Comment coloniser Mars à partir de ses ressources ?

Page 2 sur 28 Précédent  1, 2, 3 ... 15 ... 28  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


J'ai modifié le titre pour le rendre plus direct:

Au lieu de : Ressources de Mars et leurs exploitations pour sa colonisation, le titre devient: Comment coloniser Mars à partir de ses ressources ?

Pour continuer cette mise au point de notre sujet, il faut se demander dans quel ordre le poursuivre ? Selon la « valeur » de la ressource ? Surtout pas comme Lambda 0 nous l’a bien fait comprendre d’office ? Valeur absolue… çà n’existe qu’en math comme par exemple : l -1 l = 1

Valeur relative, là non plus ce n’est pas gagné car tout dépend du référentiel et pour éviter tout terrain glissant ou plutôt miné, je choisirai un exemple du côté de la Mécanique : par exemple ma vitesse relative est d’environ (évitons les certitudes) 0 km/ h par rapport à l’écran de mon ordinateur et simultanément je me déplace aux alentours de 20 km /s au tour du Soleil d’après ce que l’on m’a dit. Donc les valeurs relatives sont multiples ! ;)

Le « mieux » est de peut-être de choisir l’ordre chronologiques des urgences en sachant que dans les premiers temps certains matériels et substances pourtant indispensables seront importés depuis la Terre.

Quand les navigateurs des temps anciens débarquaient sur une nouvelle terre, que recherchaient-ils ? L’EAU, la douce car l’eau salée …

Dernière remarque : le début de ce sujet , à propos de l’azote nous a permis aussi de constater qu’il n’y a pas que la MATIÈRE, mais aussi l' ÉNERGIE :
Comment capter ou transformer une matière sans énergie ? Il me semble qu’il faut attendre avant de faire une synthèse des sources d’énergie disponibles sur Mars et n’en parler au départ qu’au coup par coup lorsque c’est nécessaire.

Bon, j’attends le résultat de vos cogitations sur la manière de traiter l’EAU.

En attendant je vais me désaltérer

Cordialement,
Giwa

Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006

Revenir en haut Aller en bas


Tout à fait d'accord, et d'ailleurs on a déjà dû discuter des sources d'énergie (c'était en fait vite vu : solaire ou nucléaire).
Mais comme une ressource inexploitable car demandant une quantité d'énergie pharamineuse est de peu d'intérêt, je pense qu'on devrait toujours mettre en face quelques évaluations d'ordre de grandeur de besoin énergétique, même sans descendre dans le détail.
Comme unité "pratique", je propose : 1 PEPS = 40 W
Puissance Equivalente Panneau Solaire
1 PEPS = puissance électrique moyenne produite par 1 m² de panneau solaire sur Mars
1 PEPS.jour = énergie électrique produite par 1 m² de panneau solaire pendant 1 jour
On doit mieux visualiser les "PEPS" que les kW, en se représentant de la surface de panneaux solaires.
S'il faut 1 PEPS/habitant pour compenser les fuites d'azote, ça parait acceptable.
Si l'exploitation d'une autre ressource nécessite 10000 PEPS/habitant, ça peut être un peu éliminatoire.

Pour l'eau, il parait y en avoir sur Mars, sous diverses formes, mais combien de PEPS/habitant pour la récupérer/recycler ?
lambda0
lambda0

Messages : 4642
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 53 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:Tout à fait d'accord, et d'ailleurs on a déjà dû discuter des sources d'énergie (c'était en fait vite vu : solaire ou nucléaire).
Mais comme une ressource inexploitable car demandant une quantité d'énergie pharamineuse est de peu d'intérêt, je pense qu'on devrait toujours mettre en face quelques évaluations d'ordre de grandeur de besoin énergétique, même sans descendre dans le détail.
Comme unité "pratique", je propose : 1 PEPS = 40 W
Puissance Equivalente Panneau Solaire
1 PEPS = puissance électrique moyenne produite par 1 m² de panneau solaire sur Mars
1 PEPS.jour = énergie électrique produite par 1 m² de panneau solaire pendant 1 jour
On doit mieux visualiser les "PEPS" que les kW, en se représentant de la surface de panneaux solaires.
S'il faut 1 PEPS/habitant pour compenser les fuites d'azote, ça parait acceptable.
Si l'exploitation d'une autre ressource nécessite 10000 PEPS/habitant, ça peut être un peu éliminatoire.

Pour l'eau, il parait y en avoir sur Mars, sous diverses formes, mais combien de PEPS/habitant pour la récupérer/recycler ?

Pour l'unité pragmatique d'énergie sur Mars: le PEPS. jour , l'équivalence en joule sera donc : 1 PEPS.jour = 40 X 10 X 3600 = 1,44 MJ en tablant sur 10 h d'ensoleillement par jour ? En tout cas cela tombe bien que le sol martien est très proche du "sol " ( jour * + nuit) terrestre

*En passant bien embêtant ce double sens du mot jour

Dernière remarque: dans mon exemple des navigateurs des temps anciens, la recherche de l'eau s'imposait, mais certains pourraient me dire que pour les navigateurs spatiaux du futur celui de l'oxygène s'imposera aussi et de manière plus urgente puisque dans l'ordre des besoins physiologiques, il y a la respiration, la soif et la faim. Mais heureusement, il y a de l'oxygène dans l'eau , attention je ne parle pas de celui des poissons - l'oxygène dissous - mais celui combiné chimiquement à l'hydrogène dans les fameuses molécules de monoxyde de dihydrogène H20 et une électrolyse dans un premier temps permettra de le récupérer avant de passer à d'autres méthodes moins énergétiques.

En tout cas, merci de cet intervention Lambda0 et j'attends les autres avant de débuter la problématique de l'eau .


A chaque jour suffit sa peine et un bon verre de PEPS... plutôt de COLA pour prendre une boisson générique va me revigorer :)

Giwa

PS: pour les dauphins , ils vont chercher leur oxygène dans l'atmosphère et non dans l'eau .

avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@Giwa a écrit:
...
Pour l'unité pragmatique d'énergie sur Mars: le PEPS. jour , l'équivalence en joule sera donc : 1 PEPS.jour = 40 X 10 X 3600 = 1,44 MJ en tablant sur 10 h d'ensoleillement par jour ? En tout cas cela tombe bien que le sol martien est très proche du "sol " ( jour * + nuit) terrestre
...
Non, parce que l'unité est déjà définie par une moyenne tenant compte de l'alternance jour/nuit.
1 PEPS.jour = 40*24.5*3600 = 3.5 MJ
lambda0
lambda0

Messages : 4642
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 53 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:
@Giwa a écrit:
...
Pour l'unité pragmatique d'énergie sur Mars: le PEPS. jour , l'équivalence en joule sera donc : 1 PEPS.jour = 40 X 10 X 3600 = 1,44 MJ en tablant sur 10 h d'ensoleillement par jour ? En tout cas cela tombe bien que le sol martien est très proche du "sol " ( jour * + nuit) terrestre
...
Non, parce que l'unité est déjà définie par une moyenne tenant compte de l'alternance jour/nuit.
1 PEPS.jour = 40*24.5*3600 = 3.5 MJ

D'accord et donc cette moyenne se reporte en premier sur l'unité de puissance : le PEPS

Si j'ai bien compris on peut monter à plus de 2 PEPS le midi et pendant la nuit on descend à 0
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:...
1 PEPS.jour = 40*24.5*3600 = 3.5 MJ

Alors peut-on le nommer PEPS.sol pour bien l'identifier comme une unité d'énergie bien spécifique à la planète Mars puisque 1 sol # 24,5 heures terrestres ?
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@Giwa a écrit:
@lambda0 a écrit:...
1 PEPS.jour = 40*24.5*3600 = 3.5 MJ

Alors peut-on le nommer PEPS.sol pour bien l'identifier comme une unité d'énergie bien spécifique à la planète Mars puisque 1 sol # 24,5 heures terrestres ?

No problemo.
En tout cas, évitons d'importer sur Mars l'abominable TEP utilisé sur Terre comme unité d'énergie "pratique", Tonne Equivalent Pétrole.

Pour revenir à l'eau, je pense que tout le monde est d'accord sur le fait qu'il y en a, mais je n'ai pas souvenir d'avoir vu d'évaluation d'énergie requise pour l'acquérir, suivant son origine, en fait je n'ai même aucun ordre de grandeur à l'esprit.

A+
lambda0
lambda0

Messages : 4642
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 53 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:

Pour revenir à l'eau, je pense que tout le monde est d'accord sur le fait qu'il y en a, mais je n'ai pas souvenir d'avoir vu d'évaluation d'énergie requise pour l'acquérir, suivant son origine, en fait je n'ai même aucun ordre de grandeur à l'esprit.

A+


Il va falloir s'en occuper . Heureusement que nous sommes nombreux sur ce forum et comme l'union fait la force, nous y arriverons . :)
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Pourquoi vous embêtez-vous à parler de panneaux solaires sur Mars, alors qu'il existera (et existe déjà) de petits réacteurs nucléaires (à refroidissement par air et qui se satisferont bien des températures de Mars), ou des RTG, beaucoup plus efficaces et durables ?
Akwa
Akwa

Messages : 998
Inscrit le : 24/08/2010
Age : 40 Masculin
Localisation : Rambouillet

https://www.facebook.com/flyakwa

Revenir en haut Aller en bas


Peu importe en fait, dans cette discussion. L'idée était seulement de se définir une unité d'énergie pratique, intuitive, pour quantifier le coût d'accès aux ressources.
lambda0
lambda0

Messages : 4642
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 53 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


Ce sujet ne traite pas des premières missions habitées vers Mars, ni même de l'installation des premières bases martiennes, mais se place délibérément à des époques ultérieures lors de la colonisation, c'est à dire de l'établissement d'une société humaine autonome sur Mars. Très ambitieux certes, mais nous avons le temps de la réflexion, n'est-ce pas ?

Si effectivement au début le nucléaire avec les RTG provenant de la Terre me semble aussi la solution la plus fiable pour l'énergie - d''ailleurs on voit bien que cet emploi revient à l'ordre du jour avec le roveur (ou astromobile ) - Mars Curiosity – , on peut prévoir plusieurs phases dans le développement d’une colonie d’abord très décentralisée et sans les moyens nécessaires pour mettre en place une industrie nucléaire que ce soit par fission ou par fusion.

Cette période risque de durer un certain temps avant que cette société franchisse le seuil critique de développement (c’est le cas de le dire) nécessaire pour construire ses centrales made in Mars et non made in Earth .

Donc lors des balbutiements de cette société, l’énergie solaire parait la mieux adapté, car décentralisée .
Alors les PEPS et PEPS .sol me paraissent des unités de puissance et d’énergie commodes *, puisqu’ils font référence aux mètres carrés de panneaux photovoltaïques à installer… et plus tard les Martiens décideront eux-mêmes ;)

PS: Dans la pratique de ce forum ,on calculera les puissances en W et les énergies en MJ , et les PEPS et PEPS .sol ne sont là que pour mémoriser qu'il faut diviser par 40 ou 3,5 pour obtenir le nombre de m2 de panneaux nécessaires


Dernière édition par Giwa le Jeu 9 Fév 2012 - 14:58, édité 1 fois
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@Giwa a écrit:Ce sujet ne traite pas des premières missions habitées vers Mars [...]
Donc lors des balbutiements de cette société, l’énergie solaire parait la mieux adapté, car décentralisée .
Alors les PEPS et PEPS .sol me paraissent des unités de puissance et d’énergie commodes , puisqu’ils font référence aux mètres carrés de panneaux photovoltaïques à installer… et plus tard les Martiens décideront eux-mêmes ;)

Euh oui, mais non : la fabrication de panneaux solaire nécessite des technologies très compliquées (usines à semi-conducteurs) et dont le rendement est faible.
Le nucléaire nécessite aussi des installations d'enrichissement (quoi qu'avec le Thorium, il n'y en a peut-être pas besoin) complexes.

Mais quitte à utiliser des technologies solaires ne nécessitant pas des techniques industrielles lourdes, le principe des fours solaire n'est-il pas meilleur ?
Akwa
Akwa

Messages : 998
Inscrit le : 24/08/2010
Age : 40 Masculin
Localisation : Rambouillet

https://www.facebook.com/flyakwa

Revenir en haut Aller en bas


vous effectuer des calcul qu'il me serais difficile de contre-dire mais je me pose une question:

votre production végétale elle pousse dans des serres certes mais sur quoi ?? :?:

sur terre la question ne se pose pas c'est sur de la terre arable mais sur mars vous la trouver ou la terre arable on l'importe de la terre ???
bonjour la masse a transporter... :affraid:

c'est si simple que cela de faire de la terre arable a partir du "sol" et des ressources de mars ????
m'étonnerais... :suspect:

quand a faire de la culture exclusivement en hydroponique ( hors sol )
je crois savoir que ça demande non seulement des quantités d'eaux conséquente mais aussi tout un cocktail d'adjuvant qui faudra bien importer
avatar
peronik

Messages : 641
Inscrit le : 01/04/2008
Age : 49 Masculin
Localisation : region parisienne

Revenir en haut Aller en bas


@Akwa a écrit:

Euh oui, mais non : la fabrication de panneaux solaire nécessite des technologies très compliquées (usines à semi-conducteurs) et dont le rendement est faible.
Le nucléaire nécessite aussi des installations d'enrichissement (quoi qu'avec le Thorium, il n'y en a peut-être pas besoin) complexes.

Mais quitte à utiliser des technologies solaires ne nécessitant pas des techniques industrielles lourdes, le principe des fours solaire n'est-il pas meilleur ?

Effectivement ce n'est pas si simple que cela que de fabriquer des panneaux solaires, mais malgré sa complexité c'est quand même une industrie moins lourde que celle du nucléaire.
Dans les premiers temps on peut tricher un peu et importer les machines - outils de la Terre (une délocalisation de plus) et quand à la matière première principale le silicium –on verra plus tard pour le germanium ou autres -, il ne manque pas, et quant aux dopants tris et pentavalents tant qu'ils ne seront pas produits sur place, il n’en faut que de très petites quantités donc importables. D'accord cela sera onéreux mais moins que de tout transporter, et lorsque l'on balbutie, on dépend encore beaucoup de maman et papa.

Les fours solaires, pourquoi pas et on n’en reparlera car à leurs foyers, on devrait obtenir des températures plus grandes que sur la Terre – malgré l’éloignement plus grand de cette planète du Soleil- car les déperditions par convection sont bien plus faibles à cause de l’atmosphère martienne très ténue.

Mais l’essentiel n’est pas dans les PEPS ou pas et tenons en nous à la réponse de Lambda 0 :

@lambda0 a écrit:Peu importe en fait, dans cette discussion. L'idée était seulement de se définir une unité d'énergie pratique, intuitive, pour quantifier le coût d'accès aux ressources.
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@peronik a écrit:vous effectuer des calcul qu'il me serais difficile de contre-dire mais je me pose une question:

votre production végétale elle pousse dans des serres certes mais sur quoi ?? :?:

sur terre la question ne se pose pas c'est sur de la terre arable mais sur mars vous la trouver ou la terre arable on l'importe de la terre ???
bonjour la masse a transporter... :affraid:

c'est si simple que cela de faire de la terre arable a partir du "sol" et des ressources de mars ????
m'étonnerais... :suspect:

quand a faire de la culture exclusivement en hydroponique ( hors sol )
je crois savoir que ça demande non seulement des quantités d'eaux conséquente mais aussi tout un cocktail d'adjuvant qui faudra bien importer

Ce sujet des serres martiennes - dont l'initiateur était Argyre, il me semble - a déjà été traité . Il faudra certainement en reparler .

Mais ne nous dispersons pas trop et commençons par comment se procurer de l'eau , la purifier et la recycler.
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@Giwa a écrit:
Les fours solaires, pourquoi pas et on n’en reparlera car à leurs foyers, on devrait obtenir des températures plus grandes que sur la Terre – malgré l’éloignement plus grand de cette planète du Soleil- car les déperditions par convection sont bien plus faibles à cause de l’atmosphère martienne très ténue.

Mais l’essentiel n’est pas dans les PEPS ou pas et tenons en nous à la réponse de Lambda 0 :

C'est intéressant ce truc sur les fours solaires. L'air étant plus frais, on aura aussi un différentiel plus important chaud/froid.

Sinon, loin de moi l'idée de remettre en question l'unité PEPS : je ne parlais que de la manière de produire le courant, pas la manière dont il était décompté ;)

@Giwa a écrit:
Ce sujet des serres martiennes - dont l'initiateur était Argyre, il me semble - a déjà été traité . Il faudra certainement en reparler .

Mais ne nous dispersons pas trop et commençons par comment se procurer de l'eau , la purifier et la recycler.

L'eau peut être récupérée très simplement en creusant la "banquise" des pôles. Il y a juste un travail mécanique (à la pelleteuse en somme), et aucun travail de compression ou distillation. Et en quantité largement suffisante pour ne pas avoir à trop s'inquiéter d'économiser l'eau.


Akwa
Akwa

Messages : 998
Inscrit le : 24/08/2010
Age : 40 Masculin
Localisation : Rambouillet

https://www.facebook.com/flyakwa

Revenir en haut Aller en bas


Sur Terre, on dispose de beaucoup d'eau, 3/4 de la surface de la planète, mais salée, ce qui fait qu'on peut manquer d'eau même à proximité de la mer.
La désalinisation parait être une opération coûteuse.
L'eau martienne provenant du sol n'est-elle pas aussi chargée de minéraux et poisons divers, nécessitant des traitements similaires et aussi couteux ?
lambda0
lambda0

Messages : 4642
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 53 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@Akwa a écrit:

C'est intéressant ce truc sur les fours solaires. L'air étant plus frais, on aura aussi un différentiel plus important chaud/froid.

On peut envisager de multiples utilisations : fabrication de matériaux très réfractaires par fusion partielle et compression (frittage) , thermolyse suivie d'une trempe comme par exemple la décomposition du dioxyde de carbone en monoxyde de carbone et dioxygène ou celle de la vapeur d'eau en dihydrogène et dioxygène - les faibles pressions favorisant en outre ces décompositions

Dans un autre domaine des moteurs Stirling en concentrant dans ce cas moins le flux solaire au foyer.

@Akwa a écrit:

L'eau peut être récupérée très simplement en creusant la "banquise" des pôles. Il y a juste un travail mécanique (à la pelleteuse en somme), et aucun travail de compression ou distillation. Et en quantité largement suffisante pour ne pas avoir à trop s'inquiéter d'économiser l'eau.

Et dire que je voulais en parler à la fin après avoir commencer par des méthodes moins productives , mais par lesquelles on sera peut-être obligé d'en passer au début. 😢 ...pour rire :)

avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:Sur Terre, on dispose de beaucoup d'eau, 3/4 de la surface de la planète, mais salée, ce qui fait qu'on peut manquer d'eau même à proximité de la mer.
La désalinisation parait être une opération coûteuse.
L'eau martienne provenant du sol n'est-elle pas aussi chargée de minéraux et poisons divers, nécessitant des traitements similaires et aussi couteux ?

Et AMHA plus . Il va falloir regarder cela de près ;)
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Allez -je vous propose - la première voie , allez chercher H2O dans l'atmosphère . pas évident avec une teneur moyenne de 0,03 % !
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Les avantages : partout disponible et la glace d'eau obtenue par condensation à l'état solide de la vapeur d'eau -ou la gelée *blanche tout simplement- sera très pure .
Mais la productivité ?

PS: * La gelée blanche n'est pas le givre

Spoiler:
La gelée blanche n'est pas liée au phénomène de surfusion, au contraire du givre. Elle se déclenche immédiatement dès que le refroidissement de l'air (contenant de la vapeur d'eau) près de la surface solide, le plus souvent par rayonnement nocturne, lui a fait atteindre la température du point de gelée, et sans passer par une température plus basse. C'est donc une condensation solide (passage de l'état gazeux à l'état solide). La gelée blanche se présente généralement sous un aspect cristallin, prenant la forme d'aiguilles, de plumes, d'écailles, d'éventails etc. Ce que l'on voit sur une vitre, au sens scientifique, n'est pas du givre mais de la gelée blanche
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gel%C3%A9e_blanche
http://fr.wikipedia.org/wiki/Givre


Dernière édition par Giwa le Jeu 9 Fév 2012 - 17:03, édité 3 fois
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Comment s'y prendre ? Laissez déposer cette gelée lors de la nuit sur des surfaces comme le verre , orientées vers l'espace pour favoriser la déperdition thermique par rayonnement et racler cette gelée au petit matin en l'enfermant bien vite dans des récipients hermétiques avant de faire fondre cette glace après pressurisation.
On peut augmenter la productivité en envoyant ce flux d'air sur des profils étudiés avec rétrécissement pour créer un effet Venturi.

Donc de la mécanique : racleurs, soufflantes , noria de récipients . Complexe, mais pourquoi pas dans les premiers temps -même si on ne doit pas s'attendre à une grande productivité. A voir ...mais je crains que des critiques pas toujours très positives vont fuser.
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@Giwa a écrit:Comment s'y prendre ? Laissez déposer cette gelée lors de la nuit sur des surfaces comme le verre , orientées vers l'espace pour favoriser la déperdition thermique par rayonnement et racler cette gelée au petit matin en l'enfermant bien vite dans des récipients hermétiques avant de faire fondre cette glace après pressurisation.
On peut augmenter la productivité en envoyant ce flux d'air sur des profils étudiés avec rétrécissement pour créer un effet Venturi.
Donc de la mécanique : racleurs, soufflantes , noria de récipients . Complexe, mais pourquoi pas dans les premiers temps -même si on ne doit pas s'attendre à une grande productivité. A voir ...mais je crains que des critiques pas toujours très positives vont fuser.

Brrr... se lever tôt pour aller racler le pare-brise avant le lever du soleil, (et en plus faut enfiler le scaphandre), pour récupérer 10 cm3 d'eau tous les matins :scratch:
lambda0
lambda0

Messages : 4642
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 53 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


Bonjour,

La discussion sur les réacteurs nucléaires est compliquée, car il y a de nombreux paramètres dont il faut tenir compte. Je pense en particulier à un paramètre important mais souvent occulté qui relève des facteurs humains et de la politique interplanétaire (joli concept, non ? :D) . S'il y a un commerce établi avec la Terre, on peut imaginer une importation régulière d'uranium et d'outils de haute technologie pour la maintenance des réacteurs. Personnellement, même si les échanges sont souhaitables, il me paraît crucial que la colonie atteigne l'autonomie énergétique, alimentaire et technologique. Je pense d'ailleurs la même chose pour les pays industrialisés sur Terre. La France a perdu (ou n'a jamais eu) son autonomie dans de nombreux domaines ... mais peu importe.
Pour revenir au sujet, cette autonomie me paraît d'autant plus importante que des problèmes pourraient survenir sur Terre (guerre mondiale), ou les relations avec les Terriens pourraient se dégrader au point que ces échanges soient brusquement interrompus. Or, si la survie de la colonie dépend de ressources qu'on ne trouve que sur Terre, les Martiens n'auront d'autre choix que d'accepter ce que les Terriens veulent leur imposer, ou même mourir si le problème provient de la destruction des centres spatiaux suite à une guerre dévastatrice. Et par conséquent, accéder à l'autonomie sera, à mon sens, politiquement incontournable pour la colonie martienne, et ce, dans tous les domaines vitaux, en particulier l'énergie, l'alimentaire et même les industries de base qui permettent de fabriquer les outils indispensables à la vie sur ce monde.
En conséquence de quoi, si le nucléaire est possible dans les premières phases de la colonisation, il me parait politiquement suicidaire sur le long terme, à moins qu'on ne découvre de l'uranium sur Mars, mais pour l'instant cela semble hypothétique. Et même dans les premières phases de la colonisation (sur une échelle de temps de 50 à 100 ans), cela reste discutable car je crains que le contrôle et la maintenance des réacteurs requièrent des outils complexes et lourds, et donc que ce ne soit pas rentable en termes de W/kg pour une politique d'approvisionnement énergétique qui dure une centaine d'années.
De plus, à l'heure actuelle, on sait faire des panneaux solaires ultralégers couplés à des piles à combustible capables de produire plus de kW/kg qu'un petit réacteur nucléaire. Voir à ce propos l'article suivant :
C. Cooper, W. Hofstetter, J.A. Hoffman, E. Crawley, Assessment of
architectural options for surface power generation and energy storage on
human Mars missions, Acta Astronautica, vol. 7-8, pages 1106-112, 2010.

En revanche, j'adhère totalement à l'idée d'utiliser des fours solaires à des fins industrielles, pour la production de verre, d'acier, céramique ...
A Mont-Louis, dans les Pyrénées, ils fabriquent justement de petits objets à l'aide de leur four solaire. J'ai discuté récemment avec un responsable et il m'a confirmé qu'on pouvait tout faire avec un tel four, les températures pouvant être régulées grâce à un système d'obturation (en général, ça chauffe trop !). Comme l'a précisé Giwa, le fait de ne pas avoir de convection ou très peu facilitera beaucoup les choses.
Remarque : on peut aussi exploiter un concentrateur solaire pour chauffer/comprimer un fluide et faire tourner une turbine. Le rendement au mètre carré n'est sans doute pas très bon, mais peut-être que c'est beaucoup plus facile à construire avec des ressources locales ???

Sinon, l'idée de mesurer en PEPS me paraît séduisante. Pour chauffer l'habitat, je pense qu'on peut exploiter au maximum l'effet de serre et réduire quasiment à 0 les besoins de chauffage électrique ou autre. L'idéal serait qu'on soit obligé de baisser les stores pour éviter que ça chauffe trop l'habitat ! Pour l'eau chaude, on doit pouvoir également utiliser le solaire comme on le fait sur Terre.
Pour les serres et la production alimentaire, c'est plus compliqué. On aura l'occasion d'y revenir ...
Idem pour l'eau ...
Argyre
Argyre

Messages : 3386
Inscrit le : 31/01/2006
Age : 54 Masculin
Localisation : sud-ouest

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:
@Giwa a écrit:Comment s'y prendre ? Laissez déposer cette gelée lors de la nuit sur des surfaces comme le verre , orientées vers l'espace pour favoriser la déperdition thermique par rayonnement et racler cette gelée au petit matin en l'enfermant bien vite dans des récipients hermétiques avant de faire fondre cette glace après pressurisation.
On peut augmenter la productivité en envoyant ce flux d'air sur des profils étudiés avec rétrécissement pour créer un effet Venturi.
Donc de la mécanique : racleurs, soufflantes , noria de récipients . Complexe, mais pourquoi pas dans les premiers temps -même si on ne doit pas s'attendre à une grande productivité. A voir ...mais je crains que des critiques pas toujours très positives vont fuser.

Brrr... se lever tôt pour aller racler le pare-brise avant le lever du soleil, (et en plus faut enfiler le scaphandre), pour récupérer 10 cm3 d'eau tous les matins :scratch:
N'est-ce pas d’actualité ? ...Sauf à Nice :blbl:

En tout cas on ne compterait pas en PEPS .sol pour obtenir nos litres d'eau, quotidiens , mais en m2 de surface à racler .


Dernière édition par Giwa le Jeu 9 Fév 2012 - 17:20, édité 2 fois
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10870
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:Sur Terre, on dispose de beaucoup d'eau, 3/4 de la surface de la planète, mais salée, ce qui fait qu'on peut manquer d'eau même à proximité de la mer.
La désalinisation parait être une opération coûteuse.
L'eau martienne provenant du sol n'est-elle pas aussi chargée de minéraux et poisons divers, nécessitant des traitements similaires et aussi couteux ?

L'eau Martienne dans le sol est contaminée par plein de minéraux (on parle de saumures pour expliquer les écoulement visibles à la surface, c'est dire si elle n'est pas potable).

En contrepartie, la glace des pôle est parfaitement pure, car issue de la condensation et du gel de la vapeur d'eau (et pas de la mer comme sur Terre).
Je crois, par contre, qu'il y a régulièrement des dépôts de poussières sur la glace, créant des strates.
Akwa
Akwa

Messages : 998
Inscrit le : 24/08/2010
Age : 40 Masculin
Localisation : Rambouillet

https://www.facebook.com/flyakwa

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 28 Précédent  1, 2, 3 ... 15 ... 28  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum