[Italie] D-Orbit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty [Italie] D-Orbit

Message Sam 11 Sep 2021 - 12:50


D-Orbit signe un contrat de 2,197 M€ avec l'ESA pour la première phase de développement d'un kit de désorbitation qui permettrait celle-ci même si le satellite ne répond plus aux commandes.

https://spacewatch.global/2021/09/d-orbit-signs-e22-million-space-debris-removal-contract-with-esa/
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 32499
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 50 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty Re: [Italie] D-Orbit

Message Sam 11 Sep 2021 - 13:28


The first phase of development for the device is the designing of VESPA´s upper part. This apparatus might become the launch adaptor for ESA’s ClearSpace-1 mission scheduled for 2025.

C'est d'une clarté aveuglante FB_rire2
On a une idée de ce qui sera fait pour une "première phase de développement d'un kit de désorbitation" ?
Du virtuel en 3D et réalité augmentée ? Des plans détaillés ? une maquette avec un filet en kevlar ? une pince à sucre en titane commandée par IA ? ..... bref à quoi est-on censé aboutir ?
J'ai l'impression qu'aux premiers 62 millions € .... il a falloir en rajouter un bon peu .
montmein69
montmein69
Donateur
Donateur

Messages : 20798
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 73 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty Re: [Italie] D-Orbit

Message Ven 28 Jan 2022 - 15:14


D-Orbit prévoit d'entrer en bourse via un SPAC.
Ceci porterait la valorisation de l'entreprise transalpine à 1,4 milliards de $ et ajouterait 185 millions de $ de cash dans sa trésorerie.
Ils prévoient de devenir rentable à partir de 2024 avec un chiffre d'affaire anticipé à 445 millions de $.

Pour mémoire, le produit clé de D-Orbit est son transporteur de satellites ION, qu’il présente comme une solution « flexible et rentable » pour livrer des satellites sur des orbites spécifiques.
D-Orbit a effectué quatre missions ION depuis septembre 2020, et deux autres sont prévues au premier semestre de cette année. Sur les plus de 70 charges utiles que D-Orbit a livrées dans l’espace, la société affirme que ses clients ont constaté “jusqu’à 85% de réduction du temps entre le lancement et les revenus”.

Source:
https://www.cnbc.com/2022/01/27/italian-space-company-d-orbit-going-public-via-nasdaq-spac.html

[Italie] D-Orbit 10700710
Choros
Choros

Messages : 1169
Inscrit le : 31/08/2021
Age : 43 Masculin
Localisation : Reims

Revenir en haut Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty Re: [Italie] D-Orbit

Message Ven 28 Jan 2022 - 16:06


Déjà à la recherche de spéculateurs et autres investisseurs et aussi recherche de futurs d'actionnaires quel régal !  Ennui
Astro-notes
Astro-notes

Messages : 17005
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 81 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty Re: [Italie] D-Orbit

Message Ven 28 Jan 2022 - 19:01


Astro-notes a écrit:Déjà à la recherche de spéculateurs et autres investisseurs et aussi recherche de futurs d'actionnaires quel régal !  Ennui
Et oui, c'est la vie. Il faut du pognon pour se développer.  FB_clinoeil
Choros
Choros

Messages : 1169
Inscrit le : 31/08/2021
Age : 43 Masculin
Localisation : Reims

Revenir en haut Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty Re: [Italie] D-Orbit

Message Ven 28 Jan 2022 - 20:08


Choros a écrit:
D-Orbit prévoit d'entrer en bourse via un SPAC.
Ceci porterait la valorisation de l'entreprise transalpine à 1,4 milliards de $ et ajouterait 185 millions de $ de cash dans sa trésorerie.
Ils prévoient de devenir rentable à partir de 2024 avec un chiffre d'affaire anticipé à 445 millions de $.

Pour mémoire, le produit clé de D-Orbit est son transporteur de satellites ION, qu’il présente comme une solution « flexible et rentable » pour livrer des satellites sur des orbites spécifiques.
D-Orbit a effectué quatre missions ION depuis septembre 2020, et deux autres sont prévues au premier semestre de cette année. Sur les plus de 70 charges utiles que D-Orbit a livrées dans l’espace, la société affirme que ses clients ont constaté “jusqu’à 85% de réduction du temps entre le lancement et les revenus”.

Source:
https://www.cnbc.com/2022/01/27/italian-space-company-d-orbit-going-public-via-nasdaq-spac.html

A ce sujet, sur le strict plan financier, j'aime beaucoup ce tweet, qui pointe l'incongruité de la future valorisation supérieure à 1 Md$ d'une société qui ne génère (actuellement) que... 3,5 M$ (sans le d) de revenus.

https://twitter.com/13ericralph31/status/1486990815410868226
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 32499
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 50 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty Re: [Italie] D-Orbit

Message Ven 28 Jan 2022 - 20:32


David L. a écrit:A ce sujet, sur le strict plan financier, j'aime beaucoup ce tweet, qui pointe l'incongruité de la future valorisation supérieure à 1 Md$ d'une société qui ne génère (actuellement) que... 3,5 M$ (sans le d) de revenus.
Absolument, ces histoires de valorisations sont souvent déconcertantes.

Toutefois, la logique des investisseurs (et donc de la valorisation qu'ils attribuent à un actif) n'est pas de considérer la situation actuelle, mais le potentiel futur.
Aujourd'hui, cette boîte ne fait que 3,5 millions de $ de chiffre d'affaire (CA).
Mais la levée devrait (le conditionnel est important ici) lui permettre d'engranger 185 millions $. Rien que ce matelas dépasse de beaucoup le CA actuel et justifie une partie de valorisation future.
Donc une manne qui devrait lui permettre de développer des activités à vocation lucrative (R&D, développement de l'outil industriel et du produit), démultipliant encore le potentiel futur. 
D'où le CA prévisionnel à 445 millions pour 2024. Et on peut supposer du même niveau voir mieux les années suivantes (du moins, c'est ce qu'ils espèrent je suppose).

Pour donner un autre exemple de la décorrélation entre résultats présents et valorisation, prenons le cas emblématique de Tesla.
La valorisation de cette boîte à dépassé les 1 000 milliards de $ non pas en raison de ses résultats présents, mais de sa potentielle place future d'entreprise dominante pour les véhicules électriques et donc pour l'immense marché de la mobilité.
Ces jours-ci, de manière contre-intuitive, l'action a plongé de plus de 10% alors que des résultats records viennent d'être publiés. Mais en même temps, Musk reconnait que les difficultés d'approvisionnement sur les puces touchent aussi Tesla et que par conséquent aucun nouveau type de véhicule ne sortira cette année. Les Cybertruck, Semi, Roadster et la future voiture à 25 000 $ étaient attendus pour 2022, et les investisseurs apprennent que finalement non, ce ne sera pas avant 2023. Leur confiance dans l'avenir de Tesla en prend un coup et l'action (et donc la valorisation de l'entreprise) dévisse malgré un bénéfice de plus de 2 milliards de $ uniquement sur les trois derniers mois.

Pour résumer en une phrase, valorisation = potentiel futur, c'est-à-dire confiance dans l'avenir de l'entreprise concernée.

C'est aussi pour ça que SpaceX est valorisée à plus de 100 milliards de $ alors qu'elle ne fait certainement pas un chiffre d'affaire de cet ordre de grandeur actuellement.
Choros
Choros

Messages : 1169
Inscrit le : 31/08/2021
Age : 43 Masculin
Localisation : Reims

Revenir en haut Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty Re: [Italie] D-Orbit

Message Jeu 26 Jan 2023 - 7:00


Lancement du nouveau site internet

https://www.dorbit.space/

_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 30729
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 63 Masculin
Localisation : Lorient / An Orient

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

[Italie] D-Orbit Empty Re: [Italie] D-Orbit

Message Lun 1 Avr 2024 - 22:25




Il n'y a pas grand-chose de petit aujourd'hui à D-Orbit. Ce qui aurait pu être défini comme une start-up jusqu'en 2020, lorsque son premier Ion a décollé, c'est-à-dire le "taxi spatial" qui livre les micro et nanosatellites de ses clients sur leurs orbites respectives, peut aujourd'hui, 13 ans après sa création et après autant de missions réussies, être considéré comme un acteur majeur de l'économie de l'espace.

La taille de l'entreprise dépend du marché et de la confiance des investisseurs. Un chiffre suffit : 100 millions d'euros, soit le montant levé lors du dernier tour de table. "Il s'agit de la plus importante prise de participation en Italie en 2023", déclare Renato Panesi, directeur commercial de D-Orbit, en soulignant qu'il ne s'agit pas de prêts. "D'autres montants importants ont été levés par des startups, mais sous forme de dette. C'est un très bon signal dans un contexte très difficile."

Le leader, dans ce chapitre de l'histoire de l'entreprise basée à Fino Mornasco (Côme), est le japonais Marubeni Corporation, un géant de l'investissement qui a cru en D-Orbit après une due diligence méticuleuse, une vérification rigoureuse des comptes de l'entreprise. C'est ainsi que Panesi explique : "Ils sont allés au fond des choses avant d'investir, puis ils l'ont fait sans hésiter. C'est pour nous une source de fierté. En tant qu'entreprise et non en tant que fonds, ils ont des objectifs à long terme et veulent nous accompagner dans notre croissance. Ils seront également nos promoteurs commerciaux dans le monde". 

Cependant, D-Orbit est une PME qui a une vision large : "Nous avons 300 personnes de 18 nationalités différentes, avec une moyenne d'âge de 31 ans", explique M. Panesi. "Nous avons des Américains, des Néerlandais, des Français, des Allemands, des Européens d'un peu partout. On parle souvent de fuite des cerveaux, mais nous parvenons à être attractifs". Après 13 lancements et la mise en orbite de dizaines de charges utiles, la société se prépare à une nouvelle année chargée : sur l'agenda 2024, cinq lancements ont déjà été achetés pour l'un des leaders de la livraison du dernier kilomètre : "Nous pouvons considérer les lanceurs comme des bus, qui arrivent au terminus et déchargent tous les passagers, les satellites. Nous en faisons partie, avec notre Ion, qui est un véhicule de 350 kilos, capable de transporter 200 kilos de charge utile. La cargaison, elle, est constituée de satellites plus petits. C'est comme si nous étions le Uber de l'espace, transportant les clients de la gare routière à leur destination".

En particulier pour les micro et nanosats, dont le volume et le poids sont comprimés à l'extrême, il est vital d'arriver là où l'on doit être sans gaspiller de carburant, qui est précieux pour maintenir l'assiette. C'est ce que permet Ion, le "taxi" de D-Orbit. C'est la raison pour laquelle l'entreprise s'est forgé une solide crédibilité au niveau mondial. "C'est une question de fiabilité", souligne le directeur général. Lors de conférences organisées dans le monde entier, je m'entends dire : "Le dernier kilomètre de livraison, c'est vous". Il ne manque pas non plus d'appareils et d'expériences qui restent à bord de Ion, pour les clients qui ont besoin de profiter de l'apesanteur en orbite pour tester des médicaments, des matériaux, des biotechnologies.

Toutefois, selon M. Panesi, ces dernières années ont été marquées par des nouveautés en termes de taille et de coût. Nos clients ont des constellations de cubesats, dit-il, mais beaucoup d'autres reviennent à des masses plus importantes, entre 100 et 150 kilos. La raison en est la réduction des coûts de lancement et du prix des matériaux : "On peut construire de plus gros satellites à un coût, disons, faible. Rien qui ne risque de prendre l'entreprise au dépourvu, selon le directeur : D-Orbit est en train d'améliorer et de concevoir Ion-3.

C'est une sensibilité aux tendances émergentes du marché que l'entreprise a également démontrée dans sa réaction au "moment difficile" mentionné par Panesi. Une situation qui concerne en particulier l'Europe, actuellement orpheline de ses propres systèmes de lancement (Ariane 6 fera ses débuts en juin, Vega C sera à nouveau opérationnel à la fin de l'année, peut-être). Il est significatif que D-Orbit ait le plus souvent volé, et continuera de voler, avec SpaceX, à bord d'un Falcon 9 : "Le monde institutionnel évolue dans une logique traditionnelle, il est plus lent. Un lancement peut avoir lieu jusqu'à 24 mois après la signature d'un contrat. En revanche, dans le monde commercial, il peut arriver qu'un accord soit signé et qu'un lancement ne prenne que six mois. Et pour nous, le lancement, c'est le nerf de la guerre.

En parlant de départs, la troisième génération de Ion devrait prendre son envol dans environ deux ans. Une période au cours de laquelle un nouveau type de service, l'entretien en orbite, pourrait également faire son apparition. Il s'agit d'entretenir des satellites directement dans l'espace, ce qui a déjà réussi par le passé avec cinq missions de la navette pour le télescope Hubble et quelques autres. Toujours avec des astronautes.

Mais dans un avenir proche, on essaiera de le faire avec des satellites : "Il y a une large gamme de services qui peuvent être offerts en orbite, de l'inspection visuelle à la prolongation de la durée de vie opérationnelle d'un appareil. Il y a deux façons de les fournir : la première consiste à se rendre au satellite cible et à s'y amarrer. Autrement dit, on reste attaché au satellite pour lui fournir un nouveau moteur.

La seconde méthode est le ravitaillement en carburant, qui permet de ravitailler plusieurs satellites en une seule mission. Il s'agit également d'un nouveau marché pour les services spatiaux, une prairie à conquérir. La société américaine Orbit Fab a déjà lancé un prototype de station spatiale de ravitaillement et pourrait, dans les prochaines années, la placer sur des orbites géostationnaires (à 36 000 kilomètres d'altitude) pour desservir des satellites plus gros, plus coûteux et à durée de vie plus longue.

À cet égard, la première mission italienne de démonstration d'entretien en orbite, financée par des fonds du plan national de relance et de résilience, pourrait être lancée dès 2026/2028. D-Orbit fait partie du consortium d'entreprises, dirigé par Thales Alenia Space, qui a signé un contrat de 235 millions d'euros avec l'Agence spatiale italienne. Avio, Leonardo et Telespazio sont également impliqués : "Thales Alenia Space est responsable du satellite de service, appelé Cesar, tandis que nous construirons l'appareil cible et serons responsables du ravitaillement. En attendant, nous travaillons également avec l'Esa pour achever le développement de notre véhicule pour les orbites géostationnaires, celles où le marché est le plus pertinent". Et en effet, D-Orbit, société fondée par Panesi et Luca Rossettini en 2011, créée pour offrir des solutions au problème des débris spatiaux en orbite basse, 3,4 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2021 et 10 millions en 2022, n'en était pas à son coup d'essai.
J-B
J-B

Messages : 1509
Inscrit le : 17/11/2020
Age : 32 Masculin
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum