Cosmic Vision : les missions scientifiques de l'ESA

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


ou la, une mission de plus pour Vénus (sa faisait tellement longtemps qu'on les attendais). sa fait plaisir de voir que la sélection de veritas n'a pas affecté envision.

phenix

Messages : 2925
Inscrit le : 22/02/2015

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas


phenix a écrit:ou la, une mission de plus pour Vénus (sa faisait tellement longtemps qu'on les attendais). sa fait plaisir de voir que la sélection de veritas n'a pas affecté envision.

En fait à la lecture de l'article on comprend même qu'il y a eu coordination. Les trois missions sont complémentaires et opéreront en même temps.
Outan
Outan

Messages : 1222
Inscrit le : 30/08/2007
Age : 40 Masculin
Localisation : Allemagne

Revenir en haut Aller en bas


Le Comité d'experts pour la grande mission couvrant le thème scientifique "Lunes des planètes géantes", d'après un appel à proposition lancé par l'ESA en 2021, recommande pour le programme Voyage 2050 qui fera suite a Cosmic Vision, dans l'ordre d'interet: Une mission vers Encelade, une mission vers Titan, ou une mission vers Europe.

https://www.esa.int/Science_Exploration/Space_Science/Saturn_s_moon_Enceladus_top_target_for_ESA
https://cosmos.esa.int/documents/1866264/1866292/ESA_L4_Expert_Committee_report_Voyage_2050_Moons_of_the_Giant_Planets.pdf

ESA a écrit:Les principales conclusions du Comité d’experts sont les suivantes :
● Toute mission future sur ces lunes glacées nécessitera l'expertise d'un large éventail de scientifiques de la communauté planétaire pour atteindre les principaux objectifs identifiés. En outre, même si l'objectif principal de cette mission sera basé sur l'habitabilité des lunes glacées, il est essentiel qu'une mission ambitieuse de l'ESA L4 fasse progresser notre connaissance de ces lunes glacées sous tous les angles et vise à impliquer et à informer la communauté de recherche planétaire au sens large. .
● Afin de réaliser des avancées transformatrices par rapport aux missions précédentes, notamment avec la recherche de biosignatures et l'identification de la chimie prébiotique, la mission doit impliquer l'acquisition d'échantillons in situ. Un atterrisseur sur une lune glacée est l'objectif principal pour acquérir des échantillons vierges, mais l'échantillonnage du panache est également envisagé pour accéder à de la nouvelle matière du sous-sol.
● Encelade est le candidat optimal pour la mission L4. Encelade est considérée comme un environnement habitable, répondant aux exigences clés pour soutenir et maintenir la vie. Une future mission sur Encelade approfondirait considérablement nos connaissances et ferait des progrès considérables par rapport à la dernière mission visant à visiter Encelade (Cassini-Huygens). Compte tenu de la combinaison de sa pertinence scientifique et du fait qu'aucune agence spatiale n'a sélectionné de futures missions vers Encelade, cette lune est donc considérée comme la cible la plus convaincante pour une future grande mission de l'ESA. L'étude de l'ESA montre qu'une configuration de lancement double (A64+A64), avec rendez-vous proche de la Terre avant la fuite, en plus d'un orbiteur Encelade, permettrait de livrer un atterrisseur d'environ 800 kg à la surface d'Encelade. Cela pourrait accueillir par exemple 23 kg de charge utile scientifique et environ 250 kg de masse de batterie garantissant au moins 30 jours de fonctionnement ou bien une charge utile scientifique plus importante avec une durée de vie réduite.
● Titan suit Encelade en termes de priorité. Il est clair que de grandes améliorations dans nos connaissances actuelles pourraient être réalisées avec un atterrisseur et/ou un orbiteur autour de Titan. Dans le cas d'un atterrisseur, même si la mission Dragonfly de la NASA permettra d'approfondir nos connaissances, nous proposons ici spécifiquement l'étude des sédiments lacustres, un type d'environnement d'atterrissage très différent qui ne sera pas étudié par Dragonfly. Cependant, afin d'atteindre pleinement les objectifs, la conception de la mission devrait inclure un orbiteur Titan, une phase de reconnaissance et un système autonome de détection et d'évitement des dangers pour garantir des atterrissages ciblés et sûrs sur des terrains sélectionnés, ainsi qu'un vaisseau-mère fournissant suffisamment de puissance pour permettre une gamme diversifiée de mesures.
● Que ce soit pour une mission Encelade ou Titan, nous suggérons fortement d'effectuer des survols de ces deux lunes. Toute mission prévue vers le système saturnien devrait impliquer des survols du panache d'Encelade et un tour des lunes supplémentaire se concentrant au moins sur les lunes considérées comme potentiellement hébergeant un sous-sol liquide. La découverte récente que Mimas est probablement un jeune monde océanique en évolution, implique qu'une attention particulière devrait être accordée à un plus grand nombre de survols rapprochés de Mimas.
● Un atterrisseur sur Europe ne semble pas réalisable à l'heure actuelle. Avec les prochaines missions JUICE et NASA Europa Clipper, un atterrisseur sur Europe serait une condition minimale pour approfondir considérablement nos connaissances sur ce corps. Toutefois, compte tenu des restrictions technologiques actuelles, cela ne semble pas plausible. Cela souligne l’importance de nouveaux progrès technologiques. Le Comité d’experts souhaite noter que l’adoption de la proposition de double lanceur a été introduite relativement tard dans les activités du Comité d’experts et qu’une étude complète de la manière dont un double lancement affecterait une mission d’atterrisseur Europa n’a pas été réalisée.
● Le Comité d'experts note également que la disponibilité d'options d'alimentation et de chauffage par radio-isotopes (RTG et RHU) apporterait une amélioration considérable à chacun des profils de mission étudiés, permettant davantage de ressources (par exemple, énergie et données) et une durée de vie plus longue. Pour chaque mission, par exemple, la durée de vie de l'atterrisseur pourrait être augmentée de quelques semaines à plusieurs années, tout en augmentant en même temps la portée et la capacité de sa charge utile scientifique.
● Le Comité d'experts note qu'une mission de retour d'échantillons depuis une lune des planètes géantes aurait probablement d'énormes retombées scientifiques. Cependant, les limites de la technologie actuelle, la connaissance des corps cibles et le coût font que ce type de mission est considéré comme dépassant le cadre de la mission L4. Néanmoins, une étude plus approfondie sur ce type de mission devrait être menée à l'avenir.

Cosmic Vision : les missions scientifiques de l'ESA - Page 7 Encela10
Ambitieux....
Bonne chance pour la sélection et le financement maintenant.
TheRathalos
TheRathalos

Messages : 348
Inscrit le : 11/12/2022
Age : 24 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas


Wov ! un programme alléchant.

On verra s'il garde ses ambitions ..... ou s'il se dégonfle façon baudruche percée . Gardons le cap et tout le monde sera content.

Des équipes vont commencer à se mobiliser , concevoir, construire  ..... l'exploration robotique de l'espace lointain a de belles choses à réaliser.
montmein69
montmein69
Donateur
Donateur

Messages : 20729
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 73 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum