[France] [Gama Space] Voile solaire Gama Alpha - 3.1.2023

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Si on reste dans le champ gravitationnel du Soleil ,on ne peut que rendre de plus en plus elliptique l’orbite avec un périhélie de plus en plus proche du Soleil, un moyen efficace d’augmenter la poussée photonique dans cette zone et d’élever de plus l’aphélie en réglant la voile perpendiculaire au flux photonique ( et transversalement dans la phase descendante ) Ainsi après plusieurs passages orbitaux, le volier solaire pourrait partir sur une trajectoire hyperbolique et s’échapper du système solaire. Bien après il faudrait qu’il soit capable de rester en état de fonctionnement jusqu’à une prochaine étoile pour reprendre sa navigation, Mais on est en plein rêve puisque cette navigation demanderait des milliers d’années, voir des millions.
Bon,restons dans le système solaire, que faire pour voyager et se mettre en orbite vers un planète interne comme Vènus. Intercepter sa trajectoire vers le périhélie en se plaçant devant en rentrant dans le champ gravitationnel de cette planète pour fréner le voilier. La navigation deviendrait plus complexe puisque les centres d’attraction et de répulsion ne seraient plus les mêmes, mais cela augmenterait les possibilités de trajectoires.


Dernière édition par Giwa le Ven 6 Jan 2023 - 16:41, édité 1 fois

Giwa

Messages : 12087
Inscrit le : 15/04/2006

Revenir en haut Aller en bas


Giwa a écrit:Bon,restons dans le système solaire, que faire pour voyager et se mettre en orbite vers un planète interne comme Vènus. Intercepter sa trajectoire vers le périhélie en se plaçant devant en rentrant dans le champ gravitationnel de cette planète pour fréner le voilier. La navigation deviendrait plus complexe puisque les centres d’attraction et de répulsion ne seraient plus les mêmes, mais cela augmenterait les possibilités de trajectoires.
C'est vrai que les possibilités sont nombreuse et originales, mais plus complexes que d'orienter une tuyère dans le sens voulu ! Rien n'est impossible pour qui est suffisamment patient et ingénieux.
Pour une mise en orbite de Vénus, on pourrait évidemment utiliser le freinage atmosphérique, avec un tel parachute ça peut être super efficace (mais à calculer très finement car périlleux)
avatar
taolanglais

Messages : 176
Inscrit le : 19/08/2019
Age : 36 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


@taolanglais N’oublions pas non plus les manœuvres d’assistances gravitationnelles qui ont déjà montrées leur efficacité !
avatar
Giwa

Messages : 12087
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 79 Masculin
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas


@taolanglais

 
Comme vous le dites les possibilités sont nombreuses et originales ,,, mais le pilotage très délicat,vu les multitudes des paramètres dont il faut tenir compte :
centre de masse ,centre de poussée du flux lumineux , directions et sens , rotations possibles en 3D et les moments d'inertie correspondants, modifications possibles de la réflectance de la voile sur certains sommets par exemple pour une voile carrée(comme ce fut le cas pour Ikaros),leurs allures adoptées entre le vecteur vitesse et le flux lumineux pour leurs directions et sens ,,,avec deux possibilités et non plus une (poussée photonique vers l'avant ou l'arrière du vecteur vitesse ) en tenant compte du paradoxe bien connu de la navigation spatiale que si vous freiner , vous finissez par aller plus vite ,,,,mais sur une orbite plus basse dans le champ de gravitation , bon, je m'arrête là.... FB_clinoeil
avatar
Giwa

Messages : 12087
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 79 Masculin
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas


Récemment sur la chaîne Youtube de Fraser Caine l'interview d'une pointure de la recherche sur la navigation spatiale dont j'ai oublié le nom. Parmis de nombreuses technologies plus ou moins théoriques, il a parlé longuement de la navigation solaire non-pas à voile photonique, mais en utilisant le vent solaire, flux de particules de toutes sortes. Il s'agit alors d'utiliser une "voile" de plusieurs kilomètres de diamètre composée d'un champ magnétique émis par le vaisseau. Je n'ai pas compris comment il compte manier le vaisseau, mais il comparaît le vol au vol dynamique que pratiquent les planeurs et autres parapentes. Il serait alors possible d'emmagasiner assez de vitesse pour d'éjecter du système solaire...
Peut-être y a t il déjà une discussion dessus?
avatar
taolanglais

Messages : 176
Inscrit le : 19/08/2019
Age : 36 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


taolanglais a écrit:Récemment sur la chaîne Youtube de Fraser Caine l'interview d'une pointure de la recherche sur la navigation spatiale dont j'ai oublié le nom. Parmis de nombreuses technologies plus ou moins théoriques, il a parlé longuement de la navigation solaire non-pas à voile photonique, mais en utilisant le vent solaire, flux de particules de toutes sortes. Il s'agit alors d'utiliser une "voile" de plusieurs kilomètres de diamètre composée d'un champ magnétique émis par le vaisseau. Je n'ai pas compris comment il compte manier le vaisseau, mais il comparaît le vol au vol dynamique que pratiquent les planeurs et autres parapentes. Il serait alors possible d'emmagasiner assez de vitesse pour d'éjecter du système solaire...
Peut-être y a t il déjà une discussion dessus?
Ca?
https://www.youtube.com/watch?v=VrJybNgeU-I
[France] [Gama Space] Voile solaire Gama Alpha - 3.1.2023 - Page 2 1673197544681130-1
TheRathalos
TheRathalos

Messages : 32
Inscrit le : 11/12/2022
Age : 23 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas


Effectivement c’est un projet aussi très intéressant d’utiliser les particules chargées positivement du vent solaire dont les protons et d’autres comme le fameux hélium 3 sous forme nucléaire et non atomique en sortant de la fournaise  de la couronne solaire.  Bien que moins dense que le flux de photons ,ils peuvent fournir une impulsion bien plus grande que celle d’un photon moyen du Soleil 
L’autre avantage est que la ‘ voile solaire ´ sous forme de champ magnétique peut atteindre une surface d’interception considérable. 
Par contre je vois mal comment se rapprocher du Soleil par cette voie à part par assistance gravitationnelle au passage près de Jupiter, une autre planète géante pour un retour avec une vitesse encore plus élevée vers le Soleil.
De toute manière l’énergie mécanique dans le système héliocentrique ne peut que croître.

Pour être honnête sur la question, c’est aussi le cas de la voile photonique car là aussi l’énergie mécanique orbitale (somme de l’énergie cinétique et potentielle de gravitation ) ne peut que croître aussi et si on peut se rapprocher du Soleil, c’est qu’en rendant plus elliptique une orbite moins excentrée. Tôt ou tard, pour se maintenir à proximité du Soleil, il faudra faire intervenir une assistance gravitationnelle au moyen de Vénus ou Mercure. Le flux solaire est radiatif et ne peut que conduire qu’à un travail positif dans le référentiel héliocentrique.
avatar
Giwa

Messages : 12087
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 79 Masculin
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas


@Giwa ; ben, ce n'est pas simple de s'approcher du soleil à la voile avec un vent contraire (arrière) ! FB_reflechi
Astro-notes
Astro-notes

Messages : 15999
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 80 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas


Astro-notes a écrit:@Giwa ; ben, ce n'est pas simple de s'approcher du soleil à la voile avec un vent contraire (arrière) ! FB_reflechi

si c'est tout a fait faisable et presque "facile" de descendre vers le soleil avec une voile solaire. la pression photonique est comme une pression normal, il exerce une force perpendiculaire a la surface. Donc si, vu depuis au dessus du soleil, la voile est incliné a 45° de l'axe soleil-voile, la pression photonique vas crée une force aussi incliné a 45°. on peut donc la decomposé en une composente radial opposé au soleil. s'il n'y avais que cette force, cela rehausserais l'orbite initialement, mais vu qu'elle n’accélérerais pas la sonde (equilibre  gravité , effet centrifuge, pression photonique) il maintiendrais cette orbite sans qu'elle croissé. Par contre a 45° il y a aussi une composent tangentiel qui (si on oriente la voile dans le bon sens) vas s'opposé directement au mouvement. la sonde vas ralentir ne lui permettant pas de maintenir son orbite et vas donc descendre. Mais ce ne pas comme une manœuvre moteur ponctuel qui abaisse le périhélie. La on a une freinage faible mais continue (si on maintien l'angle avec le soleil) qui fait que la sonde vas faire une spirale descendant progressivement vers le soleil au fur et a mesure que le freinage lui face perdre de l'energie.
phenix
phenix

Messages : 2669
Inscrit le : 22/02/2015
Age : 29 Masculin
Localisation : Hier:Ardèche Aujourd’hui:Marignane Demain:Vénus

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas


Astro-notes a écrit:@Giwa ; ben, ce n'est pas simple de s'approcher du soleil à la voile avec un vent contraire (arrière) ! FB_reflechi
En vieux loup de mer ou de l’Espace, il faut savoir louvoyer au plus près serré !  FB_clinoeil
 Sinon - comme le disait un célèbre chimiste Lavoisier : Rien se perd, rien se crée ! Tout se transforme ! Ce qui lui n’a pas empêché de perdre sa tête, mais à l’époque,la guillotine ,c’était humanitaire par rapport à la Question d’avant et ce qui s’en suivait …et puis cela montre que sa devise est toujours valable : c’est une transformation,une séparation ! 
Tout ça pour dire ,que si vous accumulez un trop plein d’énergie,  il faut la restituer : rien de mieux qu’une planète au passage pour la lui donner par assistance gravitationnelle…d’accord la planète en question s’éloignera d’un iotas du Soleil, mais qui s’en apercevra.


Dernière édition par Giwa le Lun 9 Jan 2023 - 10:25, édité 1 fois
avatar
Giwa

Messages : 12087
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 79 Masculin
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas


La  force tangentielle de freinage en orientant la voile en vent travers dit inverse pour la distinguer de l’orientation classique de la voile en navigation maritime amènera celle-ci sur une orbite héliocentrique en forme de spirale assez complexe avec des périhélies de plus en plus bas, mais aussi des apohélies de plus en plus haut. En effet dans cette navigation solaire spatiale, on n’annule pas le travail de la composante transverse de la force photonique par une quille qui en navigation maritime transfert ce travail par une quille en déplaçant l’eau perpendiculaire à cette quille, Si on ne peut faire cela de manière continue en navigation solaire spatiale, on peut le faire de manière épisodique au passage d’une planète par assistance gravitationnelle.c’est d’ailleurs ce qui avait été constaté avec la trajectoire de Ikaros sur plusieurs années avec des périhélies qui se rapprochaient de l’orbite de Vènus tandis que les apohélies s’élevaient au dessus de la Terre.
Sans transfert d’énergie entre le voilier solaire et l’environnement des planètes, on restera sur une spirale divergente et non convergente, même si les périhélies peuvent se rapprocher du Soleil car en contrepartie les apohélies s’éloigneront encore plus,
avatar
Giwa

Messages : 12087
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 79 Masculin
Localisation : Draguignan

Revenir en haut Aller en bas


Il y a déjà 40 ans a été créée l'association U3P, entre amis du CNES, pour défendre le concept de voilier solaire. Une vision non comprise à l'époque.
Il y a près de 25 ans, Olivier Boisard mettait en ligne le premier site web de l'U3P et de nombreux étudiants le contactaient pour développer des projets de recherche liés à la propulsion photonique. 
Il a 2 ans, l'U3P (les mêmes membres fondateurs d'il y a 40 ans) organisait avec un brillant entrepreneur un week end de brainstorming sur les possibilités de développer une activité liée aux micro-voiles solaires.
D'abord un livre a été publié pour parler de la voile solaire puis ce projet de startup française Gama est né.
Voilà qu'a été lancé la première voile française dans l'espace. 
Tout le mérite en revient au talent et à l'énergie de Thibault Elzière (rencontré il y a 25 ans au sein même de l'U3P), et Louis de Gouyon Matignon (rencontré il y a 2 ans). 

Alors quelle satisfaction de constater que l'U3P a pu, en tant qu'"Union pour la Promotion de la Propulsion Photonique", jouer son rôle pour contribuer à ce que ce beau projet voit le jour.

Un grand merci à l'U3P et surtout si vous voulez en savoir plus et recevoir nos conseils et notre aide pour aussi devenir une start up de voile solaire avec les connaissances adéquates, contactez cette belle équipe.

Visistez le site web : L'U3P, l'Union pour la Promotion de la Propulsion Photonique - U3P (https://u3p.net)
Eve
Eve

Messages : 13
Inscrit le : 11/04/2017
Age : 41 Féminin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum