'idée de la panspermie - la vie propagation de planète à l'autre, ou même entre les systèmes solaires."L'extrémité libre de cette théorie est maintenant arrivée à une planète, car aucun être vivant ne peut survivre à l'entrée de feu grâce à une atmosphère", Demets dit."Mais peut-être au fond d'une space-rock les conditions sont meilleures. C'est pourquoi nous pensons aujourd'hui d'une expérience d'astrobiologie impliquant un retour à la Terre ".
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Ven 5 Fév 2010 - 19:38


Retombées de la recherche de l'ISS : Payoffs From ISS Research

traduction automatique :

Nous mai savons pas encore quelle sera la connaissance la plus importante tirée de l'ISS, mais nous savons qu'il y a des découvertes étonnantes sur le chemin! Plusieurs brevets récents et des partenariats ont déjà démontré les avantages de la Terre de l'investissement du public dans la recherche de l'ISS. Début de réalisations de recherche, tels que ceux identifiés ici, nous donnent des conseils sur la valeur d'un ISS entièrement utilisé après l'assemblage est terminé.

La science à bord de l'ISS - Page 2 Iss-110La science à bord de l'ISS - Page 2 Iss-210
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Ven 5 Fév 2010 - 20:11


Comme précisé par Tatiana sur Ce Fil (elle y donne d'ailleurs ce lien : http://smsc.cnes.fr/CARDIOMED/Fr/ ), Progress M-04M, lancé le 3 février, amène l'expérience CARDIOMED sur l'ISS.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/espace/20100203.OBS5720/comprendre_et_prevenir_les_troubles_vasculaires_sur_ter.html

Un dispositif de monitoring cardiaque mis au point par l’agence spatiale française (CNES) va être envoyé à bord de la Station spatiale internationale. Il va permettre aux médecins russes de suivre l’état de santé des cosmonautes en temps réel, et d’effectuer des recherches sur le système cardio-vasculaire sur Terre, pour pouvoir mieux comprendre les problèmes de syncope.

Héritier de l’expérience scientifique Physiolab installée à bord de la Station russe MIR, le système CARDIOMED a été développé dans le cadre d’une convention franco-russe entre le CNES et l’Institute for Biomedical Problems (IBMP) de Moscou. Après avoir été testé par le cosmonaute russe Oleg Kotov, il va être expédié, aujourd’hui, à bord d’un vaisseau cargo russe Progress vers la Station spatiale internationale (ISS) où il servira à la surveillance médicale des cosmonautes pendant cinq ans.

Parmi les problèmes propres à l’apesanteur, il existe un fort risque de troubles cardio-vasculaires lié à la micropesanteur, à la sédentarité et à l’absence de pratique sportive, qui peuvent provoquer une chute de la tension artérielle et une mauvaise irrigation du cerveau. Les différents instruments qui composent CARDIOMED permettent de mesurer en temps réel la fréquence cardiaque, la pression artérielle, les flux vasculaires et les propriétés veineuses. Ces cinq instruments seront utilisés ensemble ou indépendamment pour contrôler les paramètres du système cardio-vasculaire du cosmonaute, soit avant une sortie extravéhiculaire ou lorsqu’ils utilisent le Tchibis, pantalon rigide à dépression pour attirer le sang vers les membres inférieurs afin de reproduire les effets de la gravité.

Ces exercices seront suivis en direct depuis le centre de contrôle en vol de Moscou, sous la responsabilité des médecins russes. Au-delà de ce but opérationnel, CARDIOMED participe également à la recherche sur le système cardio-vasculaire humain sur Terre. Développé avec des médecins du CHU d’Angers et de Tours cet équipement offrira également aux scientifiques l’occasion d’étudier en détail le système cardiovasculaire et de mieux comprendre certains de ses dysfonctionnements, comme les problèmes de syncope touchant 16% de la population ou d’hypotension orthostatique (baisse de tension en position debout) ressenti par environ 30 % des personnes âgées.J.I.
Sciences-et-Avenir.com
03/02/2009
Fan de Ducrocq
Fan de Ducrocq

Messages : 3282
Inscrit le : 11/12/2009
Age : 70 Masculin
Localisation : Lorient - Morbihan - Bretagne - France - Europe

Revenir en haut Aller en bas

La science à bord de l'ISS - Page 2 Empty Re: La science à bord de l'ISS

Message Ven 5 Fév 2010 - 21:52


@Fan de Ducrocq a écrit:.....
Parmi les problèmes propres à l’apesanteur, il existe un fort risque de troubles cardio-vasculaires lié à la micropesanteur, à la sédentarité et à l’absence de pratique sportive, qui peuvent provoquer une chute de la tension artérielle .....

la presion artérielle ne chute pas significativement lors de l'exposition à la micropesanteur
par contre le rythme nychtéméral semble altéré avec une absence de baisse de la pression artérielle pendant le sommeil et parfois même une augmentation durant cette phase

ne pas confondre avec l'hypotension lors du retour à la gravité terrestre responsable de possibles syncôpes
dominique M.
dominique M.

Messages : 1863
Inscrit le : 15/10/2005
Localisation : val d'oise

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum