[Innovation] Les start-up françaises de l'industrie spatiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Bonjour,

Je vous propose un nouveau fil de discussion, à propos d'un sujet dont on parle trop peu sur ce forum : l'innovation en France, en particulier les start-ups. Malgré la morosité ambiante, il y a beaucoup d'entreprises qui se créent et qui essaie de faire leur nids au milieu des poids-lourds du secteur. Je pense entre autres :


  • Exotrail, qui développe des petits moteurs ioniques à effet hall. Ils proposent également des logiciels pour gérer les constellations de satellites en orbite et cherchent à développer des aggrégateurs de cubesats pour déployer ceux-ci jusqu'à leur orbite de destionation.
  • ThrustMe, qui produit également des petits moteurs électriques pour cubesats
  • Anywaves, qui développe des antennes en bandes S et X
  • Kinéis, émanation de CLS, qui prépare une constellation de satellites pour l'internet des objets (IoT) (Il y a déjà un fil sur ce forum)
  • Space Cargo Unlimited, qui organise des missions vers l'ISS pour faire des expériences financées par le privé. Ils ont envoyé du vin de Bordeaux et des vignes dans l'ISS !
  • Unseenlabs, qui traque les signaux radios émis depuis la Terre (et surtout la mer) pour lutter contre les trafics ou encore la piraterie.
  • HybridPropulsion for Space, qui travaille sur des moteurs mélangeants ergols liquides et solides.


Et il y en a plein d'autres. N'hésitez pas à les présenter, à parler de leurs projets ou de faire part ici de leur actualité ! :cheers:
Vadrouille
Vadrouille

Messages : 1722
Inscrit le : 04/10/2007
Age : 25 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


Intéressant de voir quelques "jeunes pousses" se manifester dans la haute technologie spatiale. :)xx
Astro-notes
Astro-notes
Donateur
Donateur

Messages : 13445
Inscrit le : 12/04/2006
Age : 78 Masculin
Localisation : Corse du Sud

http://astro-notes.org

Revenir en haut Aller en bas


lambda0
lambda0

Messages : 4640
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 53 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas



_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 22657
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 60 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


Cela réconforte qu’il existe tout de même des jeunes pousses innovantes en Europe.
En tout cas ce fil qui les rassemble est utile et permet ensuite- plus facilement - de retrouver  et consulter les sujets correspondants à chacune de ces jeunes pousses.
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 10866
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Cinq projets prometteurs retenus par le Cnes pour les lanceurs spatiaux du futur

Lors de la finale d’un challenge R&D dédié aux lanceurs et organisé par le Centre national d’études spatiales (Cnes) le 24 juin, dix projets ont été présentés. Tous ont été récompensés mais cinq sont repartis avec le gros lot : un contrat de 100 000 euros pour aller au bout de leur proposition.
L’idée d’un challenge R&D est née lors de la journée de l’innovation du Centre national d’études spatiales (Cnes) qui s’était tenue à Toulouse le 7 février dernier. Dédiée aux lanceurs, cette première édition s’est tenue le 24 juin. L’initiative a vocation à être ultérieurement élargie à d’autres domaines du spatial.
L’idée est de faciliter l’accès aux moyens de financement du Cnes aux start-up, PME et laboratoires de recherche. Le Cnes indique avoir reçu 84 propositions. Parmi elles, dix projets ont été sélectionnés pour la grande finale. Après une brève présentation, tous sont repartis avec un contrat. Cinq ont reçu 50 000 euros. Les cinq autres ont eu les faveurs du jury en repartant avec 100 000 euros pour aller au bout de leur proposition. Zoom sur ces cinq favoris considérés comme les plus prometteurs.

UPC : Le son pour mesurer la masse d’ergols

En microgravité, la mesure de la masse d’ergols dans un réservoir est complexe car le liquide prend des configurations aléatoires dans son contenant. Directeur du laboratoire de microgravité de l’Université Polytechnique de Catalogne (UPC), à Barcelone (Espagne), Ricard Gonzalez-Cinca propose une méthode de mesure par « spectral mass gauging », grâce à des ondes acoustiques envoyées à travers le réservoir et mesurées par des capteurs accéléromètres sur la paroi. « Nous voulons en particulier étudier la sensibilité de cette technique aux mouvements du fluide et aux bruits, ainsi qu’à la présence de mélanges de fluides », précise-t-il. Le projet prévoit la mise au point d’un premier prototype pour des tests en laboratoire, et d’un second pour des essais en microgravité dans une tour.

Oledcomm : La lumière pour communiquer sans fil

Après les avions, le spécialiste des communications optiques sans-fil (Li-fi) Oledcomm vise l’espace. Pour gagner en coût, en masse et en simplicité, la start-up propose de remplacer certains câbles par des liens Li-fi sur les lanceurs. « Cela peut être intéressant pour leur réutilisation car les liens sans fil ne sont pas détruits lors de la séparation des étages, contrairement aux liens filaires », souligne Bastien Bechadergue, directeur pré-développements chez Oledcomm. En utilisant la base technologique LiFiMax, l’entreprise envisage de développer une technologie pour atteindre 10 à 100 mégabits par seconde à une distance de 1 à 10 mètres, avec une interface compatible avec plusieurs types de bus de données, et une forme adaptée aux lanceurs. Le projet proposé va de la définition des spécifications et de l’architecture de démonstrateurs, jusqu’à leur intégration et une phase de tests.

Meliad : Le laser pour préparer les composites

Pour ArianeGroup, Meliad met déjà à profit sa technologie laser pour préparer la surface des réservoirs en aluminium des lanceurs avant le collage d’isolants. Cette solution est employée dans l'usine inaugurée l'an dernier à Brême (Allemagne) pour intégrer l'étage supérieur d'Ariane 6. « Nous maîtrisons cette technologie pour les surfaces métalliques mais nous souhaitons la développer pour des pièces en matériaux composites de grande taille et de géométrie complexe, explique Jean Duchazeaubeneix, fondateur et dirigeant de l’entreprise nantaise. Pour cela, nous avons développé une technique automatisable avec une longueur d’onde de 3 micromètres qui est absorbée par la résine époxy et n’endommage pas la fibre de carbone. » Le projet proposé vise à traiter des éprouvettes par laser et de réaliser des essais de collage et de rupture en cisaillement. La robustesse du procédé sera également évaluée

Exotrail : Le bus motorisé pour petits satellites

La société Exotrail est connue pour les moteurs ioniques à effet Hall qu’elle développe pour propulser des satellites miniatures. Elle l’est moins pour son projet de « Space Van » : un dispenseur motorisé destiné à être emporté par un gros lanceur pour mettre en orbite des petits satellites. « Nous voulons faire voler un démonstrateur de ce "Space Van" fin 2023, indique David Henri, cofondateur et dirigeant d’Exotrail. Le challenge est de permettre le lancement d’un satellite pour moins d’un million d’euros. » En plus d’une étude commerciale, le projet proposé envisage de livrer un rapport technique de conception préliminaire et d’identifier les verrous techniques à lever.

Pytheas Technology : Un réseau piézo pour l’intégrité des lanceurs

Spécialiste de la conception et de la fabrication de dispositifs piézoélectriques, Pytheas Technology propose de développer un système de diagnostic structurel embarqué afin de vérifier l’intégrité d’un étage récupéré. Pour cela, l’idée est d’intégrer un réseau d’émetteurs-récepteurs ultrasonores à base de couches minces piézoélectriques aux pièces structurelles du lanceur pour détecter, localiser et caractériser des défauts. « C’est une technologie légère et compacte : chaque nœud fait entre 2 et 3 grammes », assure Frederic Mosca, directeur général de Pytheas Technology. Le projet proposé vise à faire des tests sur une partie d’un tronc de cône d’adaptateur de charge utile instrumenté avec un réseau d’émetteurs-récepteurs. Une seconde phase visera à cartographier et caractériser les défauts de la pièce.
Source : https://www.industrie-techno.com/article/un-premier-challenge-r-d-et-cinq-projets-prometteurs-retenus-par-le-cnes-pour-les-lanceurs-du-futur.61001

Commentaire personnel : Le Space Van d'Exotrail ressemble beaucoup au dispenseur motorisé Ion de la start-up italienne D-Orbit, qui doit être lancé avec la prochaine Vega (VV16, qui a du mal à décoller...)
Vadrouille
Vadrouille

Messages : 1722
Inscrit le : 04/10/2007
Age : 25 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


Cela se passe du côté de Seattle mais l'entreprise compte deux fondateurs français, la société Orbite veut se lancer dans le business du tourisme spatial. Apparemment l'objectif serait d'établir des complexes hoteliers + centres d'entrainement pour astronautes en herbe.

Il se murmure aussi que l'entrepreneur français Nicolas Gaume, propriétaire d'un hôtel près d'Arcachon aimerait bien en faire un camp de base pour les passagers commerciaux de l'Airbus Zéro G de Novespace, basé à Bordeaux Mérignac non loin de là.

[Innovation] Les start-up françaises de l'industrie spatiale Rsz_orbite_ngaume_jandrews_sstabile-879x485

Space hospitality startup to establish training complex
by Debra Werner — July 14, 2020

Orbite, a Seattle startup, plans to establish itself as "the social nexus to train and accommodate" future suborbital and orbital space travelers, the company announced July 14, 2020. Orbite is led by Nicolas Gaume, Sophie Stabile and Jason Andrews. Credit: Orbite  
SAN FRANCISCO – Orbite Corp., a Seattle startup founded by American entrepreneur Jason Andrews and French entrepreneur Nicolas Gaume, announced plans July 14 to establish a Spaceflight Gateway and Astronaut Training Complex offering luxury accommodations, dining and recreation for commercial astronauts, their friends and families.
“It’s been clear during my two-plus decades in this industry that commercial human spaceflight was going to happen,” Andrew, who founded Andrews Space, Spaceflight and Blacksky before merging the companies under Spaceflight in 2015, said in a statement. “There are now four new human-capable vehicles going into operation this year. The 2020s will be the decade of commercial human spaceflight.”
Andrews and Gaume, a technology and media startup veteran who founded Luxembourg-based Space Cargo Unlimited, are not yet ready to discuss the location of the new spaceflight training complex.
“We still have a lot of work to do,” Gaume told SpaceNews. “Later on, we will disclose the location as well as the architectural team that is supporting us.”
The existence of Orbite, whose name means orbit in French, has been under wraps since Andrews and Gaume established the startup in Seattle in early 2019. Orbite is revealing its existence now, Gaume said, because the firm has its leadership team in place as well as plans to begin offering training in late 2021 and to open a training complex in 2023.
Sophie Stabile, former CEO of Hotels Services of France and Switzerland within the AccorHotels Group, is Orbite’s chief financial officer.
Orbite’s announcement comes on the heels of SpaceX transporting astronauts to the International Space Station in its Crew Dragon. In addition, Virgin Galactic and Blue Origin are preparing to offer commercial suborbital flights. Axiom Space, meanwhile, is developing a commercial module for the International Space Station under a $140 million firm fixed price NASA contract announced earlier this year.
“Obviously, all of the companies will have their own preparation and training programs,” Gaume said. “But we want to create a space that is so unique that it allows you to discover every single aspect of all these opportunities.”
Prior to founding and co-founding technology and media companies, Gaume was exposed to the hospitality industry by his father, a chef in a hotel restaurant in southwestern France. He serves on the board of Groupe Gaume, the family real estate and hospitality business.
“I’ve been exposed from a very young age to the dynamics of creating an amazing experience,” Gaume said.
Orbite will offer customers physical, psychological and skill-set training to ensure they get maximum enjoyment from their spaceflight experience, Gaume said. Orbite also will help “connect the dots” for customers who may start with zero gravity flights, then purchase suborbital rides before traveling to low Earth orbit or further, he added.
Gaume compares the complex Orbite plans to construct to a base camp in the Himalaya Mountains.
“You’re in this critical place where you have all these people with stories and knowledge to share,” Gaume said. “You have a place to practice until you are ready to go into the adventure.”
Orbite plans to establish operations in the United States and Europe, “potentially expanding based on
market opportunities and space transportation operations,” according to the news release.

https://spacenews.com/orbite-to-train-astronauts/
Vadrouille
Vadrouille

Messages : 1722
Inscrit le : 04/10/2007
Age : 25 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum