Tourisme spatial : ça se bouscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tourisme spatial : ça se bouscule Empty Tourisme spatial : ça se bouscule

Message Mer 1 Mar 2006 - 13:42

Revenir en haut Aller en bas


Et ben dit donc !!
Si ca continue comme ca je pourrait aller dans l'espace pour pas trop cher et surtout dans d'autres conditions quelles celles prevues a l'origine !! ( je voulais y envoyer mes cendres....).

Aller j'ai 34 ans alors pour mon cadeau de retraite, un petit bon dans l'espace ? Merci ma fille !!!
avatar
lot51

Messages : 1256
Inscrit le : 17/10/2005
Age : 49 Masculin
Localisation : Reims (Marne)

Revenir en haut Aller en bas


@lot51 a écrit:Et ben dit donc !!
Si ca continue comme ca je pourrait aller dans l'espace pour pas trop cher


Loin de moi l'idée de vouloir casser ton rêve ...
Boire une bière au bar et faire un tour dans les boutiques Virgin de "l'airport" cela parait probable.

Concevoir et construire le vaisseau spatial, le lanceur (man-rated) ... et tout cela pour "pas trop cher" j'ai personnellement pas mal de doutes..

🇳🇴
montmein69
montmein69

Messages : 17905
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Bah, on est juste au début du gonflement de la bulle.
2008-2010 : entrée en service de plusieurs avions suborbitaux
2010-2015 : nombreux compétiteurs, des milliards de dollars déversés dans le secteur par les investisseurs
2015 : accidents spectaculaires, faillites retentissantes, scandales financiers. Eclatement de la bulle et chute de la bourse
2015-2020 : fusions/acquisitions, disparition des "petits", stabilisation des technologies pour le vol suborbital.
2020 : premiers essais de véhicules "touristiques" orbitaux. Reprise de la croissance du secteur à rythme modéré. Sport toujours réservé aux millionnaires en mal d'émotions fortes.

On peut rajouter dix ans si on veut...

A+
lambda0
lambda0

Messages : 4670
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:on est juste au début du gonflement de la bulle ...

La question reste de savoir si la fiabilité sera meilleure que celle des vols actuels (disons entre 1 et 2 % d'échecs). Si l'on compte un minimum d'1 vol hebdomadaire (ce qui, d'ailleurs, était prévu pour la navette à l'origine) il semble difficile d'imaginer qu'il n'y ait pas d'accident (s) sur cinq ans. Ceci dit, je ne sais pas si les accidents des sports à risque ont empêché la poursuite de leur pratique.
avatar
Patrick
Invité


Revenir en haut Aller en bas


Un avion suborbital n'a pas grand chose à voir avec la navette...
Donc, difficile de prévoir un taux d'accident en se basant sur les systèmes existants : ce n'est pas un avion classique, puisqu'il y a un moteur fusée, ce n'est pas non plus un véhicule spatial avec un lanceur à plusieurs étages, les contraintes de rentrée atmosphérique n'ont rien à voir...
Tout celà incite à penser que le risque se situe quelque part entre l'avion de chasse et le véhicule spatial.

A+
lambda0
lambda0

Messages : 4670
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit: Un avion suborbital n'a pas grand chose à voir avec la navette...

Ce que je voulais évoquer, c'était les prévisions optimistes qui sont envisagées avant ou au début d'un programme


@lambda0 a écrit: Tout celà incite à penser que le risque se situe quelque part entre l'avion de chasse et le véhicule spatial.

Le X-15 que nous évoquions il y a quelques jours a eu qq vols "acrobatiques" dont un mortel. Et tous les vols n'ont pas été effectué à très haute altitude. Bien sûr, les progrès de l'avionique laisse penser que le contrôle les vols seront plus sûrs, mais, amha, je crains qu'on pêche par excès de confiance.

Je ne suis pas contre les vols spatiaux commerciaux, mais j'essaie d'être réaliste. Même si les performances sont différentes, je garde le souvenir de Soyouz où on partait en manches de chemise, de capsules Apollo où l'atmosphère était d'oxygène pur pour gagner du poids, de fusées Ariane-5 avec des logiciels d'Ariane-4, etc ... L'expérience montre qu'on ne tient pas toujours compte des leçons du passé, ou rarement. tant mieux si je me trompe.
avatar
Patrick
Invité


Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:2020 : premiers essais de véhicules "touristiques" orbitaux. Reprise de la croissance du secteur à rythme modéré.
Tant qu'on en restera aux vols suborbitaux, effectivement, le secteur ne devrait pas trop décoller ...
Pour les vols orbitaux, on attend toujours le 1er vol privé ...
En vérité, il n'est pas évident que ce secteur finisse vraiment par percer un jour car la construction et maintenance d'une station spatiale est chère et sa durée de vie n'est de toute façon que d'une vingtaine d'années grand maximum. Et s'il n'y a pas de station spatiale permanente, il n'y a pas grand intérêt à préférer un vol orbital à un vol suborbital, non ?
En tout cas, ça ne me parait pas gagné d'avance ...
Argyre
Argyre

Messages : 3386
Inscrit le : 31/01/2006
Age : 54 Masculin
Localisation : sud-ouest

Revenir en haut Aller en bas


Patrick R2 a écrit:
Ce que je voulais évoquer, c'était les prévisions optimistes qui sont envisagées avant ou au début d'un programme

Nous sommes bien d'accord ;)
L'optimisme des ingénieurs technophiles, c'est déjà pas triste, mais ce n'est pas grand chose à côté de celui des marchands, des entrepreneurs, et des financiers !
Alors, évidemment, pour une fois que les arbres peuvent vraiment grimper jusqu'au ciel...
lambda0
lambda0

Messages : 4670
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@Argyre a écrit:
En vérité, il n'est pas évident que ce secteur finisse vraiment par percer un jour car la construction et maintenance d'une station spatiale est chère et sa durée de vie n'est de toute façon que d'une vingtaine d'années grand maximum. Et s'il n'y a pas de station spatiale permanente, il n'y a pas grand intérêt à préférer un vol orbital à un vol suborbital, non ?

Ben il doit y en avoir quelques uns par ici qui ne cracheraient par dessus... ;)
Pas besoin de station pour un vol orbital de 2 ou 3 jours.

Mais bon, de toute façon, pour des raisons physiques et techniques de base, même si ça se fait un jour, ça restera un jeu de milliardaires : il faut des milliers de fois plus d'énergie pour envoyer un gars en orbite que pour traverser l'Atlantique en avion.

A+
lambda0
lambda0

Messages : 4670
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit: Alors, évidemment, pour une fois que les arbres peuvent vraiment grimper jusqu'au ciel...

Belle métaphore ...

;)
avatar
Patrick
Invité


Revenir en haut Aller en bas


Début HS
Conseil de lecture pour les amateurs de SF :
Un roman original de Brian Aldiss, "Le monde vert". Un classique.
En ce futur inimaginable, sous un soleil blafard rougeoyant, la paresseuse rotation de la Terre avait immobilisé la Lune dans le ciel, et une jungle conquérante partie à l'assaut des cieux offraient des ponts de lianes jusqu'au satellite à une humanité arboricole revenue depuis longtemps à une vie primitive.

La solution ultime à la conquête spatiale, quoi... :cyclops:

Fin HS
lambda0
lambda0

Messages : 4670
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:... une humanité arboricole revenue depuis longtemps à une vie primitive.

La solution ultime à la conquête spatiale, quoi... :cyclops:

Il y en a bien, du côté de Baïkonour, qui ont construit des garages avec des morceaux de N-1
avatar
Patrick
Invité


Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:Début HS
Conseil de lecture pour les amateurs de SF :
Un roman original de Brian Aldiss, "Le monde vert". Un classique.
En ce futur inimaginable, sous un soleil blafard rougeoyant, la paresseuse rotation de la Terre avait immobilisé la Lune dans le ciel, et une jungle conquérante partie à l'assaut des cieux offraient des ponts de lianes jusqu'au satellite à une humanité arboricole revenue depuis longtemps à une vie primitive.

La solution ultime à la conquête spatiale, quoi... :cyclops:

Fin HS
L'histoire et la métaphore sont vraiment géniaux !!
Space Opera
Space Opera
Modérateur
Modérateur

Messages : 12326
Inscrit le : 27/11/2005
Age : 47 Masculin
Localisation : France

https://www.forum-conquete-spatiale.fr

Revenir en haut Aller en bas


Patrick R2 a écrit:
@lambda0 a écrit: Un avion suborbital n'a pas grand chose à voir avec la navette...

Ce que je voulais évoquer, c'était les prévisions optimistes qui sont envisagées avant ou au début d'un programme


@lambda0 a écrit: Tout celà incite à penser que le risque se situe quelque part entre l'avion de chasse et le véhicule spatial.

Le X-15 que nous évoquions il y a quelques jours a eu qq vols "acrobatiques" dont un mortel. Et tous les vols n'ont pas été effectué à très haute altitude. Bien sûr, les progrès de l'avionique laisse penser que le contrôle les vols seront plus sûrs, mais, amha, je crains qu'on pêche par excès de confiance.

Je ne suis pas contre les vols spatiaux commerciaux, mais j'essaie d'être réaliste. Même si les performances sont différentes, je garde le souvenir de Soyouz où on partait en manches de chemise, de capsules Apollo où l'atmosphère était d'oxygène pur pour gagner du poids, de fusées Ariane-5 avec des logiciels d'Ariane-4, etc ... L'expérience montre qu'on ne tient pas toujours compte des leçons du passé, ou rarement. tant mieux si je me trompe.
Ca me fait penser à un papier qui expliquait que le risque décroissait avec le nombre d'heures de vols. Plus on vole, plus on apprends ce qu'il faut faire et ne pas faire, plus on évite les bricolages malheureux les mauvaises économies etc... Si tirer un véhicule spatial habité chaque semaine voire chaque jour était une obligation économique comme cela le fut très tot dans l'histoire de l'aviation la fiabilité suivrait comme conséquence de l'intensité de l'activité.

_________________
Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages. (Carlo Dossi)
Tourisme spatial : ça se bouscule 1458782828-discovey2001-terre
Henri
Henri
Modérateur
Modérateur

Messages : 4839
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 64 Masculin
Localisation : Strasbourg, France

http://goo.gl/GrrJMb

Revenir en haut Aller en bas


@Henri a écrit: ... Si tirer un véhicule spatial habité chaque semaine voire chaque jour était une obligation économique comme cela le fut très tot dans l'histoire de l'aviation la fiabilité suivrait comme conséquence de l'intensité de l'activité.


Statistiquement, c'est tout à fait exact. Le problème est que les accidents arriveront logiquement plutôt au début et donc il sera intéressant d'en voir l'impact sur l'aspect commercial. Il faut voir aussi l'incidence qu'aura sur la fiablité la nécessité de rentabilité. La fiabilité supérieure à 99 % coûte très cher et chaque dixième gagné encore plus.
avatar
Patrick
Invité


Revenir en haut Aller en bas


Patrick R2 a écrit:
@Henri a écrit: ... Si tirer un véhicule spatial habité chaque semaine voire chaque jour était une obligation économique comme cela le fut très tot dans l'histoire de l'aviation la fiabilité suivrait comme conséquence de l'intensité de l'activité.


Statistiquement, c'est tout à fait exact. Le problème est que les accidents arriveront logiquement plutôt au début et donc il sera intéressant d'en voir l'impact sur l'aspect commercial. Il faut voir aussi l'incidence qu'aura sur la fiablité la nécessité de rentabilité. La fiabilité supérieure à 99 % coûte très cher et chaque dixième gagné encore plus.
C'est peut-être aussi la recherche de la fiabilité avec le minimum d'expérience qui est couteux. Autant vouloir déboger par avance un programme informatique à 99,99% en le testant à minima.
Dans le même ordre d'idées j'avais lu un papier de l'ESA (je crois) qui faisait remarquer que près de 40% des pertes de véhicules spatiaux étaient la conséquence de problèmes de propulsion (comme dans l'aviation des années 30 à 50) alors que ce taux est devenu négligeable dans l'aviation moderne face aux autres sources de pannes fatales.

Maintenant je pense que les parallèles entre astronautique et aviation sont peut-être interessants pour ce genre d'études, mais pas sous l'angle historique où c'est plutot la marine que l'aviation qui évoque ce à quoi est confronté l'astronautique : découvrir et explorer des zones inhabitées et inexploitées. L'aviation s'est développée rapidement car elle mettait en communication des zones qui avaient déjà été découvertes, explorées, exploitées et peuplées à l'aide de la marine.

_________________
Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages. (Carlo Dossi)
Tourisme spatial : ça se bouscule 1458782828-discovey2001-terre
Henri
Henri
Modérateur
Modérateur

Messages : 4839
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 64 Masculin
Localisation : Strasbourg, France

http://goo.gl/GrrJMb

Revenir en haut Aller en bas


@Henri a écrit: Maintenant je pense que les parallèles entre astronautique et aviation sont peut-être interessants pour ce genre d'études

Pour les vols suborbitaux commerciaux ça reste comparable car il s'agira de vols routiniers (décollages/atterrissages, altitude, durée, etc ...). De ce point de vue ce sera plus facile de gérer les améliorations.
D'ailleurs, dans cette discussion, il faut tenir compte également du nombre de vols d'essais qui seront effectués avant la phase opérationnelle.
avatar
Patrick
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum