PortailForumRechercherS'enregistrerConnexionAccueil
Partagez | 
 

 Politique spatiale européenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
jassifun




Nombre de messages : 754
Date d'inscription : 07/06/2007

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptySam 30 Nov 2019 - 13:25

Je m'excuse si j'ai fâché des ingénieurs ici. Je suis naturellement méchante. Et quand on ambitionnait de devenir ingénieur et qu'on finit par tenir un bar cela n'adoucit pas...
Revenir en haut Aller en bas
BBspace
Rédacteur FCS
Rédacteur FCS

BBspace

Masculin Nombre de messages : 1964
Age : 71
Localisation : Seine-et-Marne
Date d'inscription : 21/11/2009

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptySam 30 Nov 2019 - 16:14

jassifun a écrit:
Pas les Anglais... British Aerospace avait un projet de capsule habitée.

http://www.astronautix.com/m/multi-rolercoverycapsule.html

Les Allemands c'était encore pire, ils voulaient faire Sänger 2 megalol

Les anglais voulaient faire Hotol, avec des ailes...
Revenir en haut Aller en bas
katalpa


katalpa

Féminin Nombre de messages : 2171
Age : 52
Localisation : Mars
Date d'inscription : 12/05/2013

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptySam 30 Nov 2019 - 18:52

Revenir en haut Aller en bas
https://jacques-abeasis.cabanova.com/
GNU Hope


GNU Hope

Masculin Nombre de messages : 412
Age : 53
Localisation : Jargeau Loiret
Date d'inscription : 25/07/2016

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptySam 30 Nov 2019 - 21:32

jassifun a écrit:
Et mon truc sur les ingénieurs en aéronautique dans le spatial ça marche toujours...

Pour moi c'est pourquoi on n'a pas "vu" le concept Falcon 9. A chaque fois que j'ai vu des projets d'étages réutilisables en Europe, c'était des fuselages avec une petite voilure qui venaient se reposer horizontalement sur piste... L'atterrissage propulsif quelle horreur.

En fait, pas mal de monde dont des scientifiques, pensaient que la rétropropulsion ne fonctionnerait pas, surtout dans l'atmosphère. Les américains non plus d'ailleurs puisque ils ont réalisé la navette avec le succès "mitigé" que l'on sait. Il faut reconnaitre à Elon Musk, le courage d'avoir parié sur un concept qui n'avait jamais été testé et qui aurait pu lamentablement échouer.
Maintenant, on sait que ça marche et même plutôt bien.
Revenir en haut Aller en bas
bds973




Masculin Nombre de messages : 1006
Age : 43
Localisation : kourou
Date d'inscription : 16/01/2011

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyDim 1 Déc 2019 - 8:14

BBspace a écrit:
jassifun a écrit:
Pas les Anglais... British Aerospace avait un projet de capsule habitée.

http://www.astronautix.com/m/multi-rolercoverycapsule.html

Les Allemands c'était encore pire, ils voulaient faire Sänger 2 megalol

Les anglais voulaient faire Hotol, avec des ailes...

je ne parlerai pas de Hermes voulue par les francais pour mettre P. Baudry aux commandes...
Revenir en haut Aller en bas
Anovel
Donateur
Donateur



Masculin Nombre de messages : 1078
Age : 61
Localisation : 62 Le Portel
Date d'inscription : 03/10/2017

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyDim 1 Déc 2019 - 9:01

Dans le domaine des recherches d'ingénieurs il y a le projet "Sabre" qui est un "Hotol" nouvelle génération !
Cela finira par se concrétiser, mais c'est pas pour un avenir proche car les défis techniques sont multiples.
Pour ne citer que les plus visibles : l'échangeur de chaleur de l'entrée d'air, le compresseur qui suit, la stabilité de combustion dans le temps .... j'en passe et des meilleurs !

Donc pour le moment la rétro-propulsion est encore la meilleure piste pour un lanceur réutilisable.
Revenir en haut Aller en bas
jassifun


jassifun

Féminin Nombre de messages : 754
Age : 32
Localisation : Baden Baden
Date d'inscription : 07/06/2007

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 9:20

L'article de spaceflightnow clarifie (pour moi) les conclusions sur Orion ESM de la Conference.

Earth observation, deep space exploration big winners in new ESA budget

Citation :
ESA member states put up money for two Orion service modules at this week’s summit in Seville. The power and propulsion modules will fly with NASA’s Orion spacecraft carrying astronauts to the moon on the Artemis 3 and Artemis 4 missions, which will lift off on top of NASA’s Space Launch System heavy-lift rocket.


Donc l'ESA participera à Artemis I à IV.
Revenir en haut Aller en bas
nikolai39
Admin
Admin

nikolai39

Masculin Nombre de messages : 9626
Age : 34
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 15/05/2006

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 9:36

jassifun a écrit:
L'article de spaceflightnow clarifie (pour moi) les conclusions sur Orion ESM de la Conference.

Earth observation, deep space exploration big winners in new ESA budget

Citation :
ESA member states put up money for two Orion service modules at this week’s summit in Seville. The power and propulsion modules will fly with NASA’s Orion spacecraft carrying astronauts to the moon on the Artemis 3 and Artemis 4 missions, which will lift off on top of NASA’s Space Launch System heavy-lift rocket.


Donc l'ESA participera à Artemis I à IV.

Ce que j'aimerais savoir, mais que je ne sais pas, c'est quelle période d'exploitation de l'ISS est couverte par ces deux ESM.

Si ma mémoire est bonne, les ESM 1 et 2 servaient à payer notre loyer jusqu'en 2017. Depuis, les informations sur le sujet sont inexistantes...

_________________
Kosmonavtika - Le site de l'Espace russe
Revenir en haut Aller en bas
https://www.kosmonavtika.com
jassifun


jassifun

Féminin Nombre de messages : 754
Age : 32
Localisation : Baden Baden
Date d'inscription : 07/06/2007

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 9:48

Europas verpasste Chance

Citation :
Espace: opportunité manquée de l'Europe

Les États membres de l'ESA mettent davantage d'argent à la disposition de l'Espace. Cependant, les problèmes majeurs de l'astronautique européenne ne peuvent être résolus de cette façon.

de Alexandre Stirn

L'Europe veut aller sur la lune. Elle veut aller sur Mars. Elle veut continuer ses recherches sur la station spatiale ISS. Elle veut observer la terre, lancer des fusées, découvrir les secrets de l'univers. L'Europe veut beaucoup - et cela coûte cher: les 22 États membres de l'Agence spatiale européenne (ESA) ont débloqué 14,4 milliards d'euros lors de leur réunion ministérielle à Séville, en Espagne, jeudi. Un montant record, dont se réjouit l'ESA.   

Mais l'argent seul ne résout aucun problème. Pas si les dépenses sont réparties entre un grand nombre de projets partiellement sous-financés. Et surtout pas lorsque les problèmes sont structurels et politiques. A cause de cela, l'ESA en a encore beaucoup. Seules de petites mesures ont été prises à Séville pour enfin résoudre les problèmes.

Pas de la rocket science, mais encore plus compliqué


Une fois de plus, il a été démontré que les négociations budgétaires de l'ESA ne sont pas de la rocket science. Elles sont plus compliquées. Certains des programmes décidés par le Conseil des ministres sont obligatoires, tandis que d'autres sont volontaires. Certains doivent être financés pour trois ans, d'autres pour cinq ans. Plus important encore, les intérêts souvent divergents de 22 États membres doivent être réconciliés . Les gouvernements qui considèrent - avec tout leur amour pour l'espace - l'astronautique avant tout comme un instrument de politique économique , et ceux qui se posent une question: comment pouvons-nous utiliser l'ESA pour amener les missions qui apporteront le plus d'avantages à l'industrie spatiale dans notre pays.

Séville n'était pas une exception. Au contraire. A titre d'exemple, cela montre une fois de plus ce qui est probablement le plus gros problème en Europe: la fusée Ariane 6. En 2014, les ministres de l'ESA ont décidé de créer un successeur à leur ancienne Ariane 5 , chère, surdimensionnée et obsolète . La France aurait souhaité disposer d'une fusée à combustible solide en raison de la compétence française dans ce domaine. L’Allemagne, l’un des leaders dans le domaine de la propulsion à hydrogène, souhaitait une fusée avec , bien sûr , une propulsion à hydrogène. 
   
Ariane 6

Le résultat est un compromis européen typique: les première et deuxième étages de l'Ariane 6 sont à combustion reposant sur l'hydrogène, complété par deux ou quatre propulseurs d'appoint à poudre. C'est devenu une fusée solide avec quelques améliorations de la technologie et de la production, mais pas un grand succès. Mais avant tout, le marché des fusées est a present en rapide mutation, et allait bientôt être dominé par la société SpaceX basée en Californie - avec des prix féroces de 56 millions d’ euros par lancement, une production de masse bon marché, avec du kérosène bon marché, avec un première étage réutilisable . Ariane 6, dont le premier lancement est maintenant prévu pour la fin de 2020, est et reste un produit à usage unique. Un produit jetable coûteux d' environ 80 millions d'euros.     
   
La réponse à Séville? On continue. Environ deux milliards d'euros seront consacrés aux fusées européennes au cours des trois prochaines années. L’argent facilitera entre autres la transition d’Ariane 5 à Ariane 6, mais appuiera également les 14 premiers lancements de la nouvelle fusée après son vol inaugural , une subvention qui était auparavant considérée comme exclue du programme Ariane 6 .       

Plus de 250 millions d’euros serviront également au développement de technologie des fusées, y compris un nouveau moteur appelé Prometheus, capable de brûler du méthane au lieu de l’hydrogène. Bien que l'ESA annonce que des développements individuels de Prometheus pourraient déjà être intégrés à l'Ariane 6, le moteur dans son ensemble ne devrait décoller qu'à la fin de la prochaine décennie. Des concurrents tels que SpaceX et Blue Origin testent quant à eux leurs moteurs au méthane au banc d'essai.    

Développement douteux d'une fusée coûteuse


Tous les millions pour le développement futur, ce sont finalement des actions cosmétiques, un programme de relance économique pour l'industrie. Mais elles ne sauveront pas l’avenir commercial de la fusée. Certainement: Il y a de bonnes raisons de faire Ariane 6, par exemple, de garantir un accès indépendant de l'Europe à l'Espace, comme l'avaient déjà expliqué la France et l'Allemagne dans la période qui a précédé Séville. Dans un monde où la confiance envers les alliés du passé est de moins en moins fiable, cet argument ne peut pas être facilement écarté. Mais faut-il développer la Ariane 6, dont personne ne sait combien de fois elle volera pour autant? Devez-vous toujours mettre du mauvais argent après le bon argent ?  

D'autant plus que les vrais problèmes sont plus profonds: L'un des principes de base de l'ESA est appelé Geo-Return. Chaque pays membre de l'ESA reçoit des contrats industriels pour un programme exactement selon le même ratio que celui utilisé auparavant pour financer le projet. Ce sont surtout les petits États membres, qui ne peuvent pas gérer leurs propres projets, bénéficient du système. Mais c'est inefficace. Par exemple, ArianeGroup, en tant que contractant principal d’Ariane 6, doit veiller à ce que les quotas par pays des 600 entreprises participantes soient respectés lors de l’appel d’offres et de la sous-traitance .
  
Alain Charmeau, alors à la tête du groupe Ariane, s’est plaint l’année dernière: «Nous devons développer des technologies dans des pays où elles n’existent même pas. Nous sommes obligés de coopérer avec 13 pays européens parce que l'ESA le veut ainsi. "La conclusion de Charmeau:" C'est comme s'ils mettaient un lest de 50 kilos sur leur champion au 100 mètres. Ce n'est pas la même course par rapport à la concurrence . "    

Programme de restructuration


Cela semble arriver lentement aux pays membres de l'ESA. L’industrie a été invitée à Séville à présenter un programme de restructuration d’ ici mi-2020, prévoyant notamment la fermeture de certains sites. En outre, l'ESA souhaite promouvoir indirectement le développement de petits lanceurs commerciaux - en fournissant aux nouvelles sociétés des installations d'essai ou des missions de lancement ciblées avec ces lanceurs. Cependant, seuls 53 millions d’euros sont prévus à cet effet, pas des milliards. "C'est un signal", déclare Daniel Neuenschwander, directeur des systèmes de transport spatial à l'ESA. Mais pas plus.   

A quel point les pays membres s'engagent en fonction de leur propres intérets et s'y enlisent parfois se voit pour la Lune, Mars et la station spatiale. Quelque 550 millions d'euros vont être consacrés à une ambitieuse mission robotique sur Mars qui, avec les Américains, pourrait amener pour la première fois sur Terre des échantillons de sol de la planète rouge. Environ 900 millions d'euros sont réservés à la Station spatiale internationale ISS, qui continuera à fonctionner . Après tout , sa construction a suffisamment coûté. Mais même avec ces deux projets, les avis divergent déjà. L’Allemagne, par exemple, supporte près de 50 % des coûts européens de l’ISS , mais ne consacre à Mars que 25 millions d’euros pour moins de 5 %.   
    
Mais ce n’est pas tout: l’Europe veut également s’impliquer dans la soi-disant Gateway, une nouvelle station spatiale temporairement habitée en orbite autour de la Lune, que les Américains veulent construire avec des partenaires internationaux. Plusieurs centaines de millions d'euros doivent être investis dans ce domaine. C'est assez pour commencer à construire deux modules. Cependant, deux autres tours de financement seront nécessaires pour les compléter et les lancer. C'est à dire: des réunions ministérielles avec leurs cycles de trois ans. Avant 2025, il ne faut donc pas penser à un lancement. Personne ne sait si la Gateway posera un problème à cause de la politique parfois versatile des États-Unis et son ambitieux lunaire Artemis.   

L'ESA prévoit également d'investir environ 150 millions d'euros dans un atterrisseur lunaire robotisé , une sorte de camion lunaire destiné au fret scientifique et commercial. Le montant est suffisant pour des études détaillées, mais rien de plus. Parallèlement, l’agence spatiale américaine NASA soutient et encourage la construction de cargos lunaires commerciaux qui, à l’avenir, ne voudront plus que louer des capacités de transport. Une nouvelle manière radicale et commerciale. Et un modèle pour l'Europe? Une opportunité pour les start-ups? Le chef de l'exploration de l'ESA, David Parker, secoue la tête. Après tout, il existe deux sociétés spatiales bien établies qui pourraient rivaliser pour la construction du cargo lunaire. C'est assez de concurrence.  

Deux milliards pour un pot-pourri peu réfléchi


Près de deux milliards d’euros sont prévus pour ce pot-pourri de missions plus ou moins réfléchies. Sans penser à ce que l'Europe pourrait faire, elle mettrait en commun ses intérêts - et ses finances - dans ce domaine. Il manque des choses vraiment importantes. Le directeur général de l'ESA, Johann-Dietrich Wörner, souhaitait investir 900 millions d'euros dans le domaine de la sécurité dans l'espace: pour la protection contre les tempêtes solaires qui paralysent les satellites et les réseaux électriques, pour les astéroïdes dont l'impact peut anéantir la vie, pour les collisions de satellites et les débris spatiaux qui endommagent l'infrastructure mondiale Tous en danger. Il a reçu 541 millions d'euros , soit 4,3 % du total des dépenses. "Ce n'est pas un désastre", déclare Wörner. "Nous pouvons faire ce que nous voulons. Nous devons juste retarder certaines choses. "

Cela signifie concrètement, selon Rolf Densing, directeur de l'ESA pour le fonctionnement de la mission, que: Pour la mission Hera, qui doit faire des images du bombardement d'un astéroïde par une sonde américaine, 160 millions d'euros ont été engagés. Il manque encore environ 130 millions d'euros pour la mise en œuvre, la date de lancement la plus proche possible étant 2024. Pour une alerte rapide, les satellites contre les tempêtes solaires n'ont été approuvés que par 90 millions; c'est juste assez pour le développement des instruments. Un lancement avant 2026 est donc hors de question. Et pour Adrios, un satellite destiné à capturer des débris spatiaux et à les transporter sur Terre en toute sécurité, 65 millions de personnes ont été promises. 38 millions sont toujours portés disparus, ne commencez pas avant 2025. 

À l’ avenir , compte tenu de la pléthore de satellites planifiés , les déchets spatiaux deviendront probablement un problème majeur à l’avenir. Les idées créatives seraient en demande ici. Ici, les jeunes entreprises non conventionnelles pourraient se défouler - exactement la nouvelle économie spatiale, que le coordinateur allemand de l’espace, Thomas Jarzombek, aime tant faire surgir. Dans ce cas, les États membres pourraient faire une avancée décisive pour une nouvelle industrie , prometteuse mais également risquée .     

Cela aurait été une excellente occasion pour l'Europe d'engager un nouveau voyage dans l'Espace. Pour une nouvelle agence spatiale européenne , comme l'avait demandé Wörner lors de son discours d'ouverture à Séville. Les États membres de l'ESA ont raté cette occasion.  


Dernière édition par jassifun le Lun 2 Déc 2019 - 10:31, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
ReusableFan




Masculin Nombre de messages : 1361
Age : 37
Localisation : France
Date d'inscription : 15/07/2017

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 10:24

Il y a bcp de vrai dans cet article !
Revenir en haut Aller en bas
nikolai39
Admin
Admin

nikolai39

Masculin Nombre de messages : 9626
Age : 34
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 15/05/2006

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 10:46

J'ai arrêté de le lire juste après le paragraphe qui explique que toutes les entreprises qui ne s'appellent pas SpaceX ou qui ne suivent pas la même stratégie que SpaceX sont sur le point de mourir.

_________________
Kosmonavtika - Le site de l'Espace russe
Revenir en haut Aller en bas
https://www.kosmonavtika.com
jassifun


jassifun

Féminin Nombre de messages : 754
Age : 32
Localisation : Baden Baden
Date d'inscription : 07/06/2007

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 10:53

Ah on etait si heureux si tranquilles en 2005. megalol
Revenir en haut Aller en bas
Hadéen
Donateur
Donateur

Hadéen

Masculin Nombre de messages : 1989
Age : 19
Localisation : Terra
Date d'inscription : 03/09/2016

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 11:10

Moi ce qui me gêne dans ce genre de papier, outre sa vacuité totale, c'est le concept " critiquer pour exister".
Revenir en haut Aller en bas
jassifun


jassifun

Féminin Nombre de messages : 754
Age : 32
Localisation : Baden Baden
Date d'inscription : 07/06/2007

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 11:24

Je me suis fatiguee pour rien. Je pensais que voir le point de vue des autres nations vous interesserait mais de toute evidence tout ce qui n'est pas dans le Figaro Pravda ou Ciel et Espace n'est pas de votre gout.
Revenir en haut Aller en bas
Hadéen
Donateur
Donateur

Hadéen

Masculin Nombre de messages : 1989
Age : 19
Localisation : Terra
Date d'inscription : 03/09/2016

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 11:53

jassifun a écrit:
Je me suis fatiguee pour rien. Je pensais que voir le point de vue des autres nations vous interesserait mais de toute evidence tout ce qui n'est pas dans le Figaro Pravda ou Ciel et Espace n'est pas de votre gout.

Ah Non... Le point de vue des autres c'est le point de vue des autres... En même temps que l'Allemagne ne supporte pas A6, je n'ai pas l'impression que ce soit un scoop...
Revenir en haut Aller en bas
nikolai39
Admin
Admin

nikolai39

Masculin Nombre de messages : 9626
Age : 34
Localisation : Loiret
Date d'inscription : 15/05/2006

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 12:01

jassifun a écrit:
Je me suis fatiguee pour rien. Je pensais que voir le point de vue des autres nations vous interesserait mais de toute evidence tout ce qui n'est pas dans le Figaro Pravda ou Ciel et Espace n'est pas de votre gout.

Je ne suis pas sûr que cet article reflète le point de vue "d'une nation" ! De son auteur, c'est déjà pas mal...

_________________
Kosmonavtika - Le site de l'Espace russe
Revenir en haut Aller en bas
https://www.kosmonavtika.com
shinyblade




Masculin Nombre de messages : 553
Age : 26
Localisation : Genève
Date d'inscription : 17/06/2016

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 12:05

Ce qui importe c'est pas ce qui est agréable à entendre mais ce qui est important. Je pense qu'un point de vue l'Allemagne (même si il y en a d'autres) est en effet très important pour deviner la suite du programme Ariane qui malgré tous les scénarios envisagés (Promothéus, Ariane Next, Themis etc ...), rien n'est financé sauf la production de 14 lanceurs Ariane 6.

Hadéenne j'aimerais aller un peu dans le fond du sujet pour comprendre ton point de vue.

Imaginons que l'Allemagne se retire du programme Ariane 6 parce qu'elle n'est pas compétitive, qu'elle n'a pas envie de la subventionner comme ça devait être le cas depuis le début et qu'elle décide d'acheter Falcon tout en soutenant des projet de micro-lanceurs bien moins cher ou Vega.

Question : Que va devenir notre filière lanceur ?
Revenir en haut Aller en bas
montmein69


montmein69

Masculin Nombre de messages : 16893
Age : 68
Localisation : région lyonnaise
Date d'inscription : 01/10/2005

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 12:15

jassifun a écrit:
Je me suis fatiguee pour rien. Je pensais que voir le point de vue des autres nations vous interesserait mais de toute evidence tout ce qui n'est pas dans le Figaro Pravda ou Ciel et Espace n'est pas de votre gout.

L'auteur de cet article Alexander Stirn est annoncé Wissenschaftsjournalist (journaliste scientifique) il donne son propre point de vue, pas celui d'une autre nation adhérente à l'ESA ce me semble.

Il encense effectivement la pratique de Space X et démolit tout ce qui se fait en Europe dans le domaine spatial (via l'ESA). Ce qui est bien sûr son droit.
L'autre liberté, c'est que sur le FCS, chacun a bien sûr le droit de le suivre dans son discours .... ou pas.

Revenir en haut Aller en bas
shinyblade




Masculin Nombre de messages : 553
Age : 26
Localisation : Genève
Date d'inscription : 17/06/2016

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 12:26

D'accord mais est-ce autorisé de débattre ou bien le sujet est en dehors de la fenêtre d'Overton ?
Revenir en haut Aller en bas
Hadéen
Donateur
Donateur

Hadéen

Masculin Nombre de messages : 1989
Age : 19
Localisation : Terra
Date d'inscription : 03/09/2016

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 12:30

shinyblade a écrit:

Hadéenne j'aimerais aller un peu dans le fond du sujet pour comprendre ton point de vue.

Imaginons que l'Allemagne se retire du programme Ariane 6 parce qu'elle n'est pas compétitive, qu'elle n'a pas envie de la subventionné comme ça devait être le cas depuis le début et qu'elle décide d'acheter falcon tout en soutenant des projet de micro-lanceurs bien moins cher ou Vega.

Question : Que va devenir notre filière lanceur ?

Pour Mme Hadéenne, je ne sais pas. Laughing En ce qui me concerne, je pense qu'A5ME avait largement les faveurs allemandes au regard du rapport qualité prix. Je partage cette position tout en insistant sur l'extrême complexité qu'il y aurait eu à adapter un Ensemble de Lancement en exploitation.

L'OPA de juin 2014 des industriels français et allemands pour imposer le concept A6 a pris un peu tout le monde de court... En final l'Allemagne s'est laissée faire dans la mesure où leurs activités industrielles étaient préservées. Mais sans enthousiasme.

Si l'Allemagne retirait sa participation à ce programme optionnel de l'ESA, étant par ailleurs entendu que les italiens ne pensent plus qu'à leurs intérêts propres, Ariane 6 s'arrêterait probablement. Je ne vois pas la France assumer seule les coûts...
Revenir en haut Aller en bas
shinyblade




Masculin Nombre de messages : 553
Age : 26
Localisation : Genève
Date d'inscription : 17/06/2016

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 13:02

Hadéen a écrit:
shinyblade a écrit:

Hadéenne j'aimerais aller un peu dans le fond du sujet pour comprendre ton point de vue.

Imaginons que l'Allemagne se retire du programme Ariane 6 parce qu'elle n'est pas compétitive, qu'elle n'a pas envie de la subventionné comme ça devait être le cas depuis le début et qu'elle décide d'acheter falcon tout en soutenant des projet de micro-lanceurs bien moins cher ou Vega.

Question : Que va devenir notre filière lanceur ?

Pour Mme Hadéenne, je ne sais pas. Laughing En ce qui me concerne, je pense qu'A5ME avait largement les faveurs allemandes au regard du rapport qualité prix. Je partage cette position tout en insistant sur l'extrême complexité qu'il y aurait eu à adapter un Ensemble de Lancement en exploitation.

L'OPA de juin 2014 des industriels français et allemands pour imposer le concept A6 a pris un peu tout le monde de court... En final l'Allemagne s'est laissée faire dans la mesure où leurs activités industrielles étaient préservées. Mais sans enthousiasme.

Si l'Allemagne retirait sa participation à ce programme optionnel de l'ESA, étant par ailleurs entendu que les italiens ne pensent plus qu'à leurs intérêts propres, Ariane 6 s'arrêterait probablement. Je ne vois pas la France assumer seule les coûts...

Merci Monsieur Hadéen,


J'enchaine avec une autre question cette fois-ci de l'ordre de l'opinion et du ressenti.


Comment pense-tu que cette situation va se résoudre? En gros à quoi doit-on s'attendre pour la suite du programme Ariane.
Revenir en haut Aller en bas
jassifun


jassifun

Féminin Nombre de messages : 754
Age : 32
Localisation : Baden Baden
Date d'inscription : 07/06/2007

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 13:25

Le probleme que je ressens c'est que certains revent encore d'une Europe spatiale ou comme disait votre ancien president De Gaulle, dans les rapports franco-allemands, « la France doit être le cavalier et l’Allemagne le cheval ».     non
Revenir en haut Aller en bas
Hadéen
Donateur
Donateur

Hadéen

Masculin Nombre de messages : 1989
Age : 19
Localisation : Terra
Date d'inscription : 03/09/2016

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 13:39

shinyblade a écrit:
Hadéen a écrit:


Pour Mme Hadéenne, je ne sais pas. Laughing En ce qui me concerne, je pense qu'A5ME avait largement les faveurs allemandes au regard du rapport qualité prix. Je partage cette position tout en insistant sur l'extrême complexité qu'il y aurait eu à adapter un Ensemble de Lancement en exploitation.

L'OPA de juin 2014 des industriels français et allemands pour imposer le concept A6 a pris un peu tout le monde de court... En final l'Allemagne s'est laissée faire dans la mesure où leurs activités industrielles étaient préservées. Mais sans enthousiasme.

Si l'Allemagne retirait sa participation à ce programme optionnel de l'ESA, étant par ailleurs entendu que les italiens ne pensent plus qu'à leurs intérêts propres, Ariane 6 s'arrêterait probablement. Je ne vois pas la France assumer seule les coûts...

Merci Monsieur Hadéen,


J'enchaine avec une autre question cette fois-ci de l'ordre de l'opinion et du ressenti.


Comment pense-tu que cette situation va se résoudre? En gros à quoi doit-on s'attendre pour la suite du programme Ariane.

L'avenir d'Ariane dépend tout autant du marché que du lanceur... Bien que cela ne m'enchante en rien, je crois que se dessine le scénario "Institutionnel dynamique" comme le disait le rapport Fillon ... C'est à dire couvrir les besoins de souveraineté et faire le minimum sur le commercial pour que le système soit "sustainable" !
Revenir en haut Aller en bas
jassifun


jassifun

Féminin Nombre de messages : 754
Age : 32
Localisation : Baden Baden
Date d'inscription : 07/06/2007

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 13:42

Moi j'appelle cela le schema a la japonaise. Le H-2 c'est cela depuis le debut.
Revenir en haut Aller en bas
blakesnake




Masculin Nombre de messages : 24
Age : 33
Localisation : Avranches
Date d'inscription : 26/02/2010

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 14:14

jassifun a écrit:
Le probleme que je ressens c'est que certains revent encore d'une Europe spatiale ou comme disait votre ancien president De Gaulle, dans les rapports franco-allemands, « la France doit être le cavalier et l’Allemagne le cheval ».     non  


Dans une course hippique, l'un ne va pas sans l'autre. Et les programmes ou chacun tire la couverture de son coté finissent souvent par le déchirement de la dite couverture. Qu'on ne me dise pas que j'ai un parti pris à ce sujet, j'ai épousé une allemande.

Pour le niveau en ingénierie, la France a l'air un peu plus en pointe grâce à ses programmes de souveraineté de pointe qui mobilise les cerveaux. Et clairement l'Allemagne est un niveau au-dessus pour la gestion industrielle. Bref, chaque pays a ses points forts et ses points faibles, alors essayons de faire avancer le groupe ensemble en optimisant sur ces bases, et que chacun y trouve son intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
jassifun


jassifun

Féminin Nombre de messages : 754
Age : 32
Localisation : Baden Baden
Date d'inscription : 07/06/2007

Politique spatiale européenne - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: Politique spatiale européenne   Politique spatiale européenne - Page 9 EmptyLun 2 Déc 2019 - 14:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Politique spatiale européenne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de la conquête spatiale :: Actualité spatiale :: Europe-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit